• 'Les gens commençaient à parler des soeurs mortes. La plus morte et la moins morte.'

    Halla a onze ans quand elle perd sa soeur jumelle, son miroir. Ses parents ont enseveli les cendres de leur enfant en expliquant à la survivante qu'un bel arbre pousserait là. Mais rien n'est venu.
    Sa mère, aussi froide que les paysages islandais qui l'entourent, la rejette, et son père fantasque ne parvient plus à communiquer avec elle. Halla devra apprendre, seule, à surmonter cette tragédie pour quitter l'enfance.
    Roman d'une beauté et d'une puissance incomparables, La Déshumanisation questionne avec grâce notre rapport à l'existence.

  • Le fils de mille hommes

    Valter Hugo Mae

    Crisóstomo, un pêcheur solitaire, décide à quarante ans de prendre son destin en main. Il se construit une famille, puisque l'amour est avant tout la volonté d'aimer. Il choisit un fils en apprivoisant le petit orphelin abandonné par le village, puis une femme au passé tourmenté les rejoint, et autour de ce noyau se forme une famille peu commune de laissés-pour-compte et d'éclopés. Dans cette communauté d'êtres bizarres, tout droit sortis des fables, ce bricolage affectif se révèle inventif et profitable, et chacun finit par s'inventer une famille, même dans les cas les plus désespérés.

  • Maria da Graça est femme de ménage, elle a lambition de mourir damour. Elle rêve toutes les nuits quelle essaye dentrer au paradis pour y retrouver monsieur Ferreira, son patron, qui, bien quavare et ayant abusé delle, lui parlait de Goya, Bergman ou Mozart, des hommes capables dimpressionner Dieu en personne. Mais les portes du paradis sont encombrées de marchands de souvenirs et saint Pierre la repousse à chaque fois. Elle verse aussi tous les soirs quelques gouttes deau de Javel dans la soupe de son mari. Quitéria, son amie, se prostitue mais tombe amoureuse dun émigré ukrainien désespéré.
    Comme Maria da Graça, tous les personnages de ce roman cherchent leur paradis et, pleins despoirs ou sans espoir, ils pensent que le bonheur vaut tous les risques, même sil faut sauter allègrement dans labîme.
    V.H. Mãe dessine ici avec humour un portrait caustique et tendre de notre temps, à travers des personnages attachants qui avancent sur les chemins sinueux dune société perturbée.

empty