• Quand Jeeves part en vacances, Bertie, le narrateur, et " Hareng-Saur ", son ami, connaissent les pires difficultés ! Pourtant, un séjour chez une vénérable ancêtre, la tante Dahlia de Brinkley Court, semblait devoir remédier à cette terrible absence, mais, fiançailles rompues, menace de procès en diffamation, perte de travail, tout accable les jeunes gens. Ajoutez à ces " légers ennuis ", selon Jeeves, la présence d'un psychiatre déguisé en maître d'hôtel, un faux vol, un imbroglio de prénoms de prétendants américains à la main de la fille du redoutable directeur d'école préparatoire... Voilà un Jeeves qui ne décevra pas les admirateurs de Wodehouse !

  • Bertie Wooster, jeune aristocrate londonien, s'est pris de passion pour le banjo. Cette nouvelle lubie est loin de plaire à Jeeves, son fidèle majordome, et encore moins à ses voisins exaspérés. Contraint de déménager, Bertie se retire avec son instrument chéri dans un cottage de la campagne anglaise, chez son ami le baron Chuffnell. Les choses se compliquent quand le jeune homme y retrouve son ex fiancée, Pauline, dont Chuffnell est tombé fou amoureux. D'imbroglios en quiproquos, la situation déjà fort embarrassante dégénère. Heureusement, Jeeves veille au grain et sauvera, comme toujours, Wooster de la catastrophe...
    Humour british et loufoquerie sur fond de vieille Angleterre où la campagne est loin d'être bucolique : un opus à consommer sans modération.
    Traduit de l'anglais par Benoît de Fonscolombe

  • " Il n'y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, affirmait un critique anglais, ceux qui l'adorent et ceux qui ne l'ont pas lu. " Gageons que la France va redécouvrir avec enthousiasme ce monde éternel rempli de filles énergiques, d'oncles dociles, de tantes redoutables, de pairs excentriques et de baronnets transis que domine la figure inoubliable de Jeeves, le butler irremplaçable, le gentleman des gentlemen, à la puissance cérébrale sans limites... et aux cocktails infaillibles contre les chagrins d'amour et les gueules de bois. Pelham Grenville Wodehouse (1881-1975) est l'auteur de 90 livres, d'un millier d'articles, de 19 pièces de théâtre, et des chansons de 33 comédies musicales de Jérôme Kern, Cole Porter, Ira Gershwin...


  • Ce sommet de l'humour anglais a enthousiasmé des générations de lecteurs, et a inspiré à un critique ce commentaire définitif : " Il n'y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, ceux qui l'adorent et ceux qui ne l'ont pas lu. "

    " Malgré ses efforts pour surpasser son maître d'hôtel, le célèbre Jeeves, Bertram Wooster, le narrateur, ne parvient guère à aider les invités de sa tante, à réconcilier les fiancés brouillés ni à obtenir du timide éleveur de tritons qu'il déclare ses tendres sentiments pour une larmoyante jeune fille sensible à la beauté des étoiles. Une fois encore, l'intervention de Jeeves s'avère donc indispensable et efficace. L'humour de P. G. Wodehouse réside pour l'essentiel dans les contrastes qu'il sait créer : les formules les plus stéréotypées de la conversation courante sont utilisées dans un contexte inhabituel ; plus généralement, la disproportion entre les faits racontés, souvent anodins, et la manière de les présenter comme s'il s'agissait d'une véritable épopée suscite l'intérêt amusé du lecteur qui se laisse entraîner dans un tourbillon de rebondissements parfois farfelus, mais toujours distrayants. "
    F. Monnanteuil, Les Livres

  • Viscéralement libertaire et joyeusement iconoclaste...



    Le pèlerinage de Compostelle comme vous ne l'avez jamais vu.



    Pantalon à grosses côtes et sac au dos, Étienne n´hésite pas à se sacrifier pour suivre le pèlerinage qui, de Vézelay à Compostelle, perpétue selon lui l´archaïsme de la pensée et la soumission au destin. Appuyéà son bâton de pèlerin, il a plus d´un tour dans sa besace pour approcher au plus près les corps croyants de cette vaste communauté en marche. Le constat est hilarant : la chair est faible, on s´en doutait, mais elle est tout sauf triste...

