Théologie

  • Il y a plus de deux mille ans, Jésus de Nazareth, juif de Galilée, livra à ses contemporains une parole toute nouvelle, des mots et des enseignements étranges et forts, hors du commun.
    Comment cette parole fut reçue, comment elle bouleversa une société tout entière et comment fut-elle transmise jusqu'à nous ? C'est ce que Serge Bloch, illustrateur mondialement reconnu, et Frédéric Boyer, auteur de nombreux romans chez P.O.L, nous racontent dans ce livre, à travers un texte et des illustrations saisissantes, une vision personnelle et moderne de la vie de Jésus et de la mémoire qu'elle a laissé.
    Un récit illustré ultra contemporain, entre le beau livre et le roman graphique, qui parvient à restituer la force, la modernité, et plus encore, l'immense portée littéraire des Évangiles.

  • Caractéristiques de ce missel 2021 :
    Une introduction spirituelle pour chaque temps liturgique (Avent, Noël, Carême, Pâques)
    Une méditation de la Parole de Dieu pour chaque dimanche par :
    o Soeur Emmanuelle Billotteau, ermite bénédictine,
    o P. Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France de 2009 à 2014.
    o P. Thibault Van Den Driessche, journaliste assomptionniste
    o Soeur Anne Lécu, dominicaine
    o François Meusnier, diacre et modérateur de la communauté Ecclesiola (Toulon)
    o Bénédicte Draillard, journaliste à RCF
    o Michèle Clavier, théologienne.
    * des séminaristes de Saint-Martin
    Et toujours :
    Une vie de saint, mise en valeur dans une courte biographie.
    La prière universelle pour cause dimanche et fête.
    Des intentions de prières pour chaque semaine.
    Un commentaire biblique des Pères de l'Eglise.

  • La Bible

    Collectif

    Avec la Segond 21, plus besoin de choisir entre compréhension et fiabilité!


    «L´original, avec les mots d´aujourd´hui», voilà en effet le principe qui a guidé l´équipe pluridisciplinaire de traduction de la version Segond 21, pendant sa douzaine d´années de travail.


    «L´original»: le premier objectif de la Segond 21, c´est de rester le plus fidèle possible à ce que dit le texte biblique dans les langues originales, c´est-à-dire l´hébreu et l´araméen pour l´Ancien Testament, et le grec pour le Nouveau Testament.

    «Avec les mots d´aujourd´hui»: le deuxième objectif de la Segond 21, c´est de recourir à un langage courant, compréhensible pour les jeunes du 21e siècle. Une nouvelle traduction à découvrir, pour redécouvrir la Bible.

  • Dans ce livre, il y a toutes les histoires qui nous rassemblent. Elles racontent le mystère du peuple, son drame au sein de l'histoire du monde. Et le chemin de l'espoir. De la Genèse au Livre de Daniel, voici trente-cinq récits bibliques extraits de l'Ancien Testament comme vous ne les avez jamais lus ni vus ! S'adressant à toutes les générations et à tout public, ces histoires marquées par la puissance des textes de Frédéric Boyer et la modernité des illustrations de Serge Bloch racontent le monde dans lequel nous vivons et tentent de répondre aux grandes questions que se pose l'homme aujourd'hui.

  • Petit dictionnaire de théologie Nouv.

    Dans ce petit dictionnaire alerte et précis, l'auteur tente de cerner les contours du christianisme et de la théologie en prenant également en compte leur dimension éthique. Le pari se veut de définir avec concision et indépendance plus de 150 mots de base dont la combinaison permet de saisir quelque chose de l'essence du christianisme. Écrit par un seul auteur, un tel ouvrage porte inévitablement la marque d'une subjectivité singulière, mais il débouche aussi sur une forte recherche de cohérence et de consistance. Toutes les définitions proposées ne puisent pas à une même conception classique de la théologie  ; certaines se veulent même délibérément provocantes et dissidentes, afin de stimuler de nouvelles créativités, aussi éloignées de la répétition de la tradition que des modes en cours. Le lecteur est ainsi invité à reconstruire lui-même, à partir des thèmes esquissés, la possibilité d'une identité et d'une conviction fortes.
     

