Nouvelle Cité

  • Découvrez la nouvelle thématique de Ce que dit la Bible sur... : l'eau, un élément fragile et pur comme la foi !
    Du passage des Hébreux à travers la mer Rouge, l'aventure de Jonas jeté à la mer, à Jésus marchant sur les eaux du lac de Tibériade, cet élément joue un rôle de premier plan dans l'interprétation des signes de l'action de Dieu. Violente et incontrôlable comme au Déluge , la mer est le lieu de forces obscures pour la mythologie antique. Mais elle devient aussi source de purification puis de sacrement par l'eau qui jaillit du côté du Christ à sa mort.
    Ce que dit la Bible sur l'eau nous offre le regard que la Bible nous transmet sur cet élément vital et aujourd'hui menacé de pénurie sur notre planète ?
    Cet ouvrage est empli de spiritualité et invite son lecteur à ne pas oublier que la Bible parle avant tout d'hommes réels !

  • Un recueil de textes variés écrits par une grande figure du catholicisme
    Ce nouvel ouvrage met à la disposition du public des textes d'un genre différent : des méditations poétiques, des hommages, des sketchs et chansons, des poèmes de circonstance. Ces textes pleins de fantaisie ont une place majeure dans la vie et l'oeuvre de Madeleine qui y médite souvent le quotidien en vers libres, pleins d'images et d'humour. Le lecteur entre ainsi dans une prière simple et profonde. Les noëls, du même style, témoignent de sa mystique de l'Incarnation. Ce volume est un hommage à l'humour légendaire de cette grande figure.
    Pensées et poèmes se mêlent dans cet ouvrage inédit et plein de fantaisie.
    EXTRAIT
    Il fait chaud.
    /> Tout colle sur nous.
    Nous collons à tout.
    Nous avons du mal à tout faire.
    Le travail n'avance pas.
    La pensée ne démarre pas.
    Les soupirs suivent les soupirs.
    On constate, chaque quart d'heure, que l'orage n'a pas
    éclaté,
    n'éclatera pas ce soir,
    n'éclatera vraisemblablement jamais.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Poète, assistante sociale et mystique, Madeleine Delbrêl (1904-1964) est considérée par beaucoup comme une des figures spirituelles majeures du XXe siècle. Par ses engagements sociaux à Ivry (94), son témoignage de vie évangélique et communautaire en milieu déchristianisé, et par l'ampleur de ses écrits aux accents pionniers, elle atteint, petit à petit, un large public sensible à la vérité et à la pureté de sa vie et de sa parole. Sa cause de béatification a été introduite à Rome.

  • Les défis historiques auxquels nous sommes confrontés provoquent constamment la générativité et la dynamique d'une pensée nouvelle, capable de repenser (et vivre) le rapport à l'autre et qui rappelle donc un thème classique de la philosophie, celui du rapport entre unité et multiplicité. L'ontologie trinitaire, plus qu'une discipline ou une catégorie de pensée, est avant tout un lieu où se produit la vérité de soi et de l'autre, qui à la fois les comprend et les transcende et qui a pour icône le cri de Jésus Abandonné, dans lequel le don total et radical de soi-même qui s'opère là au maximum, celui de la perte de l'autre, n'exclut pas, mais oblige plutôt, la confiance et la relation avec l'autre. L'ontologie inédite de l'ontologie trinitaire est qu'elle parle d'unité avec l'autre plutôt que de diversité. Notre identité profonde ne se produit pas dans un sujet isolé, mais parmi des personnes différenciées, capables de vivre dans le don de soi, l'un avec, pour et dans l'autre mutuellement. Cette habitation mutuelle conduit à une unité réelle et toujours surprenante, car toujours nouvelle par rapport aux sujets qui l'habitent. Voici le défi auquel aujourd'hui et l'événement trinitaire nous poussent à réfléchir.

