Sciences politiques & Politique

  • Emmanuel Macron : vérités et légendes Nouv.

    Ce livre est le premier de la collection Vérités & Légendes consacré à l'histoire immédiate et à l'actualité. A un an de l'élection présidentielle, rendez-vous politique majeur sous la Vème République, il dresse le bilan du mandat d'Emmanuel Macron, et à travers son action, le portrait du premier des Français.L'ovni du " nouveau monde " Macron a-t-il réussi son pari ? Est-il un réformateur authentique ? Un écologiste d'opportunité ? S'est-il mis à dos élus et syndicats ? Les " gilets jaunes " l'ont-ils changé ? Sa politique étrangère est-elle différente ? Est-il responsable de l'ampleur prise par l' " affaire Benalla " ? Brigitte Macron est-elle sa première conseillère ? Son talon d'Achille est-il sa fidélité à ses équipes ? Entretient-il une relation de confiance avec ses premiers ministres ? Méprise-t-il la presse ? Derrière la fonction, qui est l'homme : un caméléon arrogant, un volontariste empressé ? Telles sont les questions auxquelles répond ce
    Macron.

  • Les ors de la République

    Henri Bentegeat

    • Perrin
    • 14 Janvier 2021

    Voyage au centre du pouvoirAdjoint puis chef de l'Etat-major particulier de François Mitterrand et de Jacques Chirac ensuite entre 1993 et 2002, le général Bentégeat a passé 7 ans en tout au sommet de l'Etat auprès de deux présidents.
    Son témoignage, écrit d'une plume élégante et inspirée, raconte la vie quotidienne au " château ", ses bureaux et ses recoins oubliés, les fastes et rivalités de la Cour, le quotidien des conseillers et des sans-grades, les méthodes de travail orchestrées par des secrétaires-généraux d'envergure (Hubert Védrine, Dominique de Villepin), sans oublier les grandes questions militaires et internationales qui rendent la période aussi dense qu'exceptionnelle (guerres balkaniques, Rwanda, intervention en Côte d'Ivoire, crise irakienne, essais nucléaires, abandon du service militaire...). Il raconte avec humour les sommets internationaux et les dîners d'Etat, la fabrique des discours, les rencontres (officielles et insolites), les tensions (notamment lors des cohabitations) et les moments d'émotion. Enfin et surtout, il dresse un portrait d'une rare finesse des deux chefs d'Etat qu'il a eu l'honneur de servir, portraits dont la pénétration n'a d'égale que le sens de la nuance et qui serviront largement aux historiens de demain, François Mitterrand et Jacques Chirac partageant un même goût du secret.

  • L'espionnage international au XXe siècle : plus de cinquante " maîtres de l'ombre ".A sa manière, l'espionnage est un art. Comme tout art, il exige de ses pratiquants des dispositions spécifiques qui font de quelques-uns d'entre eux des virtuoses, des as. En un mot des maîtres. Ils se rattachent à des types différents, mais complémentaires : les grands patrons, les agents de terrain, les versatiles, les exécuteurs de basses oeuvres, les agents Action, les chasseurs de taupes et les fauteurs de troubles. Tous se sont adonnés en " seigneurs " à ce métier à risques entraînant parfois l'Histoire avec eux.

