Fayard

  • Après la terrible sortie de l'Egypte pharaonique, le peuple des Bnei Israël s'engage dans le pays de la soif, dans le désert, pour y recevoir la Loi qui légitimait leur libération et les incitait à bâtir une société d'où seraient absents la domination et l'exploitation de l'homme. Ce trajet devait durer trois jours. Il dura plus de quarante années. Telle fut l'éprouvante durée de la Traversée du Désert qui conduisit les anciens esclaves à sortir de l'Egypte mentale après leur libération de l'Egypte des maîtres de corvée et du clergé idolâtre. C'est leur trajet qui est reconstitué ici. Une traversée du désert qui ne fut pas seulement celle d'une fournaise propice au désespoir, mais aussi celle du langage humain dans son apprentissage des demandes confiantes et de la responsabilité sans laquelle la liberté apparaît comme une dangereuse incitation à l'errance.
    Il en ressort une vision plus véridique de la formation du peuple juif, " peuple élu " qui suscite toujours croyances messianiques et fantasmes destructeurs. Ce récit éclaire en fait l'enjeu de la naissance politique de toute collectivité humaine qui, une fois acquise son indépendance, se voit confrontée au risque de mimétisme avec les anciens dominants et doit justifier sa libération par son exemplarité, sous peine de discréditer l'idée d'indépendance elle-même. Ainsi cet ouvrage tend-il à inscrire encore plus profondément l'exigence éthique dans l'espace du politique, tout en ouvrant ses indispensables perspectives à une science politique de la patience et de l'endurance, sans laquelle le devenir historique resterait un vain mot.

    Raphaël Draï est professeur agrégé de sciences politiques à l'Université d'Amiens. Ces ouvrages et études portent sur la communication politique et administrative, sur l'éthique et la guerre. Il est apparu aussi, avec La Sortie d'Egypte, comme l'un des analystes les plus écoutés du récit biblique.

  • Plus de deux milliards d´êtres humains - les fidèles des trois religions du Livre, chrétiens, juifs, musulmans - vénèrent Abraham et le considèrent comme le Père des croyants. Mais que savons-nous de lui ? L´Ecriture contient une quantité d´informations infiniment plus précises et parlantes que ce que nous savons à propos de maints personnages clefs de l´Antiquité. A condition de savoir y pénétrer. Raphaël Draï nous conduit dans cette exploration passionnante non seulement par sa connaissance approfondie du récit biblique, découvert à sa source, mais aussi dans la confrontation de ces informations avec les données les plus avérées de l´archéologie et de la science historique. Certes, chacun est libre de voir en Abraham, personnage de chair et de sang, de foi et de passion, un homme inspiré ou le leader d´une des plus grandes aventures humaines dans sa confrontation avec le divin, mais comment douter qu´il joue dans l´histoire de l´humanité un rôle capital tant il a connu d´épreuves cruciales pour la survie de celle-ci ? Comprendre sa mise en chemin, suivre ses faits et gestes, partager ses dilemmes et ses épreuves, élucider le sens de ses décisions, mieux connaître sa personnalité, son entourage, la vie et les conflits de son temps, qui orientent encore et toujours le nôtre, c´est acquérir une clef capitale pour les débats de la conscience contemporaine, c´est aller au fondement d´une extraordinaire aventure spirituelle. Raphaël Draï est professeur à la faculté de droit et de science politique d´Aix-Marseille. Spécialiste de recherche interdisciplinaire en droit, science politique, psychanalyse et théologie, il est l´un des meilleurs connaisseurs actuels de l´univers biblique. Auteur d´une oeuvre en constant mouvement comportant à présent plus de vingt-cinq ouvrages (dont, chez Fayard, La Sortie d´Egypte ou l´Invention de la liberté et d´une somme en trois volumes sur La Communication prophétique), il est profondément engagé dans le dialogue des religions et des cultures.

