• Catherine Deneuve et François Truffaut, Gérard Depardieu et Patrick Dewaere, Isabelle Adjani et Jean-Paul Belmondo, Alain Resnais et Romy Schneider, Sophie Marceau et Vincent Lindon... : tous et toutes ont été les clients d'Artmedia, l'une des plus prestigieuses agences artistiques, qui a inspiré à Dominique Besnehard - son agent vedette - la série à succès Dix pour cent. Agence mythique, Artmedia a révolutionné le métier d'impresario, celui d'acteur et le septième art, composant au plus haut de sa gloire 80 % des génériques français. Mais plus qu'une agence, Artmedia est à la fois la pierre angulaire et l'âme du cinéma. Créée par Gérard Lebovici en 1970, elle est rapidement devenue incontournable.  Ce que l'on connait moins, c'est le destin incroyablement romanesque de cette institution, qui est indissociable de celui de ses dirigeants : le « roi Lebo », son fondateur, fils de déportés sans qui aucun film n'était possible ou presque dans les décennies 1970 et 1980, et dont le meurtre mystérieux, en 1984, ne fut jamais élucidé. Jean-Louis Livi, enfant d'ouvrier immigré, ami et agent des plus grands devenu un producteur français majeur. Et Bertrand de Labbey, descendant d'aristocrate peu fortuné, comptant parmi les plus puissants entrepreneurs de la musique et du cinéma, avec à ses côtés Julien Clerc, Jamel Debbouze, ou aujourd'hui Jean Dujardin. Trois destins qui retracent l'histoire du cinéma, et nous offre un ticket d'entrée inédit dans ses coulisses, au-delà des projecteurs, là où tout se décide et se joue. Plus de cinquante ans après sa création, Jean-Louis Livi et Bertrand de Labbey ont accepté de se livrer sur ces années pour raconter leur Artmedia, au côté d'une quinzaine d'agents, sortis de l'ombre pour l'occasion, et des grands noms du métier : Fanny Ardant, Nathalie Baye, Francis Huster, François Ozon, Thierry Frémaux, Francis Veber, Xavier Beauvois ou Kad Merad, et plus encore.   

  • Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo déambulant sur les Champs-Élysées dans À bout de souffle, Jean-Pierre Léaud fuyant son enfance délinquante sur une plage de Normandie dans Les Quatre Cents Coups : autant d'images qui incarnent la mythologie de la Nouvelle Vague.
    La liberté scandaleuse de Brigitte Bardot dans Et Dieu créa la femme avait ouvert la voie en 1956. Entre 1959 et 1962, de jeunes cinéastes - François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Éric Rohmer... - changent le visage du cinéma français. Ils imposent à l'écran, stylisés, des gestes, des attitudes, des apparences, des manières d'être, d'aimer, dans lesquels se reconnaissent d'emblée les spectateurs de leur génération.
    Mouvement de cinéma, mouvement de jeunesse : c'est ce moment unique de l'histoire culturelle française que retrace et analyse Antoine de Baecque.

  • «On pourrait y faire tenir un petit avion et on y a fait tenir un petit avion. Mais aussi un train, une montgolfière, une fusée-obus et d'autres véhicules plus extravagants encore. Le lieu est submergé d'images fantasmagoriques.
    Elles viennent frapper Monsieur Méliès les unes après les autres, se succédant plus vite que sur une pellicule de cinématographe. »

  • Que signifie l'expression "cinema noir" ? Ce livre explore cette notion en se concentrant principalement sur les cinemas americain et europeen, a travers des films relevant des genres les plus divers, et qui tous contribuent a redefinir la representation des Noirs et a bouleverser les idees preconcues. Les films des grands cineastes noirs (d'Oscar Micheaux a Spike Lee), les "race movies" des annees 20-30, la Blaxploitation des annees 70, mais aussi les oeuvres de cineastes blancs qui ont marque un tournant dans cette histoire (de Jean Rouch a Tarantino) sont abordes, au fil de deux longs essais signe par Michael Gillespie et Adrienne Boutang, ainsi que de notules critiques sur une vingtaine de films importants.

