• Amoureux de la nature, Geoffroy Delorme n'a pas vingt ans quand il aperçoit, dans la forêt de Louviers en Normandie, un chevreuil curieux et joueur. Le jeune homme et l'animal s'apprivoisent. Geoffroy lui donne un nom, Daguet, et le chevreuil lui ouvre les portes de la forêt et du monde fascinant de ses semblables. Geoffroy s'installe parmi eux et son expérience immersive va durer sept ans. Vivre seul en forêt sans tente, ni abri, ni même un sac de couchage ou une couverture, c'est surtout apprendre à survivre. Geoffroy Delorme suit l'exemple des chevreuils.
    Il adopte leurs comportements, apprend à se nourrir, à dormir et à se protéger comme eux. Il acquiert une connaissance unique de ces animaux et de leur mode de vie, il les observe, les photographie et communique avec eux. Il apprend à partager leurs joies, leurs peines et leurs peurs. Aujourd'hui, il raconte.

  • Le livre du film réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent. Un voyage dans dix pays, des dizaines de solutions pour construire le monde de demain.

  • Inventons notre avenir ! Nouv.

    « Ce livre est l'un des plus inspirants que j'ai jamais lus. Il pose un regard lucide sur les réalités terrifiantes du changement climatique, mais conclut que l'humanité peut encore faire face à cette menace. De plus, le livre présente le défi existentiel du changement climatique comme une opportunité unique pour construire un monde plus juste et pour nous rendre meilleurs. Plus important encore, il propose une approche résolument pratique et suggère 10 actions concrètes que chacun de nous peut faire afin de créer un avenir possible pour tous les habitants de la planète Terre. J'espère que nous prendrons tous à coeur ce message. »
    Yuval Harari, auteur de Sapiens, Homo Deus et 21 Leçons pour le XXIe siècle.
    « L'accord de Paris aura fait date pour l'humanité. Dans ce livre important qui arrive à point nommé, deux des principaux initiateurs de cet accord nous montrent pourquoi et comment nous devons mettre en oeuvre ses engagements. J'espère qu'il sera largement lu et suivi d'actes.
    Jane Goodall, auteure de Ma vie avec les chimpanzés.
    Après avoir joué un rôle clé dans l'accord de Paris, Christiana Figueres et Tom Rivett-Carnac ont cofondé Global Optimism, une organisation dédiée au changement environnemental. Ils collaborent avec les plus grands militants écologistes comme Al Gore, Jane Goodall ou Greta Thunberg.

  • « Juillet 2019, il fait 42,6 c° au parc Montsouris à Paris, dans le Languedoc on enregistre 46°c à l'ombre. C'est une fournaise. Quelques mois plus tard, des tempêtes de feu ravagent l'Australie et on s'émeut de voir la faune et la flore dévorées par les flammes. Ce fameux mois de juillet 2019 aura été le plus chaud enregistré sur terre depuis que les relevés météorologiques existent. Le réchauffement climatique n'est plus une hypothèse, c'est un fait vérifiable par tous : la banquise arctique a perdu 96% de sa surface en 35 ans, le permafrost, cette bande de gel qui ceinture le grand Nord, recule, et chaque année le niveau des océans montent un peu plus.
    Mais le climat et ses effets spectaculaires ne sont que la face la plus visible d'un bouleversement de bien plus grande ampleur qui concerne la vie elle-même. Au cours de sa longue existence, notre planète a connu plusieurs crises majeures, qui, à chaque fois, ont transformé en profondeur le vivant et entraîné l'extinction de la majorité des espèces. Mais l'image d'Épinal qui montre un dinosaure regardant, l'oeil inquiet, une météorite s'écraser sur la terre et provoquer son extinction brutale est un mythe. Les crises de la biodiversité avancent masquées, en silence. Ces trente dernières années, un quart des oiseaux d'Europe ont disparu et pourtant nous n'avons pas marché sur des cadavres d'oiseaux le long des routes et des chemins. Aujourd'hui, tout laisse à penser que nous sommes à l'aube d'une sixième extinction qui arrive à une vitesse foudroyante : on estime que 500 000 à un million d'espèces sont en train de décliner et que d'ici quelques décennies elles pourraient s'éteindre. L'homme et sa consommation sans cesse croissante d'espace et d'énergie en est la première cause. Si rien n'est fait, cette nouvelle crise majeure de la biodiversité aura bien lieu, et l'humanité, dont la survie et la prospérité dépendent de l'équilibre de des écosystèmes, pourrait elle aussi disparaître. »  Bruno David
      Plus qu'un cri d'alarme, A l'aube de la  6e  extinction  est un plaidoyer pour le vivant sous toutes ses formes et un guide pratique, à hauteur d'homme, pour éviter le naufrage, posant ainsi les jalons d'une éthique pour la planète, sans moralisme ni culpabilisation. Est-il trop tard ou pouvons-nous éviter le pire ? La réponse est entre nos mains.

