Editions Matériologiques

  • Une étude consacrée à un essai du célèbre embryologue Wilhelm Roux
    En 1881, le grand embryologiste allemand Wilhelm Roux publie cet essai dont la densité et l'originalité ne cessent, encore aujourd'hui, d'étonner. Inspiré par les idées de Charles Darwin, il cherche à en prolonger la portée en imaginant l'organisme comme un territoire où des formes variables de sélection naturelle opèrent sur toutes les entités, de la cellule à l'organe. Comment ces dynamiques opèreraient-elles ? Seraient-elles de même nature ? Pourraient-elles interagir ? Bien plus qu'un jeu de l'esprit, c'est à une exploration subtile que le lecteur est convié, dans les méandres d'une pensée foisonnante, qui se déploie dans une filiation parfois rebelle vis à vis de l'auteur de l'Origine des espèces. Ce dernier n'en déclara pas moins que c'était « un des livres les plus importants [...] sur l'évolution » qu'il lui avait été donné de lire. Bien que méconnu, cet ouvrage marqua néanmoins profondément ses lecteurs les plus illustres. Nietzsche, notamment, y puisa la source de son engouement pour la biologie, et les fondements de certains de ses concepts majeurs : Wilhelm Roux se trouve ainsi être le passeur entre deux des plus grands penseurs de l'ère moderne. Et par une pirouette de l'Histoire, certaines hypothèses de ce livre, longtemps tenues pour obsolètes, se révèlent au contraire visionnaires, au regard de travaux récents qui réévaluent considérablement la place du hasard dans le fonctionnement des cellules et des organismes. Première traduction en français de cette échappée solitaire de la pensée biologique, ce texte est précédé d'une préface qui développe de manière critique cette postérité inattendue.
    Découvrez une vision de l'organisme comme un territoire où des formes variables de sélection naturelle opèrent sur toutes les entités, de la cellule à l'organe.
    EXTRAIT
    Si l'adaptation au stimulus est si parfaite que celui-ci est devenu absolument vital et qu'en son absence l'assimilation et la conservation de la qualité normale ne se produisent pas du tout, il en résulte une conséquence supplémentaire. Les parties de l'organisme ne pourront ainsi se conserver et se former que là où le stimulus agira ; et là où le stimulus prendra une certaine forme, il se produira un arrangement de la forme du stimulus, les organes devant adopter la forme et la structure du stimulus. Si, par exemple, le stimulus agit plutôt dans certaines directions, comme c'est le cas dans les os, alors les cellules mères se trouvant dans ces directions sont les plus sollicitées pour former la substance osseuse.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Wilhelm Roux est un embryologiste et zoologiste allemand (1850-1924), considéré comme un père fondateur de l'embryologie expérimentale. Il est également à l'origine du premier journal consacré à cette discipline : Archiv für Entwicklungsmechanik der Organismen (Archives pour le mécanisme de développement des organismes).

