Bateaux

  • Un voyage aussi enthousiaste qu'érudit sur les traces des navigateurs d'antan et d'aujourd'hui

    L'
    Éloge passionné des navigateurs réunit cinquante-deux personnages tel un jeu de cartes. Pour autant, le choix de ces figures de l'histoire de la navigation résulte à la fois d'exigences sévères et de partis pris résolus assumés en toute subjectivité. L'auteur voulait en effet parcourir toutes les époques et tous les océans à bord de toutes sortes de navires : l'ouvrage s'ouvre ainsi sur Noé et son Arche, pour s'achever sur Klaus Vogel, capitaine de l'
    Aquarius, le sauveur des migrants de Méditerranée. Avec le Viking Leif l'Heureux, nous traversons l'Atlantique vers le Labrador, tandis que la flottille de Magellan nous emmène autour du monde et que les corvettes de Dumont d'Urville forçant la banquise sont les premières à toucher l'Antarctique. Nous sillonnons aussi le Pacifique, accompagnant Stevenson et London en quête d'inspiration littéraire. Quant aux navires, nous expérimentons le radeau d'Ulysse, le trimaran géant de Gabart et la
    Calypso de Cousteau.

    Dominique Le Brun tenait aussi à accueillir dans ces pages les femmes qui ont apporté une dimension nouvelle aux choses de la mer et de la navigation. Virginie Hériot, la yacht woman de la Belle Époque ; Anita Conti, s'alarmant de la surpêche dès les années 1930 ; Florence Arthaud qui, la première, démontra qu'une femme pouvait gagner une course en solitaire ; Isabelle Autissier et Ellen MarcArthur, poursuivant une carrière de compétition au sommet par un combat pour la sauvegarde de la planète. Et quelle rencontre de fascinantes personnalités ! Cook, aux trois grands voyages de découverte ; Bougainville et Lapérouse, parfaits " honnêtes hommes " du siècle des Lumières ; Maupassant et Signac, les plaisanciers ; Dumas, Verne, Conan Doyle, Hemingway, Brel, qui furent aussi de véritables navigateurs ; Monfreid, l'aventurier ; Tabarly, Kersauson et Colas, toute une époque de la course au large ; Moitessier, le philosophe pacifiste de la haute mer en solitaire et Watson, le défenseur des océans aux méthodes musclées...

    Dominique Le Brun a choisi de n'évoquer que des navigateurs qui pour une raison ou une autre, l'ont ému. Si les portraits qu'il brosse sont très personnels et affectifs, ils sont systématiquement argumentés et leur présence dans le livre est justifiée par un apport réel à l'histoire des liens qui unissent l'homme à la mer.

  • Monsieur Larousse, qui s'y connait mieux en dictionnaire qu'en histoire maritime, nous apprend qu'un Epitomé (du grec ancien epitemmein) est "un abrégé de livre d'histoire".
    C'est bien le cas ici.
    Il est pourtant rare qu'un épitomé soit jubilatoire . Certe. Mais il n'y a aucune bonne raison de refuser de s'amuser en apprenant. Surtout quand les histoires qui sont racontées ici ont un petit goût de supercherie...
    Alire à bord par temps calme... !

  • « Nous sommes une famille tout à fait normale, maman et papa travaillent trop et, par conséquent, j'ai toujours le sentiment qu'ils n'ont jamais assez de temps pour moi. Ou bien, ils sont toujours contents si tout se passe comme prévu et si jamais ce n'est pas le cas, alors c'est... le stress ! Mais tout cela a changé soudain un dimanche, quand papa dit à maman : "Penses-tu que c'est le bon moment pour leur dire ?" Vous voulez savoir comment nous sommes devenus des navigateurs, alors qu'auparavant nous étions une famille tout à fait ordinaire ? Lisez mon histoire... »
    Préparer les bagages, s'installer dans un bateau et le connaître, cuisiner et organiser les activités et les tâches pour les enfants : un vrai manuel pour la vie en famille et pour... familiariser à bord.

    Marina Svecko, est professeur de SVT et enseigne à l'école primaire depuis plus de trente ans. Elle a écrit plusieurs manuels pour enseignants. Pour les Editions Zeraq elle a publié en 2016 Débuter la voile.
    Polona Oblak est née en Slovénie et a fait ses études universitaires en France. Fille du monde, elle est passionnée de langues étrangères, de mer et de voyages.

  • Une toute nouvelle édition de Naviguez Plus, pour mettre dans l'air du temps les deux premières éditions qui datent de 1992. Un outil précieux pour tous les plaisanciers qui veulent améliorer leurs compétences concernant la navigation au grand large, notamment la navigation océanique. Un ouvrage conçu dans l'éternelle tradition de la Marine Marchande : apporter richesses et connaissances.
    Plaisancier, régatier, Capitaine au long cours, le Cdt Louis Alain Yvonnou, après avoir commandé des superpétroliers pendant 20 ans, a réalisé un cabinet indépendant d'expert maritime.

