Sciences humaines & sociales

  • Fin 2018, les Gilets Jaunes ont envahi les ronds points de France. Contestant au départ l'augmentation des taxes sur le carburant, le mouvement s'est rapidement déplacé sur le terrain politique. Refusant toute forme de représentativité, il a encouragé avec le RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) une forme de prise de décision plus directe.
    Or ce phénomène de remise en cause de la légitimité politique est loin d'être nouveau. Le concept n'a cessé d'être discuté, transformé au cours de notre Histoire. C'est ce que ce livre met en lumière.
    Cédric Gildas, professeur d'Histoire depuis près de quinze ans, nous invite à le suivre des fondements de la monarchie à la Révolution française en passant par les affres du régime de Vichy ou des guerres de Religion afin de retracer l'histoire de la légitimité en France.

  • Notes sur la dimension personnelle entrelace trois problèmes philosophiques : la connaissance de soi, la formation des valeurs, la pérennité des oeuvres d'art.
    Ce que je suis, ce que nous sommes - notre dimension personnelle -, coïncide avec la formation des valeurs.
    C'est une seule et même inconnue, qui échappe toujours à l'observation, car il n'y a pas de paradis duquel on puisse suivre ce qui se joue sur cette scène.
    Mais l'interprétation des oeuvres - celles qui semblent défier le temps - permet de formuler certaines des articulations à partir desquelles nous nous formons, et valorisons notre monde.

  • L'idée de ce recueil de pensées m'est venue au cours de mes discussions avec mes amis et collègues, qui m'ont suggéré de faire connaître un certain nombre de problèmes philosophiques au public au lieu de les garder inutilement dans mes tiroirs, car j'avais colligé des questions de vie, des difficultés philosophiques intellectuelles, des problèmes de morale, des témoignages factuels. J'ai donc cru bon de mettre au jour ces difficultés par écrit. Pour éviter le caractère souvent abscons du vocabulaire propre à la philosophie, j'ai choisi la forme d'expression qui se rapproche le plus de l'échange parlé : le dialogue. Et pour en montrer le caractère vérace et vécu, j'ai souvent fait référence à des événements et des pensées personnelles en traitant mon ego comme celui des autres.
    Les débats sont rassemblés en plusieurs chapitres dont j'ai choisi les titres : Existence, Pessimisme, etc., et j'ai préféré des discussions courtes, pour permettre au lecteur de se faire un jugement personnel en quelques pages, et de se plonger ensuite dans un autre problème ou thème. Les questions traitées sont rédigées en commençant par la première prise de parole de l'un des deux interlocuteurs, et se présentent sous diverses formes : affirmative, négative, interrogative, hypothétique, comparative... le thème de référence étant signalé juste avant la prise de parole elle-même, et séparé d'un espace pour entrer dans le vif de la conversation. Fortement enthousiasmé par les dialogues philosophiques de la tradition, j'ai souvent été inspiré par les plus passionnants d'entre eux, et aussi par leurs auteurs, soucieux que je suis de respecter le fait que la philosophie a toujours commencé et ensuite progressé grâce à des entretiens parlés ou écrits. Pour restituer l'esprit de la discussion philosophique, le souvenir de mes études où Platon régnait en maître sur mon esprit, j'ai voulu montrer que le dialogue est toujours plus captivant que le traité écrit sous forme de théorie compacte. Pour autant, je me suis efforcé de ne pas refaire du Platon ou du Berkeley et d'autres dialoguistes célèbres, et de penser dans mon époque, c'est-à-dire le XXe et le XXIe siècles où la parole vive revient dans le travail philosophique. La philosophie doit avancer parallèlement à sa pratique le long du temps vécu, sinon elle deviendrait vite une vieillerie.
    Deux personnages typiques incarnent la mise en paroles de ces dialogues : le philosophe et le disciple. J'ai fait précéder leurs répliques des abréviations « PHI. » pour le philosophe et « DIS. » pour le disciple, parce que plusieurs séries de dialogues se succèdent et qu'il faut savoir à chaque fois qui dit quoi. Les problèmes traités sont différents selon les thèmes au sein desquels je les aborde, thèmes que je signale avant le début de chaque petit débat.

