• La définition de la sacramentalité de l'épiscopat est parmi les apports majeurs du concile Vatican II. On peut s'étonner qu'une réalité aussi fondamentale, touchant à la structure même de l'Église, intervienne bien tard dans l'histoire. L'examen historique de la question, et notamment des impasses dans lesquelles elle a pu être engagée en Occident, montre qu'une telle définition ne peut être dégagée que dans le cadre plus large de l'ecclésiologie, qui est bien celui de la Constitution Lumen Gentium. Cette même définition permet également de fonder la réalité collégiale de l'épiscopat.De plus, la sacramentalité de l'épiscopat est définie dans un texte où l'Église elle-même tout entière est présentée comme une réalité sacramentelle. Les deux réalités sont donc appelées à s'éclairer mutuellement.La définition de la sacramentalité de l'épiscopat, et partant de la collégialité, permet ainsi une considération globale du sacrement de l'ordre comme « sacrement du ministère apostolique » selon l'expression du Catéchisme de l'Église Catholique, jouant un rôle de premier plan dans la construction du corps ecclésial. Cela est en outre éclairé par les recherches exégétiques des cinquante dernières années, notamment les travaux d'A. Feuillet, mettant en valeur la simultanéité de l'institution de l'Église et du ministère apostolique.Le P. Roland Varin est prêtre de la Société Jean-Marie Vianney. Il est formateur au séminaire d'Ars et enseigne notamment l'ecclésiologie. Il prépare actuellement un doctorat sur la sacramentalité de l'Église, à l'ISTA (Institut Saint Thomas d'Aquin), affilié à l'Institut Catholique de Toulouse (ICT).

empty