  • La louange, ce cri d'hommes et de femmes épris de liberté.
    Aucun livre religieux n'invite plus à la louange que la Bible. Depuis plus de 3 500 ans, patriarches, rois et prophètes ne cessent de louer Dieu à pleine voix, relayés par Jésus et le Nouveau Testament jusque dans le livre de l'Apocalypse... Qu'ont-ils voulu nous transmettre de si important ? S'agit-il d'être naïvement optimiste ? La louange est un cri, le cri des hommes et des femmes épris de liberté. Elle est leur réponse à l'appel de Dieu à choisir la Vie face à toute menace de mort annoncée. Elle est l'arme du courage qui nous fait planter, avec Dieu, la Croix de Lumière au milieu de toutes ténèbres. Aussi, lorsque paraît la victoire en Jésus Christ Ressuscité, la louange devient-elle Action de grâce et Adoration pour faire retentir le chant joyeux de l'Éternité !
    Au fil de cet ouvrage empli de spiritualité, parcourez la Bible avec l'auteur et découvrez le message biblique relatif à la louange !
    EXTRAIT
    Ajoutons tout de suite que pour les chrétiens, la dynamique est strictement la même ! N'oublions jamais, comme dit saint Paul, que nous avons été greffés sur l'olivier franc d'Israël ! Pour nous, l'événement fondateur de la sortie d'Égypte se double par la Passion du Christ suivie de sa Résurrection. Dès lors, dans la continuité avec la Pâque de Moïse, la Pâque du Christ doit être commémorée comme un moment de joie infinie. Une joie qui naît à la Pente côte lorsque les disciples reçoivent l'Esprit Saint. Une joie qui n'est aucunement une insouciance - en Christ, Dieu est passé par la Passion - mais le fruit de l'accomplissement du Mystère de la rencontre enfin scellée, en Christ, entre Dieu et sa création ; le Mystère des Noces éternelles advenues entre Dieu et tous les hommes au point que : Il n'y a plus ni Juif, ni Grec ; il n'y a plus ni esclave, ni homme libre ; il n'y a plus l'homme et la femme ; car tous, vous n'êtes qu'un en Jésus Christ (Ga 3,28).
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Alain Dumont est bibliste, membre de l'Emmanuel, curé en Bourgogne et conseiller conjugal et familial. Passionné de musique, il est aussi auteur-compositeur de chants de louange.

  • Omniprésente dans la Bible, la jalousie n'y est pas seulement décrite ; les récits bibliques pourraient-ils aller jusqu'à nous en libérer ?
    Qui n'a jamais connu la morsure de la jalousie ? Qui n'est pas tenté de la cacher comme une maladie honteuse ? Ou de la nier... On trouve dans la Bible bien des récits où il est question de jalousie. Le plus connu est certainement l'histoire de Joseph et de ses frères. Et la jalousie dans la fratrie est une expérience commune que redoutent les parents.
    Quels sont les ressorts secrets de la jalousie ? Les récits bibliques nous permettent-ils de mieux les cerner ? Offrent-ils des possibilités de guérison ? L'expérience intime de la jalousie, qui se révèle dans toute cure psychanalytique digne de ce nom, aiguise le regard de l'auteur, à l'affût de la connaissance profonde de l'âme humaine qui se donne dans les textes bibliques. Jésus, nous dit Jn 2,25, « n'avait nul besoin qu'on lui rendit témoignage au sujet de l'homme : il savait, quant à lui, ce qu'il y a dans l'homme. » Jésus n'a pas utilisé cette connaissance pour accuser l'humanité mais pour la sauver.
    Une lecture fine, profonde et originale, proche de la lecture de Marie Balmary, fameuse psychanalyste et exégète biblique. On y retrouve cette capacité à lire la Bible avec un regard renouvelé.
    Un ouvrage riche d'enseignements pour mieux déchiffrer les textes bibliques.
    EXTRAIT
    La jalousie est l'un des maux les plus redoutables que subit tout humain venant en ce monde. Saint Augustin la repérait déjà sur le visage du bébé qui regarde son frère de lait téter au sein de leur nourrice commune ! Chacun sait que l'on trouve dans la Bible des récits où il est question de la jalousie. Mais la Bible peut-elle faire autre chose que la décrire ? Pourrait-elle aller jusqu'à nous en libérer ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie-Reine Mezzarobba est docteur en théologie, elle assure le cours d'anthropologie chrétienne du Centre universitaire Guilhem de Gellone à Montpellier.
    Sa recherche prend en compte le fait que la Bible n'a jamais ignoré la dimension de l'inconscient dans la structure humaine.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Chaque année, 30 millions de bibles sont vendues dans le monde, dans plus de 2 000 langues et dialectes. Mais combien sont ouvertes et lues ? La Bible est un trésor souvent difficile d'accès. Et pourtant elle recèle des pépites de sagesse, des paroles de vie. Comment y accéder avec justesse et finesse si ce n'est en prenant pour guide un expert des textes bibliques, un exégète, amoureux de la Parole de Dieu ?
    C'est ce que propose cette nouvelle collection intitulée : Ce que dit la Bible sur....
    Son approche est originale : une lecture transversale de la Bible. Douze chapitres d'un petit livre, des entretiens faciles à lire et riches d'enseignements.