    Livre collectif (contributions de Michael Gillespie, Adrienne Boutang, Nicole Brenez, Claire Diao, Elvan Zabunyan, Greg de Cuir Jr., Ashley Clark, Lili Hinstin, etc.).

  • Dans quelles circonstances Fritz Lang est-il arrivé à Hollywood ? Comment Raoul Walsh s'est-il nourri de son expérience de cowboy ? Howard Hawks a-t-il vraiment été influencé par Casablanca pour Le Port de l'angoisse ? Comment George Cukor dirigeait-il

  • Les Maîtres d'Hollywood - volume 2 réunit neuf entretiens menés par Peter Bogdanovich avec quelques-uns des plus grands noms du cinéma américain : Alfred Hitchcock, Edgar G. Ulmer, Otto Preminger, Joseph H. Lewis, Chuck Jones, Don Siegel, Frank Tashlin, Robert Aldrich, Sidney Lumet. Précédé d'une courte introduction, chaque entretien aborde une large variété de sujets : l'histoire personnelle du metteur en scène, son rapport à la technique et à la réalisation, ses thèmes de prédilection, les tournages de films, l'inspiration artistique, le choix des acteurs et les rapports entretenus avec eux, les anecdotes, etc.

    Un premier volume, avec sept autres entretiens (Fritz Lang, Howard Hawks, Josef von Sternberg, George Cukor, Leo McCarey, Allan Dwan et Raoul Walsh), paraît en janvier 2018.

    Né en 1939, Peter Bogdanovich appartient à la génération de cinéastes cinéphiles du "Nouvel Hollywood" qui a régné en maître sur le cinéma américain entre le début et la fin des années 1970. Il est l'auteur de quelques films cultes comme La Dernière séance (1971) ou On s'fait la valise, docteur? (1972). En 2014 est sorti son dernier film, Broadway Therapy.
    Passionné par l'âge d'or du cinéma classique, il a rencontré et interviewé la plupart des grands cinéastes d'Hollywood, de Ford à Hitchcock.

  • Figure de la Nouvelle Vague, François Truffaut est l'un des cinéastes français les plus populaires et étudiés, toutes générations confondues, tant en France qu'à l'étranger.
    Cet ouvrage conjugue à la fois une analyse globale de l'oeuvre de François Truffaut et un portrait de l'homme et du cinéaste, en s'appuyant sur l'analyse fine de ses 21 films majeurs :chaque analyse  situe le film dans la carrière de Truffaut, évoque son scénario, le choix des acteurs, ses thèmes majeurs... L'étude détaillée d'une séquence révélatrice du film enrichit chaque analyse.21  films qui sont autant de «  carnets intimes  » du cinéaste dans lesquels il écrira sur sa vie en langage codé : ses origines familiales, son enfance, l'amour, la mort, le succès...Cette étude chronologique de son travail permettra de mettre en lumière les spécificités de son oeuvre : l'économie des signes, la rapidité du récit, sa façon de mettre le spectateur au centre de sa recherche, ses stratégies de mise en scène, l'influence de Chaplin et de Hitchcock, une maîtrise sans cesse raffinée du langage non-verbal,  ses recherches sur les cadrages et les nuances chromatiques, l'efficacité du montage et des ponctuations musicales impeccablement orchestrées...
    Un livre qui permettra aux lecteurs de (re)découvrir François Truffaut, l'homme et son cinéma.

  • Ce cinquième volume d'une série qui compte parmi les best-sellers de la collection " Bouquins " offre un large panorama de la production cinématographique depuis 2010. Cette année-là était publié le premier supplément du Guide des films, dont la dernière édition en trois volumes remontait à 2005. Un nouveau supplément s'imposait huit ans plus tard, tant la création cinématographique reste vivante et florissante : 599 films sont sortis dans les salles en 2010, 609 en 2011, 638 en 2012, 677 en 2013, 679 en 2014, plus de 600 en 2015, autant en 2016 et en 2017. À quoi il faut ajouter ceux parus directement en DVD ou en Blu-ray. Au total, ce sont ainsi plus de 800 films nouveaux qui sont offerts aux amateurs du septième art chaque année. Le cinéphile pressé ou le simple curieux trouveront dans ce Guide non l'intégralité de cette production, mais un répertoire des 2 000 oeuvres qui ont compté durant cette période : des James Bond successifs au Camille Claudel de Bruno Dumont ou au Loup de Wall Street de Martin Scorsese... Une large part est faite aux films anciens sortis à la télévision ou en DVD chez Bach, Montparnasse ou Sidonis, la plupart étant inédits ou oubliés. On trouvera aussi à la fin de ce livre un index général recensant tous les titres analysés dans les cinq volumes de ce Guide, soit plusieurs milliers de films - ceux qui ont fait, du point de vue occidental, l'histoire du cinéma.

