Langue française

  • Le futur est dans l'enfance. Pas seulement parce que le futur appartient aux enfants, mais surtout parce que l'enfance est le seul état dans lequel l'humain fait profondément alliance avec l'univers qui l'entoure. Or, en ces temps difficiles que nous traversons, notre principale possibilité d'un futur émancipé réside précisément dans cette alliance avec l'univers que portent en eux les enfants. Si la pédagogie est le soubassement essentiel à toute entreprise d'émancipation de l'enfant, elle doit l'accompagner dans sa création de liens avec tout ce qui vit autour de lui. Autrement dit, la pédagogie doit cultiver des liens qui libèrent. Ce n'est pas seulement une question de formation des nouvelles générations, c'est toute notre culture et notre futur qui sont en jeu.

  • Questions/Réponses, la première collection de documentaires interactifs !
    60 questions pour tout savoir sur l'aéroport !
    Où vont les valises à l'enregistrement ? Par où les passagers embarquent-ils ? A quoi sert la tour de contrôle ? Quelle est la longueur des pistes ? Quel est le plus petit aéroport du monde ?

  • La politique ne se limite pas au bulletin de vote ! Un livre pour comprendre, critiquer et agir...0300Selon Nicolas Sarkozy, "La France est devenue le pays qui travaille le moins en Europe". Pourtant, les statistiques officielles de l'OCDE montrent que les Français sont parmi ceux qui travaillent le plus en Europe et que leur productivité est l'une des meilleures du monde...

  • Au-delà d'une dénonciation de ce que sont les prisons en France, ce titre s'intéresse aux prisonniers eux-mêmes. Non pas pour savoir ce qui les a menés en prison, mais pour montrer ce qu'est la vie derrière les barreaux, très concrètement.0300Pour certains jeunes, aujourd´hui, la prison est perçue comme un « rite de passage ». Un séjour en prison serait une condition pour devenir « quelqu´un ». Les témoignages et le dossier permettront une véritable réflexion visant à démonter cette idée.En effet, la prison, enjeu majeur pour notre société, sera ici envisagée sous un angle inconnu des jeunes et souvent aussi des adultes : les prisonniers. Ils s´adresseront aux lecteurs, et évoqueront plus leur vie intérieure, leur « mental », que les aspects mieux connus comme la promiscuité ou la mauvaise nourriture.Le témoignage de M. Binetruy, qui a consacré une bonne partie de savie active à l´aide aux personnes sorties de prison, complétera lepoint de vue des prisonniers. Son centre d´hébergement, installé dansla région de Besançon, a accueilli de nombreux prisonniers libérés, etleur a permis, dans les années 1950-1960, de retrouver rapidement unevie « normale ». Par la suite, avec la montée du chômage, la «réinsertion » est devenue problématique : les questions qu´il pose sontessentielles. Son expérience est donc à la fois longue, unique, etréellement ancrée dans le concret.Ces témoignages serontprolongés par un dossier sur la situation des prisons en France (etdans le monde, mais le but est surtout de parler de notre pays car ilest parfois trop facile de critiquer nos voisins...). Un dossier qui nouspermettra également de partager les questionnements de l´auteur, qui alongtemps visité deux prisonnières et un prisonnier qui avaient été sesproches avant leur incarcération, et qui travaille actuellement dansdes quartiers difficiles où certains jeunes lui font part de leurabsence d´espoir et de perspectives pour leur vie future. Cettesituation intolérable peut déboucher sur le vol, la violence,l´illégalité, et à terme la prison. C´est cette situation que ce volumese propose de dénoncer et de combattre.

  • Publié à l'occasion des 40 ans de Mai 68, un livre stimulant et nécessaire ! Cinq témoins d'exception : Jean-Pierre Duteuil, Hélène Lee, François Rauline, Claude Neuschwander et Raoul Vaneigem. Une analyse de fond, accessible cependant à tout lecteur, loin de toute superficialité.0300"Soyons réalistes, demandons l'impossible !" fut l'un des slogans les plus marquants de 1968. Il résume à lui seul un programme politique qu'on qualifierait de "révolutionnaire" ou d' "utopique", et qui symbolise encore aujourd'hui le mouvement étudiant et ouvrier de mai et juin 1968. Qu'en est-il de cette exigence d'impossible, d'utopie, que ces "événements de mai" avaient remise à l'ordre du jour ?
    Ces points de vue très différents sur les événements de mai 68 nous offrent une véritable réflexion sur l'utopie politique.

