• Après Auschwitz, il était devenu inimaginable de crier « mort auxJuifs ». Pourtant, dès la fin des années 1960, peu après la guerre desSix Jours, « Mort à Israël » s'est installé dans le langage politiquecourant. Puis, les médias ont victimisé à outrance les Palestiniens etla gauche a fait alliance avec l'islam. Progressivement, un mur demensonges a été érigé autour de l'Etat d'Israël : le sionisme a étéconsidéré, entre autres mensonges, comme un racisme. Voire mêmeun nouveau nazisme.Les meilleurs historiens, philosophes et sociologues ont vite comprisque cette scandaleuse inversion des rôles - les Juifs qui deviennentdes nazis et les Palestiniens présentés comme des juifs persécutés -dissimulait le retour du bon vieil antisémitisme d'antan.Mais Yves Mamou montre que l'antisionisme n'est pas seulementune affaire de juifs. L'antisionisme qui persécute les Israéliens depuiscinquante ans est un antiracisme, le même qui est utilisé aujourd'huicontre les Européens. Monté contre Israël, il revient comme unboomerang percuter la France et les autres pays d'Europe. En sefaisant passer pour des Juifs persécutés, islamistes et indigénistes ontentrepris de rendre les Européens étrangers sur leur propre sol. TousJuifs en quelque sorte.

  • Israéliens juifs et arabes, Palestiniens des Territoires ont un point commun : ils donnent naissance à un nombre anormalement élevé d'enfants victimes de maladies génétiques rares. Retards mentaux, troubles rénaux, malformations cardiaques, déformations du squelette, difformité des membres supérieurs ou inférieurs, surdité ou cécité congénitales... sont les symptômes les plus fréquents de ce phénomène dû, selon les spécialistes, à la consanguinité propre à chacune de ces communautés.
    Yves Mamou fait de ces questions méconnues de santé publique un vecteur efficace pour explorer les relations entre Israéliens et Palestiniens en dehors des clichés habituels. La souffrance engendrée par la maladie modifie le regard que chacun porte sur l'autre. Des relations personnelles se nouent entre médecins et malades, entre juifs et musulmans. Et face à un ennemi commun, la maladie, des solidarités inattendues se font jour. À l'issue de ce livre, le lecteur sera porteur du soupçon que, derrière l'actualité monotone sur les colonies, les bombes et les attentats, il existe un dessous des cartes, un autre niveau de réalité, qui donne peut-être à espérer.


    Yves Mamou est journaliste. Il a également publié un thriller, Une longue cuillère pour le diable, aux Éditions Léo Scheer en 2010.

  • L'islam, mais aussi l'islamisme, progressent en France.
    En dépit des dénégations, la multiplication du nombre de mosquées, de femmes voilées ou de commerces halal modifient à grande allure les paysages urbains. L'immigration musulmane augmente tandis que le terrorisme islamiste meurtrit trop souvent le pays. Mais la justice pourchasse comme raciste la moindre déclaration «  islamophobe  ».
    Les troubles sécuritaires incessants sont présentés par les médias comme sans rapport avec la «  diversité  », les politiques ne parlent que de «  vivre ensemble  », les experts présentent l'immigration comme un bienfait mais l'école publique peine à distribuer les fondamentaux à une jeunesse de plus en plus multiculturelle. 
    En journaliste, Yves Mamou s'est posé la question de savoir pourquoi notre société résistait finalement aussi peu à ces changements si profonds. Une question qui, au terme d'une compilation acharnée de milliers de déclarations sur plus de trente ans et d'un suivi méticuleux de l'actualité en a fait surgir une autre : et si ces transformations étaient voulues  ?
    Les éléments rassemblés dans ce livre montrent comment les élites politiques, judiciaires, économiques, médiatiques et intellectuelles, gênées par le vieux cadre national, ont délibérément entrepris de transformer le pays en un territoire de «  libre circulation  », et qu'elles sont prêtes pour cela à brimer sans scrupules la culture et les identités de la nation

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La presse truque, manipule. À chaque fois, les caméras de télévision, les stylos de la presse écrite, se ruent sur un chiffon rouge, se trompent et trompent tout le monde. Conclusion : C'est la faute aux médias ! Les médias, bouc émissaire ? C'est trop facile ! Dans une société qui se développe par crises successives : crises de l'école, de la police, des banlieues, de l'immigration, l'information joue un rôle d'intermédiaire. Chaque fois qu'un groupe social cherche à satisfaire une revendication, chaque fois qu'un homme politique ou un chef d'entreprise veut régler ses comptes, il provoque une crise susceptible d'attirer la presse. Désinformation, trucage, mensonge, corrompent progressivement la vie quotidienne. Or, nul n'a intérêt à polluer cet espace public qu'est l'information : il est un repère démocratique essentiel pour nous tous.

