• L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019 a fait renaître les polémiques sur la conservation du patrimoine architectural. Le débat avait déjà fait rage, à la suite du romantisme, au xixe siècle, ainsi qu'après les deux guerres mondiales, y compris parmi les écrivains. L'inscription de l'architecture dans le discours littéraire est l'un des domaines de recherche privilégiés de Joëlle Prungnaud, où elle a renouvelé le regard de la critique sur la modernité fin-de-siècle. Cet intérêt pour le rapport qu'entretiennent architecture et littérature est né de son travail sur le genre gothique et la décadence. Les contributions contenues dans ce volume rendent ainsi hommage aux travaux et réflexions de Joëlle Prungnaud en s'intéressant, à travers des exemples précis du début du xixe à la fin du xxe siècle, aux fonctions que peuvent avoir des éléments architecturaux dans des oeuvres littéraires provenant des différentes cultures européennes.

  • En un demi-siècle, la société paysanne a connu une mue stupéfiante, dont les effets se sont lus rapidement et violemment dans les paysages.
    Tandis que les remembrements remodelaient les territoires au gré des nouvelles pratiques agricoles, la standardisation gagnait les édifices désormais bien éloignés de la diversité des constructions traditionnelles. Si cet aboutissement est bien connu, les raisons et les modalités qui l'ont produit demeurent opaques.
    À travers l'évolution des édifices, cet ouvrage révèle les ressorts politiques, économiques et réglementaires de la transformation du monde rural durant la seconde partie du xxe siècle. Portés par des acteurs divers aux motivations multiples, de l'État aux dépositaires d'intérêts privés, en passant par les territoires, ces nouveaux modes d'organisation des campagnes modifient en profondeur et
    à un rythme soutenu les paysages, mais également la sociologie et l'organisation
    du monde paysan.
    Ce voyage dans l'histoire de l'architecture agricole, richement illustré et documenté, expose ainsi le processus complexe d'une modernisation, depuis les idéologies du progrès issues des Trente Glorieuses jusqu'au surgissement des questions environnementales, dans laquelle les résistances et les ajustements rusés des héritiers de la tradition eurent toute leur place.
     

  • La plupart des matériaux actuels de construction et des procédés mis en oeuvre sont récents et ont une origine industrielle. Cette mutation des techniques est restée en partie étrangère aux références culturelles utilisées dans les appréciations portées sur les édifices actuels. Ce livre souhaite réconcilier ces deux approches.

  • Les cryptes médiévales constituent un patrimoine chargé de mystère dont la variété et les questions qu'elles suscitent restent méconnues. Trente chercheurs apportent leur contribution à la connaissance des cryptes de deux régions. L'Île-de-France et la Picardie présentent un corpus multiforme de cryptes, de l'époque carolingienne au xve siècle, et des plus connues comme Saint-Denis, Jouarre ou Saint-Médard de Soissons, aux plus secrètes. Une approche pluridisciplinaire en aborde tous les aspects, tant sur le plan architectural que sur celui de l'utilisation liturgique, ou sur leur rôle dans la dévotion aux corps saints, dont un chapitre fait l'inventaire. Une analyse historique et archéologique renouvelée lève bien des interrogations. Une partie est consacrée à des structures situées sous des églises, mais qui ne sont pas des cryptes : des critères précis permettent de mettre fin aux confusions. Un inventaire des cryptes existantes, disparues ou rejetées clôt l'ouvrage.

  • Quelles sont les spécificités des sites médiévaux associant mottes et souterrains ? Quels liens existe-t-il entre ces deux structures concomitantes ? Autant de questions que pose cet ouvrage et auxquelles il tente de donner un éclairage. Ce livre présente ainsi pour la première fois une vue d'ensemble du phénomène mottes-souterrains en France et pose les premières interprétations quant à leurs relations spatio-temporelles.

