• Quelles voiles porter, comment les régler, comment les réduire au besoin ?
    Comment accoster ou quitter le quai sans heurts ni sueurs froides ?
    Comment passer une nuit à l'ancre en toute sérénité ?
    Quels sont les signes permettant d'anticiper l'évolution du temps, et quelles influences locales le vent subit-il ?
    Comment choisir et suivre la route la plus sûre, mais aussi la plus rapide, ou la plus confortable ?
    Comment parer aux situations d'urgence ?
    Quel équipement pour son bateau, quelles procédures de maintenance pour la coque, le gréement, le moteur ?
    Comment vivre sa passion sur l'eau sans dénaturer l'univers marin ?
    Ce sont quelques-unes des questions, parmi de nombreuses autres, auxquelles le lecteur trouvera au fil de cet ouvrage des réponses précises et argumentées. Cette huitième édition du Cours des Glénans, qui depuis 1961 s'est imposé comme une référence pour les plaisanciers, est une refonte en profondeur et une mise à jour prenant en compte les récentes évolutions techniques, qu'il s'agisse des nouvelles ancres aussi bien que des développements de la cartographie électronique ou de l'accès à des données météo toujours plus fouillées.
    Rédigé dans une langue simple et accessible, abondamment illustré, le Cours sera un excellent outil d'apprentissage et de perfectionnement pour le débutant. Le marin averti y verra une véritable encyclopédie nautique, indispensable à sa pratique éclairée et à sa sécurité. Ce manuel aborde différents types de pratique, de la voile légère à la croisière hauturière, sans omettre les spécificités propres aux multicoques. On pourra non seulement le lire et le relire mais aussi, grâce à son plan très clair et à un index détaillé, le consulter à tout moment en quête de savoirs ou d'éclaircissements sur un point particulier.
    Fondée en 1947, l'association " Les Glénans " est la plus importante école de voile et de croisière d'Europe.
    Cette version numérique de la 8e édition du Cours des Glénans est optimisée pour une consultation sur smartphones et tablettes sous Androïd ou iOS. Elle peut éventuellement être utilisée sur d'autres équipements. Les fonctionnalités dépendent des applications de lecture utilisées.

  • Le skipper retrace la naissance de sa vocation de marin. Alors qu'il est un enfant turbulent, son père, qui n'a jamais navigué, vend sa boulangerie pour construire un bateau et embarquer les siens dans un tour du monde. Il raconte sa passion pour la mer et son amour de la voile partagés avec son frère, Laurent, leurs courses au large et leurs folles équipées.

  • La nouvelle édition (dans la nouvelle charte graphique de la collection - en bichromie) de ce guide pratique et distrayant pour apprendre à naviguer comme un pro !Dans cet ouvrage, vous trouverez toutes les informations indispensables à la navigation à la voile. C'est à la fois un livre d'apprentissage, un manuel de l'utilisateur, et un ouvrage de référence. Des savoir-faire fondamentaux de la voile aux sujets les plus avancés pour vous préparer au jour J où vous prendrez la mer,
    La Voile pour les Nuls est un guide pratique et distrayant pour apprendre à naviguer comme un pro.
    Au programme :

    Foc, bout, drisse, pataras... le langage marin et la terminologie de la navigation enfin expliqués.
    L'équipement et les vêtements à porter à bord, l'entretien du bateau.
    Les premiers apprentissages, les noeuds, la sécurité, la préparation du bateau.
    Les premières manoeuvres : ancrage, accostage, mouillage, appareillage n'auront plus de secret pour vous !
    Les règles de la navigation à voile, l'apprentissage des instruments de bord, et bien d'autres choses encore. Avec La Voile pour les Nuls, vous tiendrez le cap... bon vent !

  • Le livre raconte l'histoire de trois enfants, aspirants-marins, qui décident de s'initier au sport de la voile. Ils trouvent un entraîneur qui leur enseigne les habiletés reliées à la « vie à bord ». Ainsi, ils apprennent tout sur l'Optimist et connaissent l'équipement, les vents, les manoeuvres, les types de voiliers, les noeuds marins de base et découvrent enfin ce que c'est une régate.
    Un manuel raconté, idéal pour ceux qui abordent pour la première fois ce passionnant sport.