  • Mal connue, malmenée ou abimée, la confiance est pourtant l'humus de nos vies, l'ADN secret de notre humanité.
    De nos jours l'heure n'est pas à la confiance.
    Pourtant la confiance n'est pas qu'une donnée de la psychologie humaine, un simple aléa du caractère, réparti inégalement entre les optimistes, qui en disposeraient en abondance, et les pessimistes, qui en manqueraient cruellement. C'est quelque chose de bien plus profond, de plus essentiel et de plus universel, presque mystérieux, comme le soubassement même de la vie, son terreau secret.
    Au paradis, la confiance était faite pour aller de soi. La confiance n'était pas simplement un accessoire donné à l'homme, pour le voyage. Elle est sa matière première. Et si la confiance originelle est très blessée, elle est en cours de réparation ! En cours de résurrection ! Et toute l'aventure humaine, selon la Bible, consiste en un long processus de convalescence et de rééducation, comme après un accident, pour retrouver cette confiance abîmée, dont il reste en chaque homme, comme par miracle, un éclat originel intact. Pour l'auteur, la confiance est l'ADN secret de notre humanité.
    Un ouvrage riche d'enseignements pour mieux déchiffrer les textes bibliques.
    EXTRAIT
    De nos jours, hélas, on ne peut plus faire confiance à personne ! Des mots qu'on entend souvent. L'heure n'est pas à la confiance. On se méfie de tout et de tous, la défiance est générale. Dans un monde de tricherie universelle, de falsification quotidienne où prolifèrent trop de simulacres, qui croire ? À qui et à quoi donner foi ? Nous vivons à l'ère du soupçon. Comment faire encore confiance en l'avenir ? Les lendemains ne chantent plus. Comment faire confiance aux hommes ? Ils commettent régulièrement le pire. Comment faire confiance à Dieu ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrick Laudet, agrégé de lettres modernes, est diacre permanent du diocèse de Lyon. Il est aussi l'auteur de Ce que dit la Bible sur la tendresse.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Chaque année, 30 millions de bibles sont vendues dans le monde, dans plus de 2 000 langues et dialectes. Mais combien sont ouvertes et lues ? La Bible est un trésor souvent difficile d'accès. Et pourtant elle recèle des pépites de sagesse, des paroles de vie. Comment y accéder avec justesse et finesse si ce n'est en prenant pour guide un expert des textes bibliques, un exégète, amoureux de la Parole de Dieu ?
    C'est ce que propose cette nouvelle collection intitulée : Ce que dit la Bible sur....
    Son approche est originale : une lecture transversale de la Bible. Douze chapitres d'un petit livre, des entretiens faciles à lire et riches d'enseignements.

