Sciences humaines & sociales

  • Les Histoires de Bretagne ne manquent pas mais celle-ci adopte un point de vue inédit : celui des paysans, des ouvriers, des marins, celui des hommes et des femmes sans histoire, sans papiers. Elle porte attention aux plus humbles, elle s'intéresse à la vie concrète et aux rêves qui s'y enracinent. De nouvelles figures émergent alors, émouvantes ou pittoresques, jusque-là noyées dans l'anonymat des siècles, ainsi que de nouveaux sujets : manger à sa faim, lutter pour sa dignité, découvrir de nouveaux horizons, accéder au savoir, devenir citoyen... Sans jargon, d'un rythme de lecture facile, ce livre s'adresse au plus grand nombre tout en obéissant à la rigueur du métier d'historien.

  • Une histoire du peuple de Nantes, de la Préhistoire à nos jours, cela n'avait jamais été tenté : envisager la traite négrière sous l'angle des marins et des esclaves renouvelle l'approche habituelle, centrée sur l'économie et les armateurs. Envisager les quarante dernières années du point de vue des ouvriers orphelins des chantiers ou des femmes en colère, cela modifie l'image de la métropolisation heureuse. Envisager la terrible famine comme élément majeur de l'année 1532 suggère que le rattachement de Nantes au royaume de France n'est pas alors la préoccupation première du peuple...

  • Les auteurs de cet ouvrage proviennent de disciplines différentes mais ils trouvent dans l'approche psychanalytique un point de convergence. Chacun vise à serrer au plus près de quelle(s) manière(s) le corps vient à se nouer à l'oeuvre, aussi bien dans les champs de la science, de la mise en scène théâtrale, du cinéma, de la musique et de ce que nous situons comme la féminité. Ils cherchent également à cerner comment cette création vient résonner avec la subjectivité de notre époque et son malaise où la sublimation ne vise plus la beauté apollinienne, mais l'envers du corps.

  • En 1974, à l'occasion de la mise en scène au festival d'Automne par Brigitte Jaques-Wajeman de la pièce de théâtre de Frank Wedekind, L'Éveil du printemps, traduite par François Regnault, Jacques Lacan écrivit une préface dont la dansité est à la mesure du chantier qu'il poursuivit pour remettre la psychanalyse sur ses pieds. Revenir aujourd'hui à ce texte de Lacan, à ses surprises et à ses énigmes, est l'occasion de souligner son abord nouveau de l'adolescence, et ce que celui-ci nous enseigne pour la pratique et l'éthique de la psychanalyse.

  • Cet ouvrage offre une cartographie des féminismes du temps présent à partir d'une approche mobilisant des champs pluridisciplinaires (histoire, sociologie, philosophie, sciences de la communication, arts) et des aires géographiques et culturelles larges (Europe de l'Ouest, États-Unis, Canada, Inde, Japon). Il interroge le renouveau du féminisme en termes générationnels, il questionne la légitimité d'un sujet politique hégémonique et il explore les cadres théoriques et les modalités d'action de cette « troisième vague » féministe.

  • Le temps de l'aménagement unilatéral et statique est révolu. Voici venir le temps de la ville inclusive, citoyenne, flexible, participative, négociée, régulée. Malgré la distance persistante entre objectifs et résultats, malgré ses aléas et les imperfections de son évaluation, malgré les oppositions de valeurs et les divergences stratégiques, cet ouvrage invite à l'optimisme, car les textes rassemblés ici entrevoient des évolutions positives dans une fabrique en constante recomposition.
    Guy Baudelle est professeur d'aménagement de l'espace-urbanisme à l'université Rennes 2 membre du laboratoire ESO-Rennes (UMR CNRS 6590) et président de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de Rennes (IAUR).
    Gilbert Gaultier, sociologue, est directeur de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de Rennes.

  • Les « années 1968 » ont-elles été une époque de contestation des rôles de genre, des stéréotypes sexués ou des clichés virilistes ? Pour le savoir, ce livre veut saisir l'influence du genre dans les multiples formes de positionnement et de conflictualité politique, dans les organisations syndicales comme les groupes et partis politiques, les mouvements associatifs et les collectifs militants, dans cette période marquée par de nouvelles dynamiques féministes.

  • Mise en valeur par les travaux d'Elinor Ostrom, la notion de biens communs propose une autre manière de concevoir l'organisation des rapports sociaux. Cet ouvrage croise une réflexion théorique et des expérimentations opérationnelles pour voir en quoi, en tant qu'objet mais aussi par le processus qui l'institue, elle devient un paradigme opératoire pour comprendre et concevoir les rapports des hommes aux territoires et à l'environnement mais aussi les rapports des hommes entre eux.

  • Basé sur des entretiens biographiques menés avec 40 anciens militants, sur des sources privées et sur des fonds d'archives souvent inexplorés, cet ouvrage met en lumière les ressorts de ces trajectoires dissidentes en les articulant à une réflexion générale sur le rapport des juifs algériens à la question coloniale. Au prisme de cette entrée minoritaire, il s'agit aussi de construire une histoire par le bas des juifs d'Algérie, du communisme algérien et, plus généralement, de la société algérienne colonisée et nouvellement indépendante.