  • Alors que, dans nos sociétés occidentales, la pratique religieuse traditionnelle s'effondre, la spiritualité, quant à elle, jouit d'une faveur toujours plus grande. Mais qu'est-ce que la spiritualité? Comment situer celle se réclamant du christianisme dans ce qui est devenu une véritable nébuleuse? En se mettant sur les traces de Jésus et en explorant la mémoire culturelle des premiers témoins, on tentera de dégager quelques traits essentiels de leur vie spirituelle. On découvrira alors que la spiritualité chrétienne est une spiritualité de la relation où la reconnaissance, le bonheur, la justice, la liberté, la foi et la prière jouent un rôle primordial. Mais c'est également une spiritualité qui construit un rapport au monde, à la nature, au temps, à la mort tout à fait original et souvent occulté dans la longue histoire de l'Église.

  • Le Pape François, depuis le début de son pontificat, a bousculé L'Église, réformé la Curie romaine, entrepris de remettre en avant les grandes valeurs évangéliques: pauvreté, charité, miséricorde. Son souci se porte vers les plus humbles qui souvent ne connaissent comme prière que le Je vous salue Marie.

  • Le Pape François, depuis le début de son pontificat, a bousculé l'Eglise, réformé la Curie romaine, entrepris de remettre en avant les grandes valeurs évangéliques : pauvreté, charité, miséricorde.
    Il sort dans le monde entier un commentaire surprenant du Notre Père : « Quand vous priez dites : Notre Père ».

  • De but 2019, le climat est lourd dans les milieux catholiques. Les re ve lations et les scandales se succe dent : l'effondrement menace... Comme pour l'effondrement écologique, faut-il choisir entre une résignation sourde (un climato-scepticisme) ou bien des solutions personnelles isolées (un néo-survivalisme) ? Isabelle de Gaulmyn explore une troisième voie, celle de la "transition catholique", c'est-à-dire celle d'un christianisme de liberté, construit avec des chrétiens à l'action inspirante. Elle est partie à la rencontre de personnalités comme Anne Lécu, dominicaine, médecin en prison, auteur de nombreux ouvrages, comme François Sureau, avocat et écrivain, Gilles Rebèche, diacre dans le Var et écrivain, ou encore Vincent de Conninck qui travaillait pour le Secours catholique dans la Jungle de Calais, etc. De l'Ardèche à Lille, en passant par Lyon ou Le Mans, la liberte de dire les choses prend le pas sur tout. Les propos sont décapants. Après son « Histoire d'un silence », la journaliste engagée nous offre ici un hymne à la parole libre et inspirante. Ce voyage peut répondre à la question : comment va-t-on s'y prendre pour réinventer une vie chrétienne ? Car penser l'effondrement, c'est aussi penser un recommencement.

  • Un coeur sans rempart est une invitation poétique à vivre l'expérience quotidienne de la méditation chrétienne. À tous petits pas sont abordées les principales étapes que traverse habituellement celui qui désire donner ainsi corps à sa vie spirituelle. En proposant de courts textes magnifiquement écrits et délaissant volontairement le vocabulaire religieux « traditionnel », Marie-Laure Choplin nous offre un splendide voyage spirituel qui atteint le lecteur au coeur.

  • La Bible TOB est le fruit d´un travail de plus d'une centaine de spécialistes catholiques, protestants et orthodoxes.
    Publiée en 1975, cette traduction oecuménique constituait une première mondiale. L´édition 2010 est entièrement révisée - texte et notes - et augmentée de 6 livres deutérocanoniques supplémentaires, en usage dans la liturgie des Eglises orthodoxes.


    Edition à notes essentielles sur les particularités du texte, introduction à chaque livre, tableau chronologique et glossaire.

