• Al-Andalus que l'on désignait autrefois sous le nom d'Espagne musulmane, a marqué l'histoire du viiie au xie  siècle. La richesse et le raffinement de la civilisation arabo-andalouse continuent de fasciner autant les chercheurs que les touristes qui se rendent en Andalousie.
    Nombre d'hommes politiques ont même vu dans cet al-Andalus l'espace d'un modèle de convivialité à une époque où les tensions entre l'Occident et le monde arabe ne cessent de s'accroître. À l'inverse, depuis quelques années, plusieurs auteurs «  révisionnistes  » remettent en cause l'islamisation de la péninsule en niant même l'authenticité de la conquête.
    Cet ouvrage entend rétablir une vérité historique et retracer la riche histoire d'un passé controversé. Il dresse un tableau le plus complet de l'histoire de cette lointaine province du monde islamique avant que ne se développent, aux alentours de l'an mil, les premières offensives chrétiennes qui ne s'achèveront que quelques siècles plus tard, en 1492, avec la chute de l'émirat nasride de Grenade.
    En débutant son enquête avec les derniers temps de la monarchie wisigothique de Tolède et en l'achevant avec la disparition du califat de Cordoue, ce manuel retrace l'évolution d'un État dont l'influence s'étendit sur l'ensemble de la Méditerranée occidentale et sur le Maghreb.

  • Après avoir soumis la plus grande partie de la péninsule Ibérique, ceux que les sources latines, peu curieuses de savoir qui sont Arabes et musulmans, désignent sous le nom de Sarrasins, se lancent dans la conquête de la Gaule méridionale. Ils y demeurent jusqu'au milieu du VIIIe siècle.
    Alors débute une histoire marquée par des combats, mais aussi par des accords, des trêves et des ambassades, sans oublier le négoce et la piraterie. Derrière des épisodes guerriers aussi célèbres que la bataille de Poitiers ou la défaite de Roncevaux, se révèle un autre récit, celui des relations diplomatiques entretenues par les souverains francs avec les musulmans d'al-Andalus, qu'il s'agisse des rebelles de la vallée de l'Èbre ou des émirs de Cordoue.

    Cette histoire qui se déroule aux confins occidentaux du monde méditerranéen ne peut s'écrire sans qu'y soient mêlés les intérêts des califes de Bagdad, les ambitions de Byzance et les politiques des petites principautés musulmanes de l'Afrique du Nord. S'élabore ainsi toute une série d'échanges qui traduit l'intérêt désormais porté par les souverains carolingiens à cette Espagne devenue al-Andalus. Mais, sous l'effet de difficultés croissantes au sein de l'Empire caroligien, le rêve d'une reconquête se dissipe. Un statu quo précaire éloigne alors les descendants de Charles Martel de la péninsule Ibérique qui disparaît peu à peu des chroniques. Avant que, déformé et embelli, le souvenir des combats ne resurgisse une fois passé l'an mil pour le plus grand profit des chevaliers francs lancés dans les Croisades d'une part, la reconquête de l'autre...

  • L'étude du monde musulman est capitale pour comprendre les grands équilibres de la période médiévale.
    Ce manuel, centré sur une période charnière (VIIe-XIe s.) qui voit d'importants changements au sein du monde arabo-musulman, privilégie une approche événementielle, qui en rend la lecture aisée. Cette approche historienne par l'un des grands spécialistes de la question, donne à voir toute la richesse de la civilisation islamique qui mêle intimement politique, religion, arts et culture. De nombreux documents commentés donnent des clés supplémentaires de compréhension. Cette nouvelle édition est enrichie de nouveaux documents iconographiques commentés.

  • Cet ouvrage concerne les relations entre l'espace soumis aux souverains carolingiens et le monde musulman. Il s'inscrit dans le cadre plus général d'une enquête consacrée aux rapports entre l'Occident chrétien et l'Islam avant les croisades. Avec l'apparition de nouvelles puissances politiques au milieu du VIIIè siècle, et dans un monde méditerranéen jusque-là dominé par Byzance, débute une nouvelle période qui n'appartient déjà plus à l'Antiquité et pas encore au Moyen Age.

  • Cet ouvrage regroupe les actes d'un colloque organisé par la Casa de Velázquez, à Madrid, au mois de mars 2004 sous le titre Desde la Tarraconense hast a la Marca Superior de al-Andalus (ss. IV-XI). Il s'agit là du premier volet d'une série intitulée villa dont le champ de recherche couvre l'ensemble de la vallée de l'Ebre et la période des siècles dits obscurs. L'objectif de cette réunion visait à regrouper des universitaires et des chercheurs des deux côtés de la chaîne pyrénéenne pour éclairer la question controversée de la transition de l'Antiquité tardive au Moyen Âge, Au-delà de la diversité des exemples abordés, en Navarre, en Aragon comme en Catalogne, les séances ont permis de dégager des points communs dans l'étude du peuplement rural, tel que le poids du déclin démographique des ve-vie siècles, l'existence d'un habitat dispersé avant l'an mil, la fréquence des sépultures taillées dans la roche et surtout, avant la grande mutation du xe siècle, le faible rôle du château dans l'organisation de l'espace et la structuration du peuplement, Malgré les bouleversements entraînés par la conquête musulmane au début du viiie siècle, on retiendra surtout qu'il convient d'étudier cette période non plus en termes de fin du monde antique ou de prémices du Moyen Âge mais en soi et pour soi, comme un moment particulier, depuis la crise de la villa jusqu'à l'essor de l'incastellamento.