  • À mi-chemin entre la science et la poésie, le cinéma a modifié notre rapport au temps, à l'imagination, aux images et nous a fait entrer dans l'ère moderne. De son invention par les frères Lumière à son industrialisation par Charles Pathé, des vues émouvantes du cinéma muet aux premiers réalisateurs du cinéma parlant - Pagnol, Guitry... -, découvrez la formidable épopée du septième art à travers les faits marquants de son histoire. D'une plume alerte, Gaël Golhen dépeint la création de la cinéphilie par Henri Langlois, présente les incontournables cinéastes révolutionnaires de la Nouvelle Vague qui a submergé le cinéma français - Truffaut, Godard, Resnais, Demy, Rohmer... -, et retrace le triomphe des producteurs tout comme le récent renouveau du cinéma de genre. Riche en anecdotes éclairantes et passionnantes, ponctué de portraits de cinéastes, d'acteurs et de producteurs marquants, cet ouvrage de « vulgarisation intelligente » magnifiquement illustré nous offre un superbe et haletant travelling sur l'aventure unique du cinéma français. « Le cinéma, c'est l'écriture moderne dont l'encre est la lumière. » Jean Cocteau

  • Le spectacle cinématographique est né un soir de décembre 1895. Puis très vite se développa l'industrie du cinéma, bien avant que celui-ci ne soit consacré en tant qu'art. L'histoire du cinéma français est donc à la fois celle d'un divertissement populaire, d'une industrie et d'un art.
    Pour tenter d'en rendre compte, ce livre retrace les grandes lignes de feu de l'aventure du « septième art » évoquant la création des studios de production et les réalisateurs majeurs, de Méliès à Pialat ou Garrel, de L'Herbier à Bresson ou Godard en passant par Vigo, Clair ou Renoir. C'est dans ce foisonnement des oeuvres que s'écrit une histoire possible du cinéma français.
    Enrichie d'illustrations, cette 4e édition propose également un nouveau chapitre consacré au jeune cinéma français.

  • En 1947, Carné et Prévert tournent un film à Belle-Île. Arletty, Reggiani et Anouk Aimée en sont les vedettes. Mais rien ne va. Les caprices du ciel, des disputes, des grèves, des accidents... le sort s'acharne. Comble de malédiction, les bobines du chef-d'oeuvre inachevé disparaissent... Menant l'enquête, le narrateur ressuscite le cinéma de l'âge d'or, depuis l'avant-guerre jusqu'aux huées de l'Epuration.

  • Cet ouvrage retrace les débuts de l'histoire du cinéma en Corée, des premières projections de films jusqu'en 1935, année durant laquelle les Coréens ont commencé à produire des films parlants. Quand et par qui le cinéma a-t-il été introduit en Corée ? Quels films ont été vus et quelles productions ont eu du succès ? Dès les premiers temps du cinéma, chaque région du monde a essayé de surmonter le silence du film muet. En Corée, la représentation de films donnait lieu à un « spectacle cinématographique » qui mélangeait concert, projections, théâtre occidental et boniment. Le caractère hybride de ces premières réalisations révèle la singularité du cinéma coréen, enraciné dans la tradition et la modernité. Les kino-dramas et les longs-métrages produits entre 1919 et 1935 ont tous disparu, à l'exception d'un seul. Il a donc fallu reconstituer les premiers pas du cinéma en Corée à partir des quelques traces qu'il nous a laissées.

  • Le cinéma japonais est l'un des plus vieux cinéma du monde. S'il est l'un des mieux connus des cinémas asiatiques, il reste dans son ensemble assez mal compris. Cet ouvrage présente un panorama historique, esthétique et social du cinéma japonais  : ses genres, ses cinéastes majeurs et ses films incontournables, de Kurosawa à Myazaki, des Sept Samouraïs à Princesse Mononoke. Nouvelle édition actualisée et enrichie de photos de films.
     