  • La mort

    Eberhard Jüngel

    Eberhard Jüngel, éminent théologien de notre temps (né en 1934), se penche sur le thème de la mort. Cette thématique est d'abord envisagée dans une perspective anthropologique large, en dialogue avec la médecine et la philosophie, comme une «  énigme  ». Dans un second temps, Jüngel propose une réflexion biblique et théologique sur la mort comme «  mystère  ». Interroger la mort, c'est interroger la vie - notre vie. Qu'est-ce que la mort  ? Une réalité à la fois tout à fait personnelle (notre mort), mais aussi tout à fait étrangère. Elle n'est toutefois pas que «  ma  » mort, mais aussi celle d'autrui  : elle est un fait  social, dont les incidences sur nous-mêmes sont indéniables. Théologiquement parlant, la mort de Jésus est l'événement de la rencontre entre l'être de Dieu et l'être de la mort  : Dieu y assume la négation de la mort. Si la mort de Jésus-Christ a quelque chose à voir avec nous, c'est parce qu'elle concerne également Dieu  : en Jésus, Dieu même n'en est pas indemne. Loin d'être «  réconcilié  » par la crucifixion de Jésus, au sens où Dieu passerait de la colère au pardon, Dieu ôte à la mort sa puissance de négation et de séparation, donnant à l'être humain d'avoir part à sa vie même. D'abord paru en 1971, dans le contexte des théologies de la «  mort de Dieu  », cet ouvrage, très lu dès sa parution mais jamais traduit jusqu'ici en français, n'a rien perdu de sa pertinence

  • " La question que nous posons est une question de principe. Est-il possible à l'homme d'entendre dans le langage qui est le sien une parole qui parlerait dans un autre langage, qui serait celle de Dieu, très exactement de son Verbe ? [...] Nous prendrons pour guide de notre réflexion les paroles même du Christ. Car ce sont elles sans aucun doute qui contiennent la réponse. De même en effet que toute assertion scientifique et au fond toute affirmation humaine portent en elles une prétention à la vérité, de même la parole du Christ se distingue par une prétention démesurée aux yeux et aux oreilles de beaucoup d'hommes de ce temps. Sa prétention n'est pas seulement de transmettre une révélation divine mais d'être en elle-même, purement et simplement, cette Révélation, la Parole de Dieu lui-même. En suivant pas à pas l'enchaînement de ces paroles nous nous efforcerons de voir si elles sont capables de légitimer une telle prétention : proférer la Parole de ce dieu que le Christ dit être lui-même. "
    M. H.

  • « Ça va passer... Ça passe toujours... » Et pourtant, ça ne passe pas ! Pour ce prêtre de 45 ans un peu suractif, tout va basculer. Une péritonite aiguë se déclare, qui révèle bientôt une tumeur envahissante. Hospitalisation en urgence, opérations en série et de longs mois de convalescence bouleversent son quotidien, mais aussi sa vie intérieure. Alité, ce prêtre connecté ne l'est plus qu'à sa perfusion, et à ses nombreux visiteurs... Au fil des pages et des semaines, la maladie donne lieu à un voyage inattendu au pays de l'abandon, de la fragilité et de la dépendance.Avec pudeur et authenticité, mais aussi une dose d'humour, le père Amar nous livre un témoignage d'une grande profondeur où se mêlent l'expérience de la souffrance et l'éclairage de la foi.
    Le père Pierre Amar, prêtre du diocèse de Versailles, est l'un des fondateurs du site « Padreblog » qui offre une parole de prêtres franche, directe et réactive sur l'actualité.

  • Dans ce recueil de courts textes, denses et poétiques, Marie-Laure Choplin égrène des situations quotidiennes, des rencontres anodines, des moments en apparence banals  ; elle laisse affleurer ses impressions, ses douleurs, ses doutes, ses révoltes, ses joies aussi. Le lecteur parcourt, comme autant d'étapes sur un seul chemin, ce qui fait une vie et ses petits riens. Mais par-delà ces riens, l'auteure nous plonge en réalité dans ce qui constitue le coeur des évangiles  : une attention aiguë portée aux choses et aux êtres, un regard sans cesse renouvelé sur le monde, une capacité à se décaler, se mettre en retrait, s'interroger, bref donner à la vie une autre chance, et surtout  : s'adosser au message de ce Jésus, à la fois si frêle et si puissant.
    Une lecture qui remet la foi déliée de ses artifices au coeur de nos vies.
     

