• En Europe, alors que le XVIIIe siècle expire en de multiples convulsions, l´explorateur écossais Mungo Park découvre en Afrique le royaume de Ségou, où la folie humaine s´exprime avec une simplicité biblique...

    T. C. Boyle rassemble dans ce roman culte toutes les formes de la fiction, du conte libertin au roman noir américain.

  • Voir la lumière

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 5 Février 2020

    Par une belle journée d'avril 1943, dans les laboratoires Sandoz à Bâle, c'est un accident de manipulation qui permet au professeur Albert Hofman de se rendre compte de la puissance du diéthyllysergamide, cette molécule qu'il a réussi à synthétiser à partir de l'ergot. Intrigué par sa propre réaction suite à l'ingestion involontaire du produit, le chimiste fonde immédiatement de grands espoirs thérapeutiques sur sa découverte. Mais c'est seulement près de 20 ans plus tard et de l'autre côté de l'Atlantique, dans le département de psychologie de l'université de Harvard, que l'on s'intéressera vraiment au potentiel de ce qui est encore considéré comme un médicament et qui deviendra une drogue à la mode connue sous le nom de LSD.
    Fitz est justement étudiant de cette prestigieuse université en 1962 quand son directeur de thèse, Tim Leary, commence des expérimentations  avec la fameuse molécule produite par les laboratoires Sandoz. Malgré sa situation financière précaire - sa femme Joanie a arrêté ses études quand elle est tombée enceinte et son salaire de bibliothécaire ne permet pas à la petite famille de vivre correctement - Fitz est irrésistiblement attiré par le petit cercle qui gravite autour de Tim Leary et de son collègue Dick Alpert et se réunit tous les samedis soirs lors de «  séances  » visant l'élargissement des consciences. Très vite, lui et son épouse sont happés par l'expérience hallucinatoire et psychédélique, et cherchant à la renouveler le plus souvent possible, une vie en dehors de la petite communauté de fidèles leur paraît bientôt impossible. Lorsque les autorités académiques de Harvard finissent par exclure Tim et Dick à cause de l'absence de rigueur scientifique de leurs travaux, mais aussi parce que la presse a commencé à s'émouvoir de leurs pratiques, ils n'hésitent pas longtemps avant de rompre les amarres. Avec une douzaine d'autres fidèles ils déménagent à Millbrook, dans le nord de l'État de New York, et s'installent dans une grande bâtisse qu'on prête à Tim afin qu'il puisse aller au bout de ses «  recherches  ». Mais  si le sexe et les «  trips  » dominent le quotidien d'une communauté désormais incapable de vivre sans les prises régulières de LSD (appelé «  le  sacrement  »), ils mettent aussi à rude épreuve le couple de Joanie et Fitz, ainsi que l'avenir de leur fils Corey...
    À travers ce saisissant portrait de groupe, T.C. Boyle fait revivre une époque, celle du début des années 60, quand Aldous Huxley, J.F. Kennedy, John Coltrane et les Beatles faisaient la une des journaux, ce moment de l'Histoire où toute une génération éprise de liberté avait imaginé que les psychotropes permettraient à l'humanité tout entière de vivre une autre vie.
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Bernard Turle

  • America

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 30 Avril 1997

    Delaney et Kyra coulent des jours paisibles en Californie. Il est journaliste ; elle est dans l'immobilier. Ils ont choisi de vivre dans un lotissement composés de maisons de style espagnol, ouvert sur les canyons où la nature est restée sauvage. Leurs voisins sont des bourgeois de Los Angeles, qui fuient le centre ville, les immigrés et la délinquance. Et c'est l'accident : Delaney blesse un mexicain qui se jette sous ses roues. Il ne parle pas anglais, refuse l'hôpital et n'accepte qu'un billet de 2O ... Candido, cet immigré clandestin, vit comme une bête sauvage avec sa femme América. Tous deux ont traversé "le rideau de tortilla" pour vivre le rêve américain : ils ont trouvé la jungle. Bientôt, les incidents se multiplient : un chacal dévore le chien de Delaney et Kyra ; un lobby se crée dans le lotissement pour protéger le quartier avec caméras de surveillance et vigiles. La paranoïa guette, lorsque Candido met malencontreusement le feu au canyon... Est-ce la fin d'un monde ?