  • La politique ne se limite pas au bulletin de vote ! Un livre pour comprendre, critiquer et agir...0300 L'insécurité, qui ne peut être mesurée que de façon subjective, car elle n'est qu'une impression, est beaucoup plus diffuse ; surtout, elle concerne chacun d'entre nous. En mettant en oeuvre une "politique des quartiers" visant à faire diminuer la délinquance, Nicolas Sarcozy propose une réponse inadéquate à un problème d'une très grande complexité. Car la lutte contre la montée, réelle ou supposée, du sentiment d'insécurité implique en réalité bien d'autres acteurs que les délinquants, les policiers et les juges.
    "Au crible !" permet de prendre du recul par rapport à des changements politiques dont il n'est pas toujours facile de comprendre les enjeux réels.
    En refusant la polémique stérile, l'auteur donne des outils de réflexion pour débattre avec ses proches.

  • L'Amérique latine est le continent le plus violent selon les statistiques internationales. La violence lui coûterait même 2 à 3 % de son produit intérieur brut. Et le Honduras est, avec la Colombie, l'un des pays les plus violents de ce continent. Ainsi, les bandes d'enfants des rues pratiquant le vol et d'autres activités illégales pour survivre, appelées les maras, représentent un des problèmes majeurs de ce pays très pauvre. Dans les années passées, une mara a même enlevé le fils du président du Honduras. Pour « résoudre » ce problème, certains n'ont pas hésité à mettre le feu à une prison dans laquelle étaient incarcérés 250 membres des maras, qui ont tous péri dans cet incendie criminel.

    Grâce aux témoignages d'enfants des rues accueillis par une institution, l'École magique, ce titre met en perspective les difficultés économiques générales d'un pays, le problème de l'abandon des enfants par les parents, de la concentration dans les bidonvilles, et de la violence comme voie de survie. L'exemple de l'École magique, dans un tel contexte, montre aussi qu'il y a des alternatives à la violence, même dans les cas qui semblent les plus désespérés.

    Des témoignages et un dossier complet pour comprendre la violence qui touche et dont sont acteurs les enfants en Amérique latine.

  • Un livre qui permet au jeune public de notre époque de trouver, à travers les extrait de discours présentés, des éléments de réponse à des questions très actuelles ; sur le Che et sa vie, sa personnalité, et aussi sur l'être humain en général.0300Sans jamais porter de jugement, le but de ce livre est d'expliquer la pensée politique de Guevara. Le Che est un personnage d'exception qui a vécu intensément. Sa pensée politique est elle aussi d'une richesse peu commune. Par les extraits de discours proposés, dont certains sont traduits pour la première fois en français, et par leur mise en perspective, l'auteur montre que nombre d'aspects de Che Guevara restent peu ou mal connus. L'image du révolutionnaire se nuance. Elle est aussi plus politique que spectaculaire.Depuis son premier voyage en Amérique latine et dans l'île, en 1980, l'auteur, Philippe Godard, s'intéresse de très près à Cuba. Il a lu une très grande partie des textes et discours de Guevara, dont l'immense majorité reste non traduite, et a discuté de son histoire quasi légendaire avec de nombreux activistes latino-américains. Son travail pour ce livre est guidé par sa volonté de sortir de schémas trop tranchés, qui ne rendent pas compte de la foisonnante réalité du Che, de sa vie et de son oeuvre politique.

  • Une manière vivante et inédite de découvrir la pensée de Malcolm X, personnage emblématique de la lutte contre la ségrégation.0300La première partie de ce livre retrace l´histoire des Afro-Américains aux États-Unis, puis la vie de Malcolm X, notamment ses derniers mois, à partir de sa rupture avec la Nation de l´Islam. Suit un discours de Malcolm X, adressé aux étudiants de l´université McComb, dans le Mississippi, daté du 1er janvier 1965. Ce discours, traduit ici pour la première fois en français dans son intégralité, expose les principaux thèmes de sa pensée politique.L´oeuvre de Malcolm X ne s´arrête pas avec son assassinat, et une autre partie de l´ouvrage présente sa postérité, y compris le programme du Black Panthers Party. Quelques chiffres retracent à grands traits la situation des Afro-Américains dans les États-Unis d´aujourd´hui.Le message de Malcolm X est d´une brûlante actualité. Sa célèbre devise, « Par tous les moyens nécessaires », n´est pas une exhortation à se livrer à n´importe quel type de violence, à foncer tête baissée sans se remettre en question, sans se lancer, finalement, dans le combat politique. Le premier « moyen nécessaire » à toute libération est de réfléchir profondément à ce qui doit être mis en oeuvre pour vaincre l´oppression. C´est ce qu´a fait Malcolm X, en reconnaissant ses erreurs de jeunesse et en se livrant à une autocritique approfondie de son rôle comme porte-parole de la Nation de l´Islam. Ainsi, après avoir demandé un État séparé pour les Noirs, il a fini par prôner l´abandon définitif de la ségrégation entre Noirs et Blancs. Il a réalisé que son objectif : obtenir que le monde respecte en tant qu´êtres humains le peuple noir, ne pouvait se réaliser qu´en édifiant une société autre, fondée sur la fraternité entre tous les êtres humains.