  • « Es-tu prêt à donner ta vie ? Si oui, pour qui et pour quoi ? » Voilà la question fondamentale qui se pose à tout jeune entre 15 et 30 ans au moment de discerner sa vocation, puis de faire ses choix de vie. Comment y répondre ? Comment vivre aujourd'hui cette joie du don de soi dans ses études, sa vie spirituelle ou le service des autres ? Et demain, comment discerner une vocation, quelle qu'elle soit ? Nourri de son expérience et puisant dans son coeur de prêtre, l'abbé Grosjean guide les jeunes et ceux qui les accompagnent dans ce discernement. Un discours franc et concret, très encourageant, qui nous rappelle que toute vie est belle quand elle est donnée ! 
    Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles, curé de la paroisse de Saint-Cyr l'École. Il est Secrétaire Général de la Commission Éthique & Politique de son diocèse. Il anime également le Padreblog avec cinq confrères prêtres et a fondé les universités d'été « Acteurs d'Avenir ». Il est l'auteur d'Aimer en vérité et de Catholiques, engageons-nous ! parus chez Artège. 

  • L'évidence de Dieu Nouv.

    Le fanatique est souvent la mauvaise conscience des croyants  : lui, au moins, ne doute pas. On condamne peut-être son impatience ou son intolérance, mais plus rarement sa certitude. Bien sûr, le doute est parfois valorisé comme nécessaire à la fortification ou à la purification de la foi. Peut-on aller plus loin et dire que le doute structure la foi de l'intérieur  ? Dans ce cas, il n'y aurait pas seulement une croyance religieuse, mais également un doute religieux. Se pourrait-il alors que la personne la plus religieuse ne soit pas celle qui croit le plus  ?
    C'est cette hypothèse qu'explore ce livre  : l'évidence de Dieu, qui structure la vie de celles et ceux qu'on appelle des croyants, est caractérisée en premier lieu par le doute et non par la certitude. Que croire religieusement en Dieu, c'est d'abord douter.
    En prenant au sérieux cette hypothèse, Anthony Feneuil développe un modèle conceptuel de la foi à première vue surprenant, mais dont il montre qu'il traverse la tradition chrétienne, et tire quelques conséquences pour la compréhension contemporaine de la foi et le refus qu'elle implique de trop croire à ses propres croyances.
     

  • « Le mot dieu est ambivalent. Il a un adret et un ubac. Une face sud et une face nord. Quand Nietzsche annonce : « Dieu est mort », il fait référence au dieu personnel, bon, jaloux ou miséricordieux, que le croyant prie dans les églises, mosquées et synagogues. C'est la face sud. La face nord, il n'en souffle mot. Elle est abrupte, lisse, vertigineuse, sans filet, sans contour, sans fond, nocturne. C'est elle que nous voyons aujourd'hui pointer à l'horizon. Cela pourrait être le sens, encore caché, de notre modernité. » Hervé Clerc Dans une démarche et un style uniques en leur genre, Hervé Clerc nous invite à un voyage ascendant vers une réalité ineffable et cachée, qui a peu de chose à voir avec le « Dieu » que l'on nie ou confesse habituellement. Depuis toujours certains mythes, contes ou légendes nous livrent des indices qu'il nous aide à décrypter.