  • Scènes de la nature Nouv.

    Pionnier, Audubon l'était d'abord au sens strict : à 18 ans, ce Nantais part pour les États-Unis vivre de chasses et de cueillettes. Là, dans ces grands espaces américains encore vierges, il prend la décision de recenser et de peindre tous les oiseaux. Nouveauté pour l'époque : il les représente dans leur environnement. Ses scènes d'oiseaux dans la nature ne doivent pourtant pas nous faire oublier ces autres Scènes de la nature, où Audubon nous raconte la vie d'aventures qu'il mène, une vie faite d'épreuves, mais aussi et surtout de liberté, dans une nature sauvage, immense et belle. Marais de pins, prairies, ouragans... Audubon se révèle, dans ce recueil de récits et d'anecdotes, un grand écrivain de nature writing, peintre des paysages menacés par le progrès. « Quand je vois, écrit-il, le trop-plein de la population de l'Europe s'acharnant avec nous à la destruction de ces malheureuses forêts [...] ; et quand je me dis que, pour tous ces changements si extraordinaires, il a suffi de la courte période d'une vingtaine d'années ; alors, malgré moi, je m'arrête, saisi d'étonnement »...   Présentation par Henri Gourdin  

  • Il faut changer (rapidement) nos modes de vie pour préserver la planète. Mais comment faire ?
    Ces dernières années, nous avons été abreuvés d'informations sur l'écologie, le zéro déchet et sur les moyens de consommer mieux et de façon plus responsable... 
    Problème : ces informations sont souvent partielles voire contra-dictoires. Il est donc difficile de faire le tri et de savoir ce qu'il faut vraiment faire pour rendre son quotidien plus écoresponsable. Se poser les bonnes questions est la première étape ! En quoi les déchets sont-ils un problème ? Le mode de vie zéro déchet n'est-il pas un retour à l'âge de pierre ? Puis-je compenser mon empreinte carbone ? Est-ce grave d'acheter des objets en ligne ? Comment se passer du neuf ? Est-ce qu'il y a de fausses bonnes solutions ?
    Pauline Imbault, coordinatrice de la Maison du Zéro Déchet, répond à 100 questions zéro déchet, zéro gaspi qui se posent lorsque l'on fait ses premiers pas vers un mode de vie plus respectueux de l'environnement et de ses habitantoes. 
    Un petit guide pratique avec une fiche pour chaque question et sa réponse, avec des conseils et des clefs pour comprendre et contextualiser ce qui peut poser problème pour la planète dans notre quotidien.

  • La "biodiversité" recouvre la variété des formes de vie sur terre. Elle est aujourd’hui menacée de toutes parts. Quels sont les enjeux de la protection des espèces et des milieux naturels pour l’avenir de la biosphère et des hommes ? Ce livre essentiel répond à cette question, et à bien d’autres encore.
    Comment inventorier la richesse en espèces de la planète (1,6 millions d’espèces connues sur un total pouvant atteindre 50 millions) ? Comment retracer l’histoire biologique mouvementée d’une terre en évolution permanente, histoire dans laquelle l’espèce humaine est devenue un acteur prépondérant ? Que signifie "conserver la biodiversité" ? Comment les idées se sont-elles formées, oscillant sans cesse entre des points de vue différents sur ce que devraient être les relations des humains avec la nature ?
    Par décision de l’ONU, 2010 est l’année de la Biodiversité. À cette occasion, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, l’UICN, une organisation qui réunit plus de 80 gouvernements et plus de 1000 ONG, va promouvoir une "Éthique de la Biosphère".
    Patrick Blandin, l’un des initiateurs de ce projet, nous livre ici ses propositions pour l’élaboration d’une éthique évolutionniste dans un remarquable et indispensable plaidoyer pour que "Nature vive"…