  • Un regard critique sur la notion de biodiversité
    La diversité des êtres vivants est depuis fort longtemps un objet de réflexions scientifiques et philosophiques, mais le mot « biodiversité » est apparu seulement en 1986, rencontrant immédiatement un énorme succès. L'intérêt des biologistes, agronomes, écologues, etc., pour la conservation et la valorisation de la nature a été renouvelé et amplifié par l'adoption consensuelle de l'objet « biodiversité ». Il a également permis une mobilisation inédite des économistes, des gouvernements et des médias. Pourtant, ce terme s'avère fort ambigu et problématique, comme le présent ouvrage s'attache à le démontrer. Malgré toutes les études consacrées à ce sujet, la compréhension de ce qu'est la biodiversité, sa description, et l'établissement de politiques appropriées visant à sa conservation et à son amélioration, restent des tâches toujours en chantier. Cet état de fait n'est pas uniquement imputable à des inerties ou des obstacles politiques et étatiques? ; il est sans doute aussi redevable des insuffisances d'une notion versatile dont, toutefois, on ne saurait se passer, tant est entériné son usage, dans les discours des écologues, des ONG, des États. En plein dans ce que l'ONU déclare être la « décennie de la biodiversité » (2011-2020), ce livre vise à faire un bilan critique de l'état du discours sur la biodiversité, rassemblant les compétences de philosophes, de biologistes et d'écologues.
    Découvrez une étude approfondie de l'état du discours sur la biodiversité, qui rassemble les compétences de philosophes, de biologistes et d'écologues.
    EXTRAIT
    Il en résulte que les concepts de diversité et d'équitabilité ne contiennent pas d'information sur l'abondance absolue des espèces et sont moins liés qu'on ne le pense a priori avec une des raisons qui a promu l'émergence du terme biodiversité, à savoir la conservation des espèces : en effet, la viabilité d'une espèce - ou son contraire, sa probabilité d'extinction - est bien davantage liée à l'évolution de son abondance absolue qu'à celle de son abondance relative. Ce constat explique le paradoxe selon lequel les outils utilisés concrètement pour analyser les données de biodiversité n'utilisent pas directement les concepts de diversité et d'équitabilité tels que nous les avons introduits.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Elena Casetta est chercheuse postdoctorale au Centre de philosophie des sciences de l'Université de Lisbonne et membre du Laboratoire d'ontologie de l'Université de Turin. Ses recherches portent sur la philosophie et les politiques de la biodiversité, la nature des espèces et les théories des genres naturels mais également sur le lien entre sexe et genre sexuel. Julien Delors est maître de conférence en histoire et philosophie des sciences à l'université de Bretagne occidentale, Brest. Sous leur direction, plusieurs auteurs ont contribué à la rédaction de La biodiversité en question : Anouk Barberousse, Patrick Blandin, Denis Couvet, Vincent Devictor, Jean Gayon, Frédéric Gosselin, Philippe Huneman, Christian Lévêque, Yves Meinard, Julien Mestrallet, Sarah Samadi et Jean-Christophe Vandevelde.

  • Une étude approfondie des théories darwiniennes et de leurs différentes implications
    La théorie darwinienne de l'évolution reste le paradigme dominant de la biologie et de la paléontologie. Elle prouve sa fécondité et sa puissance explicative dans de très nombreux domaines. Pourtant, dans cet ouvrage, pas question d'un fétichisme de Darwin, mais d'un examen attentif du domaine de validité épistémologique et expérimental des idées du savant naturaliste. Ainsi, ce livre expose leurs multiples ramifications en sciences de la vie, en sciences humaines et en philosophie. A cette fin, cinquante auteurs explorent les grandes notions qui irriguent les sciences de l'évolution, ainsi que de très nombreux chantiers des savoirs biologiques contemporains, puis considèrent les tentatives d'exportation du mode de pensée darwinien à propos de problématiques autrefois hors de son champ d'action (éthique, psychologie, économie, etc.). Les questions du créationnisme et de l'enseignement viennent clore cet ouvrage.
    Le premier volet d'un ouvrage collectif et enrichissant, qui explore la pensée de Darwin et l'examine sous toutes ses coutures.
    EXTRAIT
    Dans le paradigme darwinien qui nous préoccupe ici, l'enjeu est donc de reformuler la question « qu'est-ce qui varie ? » en « quelles sont les variations qui peuvent se transmettre par le jeu des pressions évolutives ? ». C'est une restriction drastique de la précédente mais on va le voir, elle demeure incroyablement vaste.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Les mondes darwiniens est le résultat de la collaboration de cinquante auteurs, sous la direction de Thomas Heams, Philippe Huneman, Guillaume Lecointre et Marc Silberstein.