  • Gabon: provoking change

    Ndong Laurence

    Laurence Ndong reveals to us the hidden ways of Gabonese politics. She describes the political misery she actually witnessed, a misery so deep that it threatens her hopes regarding the future of her country.
    Most of all, she writes in order to share with every Gabonese her strongest conviction: that it is possible to build a better country, it is possible to change mentalities toward a true prosperity.
    Laurence Ndong also wonders about the international community's outrageous silence regarding the violations of human rights. She analyses the underlying factors behind the country's social, values and economical crisis.
    This book is definitely more than a political read, it is a Societal piece of work that includes valuable advice andreal-life examples, while recounting Laurence's trials. It also provides a direction for anyone aspiring to a civic, political, institutional and organizational leadership position.

  • Nous sommes nombreux à vivre la Francophonie intensément chaque jour sans peut-être nous en rendre compte. Elle nous rassemble en mettant l'accent sur nos points communs et en marginalisant, sans toutefois les nier, nos différences.
    C'est une Francophonie porteuse de paix et de fraternité, une Francophonie au quotidien, une Francophonie heureuse, humaniste qui aime les Hommes et les protège, une Francophonie qui préserve l'environnement et la planète, une Francophonie qui promeut « la paix et l'ouverture des cultures les unes sur les autres en réponse à la montée des populismes et des nationalismes » que j'ai voulu promouvoir durant ces dernières années par mes écrits.
    La Francophonie est omniprésente dans nos vies et je suis intimement persuadé qu'elle peut se révéler pleine de promesses.

  • À travers cette étude, nous vous proposons de découvrir la vie quotidienne de la population blésoise au XVIIIe siècle. L'analyse pointue des sources historiques nous a permis d'appréhender les conditions de vie et l'environnement de cette société de province à la veille de la Révolution.

  • À l'image du chamanisme, dont il traite, ce livre se situe à cheval entre différents mondes. Il offre de précieuses informations ethnographiques, ayant trait aux pratiques et aux représentations des chamanes de la république de Touva, en Sibérie du sud. Il contient également une analyse anthropologique détaillée portant sur les objets utilisés au sein des rituels. Enfin, à travers des analogies entre le chamanisme et la physique quantique, cet ouvrage nous emmène au coeur d'un monde étrange et fascinant, dans une dynamique qui transforme notre compréhension et notre vision de la réalité. De cette rencontre entre anthropologie et physique quantique émergent de nouveaux paradigmes et des développements inédits, qui permettent de considérer la richesse et l'efficacité du chamanisme avec un regard original.

  • Marie-Henri d'Arbois de Jubainville est l'auteur d'un ouvrage paru en 1877 qui est pratiquement le seul à ce jour à présenter tous les peuples d'Europe de l'Antiquité dans un livre en un seul volume. Il s'intitule : « Les premiers habitants de l'Europe d'après les écrivains de l'Antiquité », Hachette Livre BNF, 2014.
    Plus d'un siècle après lui, à une époque où la connaissance de ces peuples et de leurs langues a considérablement évolué, l'auteur du présent ouvrage se propose à son tour de donner une information détaillée sur toutes ces antiques nations de notre continent (y compris celles du Caucase et de l'Anatolie), les ancêtres de la majorité des Européens actuels.
    Ce livre présente un intérêt historique et ethno-linguistique certain. Il décrit toutes les langues connues par des écrits, qui étaient parlées en Europe dans l'Antiquité. Il offre en outre un tableau clair et précis de toutes les langues européennes actuelles qui en descendent. Il contient une chronologie complète de l'histoire de Rome et de la Grèce. Il situe l'époque de fondation de nombreuses villes et villages actuels. Il mentionne les noms des sites archéologiques importants.
    Concise mais complète, cette synthèse qui se réfère aux oeuvres des auteurs antiques gréco-romains (surtout) et qui tient compte des inscriptions en de nombreuses langues (dont le gaulois, le celtibère, l'étrusque, le messapien, le thraco-gète, le luvien...) servira efficacement d'aide-mémoire aux profs et aux étudiants. Le livre s'adresse aussi à tous ceux qui s'intéressent aux origines et à l'Histoire de l'Europe. Pour faciliter les recherches sur un mot, il existe aussi en version numérique.

  • Le concept de temps est, en philosophie et en sciences, l'un des problèmes les plus ardus, l'un des plus malaisés à cerner ; il est bien plus difficile à appréhender que le concept d'espace, pourtant lui-même passablement difficile, du moins si l'on espère aller au fond des choses, au niveau ontologique. Cependant, intrinsèquement, ...