  • Appelé "quatre sept", le 470, dériveur dessiné en 1963 par le français André Cornu, est devenu classe olympique à partir de la moitié des années 70. C'est un des dériveurs les plus aimés et diffusés dans le monde, sans doute un de ceux qui conjuguent le mieux la technique et le charme de la navigation. Ce manuel entièrement en couleurs et enrichi d'illustrations et de photographies célèbre les 50 ans du 470 et offre à tous ceux qui désirent faire les premiers pas sur ce dériveur un vademecum pratique des réglages principaux à effectuer à terre et sur l'eau, ainsi que des explications concernant les manoeuvres et les techniques en régate. Les conseils et les solutions présentés permettront au lecteur d'améliorer les performances du bateau et de trouver en navigation le petit truc en plus que tous les régatiers recherchent. Fabio Ferrone est un des régatiers italiens qui a interprété au mieux le 470. Médaille d'argent au championnat du monde junior, il a conquis en 2012 avec son frère Nicola, le championnat du monde master. Vincenzo Losito est président d'Asitalia 470 (association sportive des propriétaires de 470), une association à but non lucratif qui a pour objectif le développement de la classe 470 sur tout le territoire national. Passionnés de voile depuis toujours, après avoir longtemps régaté en 470 et dans d'autres séries, Luca e Cesare Cesaretti ont créé et dirigent Clippersail, un site d'information et de commerce en ligne sur le monde de la voile.

  • Prendre le départ du Vendée Globe est une aventure. Arriver à bon port est un exploit. Sur vingt-neuf concurrents, seuls dix-huit ont franchi la ligne d'arrivée du Vendée Globe 2016-2017 et Fabrice Amedeo est de ceux-là. Une superbe performance pour celui qui, il y a moins de deux ans, prenait le métro tous les jours pour se rendre à la rédaction du Figaro.« Ce départ du Vendée Globe, je suis allé le chercher à la force de mes poignets : trouver des partenaires, créer mon entreprise, acheter un bateau, apprendre à naviguer en IMOCA, me préparer physiquement, apprendre à réparer mon bateau... Être au départ de cette course était en soi une victoire. Mais le plus gros m'attendait. Un Everest personnel, 27 000 milles nautiques en solitaire autour du globe. »Un Everest qui ne se dévoile vraiment qu'à la lumière de l'expérience, constitué d'étapes à franchir et d'épreuves à surmonter : la première nuit en mer, le passage de l'équateur, les tempêtes, le cap Horn, les pannes et la casse, le froid, les icebergs, la peur, la solitude, l'épuisement, la faim... Un véritable parcours du combattant de plusieurs mois, heureusement jalonné de moments dont la beauté est décuplée par l'intensité de l'aventure. De sa plume alerte, Fabrice Amedeo nous emmène dans son sillage, celui d'un homme heureux en mer qui a vaincu son Everest.

  • Deux ans après avoir bouclé son incroyable tour du monde, Yvan Bourgnon a relevé un nouveau défi. Au terme d'un parcours de plus de 7500 kilomètres et deux mois sur les océans Atlantique et Pacifique, en passant par les îles arctiques du Grand Nord canadien, il est le premier skipper à boucler le passage du Nord-Ouest sur un catamaran de sport en solitaire, sans habitacle, ni assistance.
    Affronter les tempêtes glaciales, éviter les blocs de glaces qui constituent autant de risques de chavirage, tomber nez à nez avec un ours blanc... Yvan Bourgnon n'avait jamais affronté des conditions aussi pénibles. Risquant la mort à chaque instant, il est resté bloqué trois semaines dans les glaces qui ont failli broyer son bateau et a frôlé la noyade après une chute dans l'eau gelée.
    Naviguer chez les Inuits, Yvan Bourgnon y est allé par goût de l'aventure mais aussi pour alerter sur les conséquences du réchauffement climatique dans ce paradis blanc à l'image faussement immaculée. Avec son association The Seacleaners dédiée à la lutte contre la pollution océanique, il a décidé d'agir et se lance dans la construction d'un navire révolutionnaire Manta, collecteur de déchets plastiques.

