Thriller Editions

  • De sa plume incomparable, Alexandre Dumas nous fait vivre les aventures d'un Gascon désargenté : d'Artagnan, monté à Paris dans le but de faire carrière. Arrivé dans la capitale, il se lie d'amitié avec Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires du roi Louis XIII. Ces quatre hommes vont s'opposer au premier ministre, le Cardinal de Richelieu, et à ses agents, dont la belle et mystérieuse Milady de Winter, pour sauver l'honneur de la reine de France Anne d'Autriche. Avec ses nombreux combats et ses rebondissements romanesques, « Les Trois mousquetaires » est l'exemple type du roman de cape et d'épée...

  • La curée

    Emile Zola

    Aristide Rougon est monté à Paris au lendemain du coup d'État. Il est prêt à tout pour réussir. Son flair, son habileté, son absence totale de scrupules et la chance, vont ainsi servir ses ambitions...

  • L'argent

    Emile Zola

    A la richesse d'hier : « la stagnation de l'argent » , Zola oppose la forme moderne de l'argent, « la spéculation » destructrice , mais aussi sang vivifiant, « ferment de toute végétation sociale » . Zola évoque ici une « cité de justice et de bonheur » , sans salaire ni gain, où l'argent n'aurait plus raison d'être.

  • La Belle vivait avec son père un marchand extrêmement riche. Cet homme avait 3 filles, Belle la cadette et ses 2 soeurs, et 3 garçons. Un jour le marchand perdit tous ses biens. Celui-ci arracha une rose, pour payer son erreur, il est capturé par la Bête, mais la Belle ira à sa place.
    La Belle était alors prisonnière d'un château où vivait cette immonde créature " la Bête". Il lui demanda de l'épouser, elle refusa. Ensuite, elle accepta, il redevient prince, lui expliqua tout et ils se marièrent .Les 2 soeurs devinrent des pierres .

  • Le Rêve

    Emile Zola

    Zola nous conte ici le rêve d'une pauvre petite brodeuse, Angélique, qui épouse un prince charmant, Félicien de Hautecoeur...

  • « Longtemps, je me suis couché de bonne heure », le célèbre incipit est énoncé par un narrateur « je », insomniaque qui se remémore les différentes chambres à coucher de son existence. Il évoque ainsi les souvenirs de Combray, lieu de villégiature de son enfance...

  • L'abbé Faujas, un prêtre bonapartiste, est envoyé à Plassans pour reconquérir la ville, passée au légitimisme. Il loge chez Marthe et François Mouret. Le prêtre prend alors peu à peu possession de leur maison, mais aussi de la ville...

  • Le bossu

    Paul Feval

    Le Duc Philippe de Nevers épouse, dans le plus grand secret, Aurore de Caylus sans le consentement du père. Quelques années plus tard, le cousin de Nevers, le prince de Gonzague apprend l'existence de ce mariage ainsi que la naissance d'une fille prénommée également Aurore. Jaloux, il organise l'assassinat de Philippe de Nevers en payant une vingtaine d'hommes dont les maîtres d'armes Concardasse et Passepoil. Ces derniers ont appris le maniement des armes au jeune Henri de Lagardère qui souhaite se confronter au Duc de Nevers et à sa célèbre botte. Lorsque ses maîtres lui apprennent le nom de celui qu'ils doivent tuer, Henri change de camp et se bat au côté du Duc de Nevers. Un homme masqué tue celui-ci par derrière, lui laissant juste le temps de faire promettre à Henri de protéger sa fille et de lui confier le secret de sa botte. Henri blesse le meurtrier afin de pouvoir le retrouver en lui lançant sa célèbre tirade : « Si tu ne va pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! ». Dix-sept ans plus tard, le prince Philippe de Gonzague a épousé Aurore de Caylus, qui porte toujours le deuil de son mari le Duc de Nevers, et s'apprête à obtenir la succession de Nevers. C'est alors qu'un étrange bossu apparaît dans l'entourage du prince et que des hommes sont retrouvé mort, portant la marque de Nevers.