  • « Sire, vous êtes roi de France », c'est par ces mots que le marquis de La Maisonfort, en 1814, annonce à Louis XVIII son accession au trône. Plus de 20 ans après sa chute, la royauté est rétablie en France. Louis XVIII y instaure une monarchie absolue, mais tempérée par la Charte constitutionnelle. Pourtant, rien ne prédisposait ce petit-fils de Louis XV né au château de Versailles en 1755 à procéder à cette "évolution" politique. Lui qui en 1791 avait choisi l'exil et qui refusait tout accommodement avec la Révolution, accepte un quart de siècle plus tard une partie de l'héritage révolutionnaire. Par ambition personnelle ? Par évolution idéologique ? C'est ce parcours politique que l'auteur, diplômé de l'université Lyon II et professeur depuis près de 10 ans, nous invite à découvrir dans une période riche en événements et fondatrice de notre France actuelle.

  • Des défis majeurs attendent les futures générations : les inégalités, les migrations et le terrorisme. Libertas, Organisation non gouvernementale fondée en 2011, examine l'origine factuelle des rencontres conflictuelles entre musulmans et non musulmans et propose des solutions pour tenter de les résoudre.
    Notre analyse montre que la conquête de l'Occident par l'Islam n'est pas une hypothèse sérieuse. Cependant, la baisse des taux de natalité et le vieillissement des populations européennes nécessitent une immigration contrôlée mais une intégration culturelle et structurelle efficace ce qui fait défaut aujourd'hui. La rencontre entre musulmans et non musulmans pose des problèmes sérieux dus aux différences de valeurs entre l'Occident et l'Islam : celles-ci entraînent des comportements différents dans l'organisation de nos démocraties occidentales et donc des conflits.
    L'analyse des différences civilisationnelles permettent d'élaborer des stratégies interculturelles pour construire des ponts entre l'Islam et l'Occident. La valeur « travail » est un pont possible mais suppose une intégration approfondie des immigrants très loin d'être satisfaisante tant en Belgique qu'en Europe. Les 21 Propositions de Libertas devraient permettre une participation optimale des immigrants à la vie économique afin de maintenir notre sécurité sociale à l'horizon 2050.


    Michel Annez de Taboada est Docteur en Sciences, diplômé en administration des Entreprises et diplômé en Sciences religieuses islamiques (Université Catholique de Louvain). Après une carrière internationale dans l'environnement, il préside Libertas depuis 2011.
    Caroline Bosschaert de Bouwel est spécialiste en communication et écrit pour différents médias.

  • Affrontements

    Alain Hussenot

    Dans mon premier livre, DISCORDES, je présentais les diverses contradictions, malentendus, oppositions qui ponctuent la vie des hommes, collectivement et individuellement. Bien qu'apparemment, ils souhaitent la paix, le calme et la concorde, en réalité, volontairement ou non, ils rencontrent surtout la discorde.

  • Le potentiel culturel du Gabon : nouvelle niche économique ? Nouv.

    L'ouvrage dresse un état des lieux du secteur de la culture au Gabon à travers l'environnement institutionnel y compris les stratégies, mesures et politiques culturelles mises en oeuvre. Il explicite, pour les besoins des lecteurs, les notions de patrimoine et arts, et présente des statistiques culturelles mondiales. Il aborde la question des industries culturelles et créatives en rappelant l'historique et les grandes tendances mondiales, données statistiques à l'appui. Il invite le Gabon à collecter des statistiques culturelles et à les analyser, pour déterminer la taille réelle de l'économie créative et présente quelques chiffres. Il révèle, par exemple, qu'un grand nombre d'entreprises culturelles ne sont pas en règle, ne payent pas leurs impôts et employaient plus de trois mille personnes dont environ trente-cinq pour cent (35 %) de femmes, en 2014. Cet ouvrage présente le profil culturel du Gabon.
    Thierry P. Nzamba Nzamba dresse dans cet essai le profil culturel du Gabon. En réalité, cet ouvrage peut être la photographie de nombreux autres pays en développement.