  • L'enfant sauvage

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 13 Avril 2011

    Un soir d'automne en 1797, des chasseurs capturent un garçon errant, nu, sale et hirsute, dans une forêt du Langudoc. Tout le pays est en émoi, fasciné par la découverte de ce "prodige", qui semble aussi dépourvu d'âme et de raison qu'une bête. Qui est cet "enfant sauvage", vivant défi au siècle des Lumières ? Traîné d'orphelinats en salons mondains tel un monstre de foire, il sera bientôt abandonné par ses tuteurs à son incurable sauvagerie. Seul le jeune docteur Itard, de l'Institution des sours et muets à Paris, s'entête à croire que de cet "animal" il saura faire un homme. Des années durant, l'enfant sauvage, rebaptisé Victor, va subir l'apprentissage de la civilisation sous la férule de son maître. Dans ce bref et intense récit, l'un des plus flamboyants écrivains américains s'empare de la célèbre histoire de Victor de l'Aveyron. Une magistrale leçon de littérature.

  • Les vrais durs

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 23 Mars 2016

    Alors qu'il est en croisière en Amérique centrale avec son épouse, Sten Stensen, ancien Marine, sauve les touristes d'un gang armé en tuant leur chef à mains nues. À son retour, notre héros malgré lui n'aspire qu'à retrouver sa vie de paisible retraité sous le soleil californien. Seulement voilà. Sten a un fils, Adam. Et Adam ne va pas très bien. Souffrant depuis longtemps d'une forme aiguë de psychose paranoïaque et délirante (il est notamment persuadé d'être la réincarnation d'un coureur des bois du 19e siècle), le jeune homme est tombé dans les filets d'une dénommée Sara Hovarty Jennings, de quinze ans son aînée. Sara vit seule avec son chien, et le reste du monde est son ennemi. Elle nourrit une haine viscérale contre « le gouvernement illégitime des États-Unis d'Amérique » et contre toute forme d'autorité. Sous son influence, Adam va devenir incontrôlable et basculer dans une folie qui est aussi celle de l'Amérique contemporaine, hantée par le démon de la violence.

  • San Miguel

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 19 Mars 2014

    San Miguel, c´est le nom d´une île minuscule au large des côtes californiennes. Sur ce lopin de terre aride qui pourrait faire aussi bien figure de paradis que d´enfer, les destinées de deux familles, à plusieurs décennies de distance, vont se croiser. Le jour de l´an 1888, Marantha Waters débarque sur la côte ; elle n'a pas quarante ans et la tuberculose menace de l´emporter ; son mari, Will, espère que cet exil sauvage lui redonnera la force et le goût de vivre. Un demi-siècle plus tard, la famille Lester s´établit à son tour sur l´île, fuyant la Grande Dépression et le souvenir traumatisant de la Première Guerre mondiale. Animés par un optimisme farouche, ils tenteront de créer, en microcosme, une société idéale, mais les cahots du monde moderne et les spectres d´une nouvelle guerre vont bientôt frapper à leur porte. Dans ce roman salué par la critique américaine comme l´un de ses plus beaux, TC Boyle peint une ode pastorale grandiose où il met en scène, avec une puissance rarement atteinte, l´un de ses grands thèmes de prédilection : l´éternelle confrontation de l´homme et de la nature.

