• Économie politique de la Russie (1918-2018)
    Ce livre propose la première synthèse en français de l'évolution économique de la Russie, depuis la révolution bolchévique jusqu'au quatrième mandat de Vladimir Poutine. Il s'agit d'une " économie politique ", c'est-à-dire d'une analyse des mutations économiques qui intègre les institutions, la politique et l'histoire.
    L'auteur explicite le long processus d'effondrement du communisme et la façon dont cet héritage influence toujours l'économie russe. Il montre aussi pourquoi une transition vers le capitalisme inspirée par des économistes du mainstream anglo-saxon ne pouvait pas fonctionner et comment, avec le conflit ukrainien, la géopolitique complique aujourd'hui la recherche d'un modèle de croissance stable.
    Julien Vercueil
    Professeur de sciences économiques à l'INALCO, directeur du master " Commerce international ", il codirige le séminaire " BRICS " de l'EHESS. Rédacteur en chef adjoint de la Revue de la régulation, il consacre ses travaux de recherche aux transformations économiques et institutionnelles de l'espace post-soviétique et des pays émergents.

  • Comment expliquer l'insolente victoire des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l'une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que, en dépit du chaos qu'il a généré et des désastres qu'il continue de préparer, le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Pour Dardot et Laval, le néolibéralisme est tout autre chose qu'une théorie qui aurait " failli " : c'est un véritable mode de gouvernement des sociétés, en train de réaliser la sortie de la démocratie. Comment expliquer l'étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l'une des pires depuis 1929 ? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d'économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa " mort ". Ils n'ont vu dans la poursuite des politiques néolibérales que le résultat d'un entêtement doctrinal. Pour Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n'est pas qu'un simple dogme. Soutenu par des oligarchies puissantes, il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d'autorenforcement. Loin d'être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement d'une redoutable efficacité. En montrant comment ce système s'est cristallisé et solidifié, le livre explique que le verrouillage néolibéral a réussi à entraver toute correction de trajectoire par la désactivation progressive de la démocratie. Accroissant le désarroi et la démobilisation, la gauche dite " gouvernementale " a contribué très activement au renforcement de la logique oligarchique. Ceci peut conduire à la sortie définitive de la démocratie au profit d'une gouvernance expertocratique soustraite à tout contrôle. Pourtant, rien n'est encore joué. Le réveil de l'activité démocratique, que l'on voit se dessiner dans les mouvements et expérimentations politiques des dernières années, est le signe que l'affrontement politique avec le système néolibéral et le bloc oligarchique a déjà commencé.

  • "J'étais pro-européen comme tout le monde. Parce que c'est comme ça. Parce que l'on vous répète du berceau à la tombe que l'Union européenne est formidable. Parce que, aimant les autres peuples européens, l'idée d'une union pouvait paraître a priori sympathique, vue rapidement de l'extérieur. Parce que l'on vous répète que la France serait trop petite seule dans la mondialisation. Parce que l'Europe, c'est la paix. Parce qu'en sortir serait la catastrophe.

    Avec du recul et en creusant le fonctionnement de cette organisation politique, tous les arguments en faveur de l'UE sont pavloviens, basés sur des slogans et sur la peur.

    Vous allez le comprendre : lorsque l'on analyse l'UE en profondeur et que l'on décide rationnellement qu'il vaut mieux s'en libérer, c'est un combat des faits face à un dogme. C'est d'ailleurs tout l'objet de ce livre, répondre au dogme, à la religion de l'UE, par des faits."

    Ch.-H. G.

    Préface d'Idriss Aberkane

    Brexit, rejoignons les Britanniques et reprenons en main notre démocratie et notre liberté

  • Depuis la signature du Traité de Maastricht, le parcours de l'euro n'a pas été un long fleuve tranquille : critiques du rôle de la Banque centrale européenne, absence de politique budgétaire commune, crise de la dette souveraine, remise en cause des fondements de la monnaie unique... L'architecture de la zone euro pose des questions. L'UEM cherche un second souffle dans un contexte international instable.

    Cet ouvrage permet de comprendre les difficultés auxquelles la zone euro est confrontée et les défis qu'elle doit relever pour se rapprocher d'une zone monétaire optimale. En abordant à la fois les problématiques monétaires, budgétaires, fiscales, financières et bancaires, il permet de cerner, de façon exhaustive, les différentes facettes de la gouvernance économique de la zone euro.