  • Netflix et Amazon, bientôt suivis par Apple et Disney, se livrent d'ores et déjà une guerre sans merci en faisant main basse sur des catalogues audiovisuels gargantuesques et en proposant au public des offres commerciales alléchantes, des programmes «  délinéarisés  » à regarder à la carte et des productions «  maison  »... Production, diffusion et consommation des films et des séries évoluent aujourd'hui d'une façon que bien peu avaient anticipée.
    Dans cet ouvrage documenté,  l'auteur dresse  un état des lieux des profondes mutations vécues par le cinéma et la télévision, et tente de répondre à différentes questions essentielles  : quelles implications pour les secteurs «  traditionnels  » du cinéma et de la télévision  ? Quelles conséquences pour les artistes et les spectateurs  ? Comment les chaînes de télévision peuvent-elles réagir  ? Assiste-t-on à la fin programmée du cinéma, ou simplement à celle des salles obscures  ? Un ouvrage qui s'adresse à toute personne désireuse de réfléchir au futur du cinéma et de la télévision, et plus largement celui de la culture dans notre société.

  • Viva Cinecittà! est une évocation vivante du cinéma italien en son Âge d'Or, à travers douze portraits consacrés aux Maîtres qui, en quelques années, hissèrent les films de la Péninsule au sommet du 7e art et l'y maintinrent pendant quelques décennies: De Sica, Rossellini, Fellini, Visconti, Pasolini, Antonioni, Blasetti, Soldati, Cottafavi, Comencini, Rosi, Olmi.
    Ces noms sont incontournables. Ce sont eux les rois du cinéma italien, les grands registi de Cinecittà.
    L'idée de Cinecittà et sa réalisation furent l'un des grands projets du régime mussolinien, attentif, comme ses homologues, au développement d'un art éminemment populaire. Le chantier est inauguré en 1937. «Hollywood sur Tibre» est né. Il s'agit de rivaliser avec les grands studios américains. Plus de soixante hectares, des dizaines d'édifices, plus de 20 studios de tournage seront mis au service de cette entreprise. Par-delà les variations et les fluctuations des idéologies dominantes, Cinecittà s'affirmera comme le plus prestigieux sanctuaire de la création cinématographique en Europe.
    Avec les douze metteurs en scène retenus par Philippe d'Hugues, sont ici présents tous les genres illustrés dans le fameux studio romain et dans son environnement: la fresque historique, le drame romantique, le fait divers néoréaliste, etc. Cette diversité montre l'exceptionnelle richesse du cinéma italien.
    On ne peut aborder la lecture de ce livre sans éprouver le besoin de la poursuivre. On ne peut l'achever sans rêver de repartir à la découverte de Cinecittà, des chefs-d'oeuvre qui en sont sortis, des acteurs et des actrices qui n'ont cessé d'enchanter les publics les plus variés.

  • Cet ouvrage raconte l'histoire du cinéma, c'est-à-dire de l'art du vingtième siècle par excellence, écriture du mouvement, de la lumière et des ombres. Plutôt que d'opter pour un découpage chronologique, il met en perspective cette histoire selon trois fils conducteurs : celle du cinéma pris dans les conflits politiques du siècle dernier, celle des formes esthétiques et celle des corps cinématographiques.
    Grâce à cette approche originale et synthétique qui a fait de ce livre une référence depuis 25 ans, le cinéma et son histoire apparaissent comme des matières vivantes en devenir.

  • Depuis sa première édition en 1998, ce livre est devenu un texte de référence, traduit en plusieurs langues. Dans cette nouvelle édition revue et actualisée, Michel Chion propose à la fois un état des lieux sur l'acoustique, la musique, la psychologie de l'écoute, et un texte-bilan. Prolongeant la démarche de Pierre Schaeffer qui a permis de penser et de décrire les sons comme des objets, il présente les grandes lignes d'une discipline nouvelle, l'acoulogie, où le son n'est plus seulement le symbole d'une harmonie perdue ou d'un «  continent noir  » de la perception, mais aussi un objet culturel à construire par des techniques d'écoute et par une exigence de nomination.
    Riche en ouvertures, réflexions et concepts originaux, cet essai synthétique vise à mettre en valeur la complexité des objets sonores et leurs mutations à travers les évolutions technologiques. Il nous invite à une observation attentive du  sonore dans notre vie quotidienne, mais aussi dans la philosophie, la littérature, la musique, le cinéma.
     