  • Ce recueil renferme l'intégralité des fables célèbres et moins connues de Jean de La Fontaine.

  • Une aventure inédite et pittoresque du célèbre gentleman cambrioleur, Arsène Lupin.

  • Au bord de la ruine, le baron Hervé de Scaer accepte d'épouser la belle et riche demoiselle de Bernage. Cependant, lors d'une soirée costumée, une femme déguisée en domino blanc l'aborde et lui remet une lettre cachetée. Rentré chez lui, il lit la lettre et se souvient de son amour de jeunesse, disparue sans laisser de traces... Nous sommes en 1870, et, sur fond de guerre avec la Prusse, nous suivons une passionnante enquête menée par ce noble breton sur la disparition Georges Nesbitt, sa belle-soeur et sa nièce, une dizaine d'années plus tôt.

  • Oeuvre complète : l'Iliade - l'Odyssée - Hymnes Homériques - epigrammes - Questions Homérique - Homére et la philosophie grecque - Vie d'Homère.

  • A force de regarder, elle finit par compter les cinq doigts d'une main cramponnée au rideau, des doigts noueux et crochus comme les pinces d'un crabe. Le pouce, largement écarté des autres, était d'une longueur démesurée et se terminait par un ongle recourbé, comme en ont les serres des vautours. À ce moment, par l'entrebâillement des deux portières, Camille vit briller dans l'ombre des lueurs qu'elle prit pour les scintillements de la lame d'un poignard...

  • I - Du côté de chez Swann. II - À l'ombre des jeunes filles en fleurs. III - Le Côté de Guermantes. IV - Sodome et Gomorrhe. V - La Prisonnière. VI - Albertine disparue. VII - Le Temps retrouvé.

  • La Maison Tellier - Mademoiselle Fifi - Contes de la bécasse - Clair de lune - Une vie - Miss Harriet - Les Soeurs Rondoli - Yvette - Contes du jour et de la nuit - Toine - Bel-Ami - Monsieur Parent - La Petite Roque - Le Horla - Pierre et Jean - Mont-Oriol - Le Rosier de Mme Husson - La Main gauche - Le Père Milon - Fort comme la mort - Notre coeur - L'Inutile Beauté - Le Colporteur - ... et autres contes et nouvelles

  • Le médecin bleu

    Paul Feval

    En cette année 1794, le citoyen Saulnier est médecin en Bretagne. Il se distingue de la population paysanne par ses opinions républicaines, au point que, dans le pays, on l'appelle le médecin bleu. S'il est encore toléré par la population, les raisons en sont ses qualités professionnelles et surtout sa fille, Sainte, objet de respect et d'amour de la part de tous. Sainte a eu une amie, Marie Brand, mais celle-ci est la fille d'un insurgé. Leurs parents leur ont interdit de se voir. Elles ont obéi, mais une nouvelle insurrection se prépare, leurs vies vont à nouveau se croiser...

  • À l'ouest des États-Unis s'étend à plusieurs centaines de milles au-delà du Mississippi un immense territoire, inconnu jusqu'à ce jour, composé de terres incultes, où ne s'élève ni la maison du Blanc, ni le hatto de l'Indien. Ce vaste désert, entremêlé de sombres forêts aux mystérieux sentiers tracés par le pas des bêtes fauves, et de prairies verdoyantes aux herbes hautes et touffues, ondulant au moindre vent, est arrosé par de puissants cours d'eau, dont les principaux sont la grande rivière Canadienne, l'Arkansas et la rivière Rouge. Sur ces terres à la végétation si riche, errent en troupes innombrables les chevaux sauvages, les buffles, les élans, les longues cornes, et ces milliers d'animaux que la civilisation des autre parties de l'Amérique refoule de jour en jour, et qui retrouvent dans ces parages leur primitive liberté. Aussi les plus puissantes tribus indiennes ont-elles établi dans cette contrée leurs territoires de chasse.

