• Depuis les négociations sur le traité constitutionnel, la question de l'identité européenne n'a cessé d'être débattue. L'Europe ? Une mosaïque, si l'on s'attache à la diversité des langues, dont les traits communs sont pourtant immédiatement reconnaissables. Un héritage culturel qui se distingue d'autant mieux qu'il est également présent très loin de ses bases territoriales, de Capetown à Buenos Aires. Un ensemble dont les frontières intérieures et extérieures sont en perpétuel mouvement. Ainsi peut-on inclure dans la maison commune les profondeurs continentales, jusqu'au coeur de la Russie et de l'Empire ottoman, ou privilégier la dimension atlantique, qui tire l'Europe vers ses enfants américains. Ces deux tendances ont fait l'Europe telle que nous la connaissons. Si la christianisation de cette région du monde demeure un élément central dans les mémoires, l'émancipation contre cet héritage, depuis les Lumières jusqu'à l'institution politique de la laïcité, n'en définit pas moins plusieurs des traits majeurs de l'Europe contemporaine.

    Ce brillant essai invite le lecteur à une promenade réflexive à travers les siècles, pour stimuler le désir de comprendre de quoi cette Europe, qui est la nôtre, est faite.

    Historien, Jean-Frédéric Schaub est directeur d'études à l'EHESS.

  • En 1580, Philippe II revendique l'héritage de la dynastie des Avis, désormais éteinte, et s'empare du trône de Portugal. Pendant soixante ans, les Habsbourg d'Espagne règnent sur un pays qui conserve néanmoins son autonomie juridique. Dans ses causes immédiates, l'avènement en 1640 de la dynastie des Bragance traduit tout d'abord un rejet de la politique menée par le favori de Philippe IV, le comte-duc d'Olivares. Le financement de la guerre de Trente Ans et de l'effort militaire hispanique avait imposé un programme de perception, pour l'ensemble de la Monarchie, qui consacrait le recours au régime de l'extraordinaire et impliquait le recul des juridictions et prérogatives portugaises au profit de l'autorité du roi et de son entourage. L'étude de différents types de textes permet de multiplier les éclairages sur la société portugaise, où la dispersion des sources d'autorité et des modalités d'exercice du pouvoir engendre un véritable kaléidoscope politique, et conduit à s'interroger sur le sens, voire la pertinence, des concepts enchaînes d'État et de Nation à propos de l'histoire politique du premier xviie siècle européen.

empty