  • Les grandes figures de la Droite

    Collectif

    • Perrin
    • 3 Septembre 2020

    Les hommes qui ont fait la droite de 1789 à nos jours.De qui la droite est-elle le nom ? Depuis la Révolution française, le mot recouvre trois grandes familles de pensée identifiées par l'historien René Rémond : légitimiste, orléaniste et bonapartiste. La première irriguerait l'extrême droite après avoir inspiré les ultras et l'Action française ; la deuxième est indissociable du libéralisme politique et économique apparu au XIXe siècle, tandis que la troisième, après les deux Empires, serait à la source du gaullisme.
    Certes, sauf que contrairement aux gauches, ces droites se structurent d'abord autour d'individus - hommes et femmes dirigeants politiques charismatiques, penseurs, philosophes ou écrivains -, qui tous ont marqué sa riche histoire et contribué à définir son identité. Voici pour la première fois racontés et expliqués la vie et les apports des plus importants d'entre eux, dans ce livre collectif de prestige rassemblant historiens, essayistes et journalistes de renom sous la direction de Jean-Christophe Buisson et Guillaume Tabard.
    Leurs contributions lumineuses éclairent l'histoire politique et intellectuelle de la droite, mais aussi de la France des deux derniers siècles.
    En voici le sommaire :
    Préface Alexis Brézet
    Rivarol Paulin Césari
    Constant Philippe Raynaud
    Maistre Charles-Eloi Vial
    Chateaubriand Fr Rouvillois
    Napoléon Patrice Gueniffey
    Duchesse de Berry Eugénie Bastié
    Tocqueville Laetitia Strauch-Bonart
    Guizot Laurent Theis
    Thiers Pierre Cornut-Gentille
    Broglie Marie-Hélène Baylac
    Barrès Bruno de Cessole
    Maurras Jean-Christophe Buisson
    Poincaré Arnaud Teyssier
    Tardieu Maxime Tandonnet
    Pinay Christiane Rimbaud
    De Gaulle Eric Roussel
    Aron Nicolas Baverez
    Simone Veil Anne Fulda
    Giscard Jean-Louis Bourlanges
    Chirac Guillaume Tabard
    Conclusion Guillaume Tabard

  • Le pouvoir et l'influence des First Ladies.Passées de l'ombre à la lumière, les
    First Ladies, flamboyantes ou méconnues, incarnent depuis 250 ans la longue marche des femmes vers l'égalité et le pouvoir. En puisant dans les meilleures sources américaines, enrichies par de nombreux entretiens et les archives présidentielles, les auteurs font défiler les plus emblématiques et révèlent leur véritable influence.
    Onze femmes d'exception, onze étapes d'une conquête qui mènera peut-être à la présidence des États-Unis : un livre sans précédent, au croisement de l'histoire et de l'actualité.

  • Dernier ouvrage de l'académicien Jacques Bainville publié de son vivant, ce texte paru en 1935 dresse l'histoire des dictateurs à travers les âges." La dictature n'a pas de causes uniformes. Elle peut être une réaction de défense contre l'anarchie et la ruine et contre les effets de la démocratie portée à sa dernière conséquence [...]. Elle peut être au contraire pour la démocratie égalitaire et anticapitaliste le moyen de vaincre les forces qui lui résistent et de s'imposer. Il y a donc des dictatures diverses. Il y en a pour tout le monde et un peu pour tous les goûts. Ceux qui en rejettent l'idée avec horreur s'en accommoderaient très bien et, souvent, s'y acheminent sans s'en douter. Ceux qui la désirent seraient parfois bien déçus si elle triomphait.
    " Qu'on l'appelle ou qu'on la déteste, il est donc essentiel de la connaître avec les visages divers qu'elle a pris au cours de l'histoire, puis, de nos jours, dans des pays si nombreux et si éloignés les uns des autres qu'on aurait probablement tort de n'y voir qu'une sorte de vogue quand elle est l'effet d'une loi ou d'une nécessité. "
    Jacques Bainville, 1935.
    Une histoire globale, toujours d'actualité.

