• « Quand je l'ai vu entrer dans la classe, plus jeune que mon père, plus beau que mon plus charmant cousin germain, j'ai compris tout de suite que j'avais un coeur qui pouvait battre à cent milles à l'heure. Je me suis aperçue, ce jour-là, que les hommes n'étaient pas toujours des oncles, des docteurs, des travailleurs, des messieurs ou de vieux curés dominants ! Romain, tu venais de t'approprier mon petit coeur d'écolière de première année. L'amour n'a pas d'âge, disait mon père, follement amoureux de ma mère de dix ans son aînée. Papa avait raison et moi, j'étais déjà amoureuse d'un séduisant vicaire qui sera mien. Je suis patiente autant qu'obstinée. J'attendrai. Juré, craché ! »
    Inspirée d'une nouvelle intitulée « La confession », publiée il y a quelques années (Sous la jupe, David, 2013), cette histoire rocambolesque permet à Danièle Vallée de revisiter une époque où l'église et le sacerdoce étaient encore au Québec des sujets dont on n'aurait pas osé plaisanter.

  • Clarisse, une couturière en apparence sans histoire, mène une existence bien tranquille quand Éva, une ambitieuse jeune comédienne, lui commande une robe extravagante pour un premier rôle dans une pièce très attendue, Sept nuits dans la vie de Chérie, où elle souhaite briller de tous ses feux.
    Au fil des rencontres et des séances d'essayage, la relation entre les deux femmes devient de plus en plus intime et complice. D'abord amicale, puis exaltée, elle se complique à mesure qu'Éva multiplie les surprises et les guets-apens. Au cours des sept nuits qu'elle passera chez Éva, Clarisse découvrira qui se cache vraiment derrière la comédienne.
    Inspirée de huit tableaux de l'artiste Suzon Demers, l'auteure et conteuse Danièle Vallée brode ici une intrigue déroutante, mettant en scène une prima donna fantasque, qui entraîne dans sa fougue une banale couturière dans une aventure tumultueuse et imprévisible.

  • Né du désir de l'auteure Danièle Vallée et de l'artiste visuelle Suzon Demers de réaliser un projet ensemble, Sous la jupe est un livre qui veut susciter un double plaisir, littéraire et visuel. S'inspirant de quatorze peintures de Suzon Demers ayant pour sujet des personnages féminins, Danièle Vallée s'est amusée à écrire quatorze nouvelles donnant vie à ces personnages. Fidèle à ses publications antérieures (Debout sur la tête d'un chat, Le D2ux), elle nous offre des textes incisifs et drôles qui créent un très bel écho aux toiles colorées de sa complice.

    «Quand j'ai eu sept ans, j'ai eu droit à la confession. Pour une fille, la première fois qu'on se confesse, c'est comme perdre sa virginité. Il faut s'ouvrir devant un homme et lui donner l'impression qu'il nous fait du bien.» (Extrait de «Confession»)

empty