  • L'écart de niveau de vie est béant entre quelques milliers d'ultrariches et une masse énorme de 2 à 3 milliards de pauvres. Avons-nous pris conscience de l'ampleur de cette fracture ? Pourquoi notre système économique ne parvient-il pas à apporter à tous de quoi vivre dignement ? Depuis quand la finance domine-t-elle le monde ? Pourquoi ne voyons-nous aucune transformation sociale se dessiner à l'horizon ? La richesse a-t-elle toujours fait rêver l'humanité ?

  • Un document Syros pour comprendre, en ce "siècle du terrorisme" marqué par le 11 septembre 2001, les politiques qui se cachent derrière les divers terrorismes.0300Il n'y a pas un terrorisme, mais des terrorismes. Certains sont le fait des États, d'autres de groupuscules politiques, révolutionnaires ou nationalistes, d'autres enfin de groupes de "fanatiques", religieux notamment. Avec le 11 septembre 2001, le XXIesiècle s'annonce comme le siècle des terrorismes. Face à ce phénomène, l'auteur propose un décryptage nécessaire pour vaincre ces politiques du pire.

  • À droite comme à gauche, on a fait du «travail» un absolu, une norme incontournable. En s'attaquant à sa position centrale dans nos vies, les auteurs entendent mettre à mal ce consensus afin de «penser contre le travail» et ainsi dépasser un système qui souvent nous broie. Car quelle est la véritable nature du travail dont on nous serine tant les vertus? N'y a-t-il pas une hypocrisie récurrente à encourager un système qui défend encore que le travail rend libre alors qu'il devient de plus en plus rare? Plutôt que chercher à aménager le travail pour le faire perdurer, les auteurs tentent d'imaginer des voies de sortie. Leurs critiques rejoignent plusieurs sphères du travail: le mythe du plein emploi, le salariat, le management et ses ravages, la servitude volontaire des cadres et des classes moyennes ou encore le rôle de l'éducation arrimée au monde de l'entreprise. Leur but commun: un désir de remettre en cause le dogme du travail pour tous, du travail comme élément structurant de la vie individuelle et collective, de l'activité rémunérée comme horizon existentiel prépondérant. Sans orthodoxie, c'est dans un ici et maintenant, sur nos lieux de travail et dans notre quotidien, que les auteurs nous invitent à prendre le parti de limiter, de contrer ou de refuser ce qui nous nie et nous détruit, en fonction de nos propres capacités. Mettre en question le travail devient un impératif quand tout un monde gravite autour de ce paradigme: celui de la (sur)production et de la (sur)consommation qui ne prend pas en compte les limites de la planète. Cela n'est plus possible; l'heure est venue de réfléchir à son après.

  • Le Japon est sans doute le pays qui fascine le plus les Européens depuis plus d'un siècle. Son histoire, son économie, sa culture, sa cuisine ou ses arts martiaux, la finesse de son art de vivre... voilà autant de sujets d'interrogation, d'étonnement, d'émerveillement.
    Impressionnés eux-aussi par la diversité de ce pays " à part " qu'ils connaissent bien, Alexandre Messager et Philippe Godard, les auteurs du Japon pour les Nuls, en font ressortir les traits essentiels. Ils s'attachent aux caractéristiques géographiques, historiques, culturelles, religieuses, philosophiques ou encore tout simplement humaines de l'archipel.
    Car les Japonais sont aussi un peuple singulier, avec une identité particulièrement forte qu'ils ont construite le plus souvent dans l'adversité. Pour l'anecdote, le Japon est l'un des rares pays de la planète à n'avoir jamais été conquis. Au-delà, cet archipel soumis aux pires caprices climatiques et naturels a réussi à surmonter le choc de la bombe atomique après Hiroshima et Nagasaki en 1945, et le Japon est devenu l'une des deux plus puissantes nations économiques du monde de la fin du xxe siècle. Ce Japon pour les Nuls vous permettra d'entrer sans détours inutiles au coeur de la civilisation du Soleil-Levant. Les particularismes du Japon sont difficiles à comprendre ? Le Japon pour les Nuls les dévoile, et va au fond des choses. Le Japon est tout en subtilité, et ces subtilités lui viennent du fond des âges, des religions qui s'y sont installées, de ses traditions si étranges pour nous (le sumo, quelle idée !), de l'évolution de la vie sociétale, des menaces aussi que la nature elle-même fait peser sur l'archipel (Fukushima, les tremblements de terre, les typhons, les tsunamis, que de défis !). Ce cocktail disparate, qui marie l'ultra-modernité au strict respect des coutumes, a modelé un pays passionnant, et c'est cette passion que du Japon que les auteurs veulent nous faire partager.