  • Animal par animal, vaches-boeufs, moutons, chèvres, lapins, poules-coqs, canards, dindons, oies, porcs, ânes et chevaux de trait, ce livre donne les clés pour connaître les races et leur diversité de saveurs, les labels et AOC, les conditions idéales d'élevage et d'abattage, les pièces de viande et découpes, les produits dérivés (oeufs, fromages, beurre...).
    Il fournit tous les outils pour poser les bonnes questions à son boucher.
    En conclusion, il pose les fondements d'une ferme idéale élevant des animaux dans un environnement adapté à l'animal et respectant son cycle de vie. 

  • Une nouvelle collection pour repenser notre relation au monde sauvage dirigée par Stéphane Durand, co-auteur et conseiller scientifique des aventures cinématographiques de Jacques Perrin. Nous sommes les enfants de l'univers mais nous l'avons oublié. Au nom de la liberté et de la raison, nous avons coupé tous les ponts qui nous liaient au monde. L'homme moderne est devenu une énigme de la nature. Pourtant, une nouvelle révolution copernicienne est en cours au coeur de notre civilisation occidentale. Partout, au cinéma, en littérature, en philosophie, émerge un nouveau regard sur nos « compagnons de planète ». En allant à la rencontre des animaux et des plantes sur leurs territoires, ces auteurs-naturalistes (scientifiques, philosophes) partent en « mission diplomatique » à la frontière du monde sauvage. François Sarano nous propose ici le récit d'une véritable aventure qui invite les lecteurs à plonger au milieu des cachalots. Écrit de manière très vivante, il fourmille d'anecdotes et permet de mieux comprendre la vie sociale du plus grand carnivore de l'océan en mettant l'accent sur ses formidables capacités physiologiques et cognitives. L'auteur révèle ainsi les secrets d'une société matriarcale à la culture beaucoup plus sophistiquée qu'Herman Melville ne pouvait supposer. Altruisme, langage, culture, réflexion, le cachalot, dont l'intelligence n'a rien à envier à celle des primates, nous interroge sur la relation possible entre l'homme et l'animal.

  • L'écologie n'a jamais été autant sur le devant de la scène médiatique, et de nouveaux acteurs interviennent aujourd'hui afin de proposer de nouvelles alternatives, de nouveaux concepts pour lutter contre la destruction de notre planète.
    Les auteurs de ce livre Philippe Vion-Dury (rédacteur en chef du mensuel Socialter) et Rémi Noyon (journaliste spécialisées Idées du Nouvel Observateur) ont interviewé des figures emblématiques de l'écologie contemporaine (Pablo Servigne porte-parole des collapsologues, Bruno Latour un des plus grands philosophes contemporains etc.) afin d'analyser toutes les idées en vogue aujourd'hui. Ceci dans le but de comprendre ce qui se passe, afin de s'adapter à cette nouvelle crise écologique et de trouver des solutions.

  • "La terre, être silencieux dont nous sommes l'une des expressions vivantes, recèle les valeurs permanentes faites de ce qui nous manque le plus: la cadence juste, la saveur des cycles et de la patience, l'espoir qui se renouvelle toujours car les puissances de vie sont infinies." Avec ce texte, magnifiquement illustré par Pascal Lemaître, Pierre Rabhi nous fait partager son amour pour la Terre, pour la nature, et nous appelle à en prendre soin.

    Pierre Rabhi, écologiste convaincu, expert international, est également philosophe et écrivain.
    Pascal Lemaître est illustrateur, tant dans l'édition que pour la presse.

  • Penser à la planète pour vivre mieux
    Ce petit livre vous dévoile en 50 règles d'or les bases d'un mode de vie «  green  » pour consommer mieux et moins, trier ses déchets et les réduire, gérer ses déplacements, devenir écolo-numérique, améliorer son logement... parce qu'il est possible, pour chacun, de réduire son impact sur l'environnement. À vous de jouer et d'y piocher les idées faciles à mettre en oeuvre au quotidien  !
    Et si changer vos habitudes pouvait sauver le monde  ?
     

