Philosophie

  • L'art de la guerre

    Machiavel

    "La" traduction, très attendue, d'un classique de la pensée militaire, présentée et annotée par l'un des meilleurs spécialistes de la littérature de la Renaissance.
    En rédigeant son art de la guerre, Nicolas Machiavel entend donner aux princes italiens les moyens de défendre leurs Etats contre l'invasion française. A ses yeux, le salut se trouve dans un retour aux doctrines antiques, dans la filiation des premiers conquérants, tels Alexandre, Hannibal et César. Embrassant doctrine, histoire, tactique et stratégie, l'auteur livre le chef-d'oeuvre de l'" humanisme militaire ".Jean-Yves Boriaud propose ici une nouvelle traduction et une présentation inédite de ce classique de la pensée militaire, lui rendant enfin son exceptionnelle modernité et autorisant Machiavel à rejoindre Sun Tzu et Clausewitz au panthéon des théoriciens intemporels du phénomène guerrier.Nicolas Machiavel (1469-1527) est l'un des plus grands penseurs de la Renaissance italienne. Après Le Prince, L'art de la guerre est son maître livre.Traduit, présenté et annoté par Jean-Yves Boriaud

  • Martin Heidegger sans fard ni travestissement. " Le national-socialisme est un principe barbare", écrit Martin Heidegger dans ses Cahiers noirs, ajoutant : " C'est ce qui lui est essentiel et sa possible grandeur. " Révolutionnaire radical, ayant vu et approuvé le caractère destructeur du nazisme, le recteur de Fribourg a réservé d'autres surprises dans ses journaux philosophiques, dans lesquels il évoque par exemple l'" auto-anéantissement du "juif

  • La collection " Autoportrait " Dans sa correspondance, dans son journal, le savant, le romancier, l'homme d'État ou le compositeur s'abandonne, écrit dans la fièvre de l'instant. Le pari de la collection " Autoportraits " est d'offrir des autobiographies de personnalités à partir de leurs écrits intimes pour vivre ainsi leur existence au plus près, le temps d'un livre. Chaque titre de la collection propose en introduction un portrait subjectif et passionné par un spécialiste de la personnalité auquel le livre est consacré, une chronologie de sa vie, une liste des personnes citées et une bibliographie.
    Pour la première fois, ce livre permet aux lecteurs de découvrir des lettres de Nietzsche non encore traduites en français. Il donne surtout une vision exceptionnelle, inédite, de l'enfant impérieux, du jeune homme exalté, de l'adulte conquérant, et surtout du génie passionné et souffrant qu'il fut. Au fil des lettres, on découvre la force de ses idées, le défi qu'il impose à la philosophie occidentale, et son extrême isolement. C'est au triomphe d'une pensée et au naufrage d'un homme qu'on assiste, impuissant et malheureux, jusqu'aux derniers courriers, hachés, délirants, signés " le crucifié ".
    Philologue, philosophe, professeur, musicologue, poète, grand malade, on découvre Nietzsche dans tous ses états. On le découvre aussi revenant toujours vers sa famille (sa mère et sa soeur) après d'innombrables ruptures, recherchant l'amitié de ses proches à qui il confie les avancées de sa philosophie. Ses lettres à Wagner, dont il sera successivement l'admirateur et le contempteur, celles à Lou von Salomé, l'une des rares personnes qu'il reconnut comme interlocuteur valable intellectuellement, sont poignantes. En le lisant, on saisit le vertige dont il fut la proie.

  • 1995 marque le bicentenaire de la création de l'Institut de France. Cet anniversaire fournit à point nommé l'occasion de mieux connaître l'histoire riche et complexe de cette grande institution formée de cinq académies.

empty