  • Les bâtiments des centres d'archives, des bibliothèques et des musées fonctionnent comme des espaces de conservation et de présentation des collections. Offrant une diversité de formes architecturales et de modes de fonctionnement, réalisés à différentes périodes et susceptibles de transformations régulières, ils forment un corpus très hétérogène. Il s'agit donc, au travers d'études de cas et d'approches comparatives, de favoriser les croisements et les échanges sur plus de cinquante ans d'architecture de la conservation en France. L'évolution et les mutations des espaces sont interrogés dans une visée pluridisciplinaire. Les questionnements sur les pratiques, les expériences d'aménagement et de gestion des espaces, permettent d'établir un état des lieux global et de faire émerger des problématiques contemporaines, tout en dressant des pistes de réflexion communes. L'ouvrage se situe ainsi pleinement dans une actualité des politiques de la conservation et de la communication, et des pratiques d'aménagement de l'espace (architecture, urbanisme, design).

  • Que vous soyez étudiant ou spécialisé, ce guide est fait pour vous.
    Documenté, argumenté et en couleur, vous trouverez autant d'explications chiffrées que de méthodologies pratiques.
    Les constructions sous les tropiques reprennent généralement les principes des conceptions occidentales, adaptés à un climat froid alors que ces principes constructifs ne sont pas appropriés sous les fortes chaleurs. La conception bioclimatique d'un bâtiment permet d'offrir un confort contemporain, sobre en énergie, en climat tropical.Le livre « Climatisation Naturelle pour une architecture contemporaine » est la capitalisation de l'expérience de Pierre Magnière en bureau d'études thermiques au Sénégal. Le savoir-faire présenté permet à tout maître d'oeuvre de concevoir un projet architectural naturellement plus frais et de limiter ainsi le besoin d'énergie en climatisation. La 1ère partie du livre est une méthode séquencée en 3 principes constructifs, évitant ainsi certaines intuitions contre performantes au moment de la réalisation de l'esquisse du projet. La 2nde partie présente les systèmes de climatisation naturelle adaptés à un confort « authentique-naturel », confort proche de la nature sans ses inconvénients. Les précisions apportées permettent le dimensionnement des systèmes par un bureau d'études thermiques.Les dispositifs et systèmes préconisés précisent le niveau d'impact sur le confort interne. Ils sont accompagnés de ratios et sont illustrés par des photos et des exemples.
    ***

    L'auteur :

    Ingénieur de formation, Pierre Magnière a construit sa carrière dans le secteur de l'énergie dans plusieurs entreprises en France et en Afrique. Son précédent livre « Manager, créateur de valeurs » fait le lien entre valeurs éthiques et valeurs financières. En 2012, il lance un bureau d'études thermiques à Dakar qui a notamment conçu et construit le site pilote « my API lodge » de Toubab Dialaw. Ses études thermiques ont contribué à la mise en place de la réglementation thermique au Sénégal.

  • Quand la Grèce rejoignit l'Europe après plus de trois siècles de domination ottomane, il lui fallut se construire une culture moderne en rapport avec l'héritage plusieurs fois millénaire dont elle restait la dépositaire. Le néohellénisme a trouvé dans l'architecture un mode d'expression privilégié, où se croisaient les attentes d'une élite internationale en mal de références classiques et la tradition toujours vivante du monde byzantin, ciment de l'identité nationale. De l'ajustement de ces ambitions dans un contexte économique et politique difficile est née une production originale, tirant de sa confrontation avec l'Occident une forme d'authenticité d'autant plus significative qu'elle était soumise à la pression constante des pays dominants. Entre identité et modernité, c'est un double projet qu'elle a poursuivi tout au cours du xixe siècle pour se situer au sein d'un univers en pleine mutation.