  • La Bible de la Cuisine à Bord est un guide pratique, clair, et complet pour les marins professionnels et les marins en herbe. L'organisation et les goûts changent quand on pose le pied sur un bateau afin de s'adapter aux contraintes des quarts, du froid, de la chaleur ou du mal de mer. Près de 60 pages consacrées aux méthodes d'avitaillement et de conservation. 100 recettes adaptées à la navigation. Savoir naviguer, savoir cuisiner, savoir partager, tels sont les mots d'ordre de cette référence de la cuisine en mer.

  • 29 juillet 1969, coup de tonnerre dans le monde maritime. Alors que s'achève la mythique Golden Globe Race, première course autour du monde sans escale en solitaire, le Britannique Donald Crowhurst est en tête lorsque la BBC annonce que le futur héros des mers a triché. Durant deux cent quarante-trois jours, Crowhurst a inventé de toutes pièces son parcours, délivrant par radio de fausses positions tandis qu'il se contente de faire des ronds dans l'eau en Atlantique, attendant de rejoindre le peloton de tête - Robin Knox-Johnston et Bernard Moitessier - au retour du cap Horn. Journal de bord frauduleux, lettres mensongères à sa famille... le crime était presque parfait, mais l'immense réalité de l'océan ne tarde pas à rattraper Crowhurst, qui finit par être pris à son propre piège et par sombrer dans la folie.
    À partir des carnets, de documents filmés retrouvés sur son navire et de lettres de Crowhurst, Nicholas Tomalin et Ron Hall, journalistes au Sunday Times, nous font revivre la tragédie de cet homme ordinaire décidé à se sauver coûte que coûte de la faillite, pris au piège de la mer et de ses mensonges. En dressant le portrait de ce héros shakespearien victime du « drame maritime du siècle » comme on a coutume de l'appeler, les deux enquêteurs livrent le récit d'une dérive inéluctable conduisant Crowhurst du mensonge à la démence jusqu'au suicide.

  • Une bonne connaissance des noeuds marins usuels est un gage d'efficacité et de sécurité à bord d'un navire. Mais à quoi servent-ils ? Quels sont les critères de leur choix ? Et comment les réaliser pour, le moment venu, les nouer et les dénouer, facilement et rapidement ? Ce mémo très pratique a pour objectif de fournir un mode d'emploi des noeuds de référence nécessaires à la navigation. Pour chaque noeud proposé, un pas-à-pas clairement illustré.

  • La Compagnie générale transatlantique, la « Transat », a été le plus important armement de transport maritime français pendant plus d'un siècle. Bien qu'ayant été présente sur presque toute la planète, elle mérite l'appellation d'« armateur antillais et guyanais ». Parce que les Antilles étaient placées géographiquement au centre de son réseau, et parce qu'elle y a souvent armé des navires à bord desquels embarquaient des marins locaux. Les navires qui assuraient les services locaux ou annexes étaient souvent qualifiés de stationnaires, par opposition aux longs courriers affectés aux lignes transocéaniques. Ils font l'objet de cette étude, réalisée avec les sections locales de la Fédération nationale du mérite maritime et de la médaille d'honneur des marins.
    C'est aussi un recueil des témoignages et anecdotes de leurs marins, regard non dépourvu d'humour, sur une période encore proche mais révolue, où la navigation était bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui.
    L'auteur
    Né en 1930, Roger Jaffray a d'abord navigué comme officier de la marine marchande sur les principales lignes maritimes françaises de 1948 à 1960. Il a servi ensuite dans l'administration, et a exercé en tant qu'administrateur des affaires maritimes de 1960 à 1988, dont une quinzaine d'années aux Antilles et en Guyane. Il vit à la Martinique depuis 1988, d'où il continue de suivre l'évolution de la vie maritime locale.

  • Il y a des tonnes de manuels de voile.

    Tous expliquent ce que l'on doit faire pour mener un bateau en toute sécurité, pour aller vite, pour avoir une navigation confortable.
    Celui là non.
    Les bulles de Davide Besana expliquent ce que vous ne devez jamais faire: avec qui ne pas naviguer, les trucs qu'on ne doit pas embarquer, les places où l'on ne doit pas s'asseoir, ce qu'on ne doit pas dire, les choses à éviter avec le skipper, les équipiers et les autres plaisanciers.
    Un manuel qui mélange le sérieux et l'absurde, qui fait rire surtout de soi-même, plutôt que des autres, et qui enfin vous amènera à pardonner les bêtises des autres et à devenir un meilleur marin, c'est à dire, un marin sage.