  • Les grandes figures de la gauche française.Voici un livre novateur à plus d'un titre et qui fera date. S'il est convenu de considérer que la gauche s'incarne plutôt dans les idées et la droite dans des hommes providentiels, la réalité se révèle autrement nuancée comme le prouve ce passionnant collectif d'historiens orchestré de main de maître par Michel Winock. Il fait le pari de raconter pour la première fois la riche histoire de la gauche depuis 1789 à travers les figures de proue successives qui l'ont incarnée. La gauche, ou plutôt les gauches, la fracture entre gauche révolutionnaire et gauche de gouvernement existant depuis l'origine et se déclinant à chaque génération.
    Historien de la politique et de la littérature, Michel Winock a pris soin d'associer aux politiques majeurs - de Robespierre à Michel Rocard - les grands écrivains et intellectuels indissociables de l'histoire de la gauche et dépositaires de son aura, à l'instar de George Sand ou Simone de Beauvoir. Au final, trente chapitres d'envergure rédigés par les meilleurs historiens qui offrent un autre regard sur l'histoire contemporaine de la France.

  • Premières dames

    Robert Schneider

    • Perrin
    • 3 Mai 2018

    D'Yvonne de Gaulle à Brigitte Macron, les portraits intimes des dix Premières Dames de la Ve République, dont la vie romanesque raconte un demi-siècle d'histoire contemporaine. Qu'y a-t-il de commun entre Yvonne de Gaulle, la prude, et Carla Bruni-Sarkozy, la délurée ; Anne-Aymone Giscard d'Estaing, la discrète, fille de la princesse de Faucigny-Lucinge, et Valérie Trierweiler, la twitteuse, fille d'une caissière de la patinoire d'Angers ; Bernadette Chirac, la catholique, née Chodron de Courcel, et Danielle Mitterrand, la laïque, fille d'instituteurs socialistes et francs-maçons ; Claude Pompidou, fidèle pendant trente ans à la mémoire de son mari, et Cécilia Sarkozy, qui a quitté le sien cinq mois seulement après son élection ? Entre Julie Gayet qui a refusé le statut et le rôle de Première dame et Brigitte Macron qui, non contente de le réinvestir, l'a réinventé ?
    Toutes ont connu un destin exceptionnel auquel elles n'étaient ni prédestinées ni préparées. Comment ont-elles vécu cette existence hors du commun, tenu leur place auprès du monarque républicain ? Quelle a été leur influence ? Pourquoi, à l'exception de Brigitte Macron qui semble s'y épanouir, ont-elles toutes été malheureuses à l'Elysée ?
    Au terme de plusieurs années d'enquête, Robert Schneider nous fait pénétrer l'intimité de ces dix femmes, loin des clichés sur papier glacé, loin des caricatures dont elles ont été victimes, loin aussi de l'image qu'elles ont tenté de donner d'elles-mêmes. Des portraits savoureux qui retracent un demi-siècle d'histoire contemporaine.
    Robert Schneider a été chef du service politique de L'Express
    jusqu'en 1981, directeur adjoint de la rédaction de France Inter jusqu'en 1986, puis rédacteur en chef et chef du service politique du Nouvel Observateur
    . Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Les Mitterrand
    (Perrin, 2009 ; coll. " Tempus ", 2011) et Premières dames
    (Perrin, 2014), dont cet ouvrage constitue une édition largement revue et augmentée de deux chapitres inédits.

  • L'histoire de la pensée pour tous, un classique." Raconter " l'histoire des idées depuis Platon jusqu'aux nouveaux philosophes, telle est l'ambition de ce livre écrit par un pédagogue d'exception. Sans jamais s'appesantir, Alain Blondy résume les idées-force et les livres cardinaux des grands penseurs de l'humanité, en faisant toute leur part aux principaux courants et écoles de pensée laïcs et religieux. Dans la lignée d'un Jean-François Revel ou d'un Lucien Jerphagnon, l'auteur cultive l'art de la formule - qualité essentielle pour l'histoire de la pensée cantonnée dans des manuels épais, dans tous les sens du terme.
    " Son ambition encyclopédique est servie par un art remarquable de la synthèse et d'indéniables bonheurs de plume. " Le Figaro