  • Cet ouvrage s'inscrit dans la continuité des études actuelles sur les liens entre arts visuels et langage dans l'Antiquité classique. Si le vocabulaire architectural a depuis longtemps suscité l'intérêt des spécialistes, aucune réflexion globale sur les rapports entre l'architecture et le langage n'avait encore été entreprise. Explorer les rapports entre le texte et l'architecture revient à s'interroger sur la place et la fonction du monument dans la cité antique. La nécessité, pour les autorités civiques, de nommer, de classer ou de désigner les constructions a favorisé le développement d'une nomenclature juridique et d'un lexique technique. La beauté architecturale de ses bâtiments contribue au prestige de la ville. De ce fait, le monument acquiert un statut symbolique qui explique l'importance accordée aux descriptions architecturales dans la littérature ancienne. Ce statut privilégié du bâti explique qu'en retour le modèle architectural ait pu informer la réflexion sur le texte, dont la « construction » est métaphoriquement comparée à l'entreprise de l'architecte. Les contributions réunies dans ce volume se proposent donc d'examiner les différentes manières de « dire l'architecture », prenant en considération un large corpus de textes allant des inscriptions et des traités techniques aux oeuvres poétiques. Elles ouvrent la voie à une réflexion sur l'imaginaire occidental de l'architecture. Renaud Robert, professeur de langue et littérature latines à l'Université de Bordeaux - Montaigne, EA 4593 (CLARE), est spécialiste de l'histoire des idées esthétiques dans l'Antiquité classique. Ont contribué à cet ouvrage : Joëlle Beaucamp, Frédérique Biville, Charles Davoine, Hélène Dessales, Juan de Dios Borrego, Julien Dubouloz, Cécile Durvye, Pierre Gros, Marie-Christine Hellmann, Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Virginie Mathé, Christine Mauduit, Antonio Monterroso Checa, José Antonio Morena López, Jean-Charles Moretti, Évelyne Prioux, Sylvie Rougier-Blanc, Catherine Saliou, Ángel Ventura Villanueva.

  • L'activité d'architecte-bâtisseur contemporain de Viollet-le-Duc est souvent occultée par son action de restaurateur du patrimoine médiéval. Les chantiers, les projets et les écrits à ce sujet sont pourtant prolifiques, ce qui justifie pleinement une réflexion renouvelée sur ses travaux. De ses chantiers à ses projets avortés, de ses théories à la transmission de ses enseignements en la matière, cet ouvrage présente l'apport de Viollet-le-Duc à l'architecture domestique, à l'habitation de son temps, par le biais de treize contributions inédites abordant un aspect souvent oublié de son oeuvre. Enrichissant la connaissance de l'architecture civile du xixe siècle, cette réflexion dépasse les problématiques esthétiques pour faire valoir son esprit réformateur et témoigne définitivement, et contrairement à ce que ses restaurations diocésaines laissent présager, de ses préoccupations modernes et de son ancrage dans la société contemporaine.

  • De 1940 à la fin du second conflit mondial, le Nord et le Pas-de-Calais subissent plusieurs vagues de destruction. Reconstruire la région est un processus complexe, d'autant que la guerre aggrave une situation déjà difficile - dès 1939 de nombreuses villes nordistes avaient déjà besoin de se moderniser. Relever les ruines ne suffit pas, un immense effort d'édification d'infrastructures et de logements neufs s'impose. Cependant, les résultats d'une telle entreprise apparaissent mitigés : la lenteur de cette seconde Reconstruction condamne beaucoup d'habitants à vivre des années dans des bâtiments provisoires et de surcroît peu esthétiques. Faut-il réviser ce jugement stylistique ? Le bilan économique semble tout aussi incertain. Les défis étaient peut-être trop importants pour une région ravagée deux fois en une génération. Mais les principes adoptés pour le relèvement de l'économie ne portent-ils pas aussi leur part de responsabilité ?

  • Nouvelle édition (entièrement recomposée) de ce monumental ouvrage sur le folklore de la France. Ce tome (4-a sur 4) reprend la partie consacrée aux Monuments : depuis la Préhistoire, à travers mégalithes, menhirs, dolmens, tumulus et autres pierres diverses et les cultes qui s'y rapportent, en passant par les monuments antiques, puis par églises, châteaux, rues, villes et les rites ou croyances qui s'y rattachent. On reste toujours surpris de la richesse du folklore recueilli, de sa diversité : on se prend à rêver tout au long des pages de ce livre, classique parmi les classiques du genre.
    Paul Sebillot, né à Matignon (Côtes d'Armor) en 1843 (il meurt en 1918), est une des figures majeures du folklore breton et français dans son ensemble. Auteur de nombreux ouvrages, dont la Littérature orale de la Haute-Bretagne, et surtout auteur de ce vaste Folklore de France, édité en 4 fort volumes entre 1904 et 1907.

empty