    Cet ouvrage s'adresse à un public très large : étudiants en sciences économiques, sciences politiques, droit, candidats aux concours des grandes écoles ou aux concours administratifs, praticiens ou observateurs de l'intégration européenne et, d'une façon générale, toute personne qui souhaite saisir les enjeux relatifs à l'union monétaire européenne.

  • Chaire européenne 2018-2019
    En 2007-2015 a sévi la pire récession et la pire crise financière de l'après-guerre. Les banques centrales de toutes les juridictions ont dû intervenir avec des politiques monétaires non conventionnelles qui dépassent les frontières entre action monétaire, fiscale et financière. La Banque centrale européenne, en tant que banque centrale sans État, a dû faire face à des défis très particuliers et difficiles. La crise a donc constitué un test de robustesse du cadre général de la politique monétaire de l'Union monétaire européenne face à l'instabilité financière et à de grands chocs cycliques. Aujourd'hui, vingt ans après la création de l'euro, évaluer le cadre de cette politique monétaire est nécessaire, non seulement pour évaluer l'avenir de la zone euro et éclairer sous un jour nouveau ce que sont les réformes clés de sa gouvernance.
    Lucrezia Reichlin est économiste et enseigne à la London Business School. Première femme à avoir dirigé le département de la recherche de la Banque centrale européenne (2005-2008), elle est une spécialiste réputée de macro-économie. Elle a été invitée sur la chaire européenne du Collège de France pour l'année académique 2018-2019.

  • Avec la cruauté d'un révélateur photographique, la crise grecque a jeté une lumière impitoyable sur l'euro, obligeant enfin de voir ce que la cécité européiste s'efforce depuis si longtemps de ne pas voir : l'euro, congénitalement sous domination allemande, est un despotisme d'un nouveau type : un despotisme monétaire, qui asservit en toute bonne conscience par la violence « légitime » du droit - celui des traités - et des règles...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Faut-il maintenir la Grèce dans l'euro, ou bien est-il nécessaire d'instaurer une nouvelle drachme ? En novembre 2014, un débat avait été organisé pour faire le point sur ce sujet. Certains participants, proches de Syrisa espéraient que leur venue au pouvoir allait permettre une réorientation de la politique européenne. Cet ouvrage présente les opinions contradictoires débattues l'an dernier, puis les réflexions inspirées par l'évolution observée depuis lors.

  • Un livre qui lève un tabou : la sortie de l'euro.

    Son originalité : il est écrit par quatre journalistes reconnus exerçant dans différents médias (de Rue89 à l'Expansion  en passant par l'Express ou Le Monde diplo). dans la perspective des prochaines élections européennes.  Un livre qui veut mettre au coeur du débat la sortie de l'euro.

  • L'Italie est un solide partenaire de la France, en particulier dans le domaine maritime. En parcourant des sujets aussi variés que la concurrence du port de Marseille avec ceux de Gênes ou Trieste, nos positions divergentes face à l'accueil des migrants en mer, le feuilleton de la reprise des Chantiers de Saint-Nazaire par le puissant groupe Fincantieri, l'auteur se propose de rappeler quelques éléments historiques, géographiques et diplomatiques, pour mieux comprendre ce thème rarement évoqué. Dans cet ouvrage accessible à tous, la présentation des enjeux maritimes du couple franco-italien révèle finalement des interrogations qui dépassent largement des questions bilatérales, voire européennes, et qui se posent concrètement pour l'avenir.

  • La Banque centrale européenne (BCE) est l'institution communautaire qui définit et met en oeuvre la politique monétaire de la zone euro. À ce titre, elle a plutôt bien rempli son office depuis sa création en 1999. Elle a notamment assuré à l'euro un statut international et permis aux systèmes bancaires européens de survivre à la crise exceptionnelle de 2008. Alors, comment expliquer les jugements sévères dont elle est régulièrement l'objet ? Comme le montre l'auteur, en mettant en regard ses fondements doctrinaux et son fonctionnement, la BCE est moins rigide qu'il n'y paraît. En effet, elle jouit d'une indépendance totale vis-à-vis du pouvoir politique et sait aussi faire preuve, quand les circonstances l'exigent, d'un fort pragmatisme. Elle a ainsi mis en oeuvre depuis 2008 des politiques non conventionnelles situées à la lisière de ses attributions. Quel peut être son avenir dans une Union économique et monétaire hétérogène ?

