Nevicata

  • Sicile

    Richard Heuzé

    Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    La Sicile est un poème. Une terre monumentale, pétrie de son passé antique et de son héritage baroque. Une île rebelle, labourée par la mafia qui lui a causé tant de dommages. Imprenable Sicile, aujourd'hui transformée en modèle pour l'Italie moderne, où la culture a peu à peu repris ses droits et où Palerme s'affiche radieuse et ambitieuse. L'âme sicilienne vous étreint dès le détroit de Messine. Elle a le goût ténébreux des silences et des coulisses sombres, contés par les plus grands romanciers italiens. Mais elle porte en elle une joie qui irrigue et transforme l'Italie d'aujourd'hui. Ce petit livre n'est pas un guide. Il plonge dans la Sicile des Siciliens en vous donnant le goût de ses légendes. Parce que pour comprendre cette île, les mythes sont les meilleures balises. Un grand récit suivi d'entretiens avec Jean-Yves Frétigné, Francesco Giambrone et Leoluca Orlando.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les légendes siciliennes. Et donc mieux les comprendre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Installé en Italie depuis plus de trente ans, Richard Heuzé fut le correspondant du Figaro à Rome. Il est l'auteur de Italie, l'esthétique du miracle (Nevicata, 2015) et Matteo Salvini, l' homme qui fait peur à l'Europe (Plon, 2019).

  • Ecosse

    Samake Assanatou

    • Nevicata
    • 19 Octobre 2020

    Aujourd'hui, qui dit Écosse dit Brexit. Mais l'Écosse, c'est aussi les Écossais, leur environnement, leur tempérament, leurs paysages et leurs légendes...
    Comment parler de l'Écosse à l'heure où l'avenir du Royaume-Uni reste miné par le Brexit et les tensions qui en résultent ? Comment raconter cette passion nationale qui étreint ce territoire depuis des décennies ? La réponse apportée ici est celle de la vie quotidienne, des paysages et des légendes qui font cette terre d'une beauté sauvage. Ils sont le soubassement de cette identité accrochée, depuis l'Antiquité, au fameux mur d'Hadrien qui la sépare de l'Angleterre.
    Impossible d'écrire sur l'Écosse sans s'efforcer de comprendre les Écossais. Leur environnement et leurs ressources naturelles les ont façonnés. Le choix, comme emblème national, de cet animal mythique aux pouvoirs extraordinaires qu'est la licorne dit leur force, leur ténacité, leur brin de folie aussi...
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il dit l'imaginaire et les réalités d'une terre qui a toujours arraché son destin au climat, à la mer et à la pierre. L'Écosse est un tempérament qu'il vous faut éprouver pour vraiment l'apprécier. Un grand récit suivi d'entretiens avec Sir Tom Devine, Dani Garavelli et Nadine Aisha Jassat.
    Ce témoignage et ces entretiens, oscillant entre imaginaire et réalité de l'Écosse, enchanteront les passionnés de ce pays hors du commun !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Assa Samaké-Roman est journaliste. Installée en Écosse, elle a vécu passionnément le chaotique feuilleton du Brexit dont l'issue pourrait être, demain, l'émergence d'une nouvelle Écosse.

  • Valais

    Guy Mettan

    Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Ce canton est un miracle suisse. Niché au coeur des Alpes, jaloux de ses sommets parmi les plus beaux de l'Helvétie, le Valais a l'indépendance arrimée à ses crêtes. Les Valaisans forment une confrérie. Réputés solidaires, ombrageux et téméraires, ils ont fait de leur terre le royaume de l'or blanc, où les coteaux irrigués par l'eau des glaciers se couvrent de vignobles à faire pâlir les meilleurs terroirs d'Europe. Guy Mettan a sillonné le « Vieux pays » sous tous ses angles, par tous ses sentiers. Il en dresse le portrait attendri d'une terre résolue à préserver sa très montagneuse identité. Ce petit livre n'est pas un guide. Il raconte le Valais comme on l'arpente, pierre par pierre, vallée par vallée, en tenant bien compte des subtiles différences linguistiques. Parce que pour comprendre cette république des glaciers, l'important est de ne jamais laisser fondre l'attachement qui vous porte immanquablement vers ses hautes cimes. Un grand récit suivi d'entretiens avec Jean-Henry Papilloud, Marie-Thérèse Chappaz et Luzius Theler.
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les sommets valaisannes. Et donc mieux les comprendre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Guy Mettan est journaliste, homme politique et ancien président du Club suisse de la presse. Il est aussi l'auteur du Dictionnaire impertinent de la Suisse (Slatkine, 2010) et de Le monde à deux mille mètres (Slatkine, 2021).