  • Dans un petit studio mal chauffé de Lyon, Sophie, une jeune chômeuse, est empêtrée dans l'écriture de son roman. Elle survit entre petites combines et grosses faims. Certaines personnes vont charitablement l'aider, tandis que son ami Hector, obsédé sexuel, et Lorchus, son démon personnel, vont lui rendre la vie plus compliquée encore. Difficile de ne pas céder à la folie quand s'enchaînent les péripéties les plus folles. Après la mélancolie de La condition pavillonaire, Sophie Divry revient avec un roman improvisé, interruptif, rigolo, digressif, foutraque, intelligent, émouvant, qui, sur fond de gravité, en dit long sur notre époque. Sophie Divry est née en 1979 à Montpellier. Elle vit actuellement à Lyon. Après La Cote 400, traduit en cinq langues, et le succès de La condition pavillonnaire, Quand le Diable sortit de la salle de bain est son quatrième roman.


  • Comme on dit à la Médecine du travail : Que la Forme soit avec toi !

    Il n'y a pas si longtemps...
    dans une galaxie où dérivent dangereusement des textes explicatifs en grosses lettres jaunes...
    85DD, un droïde atteint du syndrome de Gilles de la Tourelle, est en possession d'un indice permettant de retrouver un vieux maïtre Jeding, Luc Leipula, rangé des lasépées et des leggings, dernier espoir pour ramener l'équilibre dans la Forme.
    Et ça tombe bien dis donc, puisqu'en chemin 85DD rencontre Raie, une jeune fille capable de botter des fesses sans se fouler, par la seule puissance du scénario.
    Vaguement aidés par Poe Pote et Fin, respectivement meilleur pilote et meilleur déserteur de la galaxie, Raie et 85DD vont affronter la Première Horde, une organisation fort peu inclusive, et Maître Kilo, seigneur Shit à la tête d'une armée de Stormtroufions.

  • Ayant achevé sa vie terrestre, Marie-Lou parvient au
    seuil du Paradis. Elle y fait aussitôt les rencontres
    les plus inattendues, du bon saint Pierre aux
    démons menaçants, en passant par les fonctionnaires
    célestes et la foule bigarrée de la salle d'audience : l'heure
    de son jugement vient de sonner.
    Pendant ce temps, Mélusine, sa petite-nièce chérie, assiste
    à son enterrement...



    What do you want to do ?
    New mailCopy

  • Chaque année, un milliard de touristes parcourent le monde. En 2020, ils seront un milliard et demi à vous assommer avec leur récit de voyage.
    " C'est à mourir de rire. Je l'ai lu d'une traite en Belgique où je donnais une tournée de quatre-vingts conférences sur mes voyages. " Sylvain Tesson
    Chaque année, un milliard de touristes parcourent le monde. En 2020, ils seront un milliard et demi à vous assommer avec leur récit de voyage.
    Depuis toujours, l'art de voyager se confond avec l'art de raconter ses voyages. Autrement dit avec l'art d'ennuyer ses proches en étalant son bonheur ou en se faisant passer pour un aventurier.
    Hier, cela se faisait lors de soirées diapositives. Aujourd'hui, grâce aux réseaux sociaux, il est possible d'inonder ses contacts sous un flot continu de commentaires, photos et vidéos. Notre capacité à assommer avec nos récits de vacances est devenue sans limite.
    C'est à cet art subtil, puisant dans un savoir-faire ancestral, que nous initie Matthias Debureaux dans ce manuel à l'ironie mordante qui se moque de tous nos travers de touristes. Un petit texte au style raffiné et à l'humour corrosif.

  • Les héros de Dominique Potard ne sont jamais à court d'imagination quand il s'agit de reprendre du service et de se mettre des aventures plein le gosier. Ils trinquent une dernière fois à l'avenir - c'est toujours ça de pris et, sous la plume affûtée de l'auteur, nous entraînent dans une course-poursuite mémorable.
    Où l'on retrouve nos héros de comptoir à la poursuite du funambulesque Clint Eastwood. Echappé du Port de la Mer de Glace à Val-Misère, il a été aperçu pour la dernière fois par un guide et ses clients alors qu'il s'engageait, en rappel et en costume de bain, dans le moulin de la Mer de Glace, puits terrifiant creusé par les eaux de fonte à la surface du célèbre glacier. Pour l'occasion, ils s'entichent d'un redoutable athlète du zinc, Séraphin, spéléologue dans sa lointaine jeunesse, et qui va s'avérer plus prompt à descendre les goulots vinasseux que les goulets verglacés.