  • 50 notions clés pour comprendre, vite et bien, un phénomène global souvent méconnu. La mondialisation, c'est notre quotidien. Si nous en devinons les effets sur nos vies et nos comportements, de citoyen ou de consommateur, nous avons souvent du mal à la définir, à en saisir la réalité. Pourtant, elle est à l'oeuvre et le monde devient un vaste marché unique où l'information et les produits circulent de plus en plus vite, de jour comme de nuit. Dans ce livre, Philippe Moreau Defarges nous explique la mondialisation, ce qu'elle est réellement, quels sont ses mécanismes et comment elle impacte les économies du monde entier, quel que soit leur niveau de développement. En 50 notions clés, c'est à un véritable "tour de la question" que nous sommes conviés, de A comme Anthropocène, à V comme villes. Avec clarté, à partir de nombreux exemples concrets, ce livre est le compagnon indispensable pour celles et ceux qui veulent comprendre le monde dans lequel ils vivent aujourd'hui. Et celui dans lequel ils vivront demain.

  • En septembre 2015, les Nations unies adoptaient les Objectifs de développement durable (ODD) identifiant 17 objectifs de développement. L'organisation intergouvernementale CIHEAM est investie depuis de nombreuses années sur ces thématiques. Elle a donc souhaité proposer une série de regards méditerranéens autour de trois enjeux : la sécurité alimentaire, l'agriculture face aux changements climatiques et le partenariat multilatéral. Autant de défis essentiels pour construire la Méditerranée de demain. (Articles en anglais et en français).

  • Le marché est aujourd'hui présenté comme la pierre angulaire de la construction européenne et de l'émergence d'une identité commune. Pourtant, rien n'est dit sur sa possible contribution à un tel processus. La dramatique situation économique de la Grèce, de l'Espagne ou du Portugal semblerait davantage annoncer l'éclatement de l'Europe sous l'action des mécanismes de marché. Dans quelle mesure les marchés peuvent-ils, seuls, fonder une nation et créer une identité commune ? Y parviennent-ils aujourd'hui ?

  • La France est engagée dans une réforme de grande envergure de ses collectivités territoriales débutée en 2014 et destinée à se poursuivre sous le mandat législatif et présidentiel à venir en 2017. Toutes les grandes problématiques de la société de ce nouveau XXIe siècle sont au coeur de cette réforme, notamment celles portant sur la géographie des territoires et la réorganisation du fait urbain. La présente étude sur la gestion publique locale en Europe et dans le monde fait appel à de multiples domaines de la connaissance pouvant servir au débat qui devrait aider à imaginer la réforme en cours.

  • Les petites entreprises ont longtemps été négligées par les économistes, les historiens et les pouvoirs publics. Leur contribution à l'histoire industrielle a été ignorée dans les processus de croissance et d'industrialisation depuis la fin du XVIIIe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, l'hégémonie conceptuelle de la productivité et de l'efficacité du fordisme ont contribué à ériger la grande entreprise en modèle. Mais le ralentissement de l'économie dans les années 1970 a permis de reconsidérer le rôle de la petite entreprise.

  • La révolution néolibérale initiée par Margaret Thatcher a remplacé une économie libérale qui favorise les classes moyennes et la démocratie par une économie de pillage, de court terme et incompatible avec la démocratie. Les classes moyennes sont appauvries et livrées aux idéologies nationalistes. L'analyse des flux financiers entre monnaie émise par la Banque Centrale et crédits émis par les banques commerciales permet de définir une économie de pillage. Elle se caractérise par une guerre financière contre les entrepreneurs et les salariés au profit de multinationales qui prennent le contrôle de l'économie. Celle-ci ressemble alors à l'économie soviétique et s'oppose au progrès social et technologique.

  • Ce second tome porte sur l'économie politique communiste pensée comme une analyse de la signification du travail, comme une critique de l'aliénation et des différentes formes qu'elle peut revêtir dans l'espace économique et politique contemporain. Enfin, l'auteur propose une réflexion sur l'institution d'une médiation économique par le communisme contemporain, pensé comme une approche de la critique de l'économie politique.

