Temps modernes (de 1492 à 1799)

  • La Révolution hors des sentiers battus.Ce qui est postulé dans cette nouvelle manière de considérer la Révolution est que rien n'a été énigmatique, ni l'éclatement des événements, ni l'usage de la " terreur ", ni les atrocités en Vendée ou l'entrée dans des guerres de conquête. Tout s'explique par les rapports de forces entre factions et partis antagonistes, mais aussi par les résonances, parfois imprévues, des " journées " ou des batailles. Se dessine ainsi l'itinéraire d'une aventure collective qui s'engage dans une entreprise de régénération et qui se transforme peu à peu, sous l'effet des conflits et des rivalités, en une authentique révolution voulant créer un monde nouveau. Les contraintes imposées par une guerre inexpiable, où la défaite signifiait la disparition de la nation, radicalisèrent les choix au point de changer la nature même de la Révolution, de diviser entre eux ses partisans et de la faire évoluer, chaotiquement, entre coups d'Etat et révolutions de palais. Si bien qu'en définitive, tout s'acheva lorsqu'en rétablissant la paix un général ambitieux imposa aussi un nouveau régime.

  • La révolution, 150 ans plus tôt qu'en France.Cent trente-quatre ans avant les États-Unis, cent cinquante ans avant la France, l'Angleterre accomplit sa double révolution politique et sociale. Cet événement a eu une portée considérable, en facilitant l'accouchement d'un monde moderne caractérisé notamment par son régime parlementaire, son hostilité à l'arbitraire et son attachement irrévocable à la propriété privée.
    Par son talent et sa profondeur, Bernard Cottret renouvelle les perspectives et éclaire notre présent, au moment où l'Europe elle-même est entrée dans l'âge du soupçon. Un livre qui permet de mieux comprendre notre voisin le plus proche et pourtant le plus dissemblable.
    " Bernard Cottret est à la Révolution anglaise ce que François Furet était à la Révolution française. Il en connaît les moindres aspects, tout en renouvelant la lecture de l'évènement dans une oeuvre remarquable. "
    Le Figaro Histoire

  • Le règne du roi-Soleil éclairé sous toutes ses facettes par les meilleurs historiens.On doit à Voltaire, en 1751, l'expression " Siècle de Louis XIV ", qui a fait fortune. Ce règne, le plus long de notre histoire (1643-1715), et le plus éclatant, n'alla pas non plus sans ombres. Ce livre collectif réussit à en présenter tous les aspects : gouvernement, religion, cour royale, économie, mouvements populaires, arts et lettres et, bien entendu, personnalité du roi et des siens.

  • La naissance de la France moderne.Comment gouverne-t-on la France sous Louis XIV ? Comment le roi choisit-il ses conseillers ? Qui sont-ils ? Plongé d'emblée dans l'univers des grands ministres - Le Tellier, Colbert, Lionne et Louvois notamment -, le lecteur découvre l'influence qu'ils exercent, leur mode de travail dans les Conseils ou en tête-à-tête avec le monarque. Conseillers du roi, les ministres sont aussi les relais de sa parole et de sa volonté. Comment porter dans les provinces les ordonnances royales, si ce n'est en s'appuyant sur des services qui peu à peu prennent une certaine indépendance ? C'est toute une bureaucratie qui se met en place, s'étend et se structure, et finit par préfigurer nos administrations modernes. Ces évolutions touchent à l'image même du ministre, qui apparaît sous de multiples facettes : homme d'ambition, courtisan et homme d'épée, patriarche, homme d'affaires, directeur d'administration, chef de cabinet. Toutefois, ces grands serviteurs du roi vont se mettre, insensiblement, au service de l'État.