  • Comment apporter la sérénité nécessaire aux malades en soins palliatifs ?
    « Je vois l'Église comme un hôpital de campagne. Soigner les blessures, soigner les blessures... » Ces paroles du pape François guident cet ouvrage qui conjugue concrètement accompagnement spirituel et soins palliatifs.
    Quels sont les acquis et les défis d'une prise en charge globale physique, psychologique, sociale et spirituelle de la personne ? Comment aider un malade au seuil de son existence à emprunter le chemin vers une plénitude de vie alors qu'il en perçoit soudain toute la finitude ? Unification, libération intérieure, réconciliation, prière, relation d'amour, recherche de la vérité et de la vie sont les maîtres-mots d'un accompagnement vrai et libérateur dont Jésus est le modèle et la dynamique, lui qui rejoint tout homme et sauve tous les hommes.
    Fruit d'un travail de recherche et d'expériences vécues, cet ouvrage s'adresse à tous, proches d'une personne en soins palliatifs, acteurs spécialisés ou engagés en pastorale ; il offre des orientations précieuses pour l'accompagnement spirituel et religieux des personnes malades.
    Un ouvrage éclairant à destination des proches comme des professionnels.
    EXTRAIT
    Dans une de ses premières interviews, le pape François a confié à la revue jésuite de Rome La Civilta cattolica : « Je vois l'Église comme un hôpital de campagne [...] Soigner les blessures, soigner les blessures... » Dans ce travail, nous montrerons les acquis et les défis de l'accompagnement holistique d'une personne en soins palliatifs. Cette prise en charge globale, physique, psychologique, sociale et spirituelle, nous offre des moyens déterminants pour accompagner les malades afin d'améliorer leur confort et leur condition de vie jusqu'au bout.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    François Buet est médecin en soins palliatifs à la clinique Sainte-Élisabeth sur Marseille et prêtre de l'institut Notre-Dame de Vie. Il s'occupe aussi d'un dispensaire au service des plus pauvres avec le Secours catholique d'Avignon. Il est l'auteur de Prier 15 jours avec Frère Luc, moine et médecin à Tibhirine (Éd. Nouvelle Cité).

  • L'écoute de Dieu, des autres et de soi.
    Dans notre société contemporaine la parole ne manque pas, elle est même surabondante. Mais qu'en est-il de l'écoute ? Qu'en dit la Bible ? « Ecoute Israël » (Dt 6,4) est selon Jésus lui-même le premier commandement (Mc 12,29). Cet appel incessant de Dieu résonne dans toute la Bible jusqu'à la parole pressante du Père dans l'épisode de la Transfiguration. « Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le ». En parcourant la Bible avec l'auteur nous prenons conscience que la parole nous précède et qu'il nous faut consentir à l'écouter : la venue de Jésus est alors ouverture de nos oreilles et de nos capacités d'écoute. Nous apprenons ainsi l'écoute de Dieu, des autres et de soi. Car l'écoute est avant tout hospitalité. « Entende qui a des oreilles... » (Mt 13,9)
    Au fil de cet ouvrage empli de spiritualité, parcourez la Bible avec l'auteur et prenez conscience que la parole nous précède et qu'il nous faut consentir à l'écouter.
    EXTRAIT
    Nous avons l'expérience aussi qu'entre le son de la voix et le discours il y a parfois une distance qui trahit l'un ou l'autre. Et c'est seulement dans le silence que nous pouvons écouter et reconnaître la voix de quelqu'un pour l'accueillir vraiment. La voix, dit Denis Vasse (7), est l'expression de la vie parce qu'elle se donne et qu'on ne peut penser la vie hors du don de soi. La voix ne prend conscience d'elle-même qu'en se donnant comme la vie. Et la voix de Dieu est silencieuse. C'est la voix d'un Dieu qui se donne à entendre dans l'acte de création, dans le silence des astres, de la lumière, de la terre, de la séparation des eaux... comme le chantent les Psaumes 19 et 103...
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Régine Maire, laïque mariée, bibliste, est engagée au service du diocèse de Lyon. Psychologue et accompagnatrice de retraites spirituelles, elle est membre de la famille ignacienne.

  • Lettres de captivité de Thomas More ; commentaires de Jacques Mulliez et xavier de Bengy Nouv.

    Après avoir été interné à la Tour de Londres pendant seize mois, Thomas More, chancelier de Henry VIII, sera décapité le 6 juillet 1536. Il nous reste de cette captivité ses magnifiques correspondances notamment avec sa fille Meg : « En toute bonne foi, Meg, j'espère que sa tendre pitié gardera ma pauvre âme sauve et me fera louer sa miséricorde. C'est pourquoi, ma très chère fille, que ton esprit ne se trouble de rien de ce qui pourrait m'arriver en ce monde. Rien ne peut arriver que par la volonté de Dieu. À travers ces Lettres de captivité de Thomas More, Jacques Mulliez et Xavier de Bengy nous livrent la sensibilité profonde de Thomas More grâce à ses écrits. Il nous permet de s'imprégner de sa spiritualité et sa confiance en Dieu, et en Christ, l'exemple parfait et son modèle, non seulement pour lui, mais pour les siens. Une figure capable véritablement d'aider chacun à donner un sens à sa vie.