  • Depuis sa création, près de 1 000 marins ont pris le départ de la Mini-Transat qui fête cette année ses 40 ans. Une belle occasion de célébrer cette course au large atypique... La Mini-Transat n'est pas une course comme les autres. Peut-être parce qu'avec 6,50 mètres (la taille d'une camionnette !), les bateaux y sont les plus petits de toutes les courses au large. Peut-être aussi parce que, parmi les candidats, on trouve de tout : des jeunes, des moins jeunes, des amateurs, des presque néophytes ou de grands marins. Ainsi, pour certains, les plus connus (Daniel Gilard, Jean-Luc Van Den Heede, Bruno et Loïck Peyron, Yves Parlier, Isabelle Autissier, Laurent et Yvan Bourgnon, Roland Jourdain, Catherine Chabaud, Lionel Lemonchois, Michel Desjoyaux, Thierry Dubois, Ellen Mac Arthur, Thomas Coville, Tanguy Delamotte, Arnaud Boissière, Thomas Ruyant...), la Mini a été un tremplin vers une carrière professionnelle sur les océans. Mais pour la majorité, elle a été une parenthèse improbable dans leur vie, un espace ouvert sur un rêve réalisé, une aventure à achever pour se sentir vivant et serein.À l'occasion du départ de la  20e Mini-Transat, qui sera donné le 1er octobre 2017 de La Rochelle pour une arrivée prévue quelques semaines plus tard en Martinique, Patrick Benoiton retrace l'histoire passionnante de cette belle aventure. Un texte riche de nombreux témoignages, qui rend hommage à la dimension humaine de cette course décidément à part.

  • En 1990, Tom Whidden et Michael Levitt publiaient la première édition de L'Art et la Science des Voiles (éd.St Martin's Press).
    Vingt-six ans plus tard, les auteurs rééditent une deuxième version de cet ouvrage (éd.
    North Sails, LLC) avec un contenu enrichi et totalement mis à jour, qui met en avant les nouvelles technologies dans l'industrie de la voilerie ainsi que les méthodes modernes de navigation.
    L'ouvrage débute par l'histoire moderne de la voilerie et retrace le parcours de deux grandes personnalités et leaders de leur secteur : Ted Hood et Lowell North, respectivement l'Artiste et le Scientifique.
    Puis les auteurs se penchent sur la circulation, sur les techniques de mise en oeuvre des matériaux dans le processus de fabrication des voiles, et enfin sur les principes de navigation et de réglage des voiles.

  • Le 30 juin 2018, trente marins quitteront Plymouth pour un tour du monde en solitaire et sans escale à bord de voiliers d'un autre temps. Pas de GPS, de pilotes électriques, d'appareils photo numériques, mais des équipements identiques à ceux embarqués en 1968 par Robin Knox Johnston, le seul à boucler l'épreuve après 313 jours de mer. Le Golden Globe Challenge fut une aventure épique et tragique dont ce récit met en lumière les héros invraisemblables. Hommage soit rendu à leur engagement avec la course du 50e anniversaire !En 1968, ils sont neuf à s'élancer. C'est une première : jamais un tel défi n'a été relevé et personne ne sait alors s'il peut être réalisé. Le journal londonien Sunday Times, sponsor de la course, lui donne le nom de Golden Globe Challenge.Bernard Moitessier, Loïck Fougeron, Chay Blyth, Robin Knox-Jonhston, John Ridgway, Donald Crowhurst, Bill King, Nigel Tetley et Alex Carozzo pointent leur étrave vers l'inconnu, avec en ligne de mire le mythique cap Horn. Plusieurs d'entre eux, à l'image du Britannique Chay Blyth, n'ont pratiquement jamais navigué en solitaire. D'autres ont choisi des bateaux incapables d'affronter les quarantièmes rugissants. Qu'importe ! Part qui veut, à condition de larguer les amarres depuis la côte anglaise entre le 1er juin et le 31 octobre. L'époque est encore au sextant, aux girouettes automatiques et aux postes de radio lourds et encombrants que Bernard Moitessier, le favori, refuse d'embarquer. On est bien loin de la sacro-sainte communication qui régit les courses d'aujourd'hui...Dix mois plus tard, un seul concurrent franchira la ligne d'arrivée à Falmouth.Abandons, naufrage, et même suicide - l'ultime salut de Donald Crowhurst - ont écrit les pages de cette course inimaginable. En tête de la flotte, Bernard Moitessier a décidé d'abandonner pour « sauver son âme » et poursuivre sa Longue Route jusqu'à Tahiti, ajoutant un demi-tour du monde à celui qu'il venait de réaliser... Avec ses protagonistes insensés, ses rebondissements et ses drames, le Golden Globe reste l'une des aventures maritimes les plus marquantes de tous les temps.Un livre traduit de l'anglais (américain) par le navigateur et écrivain Gérard Janichon, avec un avant-propos du journaliste nautique Bernard Rubinstein.