  • Le livre de référence sur le sujet qui prône, hier comme aujourd'hui, la fin des " guerres de religions ". En avril 1598, Henri IV ratifie le célèbre édit de Nantes qui met fin à plus de trente ans de guerres civiles. Ce texte fondateur règle pour près d'un siècle les rapports entre catholiques et protestants, jusqu'à sa révocation par Louis XIV en 1685. Il serait pourtant anachronique de voir dans l'édit de Nantes la charte du protestantisme français, car " tolérance ", alors, n'a pas le même sens qu'aujourd'hui. Il s'agit bien plutôt d'un compromis inégal, qui vise au " vivre ensemble " en permettant sur un même territoire la coexistence officielle de deux Eglises opposées, mais aussi de deux cultures. A l'heure où les religions sont redevenues des marqueurs d'identité, la lecture de ce texte, qui prêche la fin des conflits religieux, est particulièrement salutaire. Préface inédite Nouvelle édition revue et corrigée

  • "Thierry Sarmant met en oeuvre toutes les palettes de son talent pour brosser le tableau haut en couleur du monde au début du XVIIIe siècle", Le Figaro Histoire. Versailles, 1er septembre 1715. Louis XIV s'éteint. Ainsi finissent le " Grand Siècle " et la " prépondérance française ", ainsi commence le " siècle des Lumières ". Que signifient ces notions pour le reste du monde ? Les esclaves emmenés vers l'Amérique savent-ils qui est Louis XIV ? Que valent les " Lumières " pour la Perse séfévide, l'Inde moghole ou le Japon d'Edo ? Kangxi, l'empereur de Chine qui fut l'exact contemporain du Roi-Soleil, vit-il jamais en lui autre chose que le roitelet d'un lointain pays tributaire ? Autour de l'année 1715, en observant les relations que la France et l'Europe tissent avec les autres continents, Thierry Sarmant nous entraîne dans un fascinant voyage, de Versailles à Saint-Pétersbourg, d'Ispahan à Constantinople, de Delhi à Mexico. Un voyage qui éclaire l'essor de l'Occident vers une hégémonie mondiale.

  • Un livre de plus sur les malheurs de la Vendée ? Non. Mais une synthèse accessible au plus vaste public, qui aborde tous les sujets délicats : y a-t-il eu ou non génocide ? Etait-ce une guerre civile et, si oui, de quelle nature ? Quel fut le rôle de Turreau, le général éradicateur ? Combien y eut-il de victimes et comment la mémoire locale et nationale en a-t-elle tenu compte ?
    La "Vendée" est le premier "orage" idéologique qui s'abat sur la France contemporaine et dont certaines traces sont toujours repérables. La dénonciation du complot, la peur des ruraux, la crainte des populations maritimes, la volonté de ruiner le pouvoir des Girondins, tant de nuées idéologiques, historiques et sociales ont cristallisé dans un événement qui a frappé comme la foudre et qui semblait né d'une logique inéluctable. Son déroulement l'a confirmé : rejet de l'"ennemi", recours à la violence débridée de la "guerre civile" et des "machines de guerre". Le travail a été achevé par la mémoire : la "Vendée" a compté par l'échec de son action, plus que par sa reconnaissance. La région est née de sa défaite. Et la mémoire nationale de la Révolution s'est fabriquée autour de ce conflit emblématique autant qu'autour de la Terreur.
    Jean-Clément Martin, professeur à Paris I-Sorbonne, a notamment publié Violence et Révolution, essai sur la naissance d'un mythe national ; Contre-Révolution, Révolution et Nation, France 1789-1799.

  • Une visite guidée de Versailles par le Roi Soleil.
    Le 6 mai 1682, Louis XIV, la famille royale et la cour se rendent solennellement à Versailles, désormais la résidence officielle de la monarchie. Mais emménager dans cet ancien pavillon de chasse " encore rempli de maçons " ne va pas être chose aisée. Mathieu Da Vinha a imaginé la situation d'un nouvel arrivant en quête d'un logement dans ce palais où fourmillent toutes sortes d'individus, gens de la cour, ministres et domestiques. Chemin faisant, l'historien nous dévoile la mécanique complexe de cette " ville dans la ville " et révèle les rouages de la microsociété qui la compose. Ainsi s'offre un Versailles mal connu, continuellement en travaux devenu le coeur de l'Etat et géré sous la seule autorité du Grand Roi.Mathieu Da Vinha, docteur en histoire est directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles. Il est notamment l'auteur de Alexandre Bontemps, premier valet de chambre de Louis XIV.

  • Au coeur du Paris de la Révolution, G. Lenotre applique les recettes qui ont fait de lui le maître de la "Petite histoire" : art du récit relevé par de nombreuses anecdotes puisées dans des textes rares ou des archives, écriture de véritables reportages sur la vie quotidienne de l'époque, les hommes et les lieux emblématiques de la Révolution. Sont tour à tour, et notamment, racontés avec brio : Robespierre, les Tuileries, le 10 août, l'Abbaye, Charlotte Corday, Danton, le Club des Jacobins, les cordeliers et la Conciergerie.Un immense succès de librairie jamais édité en poche.