  • Face aux crises et aux mutations qui ont accompagné son histoire, le cinéma italien n'a pas cessé de se renouveler. Véritable laboratoire de formes et d'inventions, il a aussi donné naissance à des genres florissants et à des sous-genres éphémères (comédies à l'italienne, cinepanettoni, péplums, westerns spaghetti, giallos...) dénigrés avant d'être réhabilités et d'étendre loin très leur influence.Cet ouvrage, réactualisé et augmenté dans sa 4e édition, fournit des repères essentiels à la perception d'un foyer créatif riche et complexe, ancré dans des identités régionales, des sources populaires, des traditions spectaculaires et des modes de production spécifiques. Il met notamment en lumière la conscience historique et les contextes politiques qui, de Rossellini et Visconti à Nanni Moretti, Marco Tullio Giordana et Marco Bellocchio, ont toujours déterminé et inspiré les cinéastes transalpins.

  • Une histoire du cinéma français se présente comme une série d'ouvrages, classés par décennies successives (des années 30 à nos jours) pour offrir au lecteur un panorama complet du cinéma français. Pour chaque année sont mis en avant les films majeurs, un grand réalisateur, une actrice et un acteur ainsi qu'un grand dossier thématique abordant pour le cinéma les questions essentielles de la période. À travers ces analyses, et la mise en perspective des oeuvres et des artistes dans un contexte historique, social, politique et même technique, ce livre se veut le récit pertinent - et à l'occasion, impertinent ! - de l'histoire, riche mais encore trop méconnue, de notre cinéma.
    De l'avènement du parlant à l'effondrement de la seconde guerre mondiale, les années 30 représentent, à plus d'un titre, un véritable âge d'or du cinéma français. À la suite de la révolution technique liée à l'arrivée du parlant qui bouleverse totalement l'approche du septième art, la décennie est marquée par des événements historiques aussi importants que la crise de 1929 et le Front populaire. Avec, d'un côté, le souvenir encore prégnant de la Grande Guerre et, de l'autre, la peur d'un nouveau conflit, se dessine un cinéma français en pleine mutation, entre insouciance et gravité, entre idéalisme et réalisme, jusqu'à la naissance d'un courant déterminant pour le cinéma mondial, le réalisme poétique. Durant les années 30, de grands maîtres (René Clair, Jacques Feyder, Jean Renoir, Julien Duvivier, Marcel Carné) réalisent des chefs-d'oeuvre encore mondialement reconnus, À nous la liberté !, La Kermesse héroïque, La Grande Illusion, Pépé le Moko, Hôtel du Nord ; de grands acteurs et actrices sont élevés au rang de monstres sacrés (Jean Gabin, Louis Jouvet, Michel Simon, Raimu mais aussi Arletty ou Michèle Morgan) sans oublier l'apport inestimable de grands seconds rôles qui font toute la verve de l'époque. Mais ce n'est pas tout : Une histoire du cinéma français rend justice à d'autres oeuvres passionnantes mais méconnues, qui revivent ici en vrais coups de coeur. Ce livre rend également hommage à des acteurs et à des actrices, en grande partie oubliés, comme Albert Préjean, Mireille Balin ou Corinne Luchaire. Le casting est somptueux, le programme des films formidable et parfois étonnant, le lecteur n'a plus qu'à se laisser porter, comme dans un film, à la rencontre du cinéma français des années 30.

    Inspecteur de l'Éducation Nationale, Philippe Pallin a orienté ses activités d'enseignant et de formateur vers l'histoire et les techniques du cinéma.


    Producteur de radio et auteur pour la télévision, Denis Zorgniotti est également journaliste et critique, musique et cinéma.