  • Quand l'humour légendaire de Madeleine s'invite au coeur d'une communauté religieuse...
    Ce recueil de textes commence par le célèbre Alcide ; ce personnage, si typique de la foi et de l'humour de Madeleine, est un moine au milieu de ses frères, mais il est surtout chacun de nous quand on s'efforce de laisser Dieu s'installer dans notre vie. « N'appelle pas chez le voisin : susceptibilité, ce que tu appelles chez toi sensibilité » (un jour où on lui avait fait du chagrin). On y trouve d'autres textes sous forme de conte (le Nagneau), d'opérette (Café noir et fumée bleue) ou bien de sentences de ses Carnets ou Agendas.
    « Ne pensons pas à la difficulté des choses, mais à la grâce qui nous est donnée de les faire. »
    Ces textes ont été précédemment publiés dans l'ouvrage Le moine et le nagneau de Madeleine Delbrêl (Éditions Nouvelle Cité).
    Contes et pensées spirituelles se mêlent dans cet ouvrage plein de fantaisie.
    EXTRAIT DE ALCIDE OU LE PARFAIT PETIT CRÂNE
    Si je disais : « Alcide est un homme en chair et en os » : je mentirais .
    Si je disais : « Alcide est un personnage imaginaire » : je mentirais aussi.
    Alcide n'est pas quelqu'un, mais il est une foule de gens : riches et pauvres, puissants et faibles, ouvriers et bourgeois, jeunes et vieux. Dans ces gens on trouve en vrac : des moines et des curés ; des bonnes soeurs et des moniales ; des pères de famille et des célibataires ; des grands-mères et des fiancés. Cherchez Alcide quelque part : vous ne le trouverez pas. Cherchez-le partout ; vous le trouverez.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Poète, assistante sociale et mystique, Madeleine Delbrêl (1904-1964) est considérée par beaucoup comme une des figures spirituelles majeures du XXe siècle. Par ses engagements sociaux à Ivry (94), son témoignage de vie évangélique et communautaire en milieu déchristianisé, et par l'ampleur de ses écrits aux accents pionniers, elle atteint, petit à petit, un large public sensible à la vérité et à la pureté de sa vie et de sa parole. Sa cause de béatification a été introduite à Rome.

  • Le Pape François invite toute l'Église à « accompagner, discerner et intégrer la fragilité ». La finalité de De la libération à la vie dans l'Esprit est de proposer des pistes pastorales concrètes pour consoler les personnes blessées par les circonstances de la vie, par une approche nouvelle qui passe par un accompagnement personnel des processus de croissance, « petit pas » après « petit pas ».
    À partir d'une anthropologie personnaliste, les différentes blessures de l'existence sont explicitées ainsi que les obstacles possibles au don de soi, en vis-à-vis des différentes prières d'Église qui peuvent être proposées. On y trouvera les critères de discernement d'une prière de consolation et d'une prière de délivrance.
    Quels sont les différents conditionnements qui peuvent influencer les comportements et les choix d'une personne ? Comment proposer un chemin de conversion pour une plus grande liberté avec la grâce de Dieu ? Comment prévenir et mieux accompagner spirituellement la crise du milieu de vie ou l'épuisement de type burn-out ?
    Les prospectives pastorales sont nombreuses : monde de la santé, famille et dynamique du couple, vie consacrée ou sacerdotale, personnes en situation de précarité ou la pastorale des jeunes. La paix et la joie en jailliront.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    François BUET est prêtre de l'institut Notre Dame de Vie et médecin en soins palliatifs à la clinique Sainte-Elisabeth sur Marseille. Il a récemment obtenu à la faculté du Camillianum à Rome (université pontificale du Latran) un doctorat en théologie (magna cum laude) pour la pastorale de la santé. Il est aumônier des retraites Agapè Notre-Dame du Puy. Médecin en soins palliatifs à Marseille, il est aussi engagé auprès d'un dispensaire au service des plus pauvres avec le Secours catholique d'Avignon. Il est l'auteur de Prier 15 jours avec frère Luc, Moine et médecin à Tibhirine et de L'accompagnement spirituel de la personne en soins palliatifs (Ed. Nouvelle Cité).