  • What do you want to do ?
    New mailCopy

    Lorsque Sophie, célibataire de 32 ans, se retrouve obligée de garder ses quatre
    neveux pendant une semaine, c'est un peu la panique ! Totalement démunie, la jeune tante
    découvre à ses dépens que l'éducation ne s'improvise pas. Aidée par des amis facétieux, experts aussi bien
    en neurosciences qu'en pédagogies alternatives comme. Montessori, elle va apprendre à éduquer dans l'amour,
    avec bienveillance et cohérence.
    Un roman plein d'humour qui nourrit une réflexion équilibrée, profonde et inspirante sur l'éducation.




    What do you want to do ?
    New mailCopy






    What do you want to do ?
    New mailCopy



    />


    What do you want to do ?
    New mailCopy

  • Quand Samuel Favre, journaliste athée à l'affût du scandale, décide d'enquêter sur l'église Saint-Hugues, il ne s'attend pas à tomber sur un microcosme si divers... et divisé. Pourtant, le bon père Luc travaille à un grand plan de réforme missionnaire, censé donner un souffle nouveau à sa paroisse. Mais le vent va se mettre à souffler plus fort que prévu... et dans des directions que personne n'attendait.

  • Mélatonine

    Pascal Fioretto

    " La serveuse, qui portait un tee-shirt "Paris est une fête', nous demanda si nous avions fait notre choix et je m'abstins de lui dire que le mien eût été de m'enfuir pour tenter d'oublier que je ne savais plus quoi écrire mais je me contentai de réclamer la carte des vins, car je pressentais que j'allais en avoir sacrément besoin. "
    Dans ce nouveau roman événement, Marcel Klouellebecq nous offre une poignante méditation sur les ravages du bien-être et du succès.

  • Après avoir, finalement, accepté la présence d'un homme à leurs côtés, d'autres bouleversements vont à nouveau venir bousculer la vie rêvée du petit groupe des Pétillantes.
    Ces phénomènes de femmes seules, toutes veuves ou divorcées, vont tout à coup réaliser que leur très joyeuse " cohabitation " est menacée !
    Les comptes du " Patio Secret ", leur luxueuse résidence, sont dans le rouge !
    Il y a trop de chambres inoccupées et les frais explosent, il va donc leur falloir trouver des solutions, toutes plus ou moins folkloriques, pour revenir à l'équilibre et surtout trouver de nouvelles " co-locataires " dignes de leur standing.
    Dans la plus grande fantaisie et avec un humour inaltérable, chacune va réagir selon son tempérament et ses talents cachés pour contribuer à remettre à flots toute l'organisation de leur petit paradis. Ce n'est qu'après de multiples et comiques péripéties, qu'elles y parviendront !
    Ces chroniques de la vie quotidienne au " Patio Secret ", pleines d'émotion, de tendresse et de fous rires, sont de vraies bouffées d'optimisme. C'est, une fois de plus, une drôle de leçon dans l'art de bien vieillir que nous offrent ces inaltérables séniors, aussi réjouissantes que pétillantes !

  • Le commandant Robin est expédié au pôle Sud par un magnat de la presse nommé Herbst. Équipé de tout sauf du nécessaire, le navigateur se trouve embarqué dans une aventure « bipolaire » et scénarisée à son insu. Car la prétendue entreprise scientifique se révèle être une gigantesque opération publicitaire, où l'on croise de biens drôles d'oiseaux, de la starlette Cynara au pingouin alcoolique Jake.
    Parodie burlesque du récit de la première expédition de Richard Byrd (1928-1930), Tous au pôle ! s'attaque aux dérives des nouveaux médias de son époque (le cinéma et la radio) qui se mettent au service de l'information-spectacle. En ces temps de chaînes d'infos en continu et de voyages spatiaux sponsorisés, cette critique visionnaire du tourisme aventurier n'a rien perdu de son mordant.

    Wolcott Gibbs (1902-1958) travailla comme éditorialiste, critique de théâtre et parodiste pour le New Yorker de 1928 jusqu'à sa mort. En plus de son roman satirique Tous au pôle ! (1931), il a publié une pièce de théâtre, Season in the Sun (grand succès à Broadway) et trois recueils d'articles humoristiques. De cet incurable misanthrope, Harold Ross, son employeur, avait coutume de dire : « Il n'aime peut-être rien, mais il sait tout faire. »

  • "Le chrétien doit offrir un visage joyeux, pas une face de piment au vinaigre. Jargonnier (adj. subst. m. Lexique du vocabulaire particulier (dit aussi jargon) utilisé à l'intérieur d'un groupe. Ce terme peu élégant désigne aussi un ouvrage de très bon goût qui amuse la galerie en pointant et en décryptant avec malice les usages, ...