  • Rien n´aurait jamais dû troubler la sérénité des Channel Islands, petit chapelet d´îles au large de Santa Barbara, havre de paix pour une faune luxuriante que sont venus à peine déranger, au fil des siècles, quelques aventuriers solitaires, fermiers, hippies et autres naufragés... Mais c´était compter sans Dave LaJoy, défenseur acharné des droits des animaux, qui a déclaré une guerre sans merci à Alma Boyd Takesue, une biologiste qui s´est donné pour mission d´éradiquer les bestioles les plus nuisibles à l´écosystème de l´archipel. Entre ces deux écologistes aux méthodes radicalement opposées, une lutte fratricide s´engage, qui va bientôt prendre des proportions dantesques.
    Roman d´aventures trépidant et réflexion subtile sur l´écologisme et ses excès, Après le carnage est aussi l´occasion, pour T.C. Boyle, de rendre hommage aux terres sauvages dont il a fait son paysage d´élection.

  • Sur la côte californienne, un chauffeur routier, chargé de transporter un organe pour une transplantation, se trouve bloqué dans un gigantesque glissement de terrain. Une jeune femme s'éprend du chirurgien esthétique qu'elle a timidement consulté pour une cure de Botox. Un couple de vieux millionaires fait cloner son lévrier afghan chéri pour la modique somme de 250000 $, et engage une jeune femme pour "l'éduquer" à l'identique de l'original... Ces "histoires sans issue" mettent en scène des personnages excentriques ou pris dans des situations eceptionnelles, évoluant dans des mondes tout à tour absurdes, dangereux, effrayants, ridicules mais par-dessus tout, des mondes drôles.

  • T.C. Boyle est né en 1948. Au terme d'une adolescence houleuse, il opte pour l'enseignement. Il participe à l'atelier de création littéraire de l'université d'Iowa où John Irving enseigne, et passe avec succès un doctorat de littérature. T.C. Boyle est l'auteur de plusieurs recueils de nouvelles (Histoires sans héros, Grasset, 1996 et 25 Histoires d'amour, Grasset, 2000) et de nombreux romans parmi lesquels L'Orient c'est l'Orient (Grasset, 1993), América (Grasset, Prix Médicis étranger 1997), Riven Rock (Grasset, 1998). Californie, 2025. L'effet de serre, les pluies acides et les épidémies de Mucosa ont fait disparaître les principaux mammifères et ont ravagé la planète. Ty Tierwater, 76 ans, est responsable d'une ménagerie d'animaux en voie d'extinction et soigne tant bien que mal les derniers spécimens de grands fauves. Lorsqu'Andrea, son ex-femme, débarque à l'improviste, Ty replonge douloureusement dans ses souvenirs « d'éco-guerrier » des années 1980... Il se rappelle ses années de militantisme au sein de l'association « La Terre pour Toujours » et les excès dans lesquels Andrea l'a souvent entraîné. A l'époque, Ty a une fille, Sierra, dont la garde lui a été retirée en raison de son activisme. Ne supportant pas cette séparation, Ty enlève Sierra et ils partent se cacher dans les montagnes avec Andrea. Mais cette vie clandestine est impossible à long terme, et Ty se laisse convaincre de se rendre. Avant de se livrer à la police, il accepte de suivre Andrea dans un coup d'éclat destiné à montrer au grand public la légitimité de la lutte écologiste : ils partent tous deux vivre dans la forêt pendant un mois, nus, avec pour seules ressources celles offertes par Mère Nature... A leur « retour », Ty est arrêté et jeté en prison pour plusieurs années. Cet épisode ne fait que renforcer ses convictions, et à sa libération, il engage une guerre personnelle contre la société en sabotant pylônes électriques et engins industriels. Pour Ty, surnommé la « hyène humaine », « être un ami de la Terre, c'est d'abord être un ennemi du peuple ». Il est à nouveau emprisonné et il ne ressort que quatre ans plus tard, divorcé, ruiné et décidé à se calmer. Mais sa fille Sierra a repris le flambeau...