  • Une réflexion profonde et accessible sur la puissance paradoxale de la fragilité.
    Qu'est-ce que des communautés où vivent ensemble des personnes avec un handicap et des personnes qui accompagnent font comprendre du mystère de l'humanité ? Mettre au centre la rencontre dans la faiblesse et à travers elle la vie commune : voilà, à proprement parler, le génie de l'Arche ! Signe de Dieu pour l'Église et pour le monde fondé dans le mystère pascal, l'expérience humaine et spirituelle de l'Arche est relue dans ce livre avec intelligence et finesse par le théologien Christian Salenson.
    L'existence même de ces communautés de vie et de foi est une parole sur l'être humain et sur la société. L'Arche nous rappelle que nous ne pouvons pas construire de vrais dialogues si nous n'acceptons pas un dépouillement de soi, une pauvreté de coeur devant l'autre et surtout devant Celui qui a dressé la table et qui appelle les uns et les autres à prendre place à l'unique table du Royaume.
    Un livre dense et passionnant, empli de sagesse.
    EXTRAIT
    Les communautés de L'Arche viennent de fêter les 50 ans de leur fondation. Ce livre voudrait être une contribution à la compréhension de l'expérience humaine et spirituelle vécue au sein de ces communautés où vivent ensemble des personnes porteuses d'un handicap et des personnes qui les accompagnent.
    Les communautés de L'Arche sont aussi des communautés de foi. Elles ont été fondées dans la mouvance de l'Église catholique. Aujourd'hui, elles accueillent des personnes de diverses religions, indifférentes ou agnostiques. Ces pages voudraient à la fois montrer comment ces communautés de l'Arche sont authentiquement des communautés d'Église et donner à voir comment elles participent à une autre compréhension que l'Église désirerait avoir d'elle-même.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un regard juste sur le handicap, un regard qui laisse place à l'humanité et à la spiritualité. - Le livre du jour, RCF
    Une relecture théologique qui intéressera tous ceux qui gravitent autour des communautés, et plus largement, le public sensible au message de Jean Vanier. - Cyril Douillet, Ombres et lumière
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Christian Salenson est prêtre du diocèse de Nîmes. Après avoir été supérieur du séminaire interdiocésain d'Avignon et vicaire général du diocèse de Nîmes, il intervient auprès de l'Institut de Sciences et Théologie des Religions de L'Institut catholique de Méditerranée à Marseille. Il a tout particulièrement travaillé la spiritualité et la pensée de Christian de Chergé.