  • Si notre fin de siècle est marquée par le "retour" du religieux, de nouvelles guerres de religion vont-elles prendre le relais des confrontations entre idéologies politiques antagonistes ? Les "prophètes" vont-ils prendre la place et la parole laissées vacantes par les gouvernants ? Les philosophes et les politologues sont-ils appelés à une rapide reconversion à la théologie ?
    Mais comment s'autorise-t-on du titre de prophète en s'autorisant à parler au nom de Dieu ? Et d'ailleurs Dieu n'est-il pas mort ? Pourquoi en ressusciter le fantôme guerrier ? Raphaël Draï confronte ces interrogations aux sources où elles sont apparues : les écrits de la tradition juive exposés à l'examen des sciences sociales modernes.
    Le nabi hébreu ne se veut pas prédicteur de l'avenir qu'il compromet par sa prédiction même. Moins que prédire, il doit dire de près la parole de ce Dieu qui cache sa face lorsqu'elle découvre une société où son Alliance est bafouée parce qu'y sévissent l'injustice et la domination de l'homme sur l'homme. Mais le Dieu caché, le Dieu d'opposition, n'est pas mort et se retrouve dans l'intérieur de sa parole transcrite. Conduire à ce lieu est l'un des buts de ce livre. La communication prophétique engage alors à une plus nette compréhension de ce qu'est le comportement d'opposition prophétique aux pouvoirs sans scrupules. Et la responsabilité de l'opposant : après avoir déraciné et aboli le savoir, comme le nabi Jérémie, planter et bâtir. Car Dieu n'est pas visible où le peuple est absent.

    Raphaël Draï est professeur agrégé de science politique. Fruits d'une recherche interdisciplinaire, ses livres portent sur la communication politique et administrative, l'éthique et la guerre. Depuis La Sortie d'Égypte, OEil pour oeiletLa Traversée du Désert, il a entrepris de remettre en communication l'espace du politique et l'espace de la mentalité biblique.

  • Le prophète hébreu, le nabi est un être humain à qui Dieu parle sans le rendre fou, à condition d'être psychiquement apte à l'accueil de cette incommensurable Parole destinée aux sociétés oublieuses du droit et de la justice économique.
    Quelles sont alors les conditions mentales de la réception puis de la compréhension de la Parole divine en vue de sa claire et droite transmission ?
    Si Dieu met Sa Face en contradiction avec une humanité inique, si sa Présence affole les cauchemars des despotes pharaoniques et babyloniens, elles transverbèrent les nuits de ceux qui acceptent son Alliance.
    Dans ce deuxième volume de sa grande trilogie sur la communication prophétique, Raphaël Draï analyse les rêves et les visions bibliques qui ont déployé, d'Abraham à Ézéchiel et de Pharaon à Nabuchodonosor, l'imaginaire de l'humanité vers le monde d'en haut et vers le monde d'en bas. La reconstitution du milieu conducteur de l'esprit prophétique dans la conscience humaine est tentée à partir des trois grandes facultés de la pensée kabbalique : sagesse, intelligence, connaissance. Ce qui conduit au problème de l'inconscient et oblige à reposer dans sa profondeur historique la question : en quoi la psychanalyse est-elle une affaire juive ? Tout au long de cette recherche, se discerne ainsi, de Moïse à Paul de Tarse, à Freud et à Hitler, la question vitale de la Loi. Se poursuit également le travail de remise à l'endroit du Signifiant divin au regard des sciences humaines et sociales. Sans quoi les sociétés occidentales, inversions de ce Signifiant, seront perpétuellement exposées à la tentation des délires théocratiques et des génocides. Pourquoi le XXIe siècle serait-il monstrueux ? La conscience des prophètes en appelle à notre désir de vivre.

    Raphaël Draï est professeur agrégé de science politique et doyen de la faculté de droit et des sciences politiques et sociales d'Amiens. Fruits d'une recherche interdisciplinaire, ses livres portent sur la communication politique et administrative, l'éthique et la guerre. Depuis La Sortie d'Égypte, Le mythe de la loi du talion et La Traversée du Désert, il a entrepris de remettre en communication l'espace du politique et l'espace de la mentalité biblique. Le premier volume de La Communication prophétique, paru en 1990, a pour titre Le Dieu caché et sa révélation (Fayard).