  • Une étude approfondie des théories darwiniennes et de leurs différentes implications
    La théorie darwinienne de l'évolution reste le paradigme dominant de la biologie et de la paléontologie. Elle prouve sa fécondité et sa puissance explicative dans de très nombreux domaines. Pourtant, dans cet ouvrage, pas question d'un fétichisme de Darwin, mais d'un examen attentif du domaine de validité épistémologique et expérimental des idées du savant naturaliste. Ainsi, ce livre expose leurs multiples ramifications en sciences de la vie, en sciences humaines et en philosophie. A cette fin, cinquante auteurs explorent les grandes notions qui irriguent les sciences de l'évolution, ainsi que de très nombreux chantiers des savoirs biologiques contemporains, puis considèrent les tentatives d'exportation du mode de pensée darwinien à propos de problématiques autrefois hors de son champ d'action (éthique, psychologie, économie, etc.). Les questions du créationnisme et de l'enseignement viennent clore cet ouvrage.
    Dans ce second volume des Monde darwiniens, replongez-vous dans la pensée de l'illustre savant et dans l'examen approfondi de celle-ci.
    EXTRAIT
    La vraie difficulté réside dans la quasi-impossibilité d'aborder la question des origines et de l'évolution de la lignée humaine sans que ne s'invite, sous une forme ou une autre, des quêtes de sens spiritualistes, finalistes ou eschatologiques, sous le terme rarement défini, et donc polysémique, d'hominisation. C'est un immense paradoxe pour la paléoanthropologie puisque l'intérêt, pour ne pas dire la passion, pour cette grande question qui, justement, émane de ce besoin séculaire de comprendre notre place dans l'univers, ce qui a suscité une fascinante diversité de récits oraux et écrits sur l'émergence du cosmos - et de l'Homme -, qu'on appelle les cosmogonies. C'est incontestablement une caractéristique de l'Homme.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Les mondes darwiniens est le résultat de la collaboration de cinquante auteurs, sous la direction de Thomas Heams, Philippe Huneman, Guillaume Lecointre et Marc Silberstein.

  • Une étude comparative de la sexualité
    Qu'est-ce que la sexualité? ? Quand et comment est-elle apparue ? Quels sont les principaux traits de son évolution ? Fort de sa compétence en génétique et en biologie évolutive, Jean Génermont propose des réponses et des pistes de réflexion issues de ses propres travaux, tout en s'appuyant sur de nombreux exemples pris aussi bien chez les animaux que chez les plantes terrestres.
    Jean Génermont effectue ici une étude comparative des caractéristiques de la sexualité chez les représentants actuels de diverses lignées eucaryotes. Il en ressort que la fonction ancestrale de la sexualité est d'apporter par la fécondation un accroissement de robustesse vis-à-vis des variations du milieu, dont découle la fonction de brassage génétique. À ces deux fonctions universelles s'ajoute, uniquement chez les pluricellulaires, la fonction reproductrice.
    À partir de ces conclusions, Jean Génermont élabore des scénarios sur la naissance de la sexualité, initialement sans sexes? ; sur sa structuration par émergence et diversification des incompatibilités sexuelles et de la différenciation sexuelle ; sur l'acquisition de sa fonction reproductrice lors de chaque transition de l'unicellularité vers la pluricellularité.
    Découvrez cette étude approfondie des différents aspects de la sexualité tels que son apparition, son évolution, ses représentants (unicellulaires et pluricellulaires), ses mécanismes, ou encore ses fonctions biologique et génétique.
    EXTRAIT
    La formule « 1+1 = 1 » proposée dans le titre de cette section pour caractériser la fécondation, certes frappante, doit être pour le moins nuancée. Les cellules dénombrées dans les deux membres de l'égalité ne sont en effet pas de même nature. Aussi est-il bien préférable de recourir à un symbolisme plus proche de celui de la chimie que de celui de l'arithmétique et d'écrire « 1 haploïde + 1 haploïde ? 1 diploïde ».
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean Génermont, ancien professeur à l'université Paris-Sud, a enseigné dans divers domaines de la biologie, plus particulièrement biologie animale et génétique. Ses recherches ont porté principalement sur la biologie évolutive des ciliés, notamment la notion d'espèce et la génétique de l'adaptation aux variations du milieu. Il est auteur, entre autres, de Les Mécanismes de l'évolution (1979), a dirigé, avec Charles Bocquet et Maxime Lamotte, Les Problèmes de l'espèce dans le règne animal (3 vol., 1976-1980), a participé à la conception et à la réalisation de la «Grande galerie de l'évolution» du Muséum national d'histoire naturelle, et a assuré avec Patrick Tort la coordination scientifique du Dictionnaire du darwinisme et de l'évolution (1996).

empty