• How is it possible to belong to a territory when its boundaries are no longer exclusively physical? How can we define the centre, or allegiance to that centre, at the beginning of the third millennium, if that centre cannot hold? 2In an age when appeals are made both to sovereignty and "the global village", when terms such as "subsidiarity" and "the international community" have become common currency, the notion of membership is irrevocably plural. 3This obviously invites reflection upon the fluctuating relations between central authority and secessionist tendencies in a historical perspective. Today one might consider that the issues of federalism and devolution are not necessarily incompatible. Another case in point would be the tensions between competing conceptions of nationhood experienced in America, between the "melting pot" and a genuinely multicultural society, and between the various linguistic, social, religious and ideological identities.

  • Au mieux, une définition nous apprend que le réel est ce qui précède le langage. Celui-ci invente le réel. Depuis le structuralisme, au moins, les sciences humaines, face à cette situation, s'y résignent de manière implicite ou explicite. Le réel n'est plus : il est définitivement enfoui sous la triple détermination de la culture, de l'histoire, de l'idéologie. Pourtant, certains contemporains - artistes, écrivains, penseurs - tentent de ressusciter le réel. L'entreprise est nécessairement teintée de pathos et souligne la persistance d'une nostalgie pour le réel. On est préoccupé par la primauté du banal, l'attrait de la quiddité... Le colloque a tenté de cerner ces différentes ré-inventions du réel. Dans quel sens et dans quelle mesure sont-elles gouvernées par le pathos, la douleur, par le sentiment qu'il est urgent de regagner un tenant-lieu du réel ?

  • Ce recueil découle d'un symposium européen organisé conjointement par les Universités de Paris VII et de Tours en 1993. Un premier volume fut consacré à Toni Morrison, en particulierBeloved. Tardivement, mais toujours d'actualité, ce second volume aborde d'autres fictions et montre ainsi la richesse et la complexité de la production noire au nouveau monde. On remarquera la présence d'auteurs des Caraïbes. À travers la quête identitaire et historique qui caractérise la production contemporaine, de par la globalisation de la diaspora, cette aire de production littéraire a pris un rôle grandissant dans l'évolution de la littérature noire des États-Unis.

  • L'engagement de la Grande-Bretagne aux côtés de l'« hyperpuissance » américaine dans le conflit en Irak, à partir de 2003, et la frilosité britannique à l'égard des questions « européennes » continuent de structurer sa politique extérieure. Ces deux traits - l'absence revendiquée d'un « esprit communautaire », le réflexe de la solidarité anglo-saxonne - font de la Grande-Bretagne un pays « à part », à la fois insulaire, replié sur lui-même, et résolument tourné vers le « grand large » atlantique. Le paradoxe, cependant, n'est qu'apparent. Peu « européen », le Royaume-Uni n'est pourtant pas étranger au changement ou à la modernisation. La stabilité et la longévité de ses institutions ne doivent pas masquer les évolutions parfois radicales qui jalonnent son histoire : ce radicalisme britannique s'est périodiquement montré capable de modifier de fond en comble les structures et les relations politiques, économiques ou sociales du pays. Ce n'est donc pas la capacité britannique à changer de société qui fait défaut et on aurait tort de sous-estimer l'importance de cette capacité à se renouveler. Pourtant, et de manière remarquable, il persiste une certaine idée de la nation et une conviction quant à son rôle, sa mission. L'objectif de cet ouvrage est double. D'une part, il se propose de fournir au lecteur un aperçu des grands domaines d'action de la politique extérieure britannique actuelle ; d'autre part, d'en mesurer les éléments de continuité depuis le règne de Victoria. Trevor Harris est maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, où il enseigne la civilisation britannique. Il est spécialiste de l'histoire politique et intellectuelle de la Grande-Bretagne contemporaine.

empty