• Le régime bolchevique aurait pu ne pas survivre aux événements violents qui l´ont fait naître entre 1917 et 1921. Mais cette expérience baptismale a été la matrice d´un État nouveau et improvisé, devenu la référence et la terre promise d´un mouvement communiste global dont l´existence a marqué le XXe siècle. Les régimes et les partis qui s´en sont réclamés ont eu leur trajectoire propre, mais ils ont tous subi, à des degrés divers, l´influence du modèle de parti léniniste et de l´État soviétique. À partir de 1922, l´URSS a été le centre d´un intense travail d´élaboration et de diffusion de techniques partisanes et administratives spécifiques qui ont essaimé sur la surface du globe au point de régenter un quart de l´humanité dans les années 1970.
    L´histoire critique des systèmes communistes a longtemps été la plus asymétrique qui soit : jusqu´au début des années 1990, elle a été écrite ou publiée à l´Ouest, dans le monde dit « libre », par des intellectuels occidentaux ou exilés, souvent divisés et confrontés au manque structurel de documentation. Avec l´ouverture des archives soviétiques consécutive à l´effondrement de l´URSS en 1991, l´étude des régimes et des partis communistes est entrée dans une période nouvelle caractérisée à la fois par l´éclatement extrême des historiographies nationales et l´affirmation toute récente d´un besoin d´histoire globale. Cet ouvrage se fait l´écho de ces études en proposant une histoire transnationale et comparée du communisme au XXe siècle.

  • Théorisée par Marx, l'idéologie communiste a inspiré au xxe siècle une multitude de partis et de régimes qui, à leur apogée, ont régenté un quart de l'humanité. Bureaucratie, répression et censure sont les symboles de leur domination, toujours violente sans jamais être absolue. De Lénine à Mao, Pol Pot et Castro, la même utopie se décline sous bien des latitudes.
    De l'espoir des débuts au désastre final, le communisme a éveillé des passions et des idées reçues qui ont la vie dure. Malgré son effondrement, il est encore présent dans nos mémoires et nos débats. Ce livre sans concession, nourri des travaux les plus récents, est une référence indispensable pour en comprendre à la fois les origines, la puissance et la chute.

  • La Grande Guerre est une rupture majeure dans l'histoire du socialisme français. Longtemps considérée comme secondaire, la participation socialiste au pouvoir pendant l'Union sacrée retrouve ici son originalité et sa complexité. L'histoire comparée des socialistes belges, russes ou britanniques éclaire d'une manière nouvelle l'expérience socialiste française. A partir d'archives nouvelles, les auteurs explorent les arcanes de l'action politique des grands ministres socialistes de l'époque : Marcel Sembat, Jules Guesde et surtout Albert Thomas.

empty