  • Les Brigades rouges, qui ont ensanglanté l'Italie dans les années 1970, refont surface à Paris, aujourd'hui. Leur cible : le président de la République, objet d'un subtil chantage. Le commissaire Martucci, chef de l'antiterrorisme, est missionné pour désamorcer le piège. Il se heurtera successivement au Mossad, au terrorisme islamiste, à une ancienne maîtresse qui tentera de l'assassiner et à la puissance du politiquement correct. Sa peau de Corse mal léché en gardera quelques cicatrices.
    Ce thriller haletant, sans temps mort, est aussi une passionnante exploration de la politique nationale et internationale, fondée sur des années d'enquêtes journalistiques et une connaissance approfondie des différents terrains où l'Histoire s'écrit.


    Yves Mamou a longtemps été journaliste au Monde. Il est l'auteur de deux thrillers, Camelia.came et Une longue cuillère pour le diable, et d'un essai, Israël : Les Maladies des religieux.

  • Un attentat-suicide, sur l'autoroute, près de Roissy.
    Un linceul de 5 millions de dollars recouvre les corps disloqués sur le bitume.
    Le commissaire Martucci, chef de l'antiterrorisme, fait partie des rescapés.
    Qui était visé ? Quel était le message ?
    La piste des billets de banque conduira Martucci au coeur d'un trafic international de médicaments. Un business plus rentable encore que la drogue.
    Mais quand de faux gentils croient s'enrichir en s'associant à des fanatiques religieux, l'affaire tourne au meurtre de masse.
    Certains n'avaient pas voulu cela.
    Mais quand on choisit de dîner avec le diable, mieux vaut se munir d'une très longue cuillère.
    De Paris à Beyrouth, de la Grèce aux États-Unis, en passant par l'Afrique, une traque haletante vous mènera au coeur des réalités souvent méconnues et angoissantes du terrorisme international.

    L'auteur, Yves Mamou, a accumulé beaucoup d'informations dans le cadre de son métier de reporter au journal Le Monde depuis plus de 20 ans. Quelquefois, dans cette profession particulière, il est plus facile de raconter ce que l'on sait à travers une fiction...
    Une longue cuillère pour le diable est son deuxième roman.

  • Au coeur du ministère de l'Économie et des Finances, une boîte noire rayonne sur les marchés financiers, les banques, le financement de l'industrie... et conserve jalousement son monopole sur le contrôle des relations financières entre la France et l'étranger. Cette boîte noire, c'est le Trésor. Le grand public l'ignore, mais tous les grands dossiers qui font la Une des médias - privatisations, nationalisations, défense du Franc, hausse ou baisse des taux d'intérêt... - et bien d'autres encore, passent par cette instance administrative, aussi discrète qu'influente. Pour la première fois, un journaliste a mené une enquête approfondie sur cette pièce clé de l'appareil d'État. Dans ce livre-événement, Yves Mamou lève le voile sur les mystères de cette administration bien particulière, où sont mûries, dans le plus grand secret, les décisions qui feront l'actualité de demain, et qui pèseront sur la vie quotidienne de tous les Français. Il en présente également les artisans : une centaine à peine, issus pour la plupart de l'ENA ou de l'Inspection des finances. On verra que cette poignée d'hommes - et ces quelques femmes -, située au carrefour des circuits de l'argent, exerce une influence politique considérable. Qui gouverne réellement, le ministre de l'Économie ou les Trésoriens ? Quel pouvoir exerce la direction du Trésor ? Quelles sont ses techniques d'influence ? Autant de questions auxquelles personne n'avait, jusqu'à présent, apporté de réponses. Le lecteur les trouvera dans ce livre très vivant, nourri d'anecdotes souvent surprenantes, qui passionnera, bien sûr, tous les acteurs de la vie financière, mais aussi le grand public, soucieux de mieux comprendre les rouages complexes de la politique économique.

  • Camélia came

    Yves Mamou

    Un jeune Black, livreur d'une importante société de vente de fleurs par Internet, meurt dans une explosion dans une cité de la banlieue parisienne. 
    Un commando de tueurs colombiens débarque à Paris à la recherche de plusieurs centaines de kilos de cocaïne. Des terroristes islamistes, cachés dans un grand hôtel parisien, attendent en vain un message de leur contact. 
    Un ingénieur colombien vient d'inventer un moyen pour faire passer la drogue incognito. 
    Une jeune femme se fait enlever... 
    Pourquoi le destin de ces personnages, pas toujours très recommandables, se croiseraient-ils ? Le commissaire Martucci et un agent américain de la DEA vont devoir unir leurs forces pour mener à bien cette enquête.

empty