  • Monte-Cristo s'attaque à Danglars. Grâce à sa fortune et aux mauvais penchants du banquier, il va parvenir à le presque ruiner. Il s'arrange ensuite pour le pousser à vendre sa fille Eugénie en mariage à un prétendu prince Cavalcanti, pseudo-aristocrate italien fabriqué de toutes pièces par le comte et supposé (par Danglars) cousu d'or. La fiancée découvrira, le jour de la signature du contrat, que Benedetto n'est pas plus riche que prince ou italien mais bien un forçat évadé. Vient enfin le tour de Villefort, dont l'épouse empoisonne un à un les membres de sa famille afin de faire hériter son fils Édouard. L'ayant démasquée, Villefort lui ordonne de mettre fin à ses jours sans quoi il requerra lui-même contre elle la peine de mort. Elle s'empoisonne donc mais, autant par vengeance que par amour insensé, elle tue également leur jeune fils. Villefort, après avoir montré à Edmond épouvanté le cadavre de l'enfant, perd la raison. Monte-Cristo a pu, entre temps, empêcher Valentine de Villefort de mourir à son tour de la main de sa marâtre. Mais entre temps, Danglars, piégé par Monte-Cristo et préférant une bonne banqueroute à une mauvaise prison, s'est enfui à Rome où le comte l'a fait enlever par le bandit Vampa en vue de lui prendre, repas après repas, les millions qu'il a volés aux hospices et ce à raison de cent mille francs par souper ! Lorsque Danglars, à bout de faim et de soif, ayant tout donné à ses geôliers, gardant comme un halluciné les cinquante mille francs qui seuls lui restent, voit apparaître enfin ce « Maître » qui ordonne à Vampa lui-même, il reconnaît d'abord Monte-Cristo, puis Edmond Dantès. Une fois sa vengeance accomplie mais torturé de questions sur le droit de se faire justice, de se substituer à Dieu, Monte-Cristo repart vers l'Orient en compagnie de la femme qui l'aime et qui, peut-être, lui fera retrouver une sérénité mise à mal par la mort injuste du jeune Édouard, fils de Villefort. Il a richement doté Valentine et Maximilien et leur a fait cadeau de son île en ne leur laissant qu'un bref message : « Attendre et espérer ! »

  • À l´heure où s´ouvre notre récit, c´est-à-dire dans la soirée du 15 janvier 1822, un mouvement inaccoutumé régnait dans la rue Bonnefoi, où s´élèvent les bâtiments du Palais de Justice, à Toulon. Une foule compacte se pressait aux portes du tribunal, contenue par un fort détachement de gendarmes qui, le sabre au poing, repoussaient les curieux trop impatients. La ville de Toulon et le département du Var étaient sous le coup d´émotions à la fois graves et pénibles qui se traduisaient par une agitation toujours grandissante et dont l´accroissement pouvait fournir matière aux inquiétudes des gouvernants. Ce qu´attendaient les nombreux habitants groupés autour du Palais de Justice, c´était un arrêt auquel était suspendue la vie d´un homme. Il s´agissait d´une conspiration.

  • Le locataire d'une maison isolée et inhabitée trouve dans son jardin un squelette humain enterré. Il mène alors son enquête seul et arrive à retrouver le coupable...

  • Toute l'action de ce tome se déroule pendant la barricade de la rue Saint-Denis en 1832. En parallèle plusieurs vies vont converger vers la rue de la Chanvrerie. Marius, Eponime, Cosette, Thénardier et sa bande. Eponime, cet « ange du malheur » qui cache à Marius la lettre de Cosette et qui l'envoie sur la barricade. Éponine « martyr de l'amour » qui intercepte la balle destinée à Marius et qui meurt dans ses bras. Puis le roman se poursuit avec le parcours de Jean Valjean. Tous les protagonistes de l'histoire, ou presque, convergent alors vers la rue de la Chanvrerie et la barricade de la rue Saint-Denis : les amis de l'ABC par conviction révolutionnaire, Mabeuf et Marius par désespoir, Éponine par amour, Gavroche par curiosité, Javert pour espionner et Jean Valjean pour sauver Marius.

empty