  • À loccasion du dixième anniversaire de la mort de Pierre Bourdieu, cet ouvrage interroge lobjet « travail » dans la sociologie de Bourdieu, et Bourdieu dans la sociologie du travail. Réunissant plus dune vingtaine de contributions, entre exégèses, analyses historiques et enquêtes de terrain, ce livre souhaite montrer lapport mutuel du sociologue et du travail : une réconciliation scientifique en somme.

  • Cet ouvrage propose une autre lecture des évènements politiques et militaires du Ve siècle dans l'Occident romain, longtemps résumés par les visions catastrophistes de la chute de l'Empire et des grandes invasions. Il s'intéresse tout particulièrement au devenir des Goths et parmi eux, à ceux qui vont devenir les Wisigoths du royaume de Toulouse puis de Tolède. Comment les élites romaines ont-elles affronté ces transformations radicales ? Comment les Barbares et Constantinople ont-ils conjointement mis en place le nouvel ordre en Occident ?

  • Quelle est la nature polymorphe, rebelle à toute délimitation, et donc proprement étonnante, du sublime ? En quoi consiste sa véhémence, sa force dynamique et dangereuse ? Comment expliquer les paradoxes de la sidération ou du plaisir négatif que son sentiment, sa passion ou même sa crise, engendrent chez tous ceux qui en font, moins l'expérience que l'épreuve ? Telles sont les trois principales questions que l'ouvrage entend poser dans l'inspiration des travaux de Baldine Saint Girons et de son livre Fiat Lux. Une philosophie du sublime (1993).
    Avec le soutien de l'École nationale supérieure d'architecture Paris Val de Seine, du CERILAC EA4410 (Centre d'études et de recherches interdisciplinaires de l'UFR Lettres, arts et cinéma) de l'université Paris Diderot (Paris 7) et l'équipe d'accueil HCA (Histoire et critique des arts) de l'université Rennes 2.
    Céline Flécheux est maître de conférences en esthétique à l'université Paris Diderot ; Pierre-Henry Frangne est professeur de philosophie de l'art à l'université Rennes 2 ; Didier Laroque est professeur en théorie et pratique de l'architecture à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris Val de Seine.

  • Même sous la monarchie absolue, les urbains utilisaient leur droit de parole pour contribuer à la vie politique. La citoyenneté d'avant la Révolution était un phénomène local, urbain, qui a très peu à voir avec la démocratie, même si les décisions collectives faisaient partie du système citadin. Cet ouvrage observe les pratiques politiques d'Ancien Régime dans trois villes (Marseille, Toulouse et Paris) en s'interrogeant sur comment les citadins conjuguaient la participation politique et l'organisation en communautés qui structurait une bonne partie de leurs activités.
    Claire Dolan est professeur associé à l'université Laval (Québec). Ses trois plus récents ouvrages sont Le Notaire, la famille et la ville : Aix en Provence à la fin du XVIe siècle (Presses universitaires du Mirail, 1998) ; Les Procureurs du Midi sous l'Ancien Régime (Presses universitaires de Rennes, 2012) ; Délibérer à Toulouse au XVIIIe siècle. Les procureurs au parlement (Éditions du CTHS, 2013).

  • Aux aspirations, revendications et initiatives de changement des normes de genre qui traversent les institutions et communautés religieuses dans la période contemporaine répondent des stratégies mises en oeuvre par les autorités religieuses pour y résister. La grande variété des objets à travers lesquels ces interactions sont ici étudiées permet d'en saisir à la fois la cohérence et la complexité. S'inscrivant dans le champ scientifique en plein essor de l'intersection entre genre et religion, et mettant en avant les réflexions d'une nouvelle génération de chercheurs intéressés par ces thématiques, cet ouvrage a également pour objectif de porter un éclairage original sur des débats de société très actuels.

  • Marie Souvestre... ou comment une Parisienne lesbienne, brestoise de naissance, forma la femme du président Franklin Delano Roosevelt, bi-sexuelle, modèle de l'emancipated woman et discrète conseillère, dans son âge avancé, de John F. Kennedy. Esprit incisif, féministe modérée, pédagogue performante, fille de l'écrivain breton émile Souvestre, elle invente en 1863 avec Caroline Dussaut une école de jeunes filles, primaire et secondaire à la fois, non religieuse et acceptant uniquement des élèves étrangères.

  • Ce livre, qui s'adresse tout autant aux chercheurs qu'aux formateurs, propose une synthèse de nombreux travaux sur la formation professionnelle initiale. Il montre notamment que l'alternance entre différents contextes d'apprentissage s'est beaucoup développée depuis quelques années. Mais cette alternance pose de nouveaux problèmes qu'il convient de mieux cerner si l'on veut que les apprenants puissent bénéficier au mieux des parcours d'apprentissage complexes qui leur sont proposés.

  • Dans cet ouvrage, le corps devient un opérateur de la construction du lien aux autres. Omar Zanna y présente les possibilités d´éduquer ou de rééduquer par le corps à l´empathie et il nous invite à mieux comprendre comment construire ou restaurer un lien social dégradé. L´auteur offre ainsi la synthèse de dix années de son travail de recherche sur la place du corps dans l´éducation à l´adresse de tous ceux qui se préoccupent de pédagogie : parents, enseignants, travailleurs sociaux, étudiants.