  • D'après les archives des tribunaux de l'Inquisition, les itinéraires extraordinaires de milliers d'hommes et de femmes qui ont franchi, aux XVI e et XVII e siècles, la frontière militaire, religieuse, culturelle, qui séparait l'islam de la chrétienté, les " renégats " convertis de gré ou de force.
    Aux XVIe et XVIIe siècles, des centaines de milliers d'hommes et de femmes, convertis à l'islam, sont devenus des " renégats " La plupart furent emmenés en captivité un soir de défaite, après une razzia ou victimes de la course " barbaresque " en Méditerranée ou sur l'Atlantique. Certaines conversions furent volontaires. C'est l'histoire extraordinaire de ces milliers de destins, archivés par l'Inquisition, que retracent Lucile et Bartolomé Bennassar.

  • Les coulisses de Versailles au temps des rois. Pendant un siècle, l'histoire de France s'est jouée à Versailles. Mais qui connaît les " seconds rôles " indispensables au fonctionnement de la " machinerie royale ", comme d'Aquin, premier médecin du Roi-Soleil, Louis Blouin, valet de chambre et confident de Louis XIV, ou Mme de Brionne qui gouverna comme un homme les Grandes Ecuries ? Le livre de Jacques Levron retrace leurs aventures, comme il permet de mieux apprécier l'oeuvre des Francine, ces magiciens des Grandes Eaux de Versailles, de feuilleter les observations piquantes du commissaire de police Narbonne qui excellait au jeu des surnoms, ou de mesurer les difficultés que rencontrait Papillon de la Ferté qui dirigeait les Menus Plaisirs de la Cour. On y rencontre aussi Charles Collin, intendant de la marquise de Pompadour, l'abbé Soldini, confesseur de la dauphine et des filles de Louis XV, la marquise de Coëtlogon et son époux, Gatteschi, dernier " maître de langues " des Enfants de France, ou encore François Gamain, serrurier de Louis XVI... Avec Jacques Levron, on se mêle à la foule des courtisans et on se glisse dans les coulisses de Versailles. Jacques Levron a notamment publié Mademoiselle de Charolais, Le Bon Roi René et Marie Leszczynska.

  • En 1679, à l'apogée du règne de Louis XIV, éclate l'une des plus vastes affaires criminelles de tous les temps : l'affaire des Poisons. D'un seul coup se révèle l'envers sinistre du décor : les crimes de la Voisin, les sortilèges, les conjurations démoniaques, les messes noires, les sacrifices rituels...Affaire stupéfiante, ténébreuse, touffue, aux ramifications gigantesques, dans laquelle se trouvent mêlées des centaines de personne, dont les plus grands noms de la cour de France, notamment la favorite, Mme de Montespan, à tel point que le roi lui-même, pris d'inquiétude, tente d'étouffer le procès.

    De l'officine des alchimistes au repaire des sorcières, des marchands de philtres d'amour aux fabricants de poisons, en passant par le cabinet du magistrat instructeur, La Reynie, c'est l'enquête policière complète sur l'une des plus étranges et irritantes énigmes de l'Histoire qui est ici offerte au lecteur.

    Mettant en lumière les moeurs et les mentalités d'une époque qui n'a pas seulement été celle des splendeurs de Versailles et de la culture classique, l'ouvrage de Jean-Christian Petitfils, fruit de longues recherches, présente des découvertes et des explications très convaincantes.



    Jean-Christian Petitfils, spécialiste de la France classique, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont plusieurs biographies qui ont connu un grand succès : Louis XIII, Louis XIV, Fouquet, Louis XVI (Perrin). Il vient de publier chez le même éditeur L'Assassinat d'Henri IV, mystères d'un crime.


    OPresse:


    " Le livre de Jean-Christian Petitfils [...] dépeint avec précision et verve le contexte historique, les premiers développements de l'affaire, les arrestations et les portraits des acteurs de cette saga macabre, qui deviendra vite affaire d'Etat lorsqu'il apparaîtra que le roi lui-même était menacé." Fabrice Drouzy, Libération supplément, 03/04 avril 10

empty