  • Tout le monde se plaint du capitalisme et de ses dérives mais, depuis que nous sommes enfin débarrassés du marxisme, il n'existe plus d'alternative à cette idéologie.
    Les partis de gauche se sont rangés sous la bannière de la social- démocratie et parlent surtout de la défense des salariés. Or, s'il faut les défendre contre les capitalistes, c'est que la gauche se résigne à l'existence du capitalisme. Et s'il existait une alternative ? Un système économique opposé à la fois au capitalisme (dans lequel l'économie appartient aux possesseurs du capital) et à tous les collectivismes (l'économie appartient à une collectivité sans visage).
    Le présent ouvrage propose un système dans lequel l'économie appartient aux personnes qui travaillent. Pour cette raison, ce système est appelé "travaillisme", sans que ce terme implique un rapport quelconque avec le Labour Party anglais.
    L'ouvrage explique comment permettre aux travailleurs d'acquérir leur entreprise, quelle que soit la taille de celle-ci, et donc d'empocher la totalité des bénéfices produits par leur travail au sein de la coopérative ainsi formée. Il décrit ensuite les conséquences du travaillisme sur la fiscalité, la transmission du patrimoine, le mode de gouvernement et l'éducation des citoyens. Il montre que, contrairement aux apparences, le travaillisme est moins utopique que les systèmes concurrents, que ce soit le capitalisme et sa confiance aveugle dans les lois du marché ou le communiste et sa croyance en la bonté intrinsèque de l'être humain, deux principes constamment démentis par les faits.

  • Ah bon !

    Hussenot Alain

    Dans cette suite de petits dialogues et de remarques, deux amis philosophent à leur manière. Ces échanges veulent montrer que les thèmes humains, de l'amour à la mort, de la vie sociale à la vie personnelle, et bien d'autres encore, déclenchent des questions, des problèmes et font naître des idées. Ceux pour qui l'homme et le monde sont dignes de réflexion, veulent en savoir plus. Ainsi ces deux amis se placent dans cette situation d'échanges de paroles, et conversent, comme si cela allait de soi. Il faut les imaginer dans une bulle de pensée, parenthèse volontaire, où ils réfléchissent librement sur la vie, sur l'esprit, sur les choses. Dans les mots et les méditations qui leur viennent, la discussion se ponctue de surprises, d'étonnements et de recherches, comme le faisaient déjà les Socrate, les Platon, les Aristote ; et aussi leurs prédécesseurs, à l'instar des présocratiques, penseurs itinérants qui se déplaçaient de villages en cités, sur cette terre méditerranéenne de la géniale Grèce en développement. Ils nous ont légué le plaisir de la discussion et avec lui la curiosité intellectuelle pour tout. Que leurs ombres tutélaires accompagnent les débats actuels de nos deux protagonistes !

  • Le désespoir de Pandore

    Mira Sol

    Le mythe de Pandore et de sa célèbre boîte nous a été transmis en quelques lignes par le poète grec Hésiode. Histoire étrange, s'il en est, où la belle inconséquente, nouvellement fabriquée, répand sur la bienheureuse race humaine tous les malheurs du monde, sauf l' "espoir". Cette réécriture de la fable tente d'en souligner avec humour la misogynie et les ambiguïtés. Car, comme l'écrit Schopenhauer : " Depuis toujours, la fable de Pandore m'a semblé obscure, elle m'est apparue insensée et inversée."

  • Il s´agit d´un recueil ordonné de récits, histoires, réflexions... autour d´une vision, parfois un peu iconoclaste ou paradoxale, de la foi chrétienne. Propos hérétiques ou blasphématoires ? À chacun d'en juger.
    La tonalité en est tantôt sérieuse, tantôt humoristique, parfois légèrement spirituelle ou philosophique, mais toutes les pages sont abordables sans difficulté à partir de l´âge de 14/15 ans. On pourra s'en faire une idée à partir des extraits proposés.
    La couverture a été réalisée par un jeune graphiste talentueux : Hubert MARTIN.
    Plusieurs personnes ont contribué plus ou moins consciemment à cet ouvrage : Alain Bandelier, François Parot, Christian Renonciat, Anne et Patrick Poirier, Claude Michelet et Paul Fort, Alain Noël, Jean-Emmanuel Garreau, Pierre de Riedmatten, Lodovico Carraci, Claude Berruer.

  • Les précédents recueils de Bruno Quinchez, pour ceux que je connais bien, ont des titres plutôt aimables et sans équivoques. Ils évitent l´écueil d´un pessimisme contemporain et intellectuel...


    Il y a là, dans son nouveau livre, une affirmation de sa quête d'un amour. Celui-là se jouerait dans les méandres de la philosophie, de la rationalité ambiante, et des contorsions autosuffisantes ou trompeuses de la science contemporaine...


    Un amour de la vie qu´il vous propose à tous.

    Marie Ordinis Paris le 16 avril 2002 Gravure de première de couverture R. Menuttaz artiste chilien "Luna Blanca" 1991

empty