Editions Persée

  • On ne prête plus guère attention, aujourd'hui, aux nombres présents dans les Évangiles. Ils participent pourtant largement au message transmis par ces textes. Les nombres, au-delà de leur valeur numérique, possèdent aussi une portée symbolique. C'est ce que l'ouvrage rappelle et commente.

    Savez-vous pourquoi il est écrit que les disciples de Jésus étaient douze et que les pêcheurs remontèrent 153 poissons lors de leur pêche miraculeuse dans le lac de Tibériade ? Réponses (inattendues) dans l'ouvrage.

    Ce livre passionnant recense 26 nombres apparaissant dans les Évangiles et dévoile la symbolique attachée à chacun à l'époque de leur rédaction.


    Ingénieur diplômé de l'École nationale supérieure des télécommunications, docteur ès sciences, Robert Signore est chevalier dans l'ordre des Palmes académiques.

    Il a déjà publié chez Vuibert : L'histoire de la chute des corps (2008), Histoire du ciel et de ses représentations symboliques (2010), Histoire du pendule (2011), Histoire de l'inertie (2012), et Le monde tourne-t-il rond ? (2013) et, chez Mélibée : Newton, homme de foi (2016), et Le monde singulier des nombres entiers (2017).

  • « Écoutons ceux qui sont aux frontières de notre Eglise,
    ils ont beaucoup de choses à nous dire. »

    Pape François.

    Ce livre est le fruit d'une écoute. Aux marges de notre Église, il n'y a pas que des défavorisés, il y a aussi beaucoup d'intellectuels déconcertés par l'attitude légaliste et un enseignement discutable de l'Église qui les ont éloignés - parfois exclus - les empêchant de rentrer ou de « revenir ».

    Parce que l'auteur est un laïc qui, depuis plus de quarante ans, anime des groupes bibliques ou d'initiation théologique, il a été plusieurs fois sollicité par d'autres groupes de croyants désaccordés ou agnostiques mais en recherche de « vérité » et de spiritualité.

    /> Il tente ici d'être leur porte-parole et propose des pistes qui pourraient faciliter l'accueil et l'adhésion. Ce qui évidemment amène quelques « critiques » envers ceux qui gouvernent et enseignent en nos Églises, notamment les pouvoirs qu'ils se sont réservés ou octroyés... Car, si on parle beaucoup de nouvelle évangélisation, on analyse mal les raisons qui « bloquent aux frontières » et trop souvent, on refuse de se remettre en question. Un livre aussi juste que constructif.

  • C'est l'histoire d'un homme, autrefois marxiste et ensuite catholique, qui choisit de se convertir au polythéisme gréco-romain. Le propos est-il à prendre au sérieux ou s'agit-il d'un canular destiné à nous égarer ? L'auteur brouille les pistes entre souvenirs personnels, informations historiques et considérations théologico-philosophiques.
    Ce sera au lecteur de trancher. À lui de décider de prendre au sérieux ou non les prières parfois touchantes, les invectives coléreuses ou les badinages insignifiants que l'auteur adresse à la mystérieuse Minerve. À lui de conclure s'il a affaire à un doux cinglé, à un vrai polythéiste de notre temps ou à un aimable plaisantin.
    Peu importe le ton, cette conversion nous invite à nous interroger sur la nature et les mythes fondateurs des religions.

  • Comment, dès cette vie, atteindre un bonheur profond et durable ?
    L'auteur a commencé à l'âge de treize ans une quête spirituelle mais pense que, quel que soit l'âge du débutant, il n'est jamais trop tard pour bien faire. En se basant sur son itinéraire personnel, il détaille une méthode pour se délivrer du mal et entrer au paradis définitif.
    Né à Quimper en 1955, Thalouarn a passé toute son enfance en Bretagne. Après des études scientifiques, il fera sa carrière à la Poste.
    Il s'est intéressé très tôt aux différentes religions, en particulier au christianisme, au bouddhisme et à l'hindouisme.

  • Quelles connexions existent entre l'énergie, les mémoires de l'âme et les maladies de l'être humain ?
    « Toutes nos vies, nos réincarnations, sont en accord avec ce que nous pouvons supporter.
    Nous devons nous délester des souffrances en lien avec des mémoires négatives en provenance de nos vies antérieures ; en revanche, ce qui a été positif nous aide à grandir dans cette vie présente. Quand nous arrivons à l'âge où nous devons vivre notre mission d'âme, il faut s'être libéré des mémoires de souffrance et activer les mémoires ancestrales positives, en accord avec notre chemin de vie. [...] Toutes nos mémoires ne sont pas à activer, elles le sont en fonction de la mission choisie. »
    /> Véronique Deshayes fut pendant 24 ans technicienne de recherche en microbiologie.
    Aujourd'hui membre professionnel du Groupement national pour l'organisation des médecines alternatives (GNOMA-SNAMAP), elle est depuis 9 ans magnétiseuse bio-énergéticienne spécialisée dans la libération des mémoires de l'inconscient et de l'âme.
    Après Parcours d'une âme vers la lumière et Les voies de la spiritualité, elle nous livre avec Les Mémoires de l'âme un enseignement fondamental.

empty