  • Um livro de grande utilidade prática, suscetível, de interessar e ser proveitoso para um público vasto e diversificado.
    Esta obra, em primeiro lugar, aborda o conceito tributário de estabelecimento estável, através de um estudo e análise da atualidade, adequação e conformidade das definições de estabelecimento estável como uma figura incontornável da fiscalidade internacional, à luz do normativo nacional, do Modelo de Convenção da OCDE e do Direito da União Europeia.
    "A qualidade da investigação, o interesse dos temas analisados, a profundidade e pragmatismo da abordagem, tornam, assim, esta obra merecedora de leitura atenta". In: Prefácio do Professor Doutor Rui Duarte Morais Estrutura da obra:

    Introdução O conceito de estabelecimento estável As consequências tributárias decorrentes da existência de estabelecimentos estáveis O estabelecimento estável no Direito da União Europeia Conclusões

  • Le Forum mondial sur la transparence et l´échange de renseignements à des fins fiscales est l´enceinte multilatérale au sein de laquelle le travail en matière de transparence fiscale et d´échange de renseignements est mené par plus de 90 juridictions participant, sur un pied d´égalité, aux travaux du Forum mondial.

    Le Forum mondial est chargé de la surveillance approfondie et de l´examen par les pairs de la mise en oeuvre des standards en matière de transparence et d´échange de renseignements en matière fiscale. Ces standards sont essentiellement reflétés dans le Modèle d´accord d´échange de renseignements en matière fiscale et ses commentaires publiés en 2002 par l´OCDE et dans l´article 26 du Modèle de convention fiscale  concernant le revenu et la fortune de l´OCDE et ses commentaires, tels que mis à jour en 2004. Ces standards ont aussi été repris dans le Modèle de convention fiscale des Nations-Unies Les standards prévoient l´échange de renseignements sur demande des informations vraisemblablement pertinentes pour l´administration et l´application de la législation fiscale interne de la partie requérante. La pêche aux renseignements n´est pas autorisée mais tous les renseignements vraisemblablement pertinents doivent être fournis, y compris les renseignements bancaires et les renseignements détenus par des agents fiduciaires, sans tenir compte de l´existence d´un intérêt fiscal national.
    Tous les membres du Forum Mondial, ainsi que les juridictions identifiées par le Forum Mondial comme pertinentes pour ses travaux, seront examinés. Ce processus est réalisé en deux phases. L´examen de phase 1 évalue la qualité du cadre juridique et réglementaire des juridictions en matière d´échange de renseignements alors que l´examen de phase 2 se concentre sur la mise en oeuvre pratique de ce cadre. Certains membres du Forum mondial font l´objet d´un examen combiné - phase 1 et phase 2 -. Le but final vise à aider les juridictions à mettre effectivement en oeuvre les standards internationaux en matière de transparence et d´échange de renseignements en matière de fiscale.


    Www.oecd.org/fiscalite/transparence

  • Ce rapport contient l´examen de « Phase 2 : mise en oeuvre pratique des normes » ainsi que la version révisée de la « Phase 1 : évaluation de la qualité du cadre juridique et réglementaire » déjà publiée pour ce pays.

    Le Forum mondial sur la transparence et l´échange de renseignements à des fins fiscales est l´enceinte multilatérale au sein de laquelle le travail en matière de transparence fiscale et d´échange de renseignements est mené par plus de 120 juridictions participant, sur un pied d´égalité, aux travaux du Forum mondial.

    Le Forum mondial est chargé de la surveillance approfondie et de l´examen par les pairs de la mise en oeuvre des standards en matière de transparence et d´échange de renseignements en matière fiscale. Ces standards sont essentiellement reflétés dans le Modèle d´accord d´échange de renseignements en matière fiscale et ses commentaires publiés en 2002 par l´OCDE et dans l´article 26 du Modèle de convention fiscale concernant le revenu et la fortune de l´OCDE et ses commentaires, tels que mis à jour en 2004. Ces standards ont aussi été repris dans le Modèle de convention fiscale des Nations Unies.

    Les standards prévoient l´échange de renseignements sur demande des informations vraisemblablement pertinentes pour l´administration et l´application de la législation fiscale interne de la partie requérante. La pêche aux renseignements n´est pas autorisée mais tous les renseignements vraisemblablement pertinents doivent être fournis, y compris les renseignements bancaires et les renseignements détenus par des agents fiduciaires, sans tenir compte de l´existence d´un intérêt fiscal national.

    Tous les membres du Forum mondial, ainsi que les juridictions identifiées par le Forum mondial comme pertinentes pour ses travaux, seront examinés. Ce processus est réalisé en deux phases. L´examen de phase 1 évalue la qualité du cadre juridique et réglementaire des juridictions en matière d´échange de renseignements alors que l´examen de phase 2 se concentre sur la mise en oeuvre pratique de ce cadre. Certains membres du Forum mondial font l´objet d´un examen combiné - phase 1 et phase 2. Le but final vise à aider les juridictions à mettre effectivement en oeuvre les standards internationaux en matière de transparence et d´échange de renseignements en matière fiscale.