  • Qui ne s'est jamais posé la question de la présence de tel ou tel nombre dans les Évangiles ? Qui ne s'est jamais étonné de leur précision dans la multiplication des pains, la parabole des talents, le récit des ouvriers de la onzième heure ou des vierges folles ? Et si les nombres qui les traversent n'étaient pas qu'un élément de décor ? S'ils nous dévoilaient un peu plus l'admirable cohérence du plan de Dieu pour l'humanité en se répondant les uns aux autres dans un ensemble admirablement agencé ? Sans jamais tomber dans un discours savant ni ésotérique, l'auteur nous entraîne sur un chemin spirituel qui donne à goûter pleinement des textes que nous pensions bien connaître.
    Luc de Goustine est auteur de divers travaux littéraires, dramatiques, politiques et historiques. Diplômé de l'École pratique des hautes études, traducteur des troubadours, de Shakespeare, Marlowe, Synge, Eich, Merwin..., Luc de Goustine est un commentateur fervent de l'art sacré et de la Sainte Écriture.

  • Il s'agit, dans ce commentaire, de lire et faire lire un Jonas du début du IIIe siècle avant notre ère écrit en Judée hellénistique aux prises avec des questionnements nouveaux sur la fonction et la valeur de la mémoire prophétique en voie de canonisation. L'intérêt du récit en mer et à Ninive porte à chaque fois, non sur un discours prophétique à peu près absent, mais sur une discussion de l'agir du Dieu de l'univers en rapport avec la parole donnée à Israël et confiée au prophète. La fréquentation des littératures égyptiennes et grecques suggère des auteurs qui soient des litterati à proximité du temple de Jérusalem au moment où ils décident de canoniser ou non, et comment, leur bibliothèque prophétique, encore utile ou non, lorsque les catégories d'histoire, de réel, se mettent à envahir ce qui fut longtemps le seul domaine de la mémoire conçue comme cultuelle.
     

  • Mon missel pour aimer Jésus t'aide à vivre les différentes étapes de la messe. Tu découvriras la signification de chaque geste du prêtre, le sens des chants et des cantiques, les différentes parties d'une église. En plus, un petit guide t'explique le sens des fêtes liturgiques, te fait découvrir des belles prières et t'aide à te confesser pour te laisser aimer toujours plus par Jésus !
    De 7 à 12 ans

  • Mozart

    Karl Barth

    À l'occasion des 200 ans de la naissance de Mozart, le célèbre théologien Karl Barth propose trois courts essais magistraux sur cette figure mythique.
     
    «  Contrairement à celle de Bach, la musique de Mozart n'est pas un message  ; à l'inverse de celle de Beethoven, elle n'est pas une confession personnelle. Dans sa musique, Mozart ne proclame pas de doctrine, il ne se proclame pas lui-même. (...) Il se contente de chanter. Ainsi, il n'impose rien à l'auditeur, il ne l'accule à aucune décision, il n'exige de lui aucune prise de position  ; simplement, il le libère. Il procure la joie à celui qui se laisse faire. (...) Se contentant de l'humble rôle d'interprète, il resitue le message qu'il a reçu  : ce que la création de Dieu fait pénétrer en lui, fait éclore en lui et essaie de rayonner par lui.  »Karl Barth

  • La Bible est souvent un livre fort mal connu. Saisir l'importance de la Bible et connaître l'essentiel de son message, c'est toucher du doigt le sens profond de l'humanité et, en cela, il n'y a pas de scrupule à être " Nul " et à vouloir améliorer ses

  • Ce livre conclut l'étude théologique magistrale initiée dans l'Éthique de la liberté. Jacques Ellul y développe les implications d'une liberté chrétienne incarnée, traitée dans son rapport étroit avec la vie humaine sous divers aspects : le témoignage et la politique, le travail et l'argent, la révolution et le désir d'autonomie, la drogue et le désir d'évasion, le plaisir sexuel et la famille, les valeurs féminines et masculines... Dans cette « société de fer », les injonctions de la technique relatives a notre mode de vie se font de plus en plus impératives et, tandis que l'État incline vers un absolutisme régulateur, les groupes sont tentés par la promesse mensongère d'une violence émancipatrice. Les combats de la liberté se révèlent alors combats contre les multiples puissances de mort : il s'agit de retrouver le sens du bien commun et la possibilité d'une vie véritablement libérée. Vécue dans l'espérance mais sans facilite aucune, la liberté chrétienne est ce don divin qui est a la fois grâce et exigence : « Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta descendance.  »
     

empty