  • D'année en année, la lutte contre le dérèglement climatique est passée de considérations géopolitiques générales, d'objectifs globaux jamais atteints, à la responsabilisation de chacun, à des écogestes du quotidien qui nous ont rendus plus acteurs de la mobilisation. Pourtant, rien ne change. Pire : l'idée de développement durable a laissé place à celle d'effondrement ! Si le tableau s'est assombri, c'est que nous avons pris conscience que rien ne serait réellement possible si nous ne changions pas notre imaginaire, nos perceptions, nos croyances. Les leviers de cette transformation ? Thierry Libaert, fin connaisseur de l'intérieur des politiques de l'environnement en France, les a identifiés, et il nous en fait part, non en théoricien abstrait, mais en praticien soucieux d'efficacité. Pour lui, fini le temps des injonctions qui ne servent qu'à valoriser leurs auteurs. C'est tout un modèle qu'il faut réinventer, à commencer par notre façon d'en parler...   

  • A la rencontre des acteurs clés du changement pour le climat, pour la société et pour soi-même.
    Ils sont parents, aides-soignants, coiffeurs, scientifiques, patrons d'entreprise, chômeurs ou étudiants. Eux, ce sont les licornes. Leur point commun?? Une volonté d'en demander moins à la planète. Chacun à son rythme, selon ses valeurs et ses besoins.
    Jeune licorne et enseignante, Géraldine partage avec ses élèves ses questionnements à propos du changement climatique, des inégalités sociales, de la condition animale... Et si tout était lié?? Comment préserver notre santé sur une planète polluée?? La simplicité volontaire peut-elle rendre heureux??
    Elle part alors à la rencontre d'acteurs clés du changement en Belgique et en France. Engagés, inspirants, ils ouvrent des pistes de réflexion et proposent des moyens d'agir. Elle se forme et expérimente des recettes parfois douteuses, sous l'oeil sceptique de son compagnon, qui craint des bouleversements dans leur quotidien. Une quête de sens qui l'amène à reconsidérer son alimentation et ses croyances sur le bonheur, la beauté et l'argent.
    À travers l'histoire de Géraldine, c'est celle d'une génération qui se questionne et qui, sans complexes, avec humour, a décidé de changer les choses.
    Découvrez sans plus attendre cet ouvrage qui aborde, avec humour, les enjeux de ce siècle : le respect de l'environnement et la transition écologique, les inégalités sociales ou encore la condition animale !
    EXTRAIT
    Aujourd'hui, je suis une pétasse repentie. Même si je garde un souvenir amusé et ému de mes égarements, ma priorité n'est plus de perfectionner mon style, mais de prendre soin de ma santé et de mon moral. Manger mal, se comparer aux autres et recourir aux artifices pour dissimuler les dégâts ne marche pas. Il m'a fallu tellement d'années pour qu'une information aussi évidente germe dans mon esprit. Ce cheminement m'a appris que la beauté se trouve aussi à l'intérieur de nous. Prendre conscience que nous n'avons pas toujours besoin de tous ces produits sophistiqués est un bonheur. Les produits cosmétiques les plus biologiques au monde se trouvent dans notre cuisine et coûtent parfois moins d'un euro. Cela dit, mon itinéraire n'est pas universel. Chaque être humain a des besoins et des désirs spécifiques. Il faut trouver ce qui convient à chacun et surtout, garder du plaisir dans sa routine. Récemment, j'ai acheté des shampooings solides parfumés au romarin et à la lavande juste parce que j'en avais envie. Je ne vois pas le sens de m'enfermer dans un extrémisme zéro produit. Le plaisir est essentiel pour prendre soin de son bien-être. Je croyais savoir tout cela depuis des années...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce livre, et qui le rend crédible et intéressant, ce sont les témoignages de divers acteurs du changement. - Delphine_D_, Sens Critique
    J'ai adoré ce livre que j'ai dévoré du début à la fin. L'auteure nous parle de son parcours de transition, avec ses succès mais aussi ses échecs qu'elle assume avec humour. - ChaMartin, Babelio
    Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est justement qu'à travers les mots de Géraldine Remy, c'est un peu la voix du citoyen face à sa démarche personnelle, réaliste, réalisable et concrète qui s'exprime. - AlineFl, Babelio
    Je m'y retrouve tellement ! Je ne suis pas "livres" du tout mais il se dévore à toute vitesse car il est bien écrit et intéressant. - vmeganck, Babelio
    Un livre qui se dévore [...] à se procurer d'urgence, à lire d'urgence, à partager d'urgence... - DavSam, Babelio

  • Au début des années 1970, après des études de chimie et un doctorat, Patrick Moore s'engage avec quelques amis activistes dans la lutte contre les essais atmosphériques de la bombe H américaine. Equipés d'un simple bateau de pêche, ils parviennent, grâce à un sens aigu de la communication et à leur audace, à donner une audience médiatique exceptionnelle à leur cause. Ce fut l'acte de naissance de Greenpeace.
    Devenu l'un des dirigeants principaux de la jeune organisation, Patrick Moore poursuit le combat contre les essais nucléaires mais lance aussi ses amis dans de nouvelles luttes, toujours non violentes, au nom du respect des animaux : contre la tuerie industrielle des baleines, contre le massacre des bébés phoques ou contre la pêche aux filets dérivants.
    Mais au milieu des années 1980, il constate que les autres directeurs de l'ONG ont développé une vision de l'écologie radicalement différente de celle qui prévalait aux débuts  :  du souci de préserver l'existence des êtres humains dans la nature, avec la nature, ils étaient passés au soupçon, voire à la mise en accusation permanente de l'Homme. Ils avaient choisi de mener un combat politique, idéologique en laissant la science de côté. En 1986, Patrick Moore quitta donc Greenpeace pour s'investir dans des structures constructives, prêtes à aider au changement de façon rationnelle.
    Dans ce livre passionnant, nourri d'expériences et de rencontres uniques, il montre pourquoi les écologistes radicaux actuels doivent revoir leurs certitudes car, sur de nombreux sujets qui leur sont chers (OGM, herbicides, chlore, nucléaire civil, sylviculture, énergies...), la science a montré qu'elle est un atout fantastique et non un ennemi. Pour le plus grand bénéfice de l'environnement et des milliers d'espèces, dont la nôtre, qui vivent sur notre belle planète.

  • A une époque où tout le monde parle du climat, découvrez concrètement quelles activité quotidiennes créent le plus d'émissions de Co2 : notre alimentation, nos déplacements quotidiens, nos voyages et les vols en avion, nos hobbys et les animaux de compagnie, les objets de consommation, notre consommation d'électricité et enfin notre habitation.
    L'auteur nous guide sans culpabilité pour nous donner des pistes et choisir un domaine où agir.
    De nombreux exemples et un test permettent au lecteur de voir où il en est dans son empreinte énergétique

  • Chauffe qui peut ! 
    Un livre qui traite avec humour des choses sérieuses. 
    Louise dans sa cuisine, Olivier dans son atelier, Lina à une soirée, Élie sur son vélo...
    Rejoignez la tribu des climato-actifs pour prendre les choses en main. Les calottes ne sont  pas totalement cuites, on peut tous agir pour limiter le réchauffement climatique !
    Le sujet plombant du climat  abordé avec légèreté.  Des réponses simples  à des questions  compliquées.  Des révélations  super utiles et  des infos carrément  futiles.  Des quizz, des centaines d'idées  et de conseils pour passer à l'action !
    EN BONUS :  interview de Jean-Marc Jancovici

  • La révolution écologique est en marche. Elle va nécessairement bouleverser les modes de vie des individus et les stratégies politiques des États. Le signal d'alarme le plus évident est le climat, dont le dérèglement affecte la planète entière, mais d'autres défis menacent : comment conjuguer l'accroissement de la population et les méfaits de l'agriculture intensive, la pénurie d'eau potable et la montée des eaux de l'océan, le tarissement des matières premières et l'affaiblissement de la biodiversité ? Aveuglée par des promesses irréalistes de bonheur à court terme, l'humanité a pris le mauvais chemin de la production et de la consommation à outrance, oubliant qu'elle habitait un monde fini. Pour sauvegarder ce qu'il en reste, il est encore temps de relever les défis de l'écologie et d'inventer un monde plus raisonnable. Ce livre y contribue par la richesse exceptionnelle et la précision de ses informations. Une mine à exploiter d'urgence pour comprendre les grands problèmes planétaires. Serge Marti est journaliste, ancien rédacteur en chef au Monde. Spécialisé en économie internationale, il suit les questions de développement, les rapports Nord-Sud et s'intéresse à la problématique environnementale. 