    Tous les rapports d´examen, sont publiés une fois adoptés par le Forum mondial et doivent donc être considérés comme des rapports approuvés du Forum mondial.

    Pour plus d´information sur les travaux du Forum mondial sur la transparence et l´échange de renseignements à des fins fiscales et pour obtenir des copies des rapports d´examen qui ont été publiés, il convient de consulter le site Internet du Forum mondial : www.oecd.org/fiscalite/transparence et www.eoi-tax.org.

  • This book contains the 2014 Phase 2 Global Forum Peer Review report for the Slovak Republic.

    The Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes is the multilateral framework within which work in the area of tax transparency and exchange of information is carried out by 120 jurisdictions, which participate in the Global Forum on an equal footing.

    The Global Forum is charged with in-depth monitoring and peer review of the implementation of the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes. These standards are primarily reflected in the 2002 OECD Model Agreement on Exchange of Information on Tax Matters and its commentary, and in Article 26 of the OECD Model Tax Convention on Income and on Capital and its commentary as updated in 2004. The standards have also been incorporated into the UN Model Tax Convention.

    The standards provide for international exchange on request of foreseeably relevant information for the administration or enforcement of the domestic tax laws of a requesting party. Fishing expeditions are not authorised but all foreseeably relevant information must be provided, including bank information and information held by fiduciaries, regardless of the existence of a domestic tax interest or the application of a dual criminality standard.

    All members of the Global Forum, as well as jurisdictions identified by the Global Forum as relevant to its work, are being reviewed. This process is undertaken in two phases. Phase 1 reviews assess the quality of a jurisdiction´s legal and regulatory framework for the exchange of information, while Phase 2 reviews look at the practical implementation of that framework. Some Global Forum members are undergoing combined - Phase 1 and Phase 2 - reviews. The Global Forum has also put in place a process for supplementary reports to follow-up on recommendations, as well as for the ongoing monitoring of jurisdictions following the conclusion of a review. The ultimate goal is to help jurisdictions to effectively implement the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes.

    All review reports are published once approved by the Global Forum and they thus represent agreed Global Forum reports.

    For more information on the work of the Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes, and for copies of the published review reports, please refer to www.oecd.org/tax/transparency and www.eoi-tax.org.

  • This book contains the 2014 Phase 2 Global Forum Peer Review report for Slovenia.

    The Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes is the multilateral framework within which work in the area of tax transparency and exchange of information is carried out by 120 jurisdictions, which participate in the Global Forum on an equal footing.

    The Global Forum is charged with in-depth monitoring and peer review of the implementation of the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes. These standards are primarily reflected in the 2002 OECD Model Agreement on Exchange of Information on Tax Matters and its commentary, and in Article 26 of the OECD Model Tax Convention on Income and on Capital and its commentary as updated in 2004. The standards have also been incorporated into the UN Model Tax Convention.

    The standards provide for international exchange on request of foreseeably relevant information for the administration or enforcement of the domestic tax laws of a requesting party. Fishing expeditions are not authorised but all foreseeably relevant information must be provided, including bank information and information held by fiduciaries, regardless of the existence of a domestic tax interest or the application of a dual criminality standard.

    All members of the Global Forum, as well as jurisdictions identified by the Global Forum as relevant to its work, are being reviewed. This process is undertaken in two phases. Phase 1 reviews assess the quality of a jurisdiction´s legal and regulatory framework for the exchange of information, while Phase 2 reviews look at the practical implementation of that framework. Some Global Forum members are undergoing combined - Phase 1 and Phase 2 - reviews. The Global Forum has also put in place a process for supplementary reports to follow-up on recommendations, as well as for the ongoing monitoring of jurisdictions following the conclusion of a review. The ultimate goal is to help jurisdictions to effectively implement the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes.

    All review reports are published once approved by the Global Forum and they thus represent agreed Global Forum reports.

    For more information on the work of the Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes, and for copies of the published review reports, please refer to www.oecd.org/tax/transparency and www.eoi-tax.org.

  • This book contains the 2014 Phase 1 Global Forum Peer Review report for Latvia.

    The Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes is the multilateral framework within which work in the area of tax transparency and exchange of

empty