  • Les 20 jours qui ont défait la droite.Considéré comme l'un des meilleurs journalistes et analystes politiques français, Guillaume Tabard raconte avec maestria comment la droite, majoritaire et longtemps dominante, s'est échinée à perdre le pouvoir depuis la fondation de la Ve République.
    Souvent raillée comme " la droite la plus bête du monde ", elle a fait preuve en la matière d'une grande créativité : les haines personnelles (De Gaulle/Giscard, Pompidou/Chaban, Giscard/Chirac, Balladur/Chirac, Juppé/Séguin, Sarkozy/Fillon...) s'ajoutant aux divergences idéologiques (UDF, RPR, FN), les attaques frontales aux rumeurs et aux coups bas de toutes sortes ponctuent son histoire depuis l'affaire Markovic jusqu'à Clearstream.
    Dans des chapitres enlevés qui sont autant de romans vrais, l'auteur raconte un déclin devenu débâcle, des fractures fondatrices de la guerre d'Algérie au sabotage de la candidature Fillon en passant par les campagnes présidentielles et autres fiascos telles l'aventure oubliée des rénovateurs, la bataille de Maastricht, la perte ubuesque de la mairie de Paris ou la dissolution manquée de 1997.
    In fine, il s'interroge sur l'ampleur du séisme macronien et les conditions d'un possible sursaut pour une famille politique qui a fait la France avant de se défaire.

  • Pour en finir avec le " modèle occidental de la guerre ", une nouvelle histoire de la stratégie décrassée des préjugés culturels et ethniques. Au VIIIe siècle avant J.C., Homère expose de manière frappante la dualité qui fonde la stratégie. Dans l'Iliade et l'Odyssée, le poète grec met en scène la guerre à travers deux personnages phares. Achille, héros de la force, est un guerrier : son honneur est au-dessus de tout. Ulysse, héros de la ruse, est un stratège : seule la victoire compte. Cette combinaison de la force et de la ruse semble structurer dès l'origine l'histoire de la stratégie en occident. Pourtant, la force a davantage attiré l'attention des historiens. Dans l'ouvrage de Victor Davis Hanson, Le Modèle occidental de la guerre, la ruse n'apparaît jamais comme un élément majeur de la stratégie. Au contraire, elle fait figure de repoussoir. Cet " orientalisme " militaire et stratégique n'est évidemment pas recevable, tout simplement parce qu'il ne reflète pas la réalité historique et se fait l'écho d'un discours idéologique. Il s'agit donc d'en finir avec cette lecture afin de comprendre ce que la stratégie, dans le monde occidental, doit à la ruse, en identifiant les moments clés de son histoire, de l'antiquité grec aux mouvements terroristes du XXIe. Se déploie ainsi une histoire longue de la stratégie qui met en scène, pour la première fois et de manière systématique, le dialogue ininterrompu de la ruse et de la force.

  • Une synthèse novatrice.Qu'est-ce que le fascisme ? Fut-il un mouvement réactionnaire, conservateur ou révolutionnaire ? Se situait-il à gauche ou à droite ? Et bien entendu : quelle place occupa Mussolini dans les débats idéologiques et dans le fonctionnement du régime ?
    Le présent ouvrage donne non seulement des réponses à ces questions cruciales, mais porte sur le fascisme un regard nouveau et inhabituel chez les historiens français. Réaffirmant avec force le caractère totalitaire du régime, il replace l'idéologie qui le fonde dans sa nature révolutionnaire tout en la rattachant à la Révolution française et au socialisme. Si les fascistes cherchèrent à détruire par la violence la modernité libérale de leur temps, ce ne fut pas au nom d'un âge d'or révolu et dans une démarche passéiste, mais avec la volonté farouche de construire une société et un homme nouveaux. Cette ambition imprégnait aussi bien les pensées et les actes du Duce que ceux de ses disciples, y compris dans la radicalisation sanglante de la république de Salò. Pour toutes ces raisons, l'histoire du fascisme, ici racontée de la prise de pouvoir de Mussolini jusqu'à sa mort, est celle d'une révolution avortée.
    Frédéric Le Moal, docteur en histoire (Paris IV-Sorbonne), professeur au lycée militaire de Saint-Cyr et à l'Institut Albert le Grand, est l'auteur de plusieurs ouvrages dont, chez Perrin, Victor-Emmanuel III. Un roi face à Mussolini,
    et Les Divisions du pape. Le Vatican face aux dictatures 1917-1989.