  • Si notre fin de siècle est marquée à la fois par le retour du religieux et par la mondialisation de l'économie, ces deux mouvements planétaires ne doivent pas coaliser ce qu'ils peuvent avoir de pire : le fanatisme exterminateur et la dégradation généralisée de l'Humain. Quelles valeurs et quelles conduites pourraient assurer la conjonction de l'économie du vivant et d'une théologie politique de la paix ?

    Le pape invite l'Eglise à célébrer le jubilé du prochain millénaire en référence aux libérations chabbatiques de tradition biblique, et l'Etat d'Israël, créé en 1948, qui passe lui aussi la ligne de son propre jubilé, se trouve confronté de nouveau à la parole des prophètes de la Thora, mais également à celle du Coran. Quelles configurations économiques feraient en ces occasions se rejoindre dans les faits l'exigence contemporaine du respect des droits de l'homme et l'affirmation selon laquelle l'Humain est créé à la semblance divine, c'est-à-dire un être de pensée appliqué à une oeuvre que nient l'angoisse du chômage et la peur de perdre, avec son emploi, son identité ? Comment, à propos de l'économie chabbatique, les traits distinctifs de l'Humain travaillant six jours puis appliquant librement sa pensée à son oeuvre le septième peuvent-ils dès lors apparaître ? Qu'est-ce que l'année chabbatique durant laquelle, tous les sept ans, la terre elle-même doit se reposer des forçages de l'Humain qui en oublie l'origine et la finalité, qui n'entend plus sa respiration ? Qu'est-ce que le jubilé, qui convie toute société, selon un cycle de quarante-neuf années, à se départir des comportements d'emprise, des institutions de rapt, de la possession prédatrice qui disloque les corps et les âmes ? Utopie recommencée ou espérance vive ?

    Raphaël Draï est professeur agrégé de science politique. Il a entrepris de rapprocher la science politique - reliée à la psychanalyse - de l'univers biblique reconnu en ses sources originelles et dans sa pressante actualité. Il a publié aux éditions Fayard La Sortie d'Egypte, L'Invention de la libertépuisLa Traversée du désert, L'Invention de la responsabilitéainsi que les deux premiers volumes deLa Communication prophétique.

  • Il y a près de trente-cinq siècles, les Bnei Israël, sous la conduite de Moïse, sortaient d'Egypte.

    On s'accorde, depuis lors, à faire de cette sortie un des événements fondateurs de l'histoire de l'humanité. Mais a-t-on jamais, au-delà des interprétations avancées (apparition d'un peuple dans l'histoire, invention du monothéisme, etc.), véritablement perçu la dimension essentielle de l'événement :
    L'invention de la liberté ?

    Contraignant Pharaon à leur ouvrir les portes pour qu'ils quittent l'Égypte, les Juifs, par ce mouvement sans précédent, rejettent pour la première fois l'ordre esclavagiste qui semblait pourtant inscrit dans la nature des choses ;
    Ils proclament la primauté de l'État de droit sur l'arbitraire idolatrique ;
    Ils récusent, en offrant une alternative politique et religieuse, la cosmocratie pharaonique dans son principe et ses mythologies extrémistes ; ils dénoncent la folie de l'exercice absolu du pouvoir qui peut se porter jusqu'au génocide.

    A partir d'une lecture serrée de textes originaux où se trouve la mémoire de la sortie d'Égypte, Raphaël Draï restitue à la lettre et à l'esprit du récit leur part de vérité ; il nous dévoile dans cet événement historique les linéaments de réflexions qui n'ont cessé jusqu'à aujourd'hui de tenir l'humanité en éveil : pourquoi un pouvoir absolu fait-il sienne la logique du pire ? Comment des théologies finissent-elles par se prévaloir d'exigences doctrinales autres que celle, première, de la liberté ? Pourquoi le nom de Dieu devrait-il être "Je suis ce que je suis" et non pas "Je serai ce que je serai", Dieu du passage, de l'exode, de l'ouverture, du devenir ? Comment est-il possible que soit refusé aux hommes le droit de sortie - sortie hors des territoires carcéraux, hors des idéologies closes, hors des langues confinées et contrôlées pour qu'entre les hommes existe la parole libre ?


    Raphaël Draï est professeur agrégé de Sciences politiques à l'université d'Amiens. Il enseigne également au département de philosophie de l'université Bar Ilan (Israël).

empty