    Préface de Jean-Pierre Jeunet

  • Cet ouvrage fait le point sur les techniques, les thématiques et les différents champs couverts depuis plus d'un siècle par le cinéma d'animation (anime japonaise, films en « 3D », films d'auteur à fort investissement esthétique...). Véritable travail de synthèse et d'analyse, il s'efforce de mettre en évidence l'extraordinaire potentiel de l'animation : un potentiel à la fois narratif, plastique et philosophique, puisque l'imaginaire des cinéastes ne connaît pour ainsi dire aucune frontière ; un potentiel économique également, au risque de la standardisation et de la banalisation de l'imaginaire animé. D'Émile Cohl à Hayao Miyazaki en passant par Norman McLaren et Walt Disney, ce sont autant d'univers différents qui s'ouvrent au spectateur et à l'historien du cinéma.

  • La Nouvelle Vague est unique dans l'histoire du cinéma français. Les Quatre Cents Coups, Les Cousins, À bout de souffle, L'Eau à la bouche, Cléo de 5 à 7... autant de films qui mettent en scène des univers singuliers et les corps émancipés des jeunes acteurs des années 1960. Une nouvelle génération de cinéastes a ainsi durablement marqué le 7e art dans le monde entier. Ce livre propose une synthèse de cette « école artistique » en fournissant des repères essentiels et en étudiant ses points forts et ses faiblesses. L'auteur y démontre la cohérence de ce mouvement, dont l'émergence a été favorisée par une série de facteurs simultanés : mode de production et de diffusion, choix techniques et stylistiques. Cette 4e édition s'enrichit d'illustrations, titres rares ou films incontournables, et d'un chapitre sur l'héritage de la Nouvelle Vague dans le cinéma actuel.

  • Super Ciné Battle, est LE podcast qui établit le classement «  ultime  » du cinéma à partir des listes envoyées par ses auditeurs. Produit par Daniel Andreyev et Stéphane Bouley, spécialistes de la pop culture, véritables encyclopédies vivantes, Super Ciné Battle décrypte le meilleur et le pire du cinéma avec humour et sans aucune concession.
    Les auteurs explorent les films et les acteurs qui ont marqué le cinéma international ces dernières décennies à travers une centaine de listes, parfois sérieuses, parfois décalées, et toujours drôles  :Vous saurez tout des films que vous ne pouvez plus continuer à ignorer;Vous découvrirez des films qu'il aurait mieux fallu oublier;Vous aurez enfin les réponses à ces questions qui vous empêchent de trouver le sommeil  : quel est le meilleur Stallone  ? Quel est le meilleur coup de pied au cinéma  ? Quel film faut-il regarder pour briser une amitié  ? Quelle est la pire Palme d'or  ? Quel est le meilleur Star Wars  ?

  • Dès sa naissance, l'industrie du cinéma rivalise d'audace pour exprimer les idées visuelles les plus singulières en concevant et en expérimentant des effets spéciaux spectaculaires qui marquent le spectateur, conscient et souvent ravi de leurs présences. Or, les dinosaures, superhéros et autres sorciers ne constituent qu'un pan du champ des effets spéciaux. D'autres trucages, imperceptibles pour le public, servent aussi à optimiser un budget décoration, à contourner des contraintes logistiques, à contrôler les aléas d'un tournage...
    Cet ouvrage offre un éclairage inédit sur 120 ans de créations à travers le monde, notamment en France où originalité et inventivité sont de mise, et en questionne les enjeux technologiques, esthétiques et économiques. Une référence indispensable pour l'étudiant ou le lecteur curieux de découvrir ces univers fertiles et passionnants, et de revisiter le cinéma sous un nouveau jour.
     

  • Entrez dans l'univers de vos super-héros préférés ! Ils veillent sur l'humanité et nous protègent du mal. Surgissant de nulle part, ils combattent les injustices et oeuvrent dans l'ombre au bien commun : ce sont bien sûr les super-héros. De Superman à Iron Man, en passant par Captain America, Hulck et Flash, ils sont tous réunis dans ce livre. De leur première apparition parfois discrète dans les comics à leur mise en scène spectaculaire dans les super-productions récentes, vous connaîtrez tout d'eux : leur histoire, leur apparence, leur caractère, leurs alliés et leurs ennemis, leurs pouvoirs mais aussi leurs faiblesses...

empty