• D'abord paru chez VLB en 1994, «L'Avant-printemps à Montréal» est ici repris par l'auteur pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.
    «Sertie dans une forme souple, la poésie de Melançon nous rend ces «choses d'un jour», les instants qui nous échappent. La précarité, la fragilité de l'instant que le poème enlumine dans son mouvement est restituée. Le «style bas» qu'il pratique, cette magnifique «prose rimée ou rime en prose» des poèmes et des épîtres que Robert Melançon adresse à des amis (George Johnston, Jacques Brault) est une construction, un «artifice» qui prend la mesure de l'instant à l'aune du temps qui passe, qui le saisit sans l'arrêter, le coule dans le mouvement même qui l'emporte.»
    FORTIER, Anne-Marie. «Le séjour et l'heure», in Liberté, 1995.

  • «La poésie n'a plus d'existence publique », constate d'entrée de jeu l'auteur de cette vingtaine d'essais pourtant tous consacrés à la poésie. Mais celle-ci garde certainement ce qu'on pourrait appeler une existence « privée », c'est-à-dire le pouvoir de nourrir toute la vie et toute la pensée de quiconque en a fait sa demeure.

    Poète lui-même, Robert Melançon est aussi, et peut-être même avant tout, un infatigable lecteur de poésie, qui trouve son bien partout où naît, à travers des mots, des images et des rythmes inattendus, cet ébranlement du monde et de l'existence, les faisant comme apparaître pour la première fois sous nos yeux. C'est dire que la poésie, pour un tel lecteur - un lecteur qui en a vraiment besoin - ne saurait avoir de frontières ou de définition précise, et qu'il n'existe rien de tel que la poésie « pure » : « J'affirmerais, écrit Melançon, qu'il n'y a de poésie qu'impure, c'est-à-dire qui ne cherche pas à se séparer des autres usages de la langue, qui se fait, tour à tour ou tout à la fois, description, récit, exposé, plaidoyer. Un poème montre, raconte, explique, argumente ou parle simplement sans autre objet comme dans une conversation amicale. » En un mot, il s'adresse toujours à nous.

    Que les essais ici rassemblés portent sur Saint-Denys Garneau, Jacques Brault, Paul-Marie Lapointe, Michel Beaulieu, Pierre Nepveu, ou sur des poètes ayant vécu en d'autres lieux ou d'autres temps (Giacomo Leopardi, Étienne Jodelle, Jacques Réda, Robert Marteau), tous expriment une admiration (teintée ici et là de polémique) et relatent une expérience personnelle, un apprentissage : l'apprentissage d'un art, certes, mais aussi d'une manière plus juste et plus humaine de regarder le monde et de « vivre sur terre », même provisoirement.

  • Dans un monde où tout est marchandise, la poésie n'a aucune valeur marchande. On ne peut que prendre acte de son absence dans une société qui bruit de tant de rumeurs. Pourtant, la poésie persiste, comme « une transaction secrète », selon le mot de Virginia Woolf. Aussi ne lira-on pas ici un plaidoyer dont on ne voit pas quelle pourrait être la raison d'être, ni un manifeste qui ne ferait qu'ajouter à la cacophonie ambiante, ni un art poétique - toujours vain, encore moins un traité savant. Tout au plus les réponses - partielles, partiales, subjectives, incertaines, passionnées - d'un lecteur de poèmes à six questions relatives à la pratique d'un art qui refuse paradoxalement de disparaître.

  • Ce numéro marque le centième anniversaire de naissance du poète, né le 13 juin 1912, et propose des relectures qui éclairent des zones peu explorées jusqu'ici de l'oeuvre de Garneau ou abordent celle-ci en dialogue avec d'autres oeuvres, d'ici comme d'ailleurs, d'hier à aujourd'hui. Ces différents types d'« accompagnements », pour reprendre un terme bien garnélien, ouvrent l'oeuvre à des résonances nouvelles et la situent dans le contexte transnational de la littérature et de l'art[1].

empty