• La critique empiriste des prétentions universelles de la pensée humaine est-elle réellement fondée ? On sait que c'est le problème de Kant. Mais Quentin Meillassoux montre avec une force étonnante qu'une autre compréhension de cette critique, restée en quelque sorte dissimulée, bien que plus "naturelle", aboutit à un partage des ambitions de la pensée très différent de celui proposé par Kant. Il établit en effet qu'une seule chose est absolument nécessaire : que les lois de la nature soient contingentes.
    Ce noeud entièrement nouveau entre les modalités contraires installe la pensée dans un tout autre rapport à l'expérience du monde, un rapport qui défait simultanément les prétentions "nécessitantes" de la métaphysique classique, et le partage "critique" entre l'empirique et le transcendantal.
    Cette remarquable "critique de la Critique" est ici introduite sans fioritures, coupant vers l'essentiel dans un style particulièrement clair et démonstratif. Elle autorise à nouveau que le destin de la pensée soit l'Absolu, et non la "finitude" dans laquelle nous nous complaisons en laissant la morale, ou le "retour du religieux", servir de fictif supplément d'âme.
    Quentin Meillassoux est né à Paris, en 1967. Il enseigne la philosophie à l'École normale supérieure (Ulm), et a également publié Le Nombre et la Sirène. Un déchiffrage du Coup de dés de Mallarmé (Fayard, 2011).

  • Un coup de dés jamais n'abolira le hasard est composé par Mallarmé, dans sa version finale, en 1898, l'année même de sa mort. Le poème constitue l'une des ruptures littéraires les plus radicales de la modernité : lignes éclatées sur tout l'espace de la double page, jeu sur la taille des caractères empruntant au procédé des affiches, multiplication des incises qui déroutent la lecture. Mais son énigme la plus profonde tient peut-être à son contenu : une intrigue, à peine suggérée, dont le sens, l'étrangeté continuent aujourd'hui d'échapper à une pleine élucidation. L'hypothèse de Quentin Meillassoux consiste à affirmer que Mallarmé a caché dans son poème un mètre secret, un Nombre unique, qui devait permettre de réinventer une poésie à la fois moderne et toujours liée à l'antique règle du décompte. Une investigation est alors menée, qui tient à la fois de l'étude littéraire, de la chasse au trésor et de l'enquête policière à la Edgar Poe. On y découvre progressivement que le Nombre n'est autre que la somme des mots du poème et que cette idée - apparemment fantaisiste - devait pourtant être à la source, pour Mallarmé, d'un geste poétique révolutionnaire et d'une rigueur sans pareille.

empty