  • Hiro Tanaka, jeune marin japonais, décide de quitter son navire croisant au large de la Géorgie. Issu d'un hippie américain des années 70 et d'une serveuse de bar japonaise, élevé par sa grand-mère imbue de culture japonaise traditionnelle, il rêve d'Amérique. C'est dire sa déconvenue lorsque, croyant débarquer en pleine civilisation US, il atterrit sur un îlot du grand marécage d'Okefenokee près de Savannah, où loge une colonie loufoque d'artistes et d'écrivains dans la "Maison de Thanatopsie". Les ennuis commencent ; et la galerie des portraits est impressionnante, qui va de ces écrivains dérisoires à des flics abrutis en passant par toutes les variétés d'imbéciles. La morale du livre pourrait être que la culture du samouraï (pauvre andouille de Mishima) est aussi débile que celle du hamburger chips, la seule différence étant l'étendue et la gravité du mal que l'une et l'autre infligent aux humains qu'elles écrasent. Un roman d'autant plus tendre et désopilant que le désespoir est général et irréversible.

  • Que Lassie abandonne le petit Timmy pour partir avec un coyote, qu'une chercheuse d'un centre de primatologie tombe amoureuse d'un grand singe, que Ladingue, militance anti-alcoolique, dévaste les bars des villes ou que la liaison secrète d'Eisenhower et Nina Khrouchtchev mette en péril l'équilibre du monde, c'est la vie... On retrouve dans les histoires de T.C. Boyle des excentriques, des charlatans, d'exotiques chercheurs de vérité ou bien des gens simples, vulnérables qui essaient d'une façon ou d'une autre de se connecter à un monde inamical. Mythiques ou réalistes, entre la farce et la tragédie, mêlant ironie et émotion, ces histoires mettent en scène les obsessions de l'homme, la libido, la volonté de pouvoir ou celle de se protéger du monde extérieur ; elles sont une tendre voire cynique satire de notre société moderne. Boyle est maître dans l'art de tourner en dérision nos frayeurs et nos craintes, son humour et son talent éclatent : brillant, cruel, hilarant, excellent. T. Coraghessan Boyle est l'auteur de trois recueils de nouvelles et de six romans dont Water Music, Au bout du monde, Aux bons soins du docteur Kellog, Riven Rock et America qui a obtenu, en 1997, le Prix Médicis étranger.

  • Les femmes

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 24 Février 2010

    En 1932, un jeune Japonais, Tadashi Sato, étudiant en architecture, arrive dans une immense propriété du nom mythique de Taliesin, perdue au fin fond de la campagne du Wisconsin. C´est là que réside le plus grand architecte du siècle, auprès duquel Tadashi vient de se faire engager comme apprenti : Frank Lloyd Wright. Tadashi découvre vite que l´antre du génie ressemble moins à une école qu´à une communauté utopique, que Frank Lloyd Wright essaie de faire tenir tant bien que mal tandis que les créanciers de tout bord le poursuivent et que les habitants du voisinage crient au scandale devant les moeurs étranges du maître de céans... Les « disciples » du grand architecte se retrouvent bientôt recyclés en aides-cuistots, bricoleurs et préposés à toutes sortes de tâches ménagères sans grand rapport avec l´architecture, tandis que Wright, grognon, secret, colérique, tantôt faible, tantôt tyrannique, se démène comme il peut entre ses affaires d´argent et... ses femmes.

  • Des adolescents qui se promènent dans un zoo à leurs risques et périls, au couple qui retourne vivre sur les ruines radioactives de son passé, en passant par un pauvre homme frôlant la folie à cause d´un amour impossible ou encore un géant élevé pour devenir un super-héros... Les personnages se succèdent et Boyle, entre douceur et cruauté, prend plaisir à les malmener, à perturber leur quotidien, à laisser s´exprimer sa créativité débordante.
    Des histoires tour à tour sombres, hilarantes ou sordides qui brillent par leur humour noir et leur cynisme mordant.