  • Devant le succès de ses compatriotes écrivains, dont les polars se vendent par millions et sont adaptés à Hollywood, le dessinateur suédois Henrik Lange a décidé d'écrire et d'illustrer un précis d'écriture de polar ironique et décalé.

  • La Bible de l'homme

    Lolywood

    La Bible de l'homme enfin révélée !
    Depuis la nuit des temps, La Bible de l'homme aide les hommes à affronter les pièges que leur tend la vie.
    " Vous pensez vraiment que j'aurais pu pécho Emma Watson sans La Bible de l'homme ? "
    Ron Weasley
    " Habituellement, les livres apprennent beaucoup grâce à moi. Cette fois-ci, c'est La Bible de l'homme qui m'a tout appris. "
    Chuck Norris
    " Je l'ai lue donc je suis. "
    Descartes
    " Je cherchais une destination cool, La Bible de l'homme m'a conseillée les USA. J'ai kiffé ! "
    Christophe Colomb
    " J'ai détesté ce livre... "
    Donald Trump

  • À l'ère du numérique, effleurer du doigt son téléphone suffit pour rompre avec un ami... Ce petit livre nous rappelle que la brouille est un art ancien, avec ses usages, ses maîtres et ses délices.
    Dali et Buñuel, Sartre et Camus, Freud et Jung, Truffaut et Godard, Maria Callas et Renata Tebaldi : certaines inimitiés durent toute une vie. " L'amitié n'est qu'une étape dans la brouille " disait Montesquiou. Mais rester fâché jusqu'à son dernier souffle ne s'improvise pas. L'inimitié s'entretient, elle a ses rites, ses usages, ses bons mots.
    La brouille est un art ancien dont l'époque, avec ses amitiés nouées et dénouées en un clic, a tendance à nous faire oublier la noblesse.
    En mettant en scène de manière allègre et érudite des amitiés célèbres devenues des rancoeurs tenaces, ce guide élève la brouille au rang des beaux-arts. Un art qui se pratique à coup de piques et répliques aussi drôles qu'assassines.

  • Lola, 39 ans, Parisienne, célibataire, sage (parfois), gribouille pour gagner sa vie et... est fan de romances. Une addiction qu'elle dissimule à tous, sauf à son journal.
    Comme toute femme, elle espère rencontrer le prince charmant, bien qu'il soit surévalué. Elle préférerait un partenaire toujours disponible plutôt qu'un gars avec un cheval. Sérieusement, avez-vous déjà essayé de garer un cheval dans Paris ?
    Mais ses lectures, elles, sont des contes de fées.
    Lola parviendra-t-elle à réconcilier ses deux réalités ?

  • Fini le Kevin qui vit dans un shaker interculturel mlant pression occidentale et puritanisme chinois. Il veut vivre fond. Kevin et son frre Mickal, ns en France de parents chinois, vivent des contradictions incessantes entre Lille et Pkin. Premier roman au ton lger qui pingle avec humour les travers des deux cultures.

  • o Vous êtes-vous déjà rendu à un brunch dominical avec une sévère gueule de bois?
    o Avez-vous déjà préféré votre lit et une pizza à un quelconque contact humain?
    o Vous est-il arrivé de rester dans un appartement dévoré par la moisissure uniquement parce que le loyer n'y était pas cher?

  • Grâce à ce livre, vous serez en fin à l'aise avec vos fi nances. Vous n'aurez plus peur de vous faire plaisir, sans pour autant être à découvert ou en guerre avec votre banquier. Vous deviendrez l'homme ou la femme prospère et insouciant(e)  que tout le monde veut être,  vous saurez comment gagner de l'argent sans vous fatiguer, vous séduirez la terre entière avec vos journées « zéro dépense » et vous aurez l'air terriblement épanoui. Tout cela, sans effort, même si - accro aux soldes, phobique des banquiers, ultra-dépensier, etc. - vous partez de loin !

  • Un événement ! Le premier livre de Lena Dunham, la géniale créatrice de la série Girls. Une sorte de guide de survie à l'usage des filles/femmes d'aujourd'hui, désopilant, profond, engagé, porté par la voix de celle que les médias surnomment " la fille de Woody Allen et Susan Sontag ".

empty