  • Les hommes du Président

    Rémi Kauffer

    • Perrin
    • 8 Novembre 2018

    La vie des " services " vue de l'intérieur.Pas de service de renseignement efficace s'il n'a l'oreille du pouvoir politique. Le présent ouvrage révèle un siècle de rapports souvent compliqués mais toujours passionnants entre les chefs d'Etat ou de gouvernement et leurs " services ". Un siècle d'histoire secrète qui n'englobe pas seulement la France (de Gaulle, Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande), mais aussi bien les Etats-Unis (Roosevelt, Truman, Eisenhower, Kennedy, Nixon, Reagan, Clinton, Bush père et fils, Obama) ou la Russie (Lénine, Staline, Khrouchtchev, Brejnev, Gorbatchev, Eltsine). Et d'autres encore : l'Angleterre (Churchill, Thatcher, Blair) ; l'Allemagne (Hitler, Adenauer, Honecker, Kohl, Merkel) ; la Chine (Chiang Kai-shek, Mao, Deng Xiaoping) ; Israël (Ben Gourion, Golda Meir, Begin) ; les pays arabes. Sans oublier ce quatuor aux manettes aujourd'hui : Poutine, Xi Jinping, Donald Trump et Emmanuel Macron.

  • Une analyse éblouissante de l'épuisement du système politique français.Dans le sillage d'Alexis de Tocqueville et de Raymond Aron, un essai magistral sur les huit plaies endémiques constitutives du mal français. Une écriture limpide au service d'une démonstration implacable.
    " Un diagnostic pénétrant, où se rejoignent l'observation sans pareille [...] de notre vie politique et une curiosité intacte pour en comprendre les ressorts. " Le Monde
    " L'éditorialiste est à son meilleur. " Le Figaro
    " Le prince des chroniqueurs politiques [...] se livre à une introspection virtuose [...], celle des Français. " Les Échos Week-end
    " Le portrait érudit de l'identité de la France. " Libération

  • Un constat cinglant de la crise et de la décomposition de la gauche depuis un demi-siècle. De la révolution matricielle de mai 1968 aux controverses actuelles et aux primaires socialistes, ce livre entend montrer comment la gauche a pu en arriver là. Après avoir scruté les principaux thèmes qui ont structuré son identité depuis le XIXe siècle et constater leur érosion, voire leur décomposition, Jean-Pierre Le Goff met en lumière la fin d'un cycle historique en même temps qu'il souligne les difficultés actuelles d'une reconstruction : le fossé n'existe pas qu'entre générations, il éloigne les couches populaires de la gauche culturelle sur fond d'agonie des idées. Autant de constats qui appellent une réappropriation de notre héritage culturel pour autoriser une reconstruction intellectuelle.

  • Une enquête inédite, incisive et parfois cocasse au royaume méconnu des Premières Dames d'Afrique. La vulgate de la compagne effacée et mutique n'est plus, et les épouses des chefs d'Etat africains ont forgé depuis 1960 - année zéro des indépendances - maints autres modèles, de la virago volcanique à la dame patronnesse postmoderne, via l'insatiable affairiste et la mère poule du fiston préféré. Elles infléchissent volens nolens le cours de l'action politique, au confluent de l'intime et des jeux de pouvoir. Pour le meilleur, parfois, et pour le pire, souvent. Nourrie de témoignages exclusifs et d'anecdotes éloquentes, cette galerie de portraits dessine aussi, en creux, les métamorphoses du rôle et de l'image de la femme sur un continent qui comptera au mitan du siècle près de 2 milliards d'âmes. Nouvelle édition, actualisée

