Collection XIX

  • Le lieutenant de vaisseau Frédéric Plémon venait de prendre le quart, de quatre heures du matin. Accoudé à la lisse de garde-corps, sur la passerelle, il regardait se lever le soleil.Il était resplendissant, ce lever. L'aube avait à peine blanchi l'horizon, qu'à la limite indécise une tache jaune avait paru. Une ligne neigeuse, de laquelle s'élevaient des fumées de brouillard, courait maintenant à la base du ciel très pâle. La mer, unie et lisse, dormait ; l'eau était toute blanche.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La plaine immense s'étendait, bordée au nord, au sud et à l'ouest par un rideau de verdure. Nulle route n'y pouvait guider les pas des voyageurs, car on ne pouvait donner le nom de route à l'espèce de sentier tracé à travers la prairie par les pieds des hommes et les sabots des chevaux. Au-dessus des têtes, le ciel d'un bleu intense gardait le rayonnement des derniers beaux jours de l'été. Sur la parure encore intacte des arbres de l'année vieillissante mettait des taches d'ocre et de safran.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Sauveteur

    Pierre Mael

    Le patron du canot de la Société centrale de sauvetage des naufragés du port d'Etel, Esprit Le Meur, achevait sa toilette des grandes occasions.Etel est un village, - on n'ose dire une petite ville, - situé sur le cours d'eau qui porte son nom et qui se jette dans l'Atlantique, sur la côte du Morbihan, au nord de Quiberon, au sud de Lorient.Esprit Le Meur était un homme de quarante-huit à cinquante ans, de taille moyenne, d'une carrure décelant une prodigieuse vigueur.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Fille de rois

    Pierre Mael

    Un matin du mois de janvier 1641, un lourd attelage suivait la route fort mal entretenue qui menait de Quimperlé à Rennes. Deux forts chevaux, auxquels, de temps en temps, on en adjoignait un troisième en flèche, tiraient une berline aux vastes dimensions. C'étaient de robustes bêtes de trait, de celles qu'on élevait déjà dans les pâturages du nord et du sud de la Bretagne.La voiture méritait une attention particulière. Elle n'avait rien de commun avec les véhicules élégants et légers de notre temps et, néanmoins, elle réalisait tout le confortable qu'on pouvait désirer à cette époque.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Mademoiselle Pompon

    Pierre Mael

    La grande campagne silencieuse qui s'étend mélancoliquement des bords de la Manche aux montagnes Noires et aux monts d'Arrée est peuplée de châteaux en ruines, de manoirs assez bien conservés, de fermes vastes d'aspect indigent. Elle résume, sous ses figures les plus diverses, la Bretagne terrienne et la Bretagne maritime. Sa population, composée de Léonais, de Trécorrois, de Donmonéens et de Cornouaillais, enfante aussi bien des pêcheurs que des paysans.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Au pays du mystère

    Pierre Mael

    C'étaient deux beaux enfants, l'un brun et nerveux, grand et fort pour ses dix ans, l'autre blonde, fluette et menue, flexible et grêle. Ils jouaient de tout leur coeur, avec une exubérance de vie ardente, dans le beau parc verdoyant qui entourait la superbe villa.L'air pur et sain des hautes vallées avait préservé leurs premières années de cette espèce de dépérissement, de flétrissure qu'inflige presque toujours le climat des pays chauds aux fils des blancs établis dans les colonies.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty