Éditions Anacharsis

  • En 1690, un petit livre intitulé Les Infortunes d'Alonso Ramírez était imprimé à Mexico. Il racontait comment un charpentier de Porto Rico, capturé aux Philippines par des pirates anglais, avait enduré les sévices des forbans et assisté à leurs déprédations de la mer de Chine jusqu'en Atlantique.
    Relâché aux commandes d'une frégate, il avait ensuite fait naufrage sur une côte déserte du Yucatán. L'ouvrage, rapportant d'invraisemblables aventures, a longtemps été considéré comme un roman (picaresque), le premier jamais écrit en Amérique espagnole.
    Dans une enquête passionnante introductive à la traduction française des Infortunes, Fabio López Lázaro démontre qu'il s'agit d'un récit véridique - quoique fort suspect. Mais surtout, traquant Ramírez au long de son tour du monde, il ouvre des perspectives nouvelles sur l'histoire de la piraterie dans ses relations ambivalentes avec les premiers empires coloniaux planétaires.

    Fabio López Lázaro est professeur associé d'histoire à l'université d'Hawaï (Honolulu), où il est directeur du centre d'études d'histoire mondiale.

  • Au début de l'été 1686, plus de quatre-vingts forbans, pirates endurcis majoritairement français, entassés dans un petit navire, quittaient la mer des Caraïbes pour une aventure dont ils ignoraient encore tout de l'extraordinaire.

    Ils se rendirent par le détroit de Magellan dans la mer du Sud, l'océan Pacifique, porter la désolation sur les rives espagnoles d'Amérique, où ils devaient s'attarder pendant huit longues années. Huit ans d'errances entre le Chili et le Mexique, ponctuées d'escales aux Galápagos et autres îles perdues ; huit ans de souffrances, de périls, de pillages, de meurtres.
    Ils en rapportèrent un étonnant manuscrit resté inédit depuis 150 ans, qui nous a partiellement conservé la chronique de leurs péripéties.
    Cet ouvrage, fondé sur les textes d'époque, loin des poncifs habituels sur la piraterie, tente de raconter leur histoire.

empty