  • De l'hyper-présidence au retour des partis. Comprendre la Ve République et, pour ce faire la raconter en conjuguant récit enlevé et analyse politique et institutionnelle, tel est le pari relevé avec maestria par Philippe Raynaud dans cette synthèse originale et brillante, indispensable à lire à l'aube de la prochaine élection présidentielle. Décryptant les politiques et les hommes, les lignes de forces et les ruptures, l'auteur axe sa réflexion autour de la question nodale du pouvoir exécutif. En réconciliant l'idée républicaine avec une présidence forte, De Gaulle tranche le noeud gordien noué par les coups d'état de Brumaire et du 2 décembre 1851 et donne un coup d'arrêt au parlementarisme absolu qui a précipité les IIIe et IVe Républiques dans l'abîme. Philippe Raynaud explique et raconte le développement et les succès de ce régime avant de s'attacher à son déclin puis à sa décomposition. Loin des explications tranchées des idéologues, l'historien-politologue offre une grille d'explications à la fois exhaustive et souvent novatrice tout en restant d'un accès aisé pour le lecteur profane. Un futur classique.

  • La cause du peuple

    Patrick Buisson

    • Perrin
    • 29 Septembre 2016

    La comédie du pouvoir, la tragédie de la France. Pourquoi, depuis quarante ans, la France traverse-t-elle une crise politique, sociale et morale sans précédent ? Comment sont advenus le règne de l'idéologie, le déni du réel, la trahison du peuple par les élites ? Et nous faut-il nous résigner au déclin ? Pour répondre à ces questions cardinales et découvrir le pouvoir de l'intérieur, voici le livre tant attendu de Patrick Buisson, le conseiller privilégié et controversé de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Une chronique riche en révélations parfois cruelles et souvent cocasses sur les coulisses de l'Elysée. Une analyse aiguë, puisant dans l'histoire, chez Saint-Simon et Tocqueville comme chez Péguy et Bernanos, des contresens et des dérives de la classe dirigeante actuelle. Un appel fort, enfin, à une grande politique conservatrice de droite renouant avec le catholicisme social. Témoignage capital sur la déliquescence du pouvoir et contribution majeure au débat public, ce livre, où fond et forme se conjuguent, ne laissera personne indifférent.

  • " Le président de la Bibliothèque nationale de France livre un état des lieux des enjeux de la numérisation du patrimoine écrit et défend l'idée du partenariat privé avec l'Etat, Google en tête, dans une alliance raisonnée et pragmatique. " Libération
    On le sait, la révolution du numérique est en marche, y compris dans le domaine du livre. Pour nous aider à en comprendre les enjeux, Bruno Racine répond dans cet ouvrage à des questions essentielles : Google et l'édition sont-ils condamnés à s'entendre ou, au contraire, à se livrer un combat sans merci ? Quel est le rôle de l'Etat et, plus largement, de l'Europe, à l'heure où le président de la République et le ministre de la Culture font de la numérisation du patrimoine une priorité nationale ? Google peut-il nous aider à numériser et à diffuser nos oeuvres et, si oui, quelles conditions la France est-elle en droit d'exiger ?...Ce livre éclaire un débat dont l'issue conditionnera pour une bonne part la place de notre culture dans ce nouveau monde.Ancien directeur de la villa Médicis et ancien président du Centre Pompidou, Bruno Racine est président de la Bibliothèque nationale de France depuis avril 2007. Il est également l'auteur de plusieurs romans." Le président de la Bibliothèque nationale de France livre un état des lieux des enjeux de la numérisation du patrimoine écrit et défend l'idée du partenariat privé avec l'Etat, Google en tête, dans une alliance raisonnée et pragmatique. "Libération" Un essai remarquable. "Le Nouvel Observateur