  • Un guide de politique pratique à l'usage des jeunes générations. A partir de fictions qui mettent en situation les jeunes d'une classe de lycée, différents sujets (le droit à l'image, la santé, la sexualité, les addictions etc) sont traités à travers le prisme de l'engagement individuel et collectif.

  • La réalité des castes en Inde est, depuis quelques années, un peu mieux connue en France. Il y a en effet un réel engouement pour la civilisation et la littérature de ce pays. Pourtant, l'Inde est encore très mystérieuse.Qu'en est-il de la condition des hors-castes, ou « intouchables » ? En quoi consiste leur lutte pour en finir avec l'injustice profonde attachée à ce système social ?0300Ce livre s´appuie sur un témoignage exceptionnel, celui de Balwant Singh, un « intouchable » du nord de l´Inde, qui, à force de ténacité, a pu intégrer la haute administration indienne. Singh raconte son enfance en mettant toujours en perspective sa vie quotidienne et les problèmes liés à son appartenance de caste.« J´étais froissé d´être qualifié d´intouchable. J´hésitais, par exemple, à assister aux cérémonies de mariage de gens de caste supérieure car nous étions tenus à une distance « convenable » et je n´aimais pas ça. Une fois, lors d´une de ces célébrations, nous devions nous tenir accroupis par terre, à côté des chaussures qu´avaient laissées les invités. Et j´étais là, avec mon père qui ne ressentait rien. Pour lui, c´était une situation normale, mais pour moi, ce fut une véritable torture. C´est à ce moment-là que j´ai décidé que je ferais tout pour sortir de cette condition. »Le texte de Balwant Singh, traduit et adapté pour un public de jeunesFrançais par Élisabeth de Garrigues, est suivi d´un dossier de PhilippeGodard, qui donne des pistes de recherche, mais aussi de réflexion.Dans une première partie, le système des castes est expliqué le plussimplement possible. Puis ce dossier présente les exemples les plusrécents et les plus remarquables de la lutte contre les préjugés decastes (Jotirao Phule, Bhimrao Ram-ji Ambedkar). Enfin, il expose lasituation de ce débat dans l´Inde des années 2000.Depuis 1947, plus personne n´a le droit d´interdire à un hors-castesd´aller puiser de l´eau dans un puits, ou de se baigner où il veut.Mais, si l´intouchabilité est interdite pas la loi, le système descastes, lui, n´a pas été aboli. Et chaque caste ou groupe de castes amême droit à des quotas pour rentrer à l´université ou lors desélections. Un intouchable reste donc un intouchable, et il est pourcela victime au quotidien de rejets et de violences. Leurs partispolitiques jouent aujourd´hui un rôle fondamental mais la fractureentre hautes castes et dalits tarde à se combler...

  • Slumsleur permet d'améliorer leur sort. Puis, le dossier documentaire présente le problème dans ses relations avec la démographie, l'éducation, la santé, l'écologie et le travail. Enfin, deux interviews élargissent encore une réflexion qui ne se limite pas à une vision humanitaire.Bidonplanètenous interroge aussi sur les questions fondamentales que soulèvent l'afflux massif de pauvres dans les villes et l'inégalité de la répartition des richesses.

  • A l'heure où le public français montre un véritable engouement pour l'Inde, un livre vivant et unique pour comprendre, à travers les discours de Gandhi, son rêve politique : faire de l'Inde une nation indépendante et unie.0300Prononcé en 1942, le discours publié ici intégralement pour la première fois en français donne tous les arguments de Gandhi en faveur de l'indépendance de l'Inde. Le livre présente également la controverse qui opposa Gandhi au dirigeant hors-castes Ambedkar, à propose du sort des "intouchables", son projet économique en faveur d'un maintien des traditions dans les campagnes, sa volonté de préserver l'unité entre hindous et musulmans... ainsi que les raisons de l'engagement politique de cet homme d'exception.

empty