  • Toute femme, tout homme, tout être humain est appelé à devenir Terrien.
    Nous sommes des êtres naturels enracinés dans le vivant. Face à nos peurs légitimes, à l'état de sidération que provoquent les destructions de la nature que nous constatons désormais de visu, à l'angoisse que nous ressentons devant la catastrophe planétaire en cours, il faut redonner ce sens à nos vies : nous sommes des vivants. C'est notre joie de vivre, la fraternité avec nos semblables, l'amour de la nature, notre harmonie avec l'ensemble du vivant qui peuvent nous permettre de soulever des montagnes, augmenter notre puissance d'agir et abattre l'ordre ancien des Destructeurs.
    L'écologie intégrale entend rassembler autour de son projet par la raison et la conviction, mais aussi par les sentiments et les émotions. Elle va puiser ses forces dans une écologie intérieure qui représente une nouvelle étape de l'évolution humaine. La révolution mentale que nous devons accomplir est d'embrasser l'ensemble du vivant comme étant partie de nous-mêmes.
    Delphine Batho est députée des Deux-Sèvres. Engagée d'abord comme leader lycéenne et vice-présidente de SOS Racisme, elle a été ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, avant d'être limogée brutalement du gouvernement en 2013 pour avoir dénoncé la baisse du budget de l'Écologie. Elle est présidente de Génération Écologie. Dominique Bourg est philosophe, professeur à l'université de Lausanne.

  • La rencontre entre Vandana Shiva et Nicolas Hulot a eu lieu en marge de la COP21 et s'est révélée fusionnelle. Leur discussion, orchestrée par Lionel Astruc, a débouché sur une définition commune des enjeux auxquels il faudra faire face et a permis de mettre en lumière des mesures concrètes destinées aux citoyens et aux décideurs politiques.
    La dégradation de l'environnement et les catastrophes liées au réchauffement climatique touchent certaines populations plus que d'autres : les pays les plus pauvres et les revenus les plus modestes. Ils sont également les plus durement frappés par la perte de biodiversité, les problèmes d'accès à l'eau potable et à un air pur, la dégradation des sols, etc.
    Comment inverser ce cercle infernal ?
    La notion de "biens communs" (eau, air, terre, semences) est ici développée comme étant un point crucial à intégrer plus précisément dans les législations à venir en vue de leur protection. Les thématiques de l'alimentation, de la fiscalité et de l'énergie sont traitées de façon approfondie ce qui permet ainsi d'aboutir à des propositions concrètes.

  • Les enfants vivent aujourd'hui entre quatre murs, coupés de la nature. Ils souffrent d'obésité, d'hypertension, de dépression, de troubles du comportement, etc. Quelle est la responsabilité du modèle éducatif  ? En coupant la jeunesse d'un monde extérieur qui pourtant l'aide à grandir, n'est-il pas inadapté et dangereux  ?
    Pour accompagner les enfants dehors, des initiatives fleurissent. Matthieu Chéreau et Moïna Fauchier-Delavigne ont voulu en savoir plus et ont rencontré des chercheurs, des éducateurs, des enseignants, ces pionniers qui se penchent sur l'importance des milieux naturels, des arbres, de la terre et de l'eau dans le bien-être de l'enfant. Ils se sont aussi rendus dans ces écoles en Europe où la classe se fait à ciel ouvert. Où l'enfant fait l'expérience de la nature.
    Cette formidable enquête nous révèle qu'un mouvement qui met la nature au centre du développement et de l'apprentissage de l'enfant croît rapidement dans le monde, et prend forme en France. Les résultats sont là  : les enfants qui bénéficient de cette approche acquièrent des compétences solides - d'un point de vue physique, mais aussi cognitif et social - et une appétence indéniable à la joie.
    Une autre éducation est possible, grâce à laquelle l'enfant redécouvre la richesse du monde dans lequel il vit.
     