  • La France a connu des hauts et des bas dans son histoire militaire. Si l'épopée napoléonienne l'a portée au sommet de l'art de la guerre, la chute n'en fut que plus cruelle en 1815. La suite n'a pas été plus tendre pour son armée, qu'elle fût professionnelle ou composée de conscrits. En soixante-dix ans, elle a été, par trois fois, envahie dès les premiers jours de combats, puis occupée, et amputée à deux reprises d'une partie du territoire national ! Elle était pourtant considérée comme une nation puissante, dotée d'une armée remarquable.
    Cherchez l'erreur ! En 1914, l'état-major avait préparé la guerre de 1870 ; en 1940, celle de 1914... A chaque fois, les chefs avaient préféré ignorer les voix discordantes.
    Y aurait-il une accoutumance nationale à la débâcle express ? De quoi ces défaites cuisantes sont-elles le nom ? En quoi nos adversaires se sont-ils montrés supérieurs ? L'examen du " modèle français de l'échec " dévoile, au-delà des seules questions militaires, les travers naturels du pays. Notamment une forme de cécité qui rend les élites incapables de lire à temps les signaux faibles ou forts de la tempête qui vient et du monde qui change.
    Pierre Servent conduit son lecteur d'une relecture corrosive du passé au décryptage vigoureux des enjeux du temps présent. Les événements militaires d'hier demeurent d'une troublante actualité : c'est du confort intellectuel et du poids des certitudes que naissent les déroutes militaires... et civiles. Ne menons-nous pas les combats politiques, économiques et militaires d'aujourd'hui de la même manière que nous avons perdu les batailles d'hier ? Prenons garde au syndrome de Sedan !

  • Ce livre retrace le parcours de l´homme qui a révolutionné la communication politique en France. Jacques Pilhan, qui a toujours cultivé le goût du mystère et la clandestinité, a traversé les années 1980-1990 dans l´ombre des présidents François Mitterrand et Jacques Chirac. François Bazin raconte comment ce Landais formé par Jacques Séguéla s´est rendu indispensable à deux chefs d´Etat successifs. Il mène une enquête passionnante sur les petits et grands secrets des trois campagnes présidentielles victorieuses (Mitterrand en 1981 et 1988 ; Jacques Chirac en 1995). Jacques Pilhan aidera notamment Mitterrand à terminer son second mandat tout en apportant des conseils décisifs à Chirac. Sa règle était celle de la rareté de la parole élyséenne. Il était en cela à l´opposé de l´omniprésence médiatique chère à Nicolas Sarkozy.

    L´auteur nous fait entrer dans les coulisses de l´Elysée, révélant les mises en scène de certaines décisions, la préparation des émissions politiques et le coaching des chefs de gouvernement et des ministres en vue.

    De Lionel Jospin à Alain Juppé, en passant par Michel Rocard, Bernard Tapie ou Martine Aubry, toute une génération politique a fait appel à ses services. Derrière le portrait du « sorcier de l´Elysée », c´est donc tout un pan de l´histoire de la Ve République qui est révélé avec lui.

  • « J´ai toujours voulu être journaliste politique et tous les lieux d´expression m´ont attiré : radio, télévision, presse écrite. La chance d´avoir pu collaborer largement à tous ces médias m´a permis de rencontrer en un demi-siècle tout ce que la France compte de personnages politiques mais aussi intellectuels, syndicaux ou religieux. Parmi eux, j´en ai privilégié une cinquantaine en me fondant sur deux critères : une connaissance directe et personnelle suffisante pour pouvoir me faire une opinion précise, et l´intérêt spécifique qu´ils me semblaient présenter pour les lecteurs. Autant dire que ma sélection est subjective et ne cherche en aucun cas à être exhaustive. J´ai laissé de côté des personnalités à propos desquelles j´avais le sentiment de ne rien apporter de neuf. J´en ai choisi quelques-unes, moins connues, mais qui me sont apparues justement dignes de l´être davantage. Les principaux personnages de ces cinquante dernières années figurent cependant pratiquement tous dans cette galerie de portraits. En tout cas, je les ai dépeints avec sincérité, sans mesquinerie je l´espère, mais aussi sans complaisance : tels que je les ai vus et connus. » Alain Duhamel