  • Jacqueline Audry a réalisé seize long métrages entre 1946 et 1969, adaptant notamment Colette et Sartre, dans une démarche féministe étonnante dans le contexte idéologique de lépoque. Brigitte Rollet revient ici sur son parcours depuis les années 30, avec la volonté de faire de cet itinéraire singulier le révélateurs dune histoire plus vaste, des débuts du cinéma à nos jours. Sappuyant sur les cultural et gender studies, lauteur renouvelle notre vision de la cinéaste, mais aussi notre conception de la réception et de la postérité des films.

  • Qu'est-ce qu'un logement doit assurer à ceux qui sont logés ? Cet ouvrage étudie la manière dont les politiques du logement ont traité de cette question. Des enquêtes permettent de suivre ces politiques dans le détail de leur réalisation, à travers les mesures destinées aux personnes dites défavorisées ou les organisations du logement social. En entrant dans le détail des procédures, des scènes et gestes observés, le livre analyse comment différentes conceptions de ce qu'un logement assure structurent l'action publique.

  • Qu'il s'agisse de la conception de la critique en général, de la critique de l'économie capitaliste ou de celle de la politique, Marx nous offre toujours un trésor de ressources conceptuelles et analytiques dont la portée est loin d'être épuisée. Ce volume met en évidence divers aspects des analyses marxiennes qui s'avèrent d'une remarquable actualité.

  • La présence et la visibilité des « Roms » d'Europe de l'Est dans les villes françaises sont devenues des questions politiques de premier plan depuis une dizaine d'années. Sans bien savoir qui l'on désigne par ce terme, on leur attribue la résurrection des bidonvilles et la délinquance de rue. À partir d'un travail ethnographique et d'une analyse du mouvement rom, l'auteure montre que la mise en exergue de l'appartenance ethnique tend à naturaliser et figer une frontière sociale.
    Avec une préface de Cécile Canut.

    Swanie Potot est sociologue au CNRS, affectée à l'Unité de recherche Migrations et société (URMIS). Ses travaux portent sur les migrations économiques observées tant du point de vue des sujets migrants que des sociétés occidentales ou d'origine.

  • L'arrière-pays touristique de Cancún-Riviera maya, est une région située dans la péninsule du Yucatán au Sud-Est du Mexique. Depuis les années 1970, cette région caractérisée par sa population d'origine maya et une nature exubérante est marquée par un développement touristique. À partir d'une étude ethnographique, l'ouvrage présente la mise en tourisme de deux villages, Yokdzonot et Ek Balam, où les habitants ont le contrôle de l'activité touristique. Cet ouvrage présente les conditions et les modalités de la mise en tourisme de ces espaces ruraux permettant une réflexion sur le rôle du tourisme dans la centralisation des territoires.
    Avec une préface de Rafaël Cobos.
    Avec le soutien de l'université d'Angers.
    Samuel Jouault est géographe, professeur associé à la faculté de sciences anthropologiques de l'université autonome du Yucatán (UADY) et chercheur associé au laboratoire Espaces et Sociétés UMR-ESO6590 et au Centre d'études mexicaines et centraméricaines (CEMCA UMIFRE 16 MAEDI CNRS-USR3337 Amérique latine) au Mexique. Ses travaux portent sur les interactions entre tourisme et sociétés locales en Amérique latine et notamment au coeur de la Caraïbe continentale.

  • À l'école primaire, de nombreux contenus sont dits « culturels ». En s'appuyant sur une enquête ethnographique, cet ouvrage pose la question de la façon dont les enfants perçoivent ces contenus et interroge les inégalités d'appropriation qui en découlent. Il dresse le portrait d'une école où certains, aidés par leurs capacités de synthèse et de traduction développées durant leur socialisation antérieure, parviennent à s'approprier les contenus culturels en construisant une lecture scolaire du monde qui reste largement étrangère à d'autres enfants, en passe de se trouver exclus dès leur plus jeune âge des processus d'intégration sociale.
    Avec le soutien de l'UPEC.
    Julien Netter est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'UPEC, membre de l'équipe Circeft-Escol.

  • À la fin du XIXe siècle, loin d'être uniquement des points d'échanges ou de « transferts » entre les différentes nuances et courants du socialisme européen et américain, les congrès de l'Internationale furent également des lieux d'affirmation et de luttes pour définir ce qu'était le socialisme dans chacun des pays représentés. Ainsi, les dynamiques de mondialisation et de nationalisation des sociétés n'étaient pas antagonistes, mais au contraire s'articulaient et dessinaient des formes d'inter-nationalisme. Ce livre invite à se pencher sur le fonctionnement concret de ces congrès pour y observer les enchevêtrements de différentes formes de l'internationalisme socialiste.
    Avec une préface de Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal.
    Pierre Alayrac, normalien et agrégé de sciences économiques et sociales, est doctorant au Centre européen de sociologie et science politique de l'EHESS.

empty