  • L'amour ne serait qu'un foyer d'infection, quelque chose comme une maladie contagieuse. C'est l'amour au temps de la maladie. Songeriez-vous à changer le système d'alarme de votre maison ? Cambrioleurs et violeurs n'entreront pas. Mais le danger, l'ennemi vous réveillent la nuit au creux du cauchemar. C'est la sécurité au temps de la névrose. Cette critique gastronomique, dont les articles font la loi, n'a plus goût à rien. Elle est frappée d'inappétence. C'est la peur du désir au temps de la multiplication des objets et des êtres à désirer. Trois exemples, trois récits : on pourrait les citer toutes, les névroses épinglées par T. C. Boyle ; il croque nos peurs, nos ridicules, nos déviances. L'exagération, la caricature, le fantastique, la cruauté composent sa griffe.

  • Riven rock

    T. Coraghessan Boyle

    • Grasset
    • 10 Février 1999

    Genève, 1904. Les jeunes mariés Katherine Dexter et Stanley McCormick posent pour la photo sur la pelouse de Prangins, le château de Katherine. A 29 ans, délicieuse innocente, elle est la première femme docteur ès sciences du M.I.T., et l'une des dirigeantes du mouvement féministe. Lui est le plus jeune fils de Cyrus et Nettie McCormick, les inventeurs de la moissonneuse-batteuse. Mondains et millionnaires, Stanley et Katherine sont les mariés de l'année - qui plus est, ils semblent amoureux... Mais Stanley ne va pas bien. Bientôt, il entend des voix et n'arrive plus à contrôler ses accès de violence à l'égard des femmes. Il agresse même la sienne, qu'il aime tendrement. Le diagnostic tombe : Stanley devra être enfermé à Riven Rock, un institut spécialisé. Il ne doit plus voir de femmes. Jamais ! Dès lors, Katherine observe son mari aux jumelles, accroupie dans un massif de bégonias, et attend, telle une naturaliste étudiant les habitudes de quelque animal sauvage. Elle revient chaque année, apportant des cadeaux et des nouvelles du monde extérieur. Un jour, espère-t-elle, un des psychiatres qu'elle a engagés lui rendra Stanley, débarassé de ses démons et aspirant à l'amour... T.C. Boyle nous conte dans ce roman le destin d'un couple hors du commun, produit de l'histoire américaine - couple mythique, partagé entre l'amour, la violence, les combats du monde extérieur et la fidélité aux êtres chers. T.C. Boyle vit près de Santa Barbara dans une maison dessinée par l'architecte Frank Lloyd Wright. Il est l'auteur de trois recueils de nouvelles et de six romans dont Water Music, Au bout du monde, Aux bons soins du docteur Kellog et America qui a obtenu en 1997 le prix Médicis étranger.

  • Tom Coraghessan Boyle vit près de Santa Barbara dans une maison dessinée par l'architecte Frank Lloyd Wright. Il est l'auteur de recueils de nouvelles dont 25 histoires d'amour, et de romans dont Water Music, Au bout du monde, Aux bons soins du Docteur Kellog, Riven Rock et América qui a obtenu, en 1997, le Prix Médicis étranger. Le Livre: Omniprésente dans l'oeuvre de T.C. Boyle sous forme d'un humour noir particulièrement corrosif, la mort est au coeur de ce recueil de nouvelles. Que ce soit pour rire de ceux qui se mettent en tête de la défier, que ce soit pour sympathiser prudemment avec ceux qui voudraient jouer avec elle ou pour suivre pas à pas l'agonie de ceux qui croiraient que l'amour peut la vaincre, T.C. Boyle a une conscience aiguë de notre fragilité et n'a de cesse qu'elle n'apparaisse comme ce qu'elle est : le début et la fin de tout ce qui est humain en ce monde... En dehors des maux contre lesquels on ne peut rien, totalitarisme, croyance absurde en des vérités prétendument éternelles - l'homme est souvent l'auteur même de notre fin irrémédiable et tragique.

empty