• Ce livre est un livre merveilleux que tout le monde (croyants ou non...) devrait aborder, car il fait réfléchir et décrit de façon vivante et imagée:

    - l'âme qu'a chacun d'entre nous ;
    - comment faire de la prière un véritable outil pour se rapprocher de Dieu, et par là même avoir une vie plus comblée.
    Cet ouvrage n'est pas difficile d'accès, même s'il a été écrit au XVIe siècle par Ste Thérèse à destination des religieuses du Carmel. Très vite le lecteur "rentre dedans", chaque chapitre donnant de surprenantes révélations et des conseils d'une grande mystique, reconnue aussi comme Docteur de l'Eglise.
    Cet ouvrage est en fait écrit comme une véritable visite guidée de l'âme, un "château" que nous avons tous à l'intérieur de nous, avec pleins de pièces à découvrir. Afin d'aller de pièces en pièces, de se rapprocher de Dieu et de toucher parfois aux expériences mystiques (s'Il le souhaite !), Sainte Thérèse nous donne la clé: la prière (l'oraison). "Ne craignez pas d'imaginer (ce château) trop grand. La capacité de l'âme dépasse de beaucoup ce que nous pouvons concevoir."
    Elle partage ses expériences, les épreuves qu'on peut ressentir parfois dans l'oraison (être bloqué et ne pas arriver à prier), mais aussi les immenses grâces et bienfaits que l'on reçoit pour soi et ses proches dès que la "connexion" se fait avec Là-Haut, avec sept étapes (demeures) dans l'oraison.
    On discerne aussi l'humour de la Sainte (qui devait avoir un "sacré" tempérament), toute son humilité, sa grande foi et sa tendresse pour l'humanité. Donc, un ouvrage instructif, bon pour l'âme et à ne pas laisser moisir dans votre lecteur !

  • C'est à l'insistance de la communauté du monastère Saint-Joseph d'Avila que nous devons Le Chemin de la perfection. Désireuses de profiter de l'expérience spirituelle de leur mère Thérèse, les soeurs lui demandèrent de leur parler de l'oraison. Thérèse avait rédigé en 1565 le récit de sa vie, mais celui-ci, jugé trop personnel par son confesseur, ne fut pas divulgué. Elle entreprend donc en 1566 un nouvel ouvrage plus bref, où elle s'exprime dans un style simple et familier, comme en dialogue avec ses soeurs. Elle y dévoile le secret de la « perfection » pour le chrétien : laisser toute la place à Dieu et à son prochain.
    Sainte Thérèse d'Avila est une carmélite espagnole, (1515-1582). Profondément mystique, elle laisse des écrits sur son expérience spirituelle et devient une figure majeure de la spiritualité chrétienne. Elle a été proclamée docteur de l'Église par le pape Paul VI en 1970.
    Traduit de l'espagnol par Marcelle Auclair.

  • Anthologie établie et traduite de l'espagnol par Aline Schulman, préfacée par Julia Kristeva.Cette anthologie permettra au lecteur de découvrir les chemins qu'emprunta Thérèse d'Avila (1515-1582), femme simple aux prises avec les puissants de son siècle - le Roi, l'Église, l'Inquisition -, pour vivre une expérience mystique incomparable et, en même temps, fonder des couvents et diriger une réforme religieuse.
    Dans ses premiers écrits, imposés par ses confesseurs pour lui éviter d'avoir maille à partir avec l'Inquisition et intitulés Livre de la vie (1565), Thérèse révèle la foi qui la porte, mais aussi la violence des pressions qui s'exercent sur elle et la plongent dans l'abîme du doute. Une fois établie son orthodoxie auprès de ses supérieurs, et elle-même devenue supérieure de monastère, elle use de sa plume pour transmettre son enseignement et ses expériences spirituelles, ainsi que son travail de fondatrice : Chemin de perfection (1566-1567), Livre des Fondations (1573-1582), Le Château intérieur ou les Demeures de l'âme (1577). Dans Relations et Faveurs, écrit au long de vingt années (1560-1581) et que l'on pourrait qualifier de journal intime, on touche au plus près d'une personnalité étonnamment moderne, qui va jusqu'à questionner les fondements mêmes de la théologie chrétienne; mais Thérèse appartient à son siècle et conclura prudemment : « Moins je comprends les choses, plus je les crois. »
    Béatifiée, proclamée patronne de l'Espagne en 1617 et canonisée en 1622,  Thérèse d'Avila aura laissé des écrits qui font d'elle une figure majeure de la spiritualité chrétienne. Elle fut la première femme de tous les temps à être déclarée, en 1970, docteur de l'Église catholique.La nouvelle traduction, par Aline Schulman, de ces textes choisis tranche par sa beauté sur celles parues au fil des siècles et en restitue toute la modernité. 

  • La grande Thérèse lisait-elle la Bible ? Quels étaient ses textes préférés ? Comment l'Écriture est-elle présente dans son oeuvre mystique ? On trouve plus de 800 citations des textes sacrés dans ses écrits. Elles constituent une lectio divina qui allie r

  • Un livre qui permet de mieux comprendre le "Notre Père" et de pouvoir bien le vivre en le récitant. Il vous permet de réciter le "Notre Père" d'une manière différente chaque jour de la semaine afin de développer une relation plus intime avec Dieu le Père.

empty