  • Séville

    Jean-Pierre Perrin

    Découvrez la mythique Séville, capitale de l'Andalousie, au moyen d'un récit inédit !
    Qui peut ne pas aimer Séville ? La vieille capitale andalouse est un chaudron de passions, le lieu par excellence de la quête amoureuse où, sous le regard brûlant des Vierges, le blasphème accompagne les désirs, où la rédemption est au coin de la rue. À l'ombre de son architecture flamboyante, les plus grands créateurs, peintres, écrivains, musiciens, ont autant été inspirés par elle qu'ils ont contribué à son mythe. Sur les rives du Guadalquivir, l'âme de l'Andalousie se montre conquérante. Les faubourgs de Triana où vivait Carmen, les majestueuses arènes de la Maestranza, où toréait son amant Escamillo, le quartier Santa Cruz, où Don Juan ravit la fille du Commandeur et qu'il perça de sa rapière, la rue Sierpes où fut emprisonné Cervantès, où il imagina peut-être son chevalier errant... Tous ces lieux racontent plus qu'une histoire. Ils disent l'âme du peuple andalou et sévillan dont les folies ont toujours interloqué l'Espagne et séduit le monde. Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il vous raconte l'amoureuse tragédie sévillane et que Carmen ou Don Juan sont en chacun de nous. Un grand récit suivi d'entretiens avec Joseph Perez, Alain Dutournier et Francis Wolff.
    Ce récit informatif et romancé, suivi d'entretiens avec Joseph Perez, Alain Dutournier et Francis Wolff, présente tous ces lieux qui incarnent l'âme du peuple andalou et sévillan dont les folies ont toujours interloqué l'Espagne et séduit le monde.
    EXTRAIT
    Comme l'indique l'historien et écrivain Fernando García de Cortázar, Séville est « un prodige qui surgit de l'eau et se nourrit de l'eau ». Prodige monumental pour son architecture, mais aussi pour les mythes qu'elle inspira.
    La ville elle-même est mythe. Hispalis, de son nom romain, fut fondée par Hercule lors du voyage qui le conduisit au-delà des colonnes auxquelles il donna son nom, aujourd'hui le détroit de Gibraltar. Il a d'ailleurs sa colonne dans le vaste jardin public de la Alameda, à côté de celle de César qui, lui, fit construire de grands monuments. Les empereurs romains Trajan et Hadrien sont nés à Italica, cité toute proche.
    C'est vrai que l'on va d'abord à Séville pour la beauté de son patrimoine architectural. Pour les palais de l'Alcázar, chef-d'oeuvre absolu de l'architecture mudéjare. Ensuite, pour la cathédrale, la tour de l'Or, la Casa de Pilatos, le quartier Santa Cruz, ses musées, et plus récemment le pont de Calatrava...
    Si l'on fait une rapide addition, on dénombre à Séville plus de 250 monuments classés. Sans compter tous ces merveilleux palais dont les vieilles noblesses refusent d'entrebâiller les portes, à l'exception de quelques-unes, moins orgueilleuses ou plus fauchées.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean Pierre-Perrin est l'auteur de Iran, la prière des poètes dans la même collection (Nevicata). Grand reporter et spécialiste du Moyen-Orient, il a reçu le prix Joseph Kessel en 2017 pour son livre Le djihad contre le rêve d'Alexandre (Seuil).

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre
    La Crète est bien plus qu'une île. Elle s'est longtemps rêvée centre du monde. L'Antiquité en fit l'un de ses épicentres. Le Minotaure a, dans le labyrinthe de ses montagnes, forgé un mythe que nous avons tous croisé. Les Crétois sont les enfants de Zeus, battus par les vents marins, modelés par une terre âpre mais nourricière. Puis le tourisme nous a ouvert les portes de leur île, parfois de manière trop brutale. Sa culture, sa musique, ses moeurs se sont métissées dans le grand bain des vacanciers éperdus de ses paysages.
    La Crète est une Grèce à part, dont le coeur bat loin d'Athènes. Mais de cette Grèce et du monde hellénique, elle est indissociable. Les mystères insulaires sont ceux des clans, des familles, de traditions que la modernité ébranle sans jamais parvenir à les déverrouiller.
    Comprendre l'âme de la Crète oblige à regarder ses rivages autrement, à feuilleter les partitions de ses chants traditionnels et de ses légendes comme les pages de ce petit livre décodeur : en se laissant porter par la liesse de « Zorba ». Et par sa liberté.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Eleftheria Zei (La Crète est une société de montagnards et de contradictions), Aris Tsantiropoulos (Des clans, des histoires et une terre) et Ross Daly (La Crète doit dépasser son insularité).
    Un voyage historique, culturel et linguistique pour mieux connaître les passions de la Crète. Et donc mieux les comprendre.
    EXTRAIT
    La Crète est faite du brassage de ces influences culturelles. Ce sont les aman aman5 que l'on entend dans les chansons traditionnelles ou que l'on prononce lorsqu'on a oublié de prendre ses clés. Ce sont les plats comme la sofegada, sorte de ratatouille qui tirerait ses origines de l'occupation vénitienne, mais dont la composition a évolué aujourd'hui. Ce sont les noms de famille qui s'achèvent en akis - suffixe signifiant « petit » -, donnés par les Ottomans aux Crétois en signe d'humiliation.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Ex-collaboratrice au Parlement européen, Marie Geredakis est une auteure passionnée par la Méditerranée et le destin des peuples qui l'ont forgée. La Crète, berceau de sa famille grecque, est pour elle le symbole de ce carrefour, indispensable pour que l'Europe soit un espace vivant où les peuples se transforment et se mêlent.

  • Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre Quand un traité devient le bouc émissaire des maux politiques nationaux, mieux vaut tenter de le comprendre. Tel est le sel de ce récit, taraudé par cette question : où va donc la Hongrie, ce coeur baroque de la Mittel Europa, baignée par le majestueux Danube et la musique de Liszt, mais hantée par le dépeçage de son territoire à la suite du traité de Trianon, en 1921 ? La réponse tient en une phrase : les Hongrois sont angoissés par leur disparition. Isolés du reste du continent par une langue hermétique, assommés par le rideau de fer qu'ils tentèrent en vain de soulever, ces bons vivants, heureux de se retrouver chaque été sur les rives du lac Balaton, sont minés par cette soif d'en finir avec ce passé si pesant. Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il porte en lui cette fascinante déprime hongroise, mâtinée de moments de pur bonheur passés aux thermes de Buda ou au festival de Sziget. Avec une seule envie : nous faire comprendre et aimer ce pays trop caricaturé. Un grand récit suivi d'entretiens avec Balázs Ablonczy, János Lackfi et Soós Eszter Petronella. Un voyage historique, politique et culturel pour mieux connaître les passions hongroises. Et donc mieux les comprendre. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE - (...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps - Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir. - Librairie Sciences Po À PROPOS DE L'AUTEUR Journaliste, Françoise Pons arpente depuis ses débuts l'Europe centrale et orientale. Fascinée par l'ambivalence hongroise et soucieuse de restituer la vraie personnalité de cette Hongrie si complexe, elle démèle ici l'écheveau nostalgique d'un récit national tourmenté.

  • Brussels fascinates and intrigues. How is it that this city - a hodgepodge where the worst atrocities of urban planning sit side by side with architectural jewels - can be so charming and seductive, to the point of being the envy of other large European cities? Although Brussels is landlocked within Flanders, French is by far the dominant language. The Kingdom of Belgium's multicultural capital, whose 19 `communes' range from working-class Molenbeek to upscale Uccle, has become the country's artistic centre, an extraordinarily creative centrifugal force. Crossing Brussels today is as much to travel through time as it is to take tour of diverse dialects and world foods. This little book is not a guide, but rather a key. It allows the reader to understand the slow transformation of an ancient bourgeois town which many thought had drifted into a deep sleep. Until it became the capital of Europe. In order to be understood, Brussels must be decoded. This is not your ordinary city. Brussels is much more than a city. This book comprises a short travel account followed by interviews with three prominent local thinkers: historian Roel Jacobs (No one has ever been able to finish what he started here) social activist Fatima Zibouh (Molenbeek is no Wild West !) and philosopher Philippe Van Parijs (Brussels should aim for a trilingual future). This insightful book will walk you through Brussels' history and cultural heritage and help you understand the wonderful kaleidoscope it is today. EXCERPT Is there such a thing as the Brussels spirit? Indeed there is, in the sense that it summarizes the sometimes surreal country that produced René Magritte. If there were no Brussels, Belgium would surely not exist, for Brussels is the keystone to the country's structure. However, the capital of Belgium is weakened by institutional complexity, wedged as it is between the Flemish and Walloon regions. Furthermore the Brussels spirit is inseparable from the Brussels accent, which is indispensable for uttering expressions such as `Arrête une fois de zieverer, dikkenek!'1 Not to be confused with the Belgian accent, which doesn't really exist anyway. And then there is the city's international status. How many cities can boast that they have an airline named after them? `It's because Brussels is a strong brand name', we are told, even stronger than Belgium's. If that is true, it is thanks to Europe and its 12 stars, which brought the city out of provincial obscurity and placed it squarely on the world stage. The economic benefits from the presence of the European Union are obvious, even though the average Bruxellois loves to criticize Eurocrat salaries, considered outrageous by many. ABOUT THE AUTHOR A Belgian journalist who covers international affairs for the news weekly Le Vif-L'Express, François Janne d'Othée has always kept Brussels as his home base. He knows the city inside out, from its most glamorous sites to its grittier - but no less colourful - corners.

empty