  • Tout commence avec Louis XIV qui envoie des savants missionnaires jésuites à la cour de l´empereur Kangxi, avec le fol espoir de convertir le souverain et ses sujets au catholicisme. La présence française, alors relativement pacifique, devient au XIXe siècle beaucoup plus agressive : elle entre trois fois en guerre avec la Chine et participe aux côtés de la Grande-Bretagne au tristement célèbre sac du palais d´Eté en 1860. Des Français de tous horizons y sont alors nombreux : militaires, diplomates, explorateurs, aventuriers, sinologues écrivains, hommes d´affaires. A travers leurs réalisations, se dessine une histoire riche, diverse, étonnante et passionnante, où l´on croise le père Huc, Paul Claudel, Victor Segalen, les aventuriers de la Croisière jaune, les concepteurs fous du train du Yunnan, les canonnières du Yang-Tsé, jusqu´à de Gaulle, le premier chef d´Etat occidental à reconnaître la Chine de Mao. Si la Chine doit beaucoup à la France, l´inverse n´en est pas moins vrai, et l´auteur nous livre en filigrane une vision nouvelle des rapports franco-chinois de 1685 à nos jours.

  • Les derniers jours des Présidents de la République. La chute est le meilleur révélateur de la tragédie du pouvoir, car elle découvre la vérité de l'homme derrière le dirigeant et expose comme jamais les travers de la comédie humaine. Le constat vaut particulièrement pour les sept premiers présidents d'une Ve République qui conjugue imaginaire monarchique et sacralité populaire du suffrage universel. Afin d'ancrer le propos dans l'histoire, trois chapitres auguraux sont consacrés aux fins de règne des Républiques mourantes : celle dite des ducs enterrée avec Mac-Mahon, la IIIe naufragée avec Albert Lebrun, la IVe sacrifiée avec dignité par René Coty. Fidèle aux précédents livres-chapitres portés par Perrin et Le Figaro, la rédaction associe historiens renommés et grands reporters, chacun racontant les cent derniers jours en fonction d'un président qu'il connaît à la perfection pour avoir écrit sur lui ou l'avoir suivi dans ses fonctions. Chaque contribution, écrite d'un style fluide, est riche en détails et aussi en révélations, par exemple sur la fin dramatique de Georges Pompidou ou l'" abdication " de François Hollande. Elle découvre à la fois le personnage public et l'être intime, sa vie quotidienne, son caractère, sa volonté de s'accrocher jusqu'au bout ou, au contraire, une forme de résignation due à la maladie ou à la conviction de la défaite. Elle dévoile enfin le poids de l'entourage, les coulisses des campagnes et des emblématiques passations de pouvoir. Les bassesses y côtoient l'abnégation et parfois la grandeur. Une grande leçon d'histoire qui en dit beaucoup sur le déclin du pouvoir et la crise politique française, mais aussi sur la force d'incarnation de la fonction suprême et la transcendance qu'elle confère, envers et contre tout, à ses détenteurs. Les auteurs : Alexis Brézet (préface) ; Maxime Tandonnet (Mac-Mahon) ; Jean-Christophe Buisson (Lebrun) ; Georges Ayache (Coty) ; Arnaud Teyssier (De Gaulle) ; Marie-Amélie Lombard-Latune (Pompidou) ; Guillaume Tabard (Giscard) ; Solenn de Royer (Mitterrand, Hollande) ; Philippe Goulliaud (Chirac) ; Charles Jaigu (Sarkozy).

empty