  • Tumultueuse, la desserte de service public de la Corse est faite de tergiversations et d'incapacités de s'entendre, des divergences entre les problématiques insulaires et celles de l'Etat central. Pourtant, tout change. Quand la Corse conquiert la liberté de décider par elle-même, elle mettra le temps à assumer ses pouvoirs et n'évitera pas complètement le piège de l'Etat. Et il faudra attendre la disparition de la SNCM, et l'arrivée au pouvoir d'une majorité dite nationaliste pour qu'une ère nouvelle s'ouvre : celle d'une maîtrise corse de la desserte de service public, autonome et dans le respect des règles européennes. Mais est-ce une révolution ?


  • Neuf aventuriers au départ de la plus formidable course à la voile de tous les temps. Un seul en reviendra....

    À la fin des années 1960, neuf aventuriers solitaires relèvent simultanément le même défi : accomplir le premier tour du monde à la voile sans escale. Ainsi commence la Sunday Times Around the World Race, la course la plus rocambolesque et la plus dramatique jamais disputée. Elle est servie par des protagonistes aux personnalités exceptionnelles, soldats de la Seconde Guerre mondiale, baroudeurs sans expérience nautique mais prêts à tout, citadin névrosé et avide de gloire, idéaliste en quête d'absolu... Un scénario digne des meilleurs thrillers : un affabulateur envoyant de fausses positions avant de disparaître en mer, un vainqueur potentiel qui fait naufrage à quelques jours de l'arrivée, un marin-philosophe tournant le dos à une civilisation qu'il ne supporte plus... Le tout en un temps où la mer savait garder ses secrets, faute de GPS et de communications par satellites. Un seul arrivera finalement au bout, écrivant avec panache l'une des plus belles pages de l'histoire maritime.
    Spectateur attentif hier, journaliste aujourd'hui, Olivier Le Carrer part à la recherche des héros de son adolescence, croisant souvenirs personnels et enquête sur le terrain pour raviver cette formidable épopée.

  • Les techniques de régate ne sont pas un domaine exclusif des sportifs en compétition.
    Aussi conduire un bateau pendant une croisière, avec la famille ou des amis, nécessite une parfaite maîtrise du voilier et des manoeuvres. Rédigé sur la base de l'expérience de stages de la North University et spécialement conçu pour la vitesse et la conduite du bateau en régate, le livre est en même temps un outil précieux pour tous les plaisanciers qui veulent améliorer leurs compétences concernant la navigation à la voile.
    Rédigé dans un style direct et informel, accompagné de plus de deux cents illustrations, Trim est un manuel complet sur les réglages à toutes les allures et pour tous les types de combinaisons de voiles. Toutes les manoeuvres, des plus simples aux plus compliquées, sont analysées dans toutes les conditions de vent et de mer. Des sections sont spécifiquement dédiées à la résolution des questions concernant les performances, la conduite à la barre, la préparation du bateau, du gréement et des instruments. Une grande variété de sujets pour gagner la course, mais aussi pour accomplir au mieux les manoeuvres les plus simples.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Histoire de la marine à voile des Vikings à la Révolution et l'Empire, à travers les types de navire et les campagnes maritimes. Un chapitre complet est consacré aux galères.

  • Quarante ans après sa victoire dans la Course de l'Aurore en 1973, Gilles Le Baud a couru l'édition 2013 de la Solitaire du Figaro à soixante-cinq ans, devenant le doyen de cette épreuve de voile prestigieuse. Son livre est un témoignage unique et un guide pratique à l'usage des candidats à l'aventure.S'il a pu éprouver concrètement l'évolution technologique des bateaux, celle du sponsoring, et le perfectionnement de la préparation des navigateurs, il a aussi pu constater que la dimension humaine de la course en solitaire n'a changé en rien.Gilles Le Baud a disséqué cette expérience unique pour en faire profiter ses cadets. Aussi personnel et sensible qu'informatif et documenté, son récit alterne les témoignages des deux époques, permettant de vivre la course de l'intérieur et sous tous ses aspects.Souvenirs de navigation, d'amitié, de fête et d'adversité, de lutte contre le sommeil et de fortunes de mer, de calmes plats et de tempêtes expriment à travers ce récit une passion de la voile que l'âge du capitaine n'est pas près d'altérer !

empty