  • Le travail est-il liberté ou aliénation ?
    Le travail est-il, quoiqu'on fasse, l'opposé de la liberté et de la « vraie vie », dont l'humanité pourrait, et devrait parvenir à se libérer ? Ou bien, est-il une modalité essentielle de l'accomplissement de soi, le lieu essentiel de la vie sociale en même temps que d'une transformation du monde capable de libérer l'homme du règne de la nécessité ? La modernité a exalté cette seconde perspective. Mais la crise de la modernité fait resurgir la première, et semble conduire à osciller entre ces représentations opposées.
    Par rapport à ces tendances souvent enchevêtrées dans le débat contemporain, la pensée de Simone Weil (1909-1943) présentée dans ce livre Penser le travail avec Simone Weil peut apparaître paradoxale. D'une part, nul n'a davantage qu'elle, à partir de son expérience directe de la condition prolétarienne des années 30, analysé et dénoncé l'aliénation du travail. Mais d'autre part, aucun autre philosophe n'a sans doute affirmé autant la valeur humaine et spirituelle du travail authentique, et la possibilité réelle d'élaborer une « civilisation » et une « spiritualité » du travail.
    Un grand thème associé à un auteur incontournable pour mieux comprendre notre monde moderne.
    EXTRAIT
    Le travail est-il, quoi qu'on fasse, l'opposé de la liberté et de la « vraie vie », dont l'humanité pourrait, et devrait parvenir à se libérer ? Ou bien, est-il, peut-il, doit-il être, une modalité essentielle de l'accomplissement de soi, le lieu essentiel de la vie sociale en même temps que d'un rapport au monde capable de libérer l'homme du règne de la nécessité ? La modernité a exalté cette seconde perspective, celle d'une humanité prométhéenne qui, par l'alliance de la science et du travail, se rendrait « maître et possesseur de la nature » et réaliserait ainsi enfin la liberté des hommes. Mais cette même modernité a engendré la condition prolétarienne, l'aliénation du travail et la crise écologique. Faut-il rompre avec la « valeur travail », ou continuer à l'affirmer ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Emmanuel Gabellieri, né en 1957, est philosophe. Il enseigne à l'Université catholique de Lyon où, après avoir été doyen de la faculté de philosophie et sciences humaines de 2005 à 2014, il dirige aujourd'hui le CRESO (Centre de recherches en entrepreneuriat social), tout en étant vice-recteur chargé de la recherche.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    La collection Penser avec propose de renouveler la réflexion sur les grands thèmes de l'économie et du management, en invitant à la lecture d'un auteur de référence. L'oeuvre de l'auteur est exposée de manière à éclairer son contenu, ses apports et aussi ses limites pour appréhender la réalité du monde économique contemporain. La collection permet de se forger une culture critique en revenant aux auteurs classiques et en pensant avec eux.

  • Le rapport fraternel et mutuellement fécond entre un pape contemporain et l'un des nouveaux mouvements ecclésiaux.
    Cet ouvrage recueille les contributions données à l'occasion d'un colloque sur Paul VI et Chiara Lubich à Rome. Elles analysent les rapports entre Mgr Montini/Paul VI, Chiara Lubich et le mouvement des Focolari. C'est une histoire qui remonte bien au-delà du concile Vatican II et qui s'est poursuivie tout au long du pontificat de Paul VI, à une période qui a vu la naissance et l'affirmation à l'intérieur de l'Église de nombreux mouvements ecclésiaux. Au travers de nombreux documents inédits, on y voit le lien étroit qui s'est créé entre Chiara Lubich et Giovanni Battista Montini, lequel, dès ses années de service à la Secrétairerie d'État du Saint Siège et durant son pontificat, sut valoriser et encourager la dimension trinitaire, fraternelle et oecuménique du mouvement des Focolari. Un exemple lumineux de rapport fraternel et mutuellement fécond entre un pape contemporain et l'un des nouveaux mouvements ecclésiaux, les Focolari, nés avant mais dans l'esprit de Vatican II.
    Retrouvez les contributions données lors d'un colloque sur Paul VI et Chiara Lubich à Rome qui analysent les rapports entre Mgr Montini/Paul VI, Chiara Lubich et le mouvement des Focolari.
    EXTRAIT
    L'ouverture oecuménique que le pape imprima dans ses discours pendant la période conciliaire fournit sans aucun doute une contribution importante à l'engagement de l'Église catholique pour recomposer une pleine communion visible entre les chrétiens et, d'autre part, apporta un soutien efficace à Chiara Lubich pour poursuivre le dialogue commencé ces années-là avec les chrétiens de différentes Églises. Le contenu de l'encyclique Ecclesiam suam concernant le dialogue l'incita à privilégier et à promouvoir de toutes les façons possibles ce dialogue que le Mouvement mettait en place petit à petit dans des cercles toujours plus vastes : non seulement à l'intérieur de l'Église catholique et entre les Églises, mais entre les religions, avec les personnes de convictions non religieuses et avec le monde contemporain. Les contacts établis pendant le Concile lui permirent de connaître différentes personnalités du monde orthodoxe, anglican, méthodiste et réformé et d'être invitée plus tard au Conseil oecuménique des Églises, en 1967.
    A PROPOS DES AUTEURS
    Cet ouvrage est le résultat du travail de plusieurs auteurs : Piero Coda, thélogien, Andrea Riccardi, fondateur de Sant'Egidio, et Maria Voce, présidente des Focolari.

empty