• De même que l'organisation des cellules aboutit à des ensembles de plus en plus compliqués qui exigent une hiérarchisation et une spécialisation de plus en plus grandes, le groupe social évolue du plus simple au plus complexe. Ainsi une conscience de groupe tend à se substituer de plus en plus à la conscience individuelle. D'où conflit entre la collectivité et l'individu et menace d'une rupture d'équilibre. Le sort de l'humanité est-il fatalement lié aux réactions de la « supraconscience » de cette « biosphère » dont parle Teilhard de Chardin ? Et, dans ce cas, comment éviter que l'humanité connaisse le sort du bouillon de culture qui, enfermé dans un ballon, n'arrive pas à en briser les parois ? Mais, puisqu'il est impossible de souhaiter l'éclatement du ballon, comment entretenir la fermentation qui seule peut s'opposer à la sclérose de la supraconscience ? En nous forçant à nous poser ces questions, Roger Wybot nous invite à trouver une solution, s'il en existe une.

  • Faut-il être atteint de démence ou de perversité pour prendre le parti d'un scélérat et sacrifier, par la même occasion, le Juste, représenté devant la tradition, par Barabbas et Jésus ? Eh bien, non. Ce choix n'est point aussi absurde et criminel qu'il paraît aujourd'hui ! Il devient logique si l'on considère que les Juifs ont sauvé un résistant et précipité dans la mort celui qu'ils prenaient pour un collaborateur de l'occupant romain...

empty