• Après un effort de clarification sur les usages sociologiques et anthropologiques de la "question identitaire", cet ouvrage construit une voie sur laquelle engager le traitement de cette question. Il fait du Mexique et du pragmatisme le terrain et l'instrument de cette réhabilitation, afin de réintroduire "la question identitaire" dans les pratiques sociales, comme celles des migrants qui tentent leur chance aux Etats-Unis ou d'indigénistes généreux des années trente confrontés à la méfiance et au bon sens des Indiens...

  • Cet ouvrage a pour cible le capital, c'est-à-dire son système historique, le capitalisme, et sa forme contemporaine achevée, le néolibéralisme. Contre l'accumulation sans fin de la valeur comme seul horizon, il ne s'agira pas d'établir un capitalisme critique, pour le réformer ou l'amender, mais de commencer à en faire la critique pour s'en défaire. Cette critique est engagée à travers quatre problèmes contemporains qui font du Capital l'expression d'une domination devenue abstraite : le COVID et la gestion de sa crise ; la marchandisation de « la vérité informationnelle » et le rôle des médias ; le capitalocène comme nouvelle critique de l'écologie politique ; les « pathologies sociales » (la dette, l'anorexie et les migrations internationales). Pour conclure, la réflexion s'attache à restituer l'apport de Karl Marx pour continuer à comprendre de façon critique le monde actuel.

  • L'analyse que Philippe Schaffhauser propose ici porte sur le conflit entre les anciens travailleurs agricoles migrants du programme dit des braceros (1942-1964) et l'État mexicain. Ce conflit social présente plusieurs traits originaux : mobilisant des personnes âgées et leur famille, il concerne principalement un milieu rural en butte au centralisme politique urbain. Il constitue aussi un exemple de vulnérabilité sociale où se mêlent abus de confiance et abus de pouvoir. En outre, il permet à l'auteur d'appréhender les effets objectifs des politiques migratoires bilatérales entre le Mexique et les États-Unis qui, durant la Seconde Guerre mondiale, sont à l'origine de la définition d'une organisation internationale du travail - encore présente aujourd'hui - ainsi que de la construction de droits sociaux pour le travailleur en situation migratoire. Phénomène que l'on peut qualifier de postmigratoire, mais aussi concevoir comme un processus de « dé-migration » ainsi que le désigne le sociologue.

empty