    Matthieu Chéreau est auteur de livres sur l'éducation (Préparons nos enfants à demain. Ces compétences qu'ils ne trouveront pas à l'école, Eyrolles, 2018) et consultant  ; Moïna Fauchier-Delavigne est journaliste au Monde, où elle traite les questions d'éducation. Elle a notamment publié de nombreux articles sur la pédagogie par la nature et les écoles en forêt. Ils se sont rencontrés en devenant parents à Paris, ayant tous deux l'intuition qu'il manquait à leurs enfants un lien avec la nature. Ils partagent leurs travaux sur lenfantdanslanature.org.

  • Les entrailles de la Terre contiennent suffisamment de pétrole, de gaz et de charbon pour déclencher le chaos climatique. Prendre au sérieux le réchauffement climatique implique de laisser dans le sol la majorité des réserves d'énergies fossiles connues. Pour survivre, nous sommes donc condamnés à apprendre à vivre sans brûler des énergies fossiles dangereusement surabondantes.Ceux qui tergiversent, ceux qui s'y refusent, ceux qui étendent la logique extractiviste en forant toujours plus loin et toujours plus sale, ceux qui professent que les marchés, la finance ou les technosciences vont sauver le climat nous détournent de l'essentiel. Ils gaspillent le temps et les ressources dont nous avons besoin pour enclencher la transition.Nous ne nous résignons pas au naufrage planétaire. Contre l'extractivisme, les hydrocarbures de schiste, les grands projets inutiles et la marchandisation de l'énergie et du climat, nous inventons aujourd'hui les contours d'un monde décarboné, soutenable et convivial de demain. Il est temps de sortir de l'âge des fossiles. La transition, c'est maintenant !Maxime Combes est économiste et membre d'Attac France, engagé dans les mobilisations citoyennes autour des grands enjeux environnementaux et énergétiques nationaux et mondiaux. Également contributeur du magazine en ligne Basta ! (bastamag.net), il est coauteur de l'ouvrage publié par Attac, La nature n'a pas de prix (Paris, LLL, 2012) et de Crime climatique stop ! (Seuil, « Anthropocène », août 2015).

  • Il existe des solutions au dérèglement climatique, mais personne ne semble vouloir les entendre. Fidèle à ses méthodes d'activiste, Paul Watson dégaine un manifeste. Cet opuscule uppercut remit aux différents gouvernants participant à la COP 21 s'adresse à chacun d'entre nous. Objectif de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris : maintenir la hausse des températures en deçà de 2 degrés. Percutant, dramatiquement réaliste, Urgence ! Si l'océan meurt nous mourrons est un appel au monde à se mobiliser pendant qu'il en est encore temps. Le « capitaine » Watson s'appuie sur ce qu'il définit comme les trois grands piliers de l'écologie la diversité, l'interdépendance et les ressources limitées et affirme que les germes, les vers de terre, les abeilles et les arbres sont plus importants que l'humanité. Provocation ? Conviction. « Nous avons besoin d'eux, l'inverse n'est pas vrai. » Avec un credo : « l'eau est le sang de la planète », l'océan est à la base de tout. Quand on agite les océans et les esprits depuis plus de quarante ans, on ne baisse pas les bras. Au-delà du constat brut, Urgence ! Si l'océan meurt nous mourrons propose des solutions concrètes à mettre en place par gouvernants et citoyens. On ressort de la lecture de ces pages sinon convaincu au moins ébranlé dans ses certitudes. Avec cette phrase en tête : « L'humanité a franchi le seuil de tolérance écologique (...). La COP 21 est sa dernière chance. »

  • La grande primatologue Jane Goodall lance un vibrant appel afin que nous nous reconnections à la nature. Si l'on veut arrêter la destruction, il faut commencer par aimer profondément ce que l'on défend. Elle présente dans son nouvel ouvrage illustré une étude personnelle très complète des enjeux de la mondialisation qui menacent les graines, les sols, les plantes et les productions vivrières. Si elle pointe du doigt les dégâts, elle met aussi l'accent sur les avancées dans ce domaine, en particulier les multiples actions où la responsabilité sociale côtoie la protection du monde des plantes. Jane Goodall est l'une des invités officiels de la cop21, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (Paris, 30 nov-11 déc. 2015). Elle fait déjà l'objet d'une attention particulière des médias.

empty