• BnF collection ebooks - "En 1854, le petit village de Bannalec, à quelques lieues de Quimper, n'était pas encore relié aux villes voisines par le chemin de fer d'Orléans. Perdu au fond de la Basse-Bretagne et conservant avec un pieu amour du passé ses traditions et ses usages, c'était bien l'endroit le plus calme et le plus tranquille qu'il fût possible de rencontrer. On y portait alors dans toute sa pureté ce pittoresque costume breton qui disparaît chaque jour."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Il y avait trois mois à peine que M. Raymond Deblain, grand fabricant de tissus à Vermel, était parti pour l'Amérique du Nord, dans le but de régler certaines affaires en litige depuis plusieurs années, et aussi pour étendre ses relations commerciales de l'autre côté de l'Océan, lorsque le bruit se répandit soudain dans sa ville natale qu'il s'était marié à Philadelphie.
    Personne ne voulut tout d'abord ajouter foi à cette nouvelle, tant elle était inattendue et paraissait inadmissible, étant donné ce qu'on savait des idées et des habitudes de celui dont il s'agissait.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Il était quatre heures du matin, lorsque la porte du Cercle impérial, à l'angle de la rue Boissy d'Anglas et de l'avenue Gabriel, livra passage à deux membres de ce club, qui, après avoir hésité un instant, refusèrent d'un geste de mauvaise humeur la voiture qu'un valet de pied avait fait avancer, et se dirigèrent tout droit vers la Seine.La nuit était triste, sombre, sans lune, sans étoiles, et le froid très vif. Un vrai temps de novembre, humide et glacial.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'auteur présente à ses lecteurs sir John Canon, le commandant du Fire-Fly. Je dois d'abord vous dire, chers lecteurs, dans quelles circonstances, vers la fin de l'année 185., je fis la connaissance de sir John Canon, le commandant du Fire-Fly. J'étais depuis plusieurs mois à Saint-Denis, la capitale de l'île Bourbon, me reposant d'un pénible voyage à Madagascar, dont j'ai raconté les péripéties dans un autre ouvrage, lorsque le ciel m'envoya cette bonne fortune, bien à temps, du reste, car.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Collection XIX - "Il y avait trois mois à peine que M. Raymond Deblain, grand fabricant de tissus à Vermel, était parti pour l'Amérique du Nord, dans le but de régler certaines affaires en litige depuis plusieurs années, et aussi pour étendre ses relations commerciales de l'autre côté de l'Océan, lorsque le bruit se répandit soudain dans sa ville natale qu'il s'était marié à Philadelphie. Personne ne voulut tout d'abord ajouter foi à cette nouvelle, tant elle était inattendue et paraissait inadmissible, étant donné ce qu'on savait des idées et des habitudes de celui dont il s'agissait."
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Il y avait trois mois à peine que M. Raymond Deblain, grand fabricant de tissus à Vermel, était parti pour l'Amérique du Nord, dans le but de régler certaines affaires en litige depuis plusieurs années, et aussi pour étendre ses relations commerciales de l'autre côté de l'Océan, lorsque le bruit se répandit soudain dans sa ville natale qu'il s'était marié à Philadelphie.
    Personne ne voulut tout d'abord ajouter foi à cette nouvelle, tant elle était inattendue et paraissait inadmissible, étant donné ce qu'on savait des idées et des habitudes de celui dont il s'agissait. »
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • New York, au XIXe siècle. Ada Ricard, une assez jolie femme aux moeurs quelque peu légères et au passé mystérieux, est enlevée au cours d'un bal costumé sous les yeux de son amant, le riche fabricant de biscuits : Willie Saunders. Celui-ci utilise les services d'une agence de renseignements pour retrouver sa trace après avoir été éconduit par la police, en vain. La police finit cependant par s'intéresser à l'affaire lorsqu'un cadavre que de nombreux témoins identifient comme Ada Ricard est retrouvé dans le port de Brooklyn. Seuls la femme de chambre et James Gobson, le premier mari, réapparu fort opportunément, refusent de reconnaître la jeune femme enlevée. Le chef de la police inculpe Gobson...

  • Au cours d'un voyage d'affaires en Amérique, Raymond Deblain, célibataire invétéré, épouse la belle Rhéa, fille d'un riche industriel de Philadelphie. À son retour en France, il la présente à son ami et voisin, le docteur Plemen, un éminent médecin. Peu de temps après, sa soeur Jenny, mariée à son tour, vient les rejoindre. Mais alors que tous coulent des jours heureux, voilà que Raymond est trouvé mort dans son lit. Le docteur Plemen, après un examen du corps, conclut à un assassinat...

  • « Tout à coup elle entendit pousser dans le jardin un grand cri qui la fit tressaillir ; puis cent autres cris se succédèrent et elle se souleva épouvantée, prêtant l'oreille à ces éclats sinistres, au milieu desquels il lui semblait qu'on prononçait son nom avec des accents de fureur... »

  • Le cadavre d'un inconnu est retrouvé au matin dans un petit immeuble de la rue Marlot, dans le quartier du Marais. Qui est cet inconnu ? Comment a-t-il pu pénétrer dans l'immeuble ? Et surtout, pourquoi et comment a-t-il été assassiné ?

empty