Sciences humaines & sociales

  • Wladimir Rabinovitch est né en 1906 à Vilna, en Lithuanie. Arrivé à Paris en 1910, il y fait des études de droit. Clerc d'avoué en 1929, il devient après son service militaire avocat au barreau de Paris à partir de 1930. En 1938, il épouse Germaine Boniface, Grenobloise rencontrée l'année précédente au Contadour, qui lui fait découvrir la montagne. Rappelé en 1939, démobilisé en 1940 (avec une proposition de citation à l'ordre de son régiment), il s'installe à Briançon. Les lois de Vichy lui interdisent d'exercer son métier d'avocat. Tandis que son épouse enseigne le dessin au lycée de Briançon, il jardine, fait son bois, écrit.
    Ce Journal est un témoignage exceptionnel sur la vie quotidienne à Briançon pendant l'Occupation. Quand la petite ville bruisse de rumeurs, la question du ravitaillement est omniprésente. On assiste aussi à la naissance d'un écrivain. W. Rabinovitch, qui écrivait depuis longtemps dans diverses revues, sent mûrir en lui plusieurs textes. Dans Moi, soldat juif , il donne la relation de sa guerre avant d'écrire un poème théâtral, Le Roi David.
    Les jours dramatiques s'égrènent. Les armées allemandes continuent leur avancée. Les mesures anti-juives sont peu à peu appliquées en France (interdictions professionnelles, recensement, port de l'étoile, travail obligatoire, arrestations). La presse, la bibliothèque municipale et les lettres reçues, postées ou emportées par des proches, l'informent et nourrissent son angoisse des temps à venir. Des personnages hauts en couleur, superbes, à la dérive, pitoyables, peuplent ces pages, à la fois témoignages et littérature de chair et de sang.
    À l'automne 1942, pour échapper au travail forcé, W. Rabinovitch trouve un emploi dans la Drôme. Une autre vie commence, loin de sa femme et de sa fille.

  • Après le séjour évangélique de Félix Neff en Queyras et dans la vallée de Freissinières - de 1823 à 1827 - relaté ici par des extraits de son journal et de sa correspondance, plusieurs voyageurs anglais sont venus marcher dans ses pas, retrouver les lieux qui furent les siens et célébrer son souvenir. Gilly et Beattie, au-delà du pittoresque des paysages, recherchent ici et là les racines de la religion primitive conservées dans ces vallées à l'écart du monde. Quant à A. Bost, c'est en disciple et en ami qu'il parcourt le pays à la rencontre de ceux qui ont connu l'« apôtre des Hautes-Alpes ». Extraits de récits de voyage choisis et présentés par Jean-Gérard Lapacherie

  • Vie de Félix Neff

    Anonyme

    Publiée anonymement par un de ses proches, le pasteur André Blanc de Mens, cette Vie de Félix Neff est la première biographie de « l'apôtre des Hautes-Alpes » venu prêcher, de la vallée de Freissinières à celles du Queyras, le Réveil protestant de 1823 à 1827. Parue pour la première fois en 1831, elle est à plusieurs reprises rééditée et compte au nombre des livres édifiants proposés par les colporteurs bibliques de Freissinières. Avec le recul du temps, le récit hagiographique se double d'un témoignage sur la mise en forme de la mémoire relative à un être exceptionnel, romanesque à plus d'un titre et intransigeant, ainsi que sur la prolongation de l'oeuvre de F. Neff immédiatement après sa disparition.

  • L'histoire des protestants du Queyras est proche de celle du protestantisme français avec quelques spécificités qui font son intérêt. Religion majoritaire avant la révocation de l'Édit de Nantes, ...

  • « Le Queyras était la plus gémissante et la plus sentimentale des vallées briançonnaises ; elle n'a guère laissé dans les textes que l'écho de ses plaintes et le souvenir de ses lamentations. » La vie au Moyen Âge, dans ce pays d'« aucuns labouraïges », sans « blez ne vignes », est restituée par les archives. « Sans doute la vie était difficile, nous dit l'auteur, mais le pays ne manquait pas de ressources. » La principale était l'élevage. « Les troupeaux étaient leur vraie richesse, celle dont ils se gardaient bien de parler. » Thérèse Sclafert (1876-1959) est également l'auteur de Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge et de plusieurs articles importants parus dans le Bulletin de la société d'études des Hautes-Alpes et les Annales de géographie.

  • Entre 1616 et 1641, Clément de La Roque Bouillac, seigneur de Saint-Géry, baron de Loupiac, en pleine guerres de religion et alors que le pouvoir royal cherche à se raffermir, est chargé d'approcher les chefs huguenots pour le compte du roi de France. Ce seigneur provincial, peu au fait des intrigues parisiennes, se révèle un fin diplomate à qui l'on confie des missions secrètes de plus en plus importantes. Il est ainsi, en 1624, l'envoyé de Louis XIII à Turin, auprès du duc de Savoie, pour trouver un accord à propos de la Valteline, une vallée des Grisons occupée par les Espagnols. Même si les arcanes de la vie politique échappent en partie à cet homme de bonne volonté - il sera brièvement emprisonné - sans s'enivrer de son relatif pouvoir, il sait rester fidèle à ses racines languedociennes.

  • Ils viennent du Caucase, d'ex-Yougoslavie ou d'Albanie. L'histoire de leur région d'origine est fortement marquée par celle de l'Union soviétique et de sa chute. Beaucoup ont fui leur pays. Aujourd'hui ils habitent à Gap, dans les Hautes-Alpes. Pourquoi sont-ils en France ? Et pourquoi Gap ? Comment se passe leur quotidien dans cette ville ? Cet ouvrage donne la parole à ces personnes venues chercher refuge dans les Hautes-Alpes. Il donne également la parole aux bénévoles et professionnels gapençais qui interviennent auprès d'elles. Parce que l'accueil des étrangers est fait d'une multitude de rencontres, il existe à travers ces échanges. Comment améliorer l'accueil de ces personnes dans un cadre juridique et administratif national contraignant ? Donnons leur une voix ainsi qu'aux acteurs locaux qui travaillent auprès d'elles. En coédition avec la M.J.C. - Centre social du Briançonnais

  • Dans le sud des Hautes-Alpes, l'arboriculture est un secteur économique clé. La Golden y est devenue la reine des pommes. Le développement de l'industrie agro-alimentaire a accru les besoins en main d'oeuvre saisonnière, que viennent combler des personnes de nationalité étrangère. Mais qui sont ces travailleurs dont on connaît si peu ? D'où viennent-ils ? Quel est leur quotidien ? Cet ouvrage, issu d'un travail de recherche réalisé dans le Laragnais en 2016, s'appuie sur les témoignages de personnes travaillant dans l'arboriculture haute-alpine et d'autres acteurs locaux présents sur le territoire. Du local au global, il invite à se pencher sur l'histoire de ces personnes et à s'interroger sur la question des travailleurs étrangers dans l'agriculture européenne.


  • Dernière aventure militaire de Louis XIV, la guerre de Succession d'Espagne provoque contre lui une coalition qui sera fatale à ses ambitions. Le poids de cette ultime guerre est plus lourd que jamais pour les populations. Quant au prix de la paix, réglé par de multiples traités - de 1713 à 1715 - dont celui d'Utrecht, s'il sauve les apparences, il condamne le Briançonnais, amputé de ses vallées septentrionales, à devenir un cul-de-sac, au terme d'un grand marchandage géopolitique dans lequel les escartons, inaliénables, pèseront peu.

empty