  • Rien ni personne - ou presque - ne peut venir en aide aux navigateurs solitaires engagés dans des courses à très haut risque, à l'écart des routes maritimes fréquentées, comme Around Alone ou le Vendée Globe. Les plus extraordinaires histoires de sauvetage de navigateurs solitaires autour du monde racontées par eux-mêmes, à deux voix, celle du sauveteur et celle du sauvé. Une narration basée sur des interviews actualisées des protagonistes (Giovanni Soldini, Isabelle Autissier, Loïck Peyron,Yves Parlier, Jean Le Cam ou encore Docteur Jean-Yves Chauve), en forme d'un récit à suspense. Solitaires mais solidaires. D'où la valeur exemplaire des cinq récits de sauvetage réunis dans cet ouvrage dans un but pédagogique à destination de tous les pratiquants, y compris les adeptes de croisières côtières familiales. Formation, matériels, règles de sécurité de base sont ici révisés à la lumière de l'extrême.

  • Cet ouvrage est le résultat d'une étude sur les transports maritimes, les armateurs et entreprises d'armement, leurs navires et leurs équipages dans l'archipel guadeloupéen. Au cours d'une enquête pointilleuse, l'auteur a dépouillé les archives locales de presque tout le siècle écoulé, notamment celles des Affaires maritimes. Il a également recueilli les souvenirs de nombreux professionnels.
    C'est non seulement une contribution au patrimoine maritime local, mais aussi une référence et un outil pour les professionnels du secteur, dans un contexte où la Guadeloupe doit faire face à des évolutions mondiales qui lui échappent totalement : mondialisation galopante, concurrence exacerbée, effets d'une crise permanente d'adaptation.
    Dans la grande région caraïbe, les économies des différents pays divergent sensiblement. L'agrandissement du canal de Panama va entraîner une réorganisation complète des flux de transport maritime et, faute de pouvoir devenir un des nouveaux points de convergence et d'éclatement du trafic international (les « hubs »), les ports des Antilles françaises doivent rechercher leur niveau d'activité optimal, en améliorant les accès et leurs équipements portuaires. Ils sont contraints de se coordonner entre eux pour éviter à tout prix une concurrence dangereuse.
    Présenté par la section de Guadeloupe de la Fédération du Mérite maritime, la série « Histoire maritime des Antilles françaises » éclaire de façon globale les réalités souvent ignorées du transport maritime local des régions de la Caraïbe francophone.

  • Découvrez enfin tout ce qu´il faut savoir sur le Titanic en moins d´une heure !
    Lorsque le Titanic quitte le port de Southampton, le 10 avril 1912, les passagers qu´il compte à son bord sont loin de se douter du sort tragique qui les attend. Les conditions sont en effet toutes réunies pour une traversée inoubliable : le temps est lumineux, le paquebot d´un luxe inimaginable, et l´équipage expérimenté. Pourtant, l´impensable se produit, dans la nuit du 14 au 15 avril, lorsqu´un iceberg se profile à l´horizon : le Titanic est pris au dépourvu et ne peut éviter de déchirer sa coque.
    Tout en nous plongeant au coeur de cet événement majeur, ce livre n´omet aucun détail, que ce soit sur le contexte qui a précédé l´unique voyage du Titanic, depuis la place maîtresse de l´Europe dans le monde jusqu´à l´effervescence de la Belle Époque, sur le profil des acteurs qui ont participé à son premier voyage, tels que notamment Edward John Smith et Thomas Andrew, ou encore sur les conséquences traumatisantes du naufrage de l´insubmersible.
    Ce livre vous permettra d´en savoir plus sur :
    O Le contexte politique et social de l´époque o Les acteurs majeurs qui ont pris part à l´événement o Le déroulement du voyage inaugural du Titanic o Les répercussions du naufrage Le mot de l´éditeur :
    « Dans ce numéro de la collection « 50MINUTES | Grands Événements », Romain Parmentier nous fait découvrir la destinée d´un paquebot de légende. Symbole de la Belle Époque, le Titanic a tout pour impressionner : son luxe, sa taille et la sécurité qu´il offre éblouissent la société de ce début du XXe siècle, inconsciente de la catastrophe qui se profile à l´horizon. Embarquez dans cet incroyable paquebot et découvrez les principales étapes du voyage inaugural et ce qu´il en reste aujourd´hui dans la mémoire collective. » Stéphanie Dagrain À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Grands Événements La série « Grands Événements » de la collection « 50MINUTES » aborde plus de cinquante faits qui ont bouleversé notre histoire. Chaque livre a été pensé pour les lecteurs curieux qui veulent tout savoir sur un sujet précis, tout en allant à l´essentiel, et ce en moins d´une heure. Nos auteurs combinent les faits, les analyses et les nouvelles perspectives pour rendre accessibles des siècles d´histoire.

empty