  • Les textes figurant dans cet ouvrage constituent les actes d'une réunion internationale qui s'est déroulée à la fin du mois de septembre 2010, en Provence, à la fondation des Treilles. Ces journées regroupaient plusieurs spécialistes renommés et visaient à dresser un bilan des travaux associant histoire et archéologie depuis une trentaine d'années, tout en proposant de nouveaux thèmes de recherche. L'ensemble des contributions révèle la variété des thèmes abordés et la vitalité des enquêtes dans un espace géographique couvrant le bassin occidental de la Méditerranée. Organisée à l'initiative de Pierre Toubert (Collège de France), cette réunion a bénéficié de l'appui de la fondation des Treilles, du Framespa (UMR 5136 du CNRS) et du Labora- toire Islam médiéval (UMR 8167 du CNRS).

  • Après avoir étudié tes habitats ruraux (Villa I) puis la transition entre l'Antiquité tardive et le Moyen Âge au travers du rapport ville campagne (Villa 2), le troisième volet de cette série était destiné à mettre en valeur l'apport de l'archéologie à l'étude des socié­tés de la vallée de l'Èbre depuis la fin de l'époque wisigothique jusqu'au temps des reyes de taifas. De nouvelles recherches entreprises en Aragon, en Catalogne et en Navarre justifiaient en effet de reprendre le dossier des siècles dits « obscurs » en étudiant de plus près les formes d'organisation sociale que connut cette région depuis la fin de ta monarchie de Tolède jus­qu'aux premiers temps de la reconquista, à commencer par le rôle tenu par les élites urbaines. Conformément aux pratiques employées tors des réunions précédentes, des chercheurs travaillant sur d'autres espaces péninsulaires furent associés à l'enquête pour permettre de précieuses comparaisons. Des exemptes empruntés aux Asturies, à l'Andalousie et au Gharb al-Andalus ont ainsi été proposés et une attention particulière a également été accordée aux données fournies par ta numismatique. Les actes de cette réunion organisée à Saragosse en octobre 2009 attestent bien de la vitalité de la recherche dans la vallée de l'Èbre et confirment l'importance de la frontière comme lieu d'étude privilégié des sociétés chrétiennes et musulmanes aux alentours de l'an mil.

  • Cet ouvrage regroupe les actes d'un colloque qui s'est déroulé à Saragosse, du 20 au 22 novembre 2006, avec la collaboration de la Dirección General de Patrimonio Cultural del Gobierno de Aragón, de la Casa de Velázquez, du laboratoire Framespa (UMR 5136 du CNRS - Université de Toulouse 2-Le Mirail) et du Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca. Cette seconde manifestation de la série Villa était consacrée aux relations entre les villes et les campagnes au cours du haut Moyen Âge dans la vallée de l'Ebre et elle regroupait une douzaine d'historiens et d'archéologues français et espagnols. Le programme suivi au cours de ces journées répondait à un itinéraire géographique allant des confins pyrénéens à la vallée de l'Ebre, et de l'Ebre à la Méditerranée. Les communications et les débats ont permis d'apporter d'importants éléments de réponse à la question de la transition entre l'Antiquité tardive et le Moyen Âge, parmi lesquels on retiendra le lent déclin des villes et les nouvelles formes de peuplement rural à partir des vie-viie siècles, l'impact majeur de la conquête arabo-berbère dans ces régions au début du viiie siècle, et la renaissance progressive du fait urbain à partir des ixe et xe siècles.

  • Ce livre constitue le bilan des recherches archéologiques menées sur plusieurs sites islamiques de la vallée du Flumén, entre Huesca et Saragosse, dans l'ancienne Marche Supérieure d'al-Andalus. Parmi ceux-ci, une attention particulière a été accordée à un établissement connu sous le nom de Las Sillas, à Marcén. La fouille de ce site a révélé la présence d'un important établissement des xe-xie siècles associé à une petite mosquée, ainsi qu'un abondant mobilier qui permet d'entrevoir les activités et l'existence quotidienne des populations rurales à l'égard desquelles les sources arabes se montrent généralement silencieuses. Fondé à l'époque du califat omeyyade (929-1031) et abandonné peu avant la reconquista de la région à l'aube du xiie siècle, ce « village » et les autres établissements étudies traduisent bien la profonde islamisation des campagnes de la vallée de l'Ebre et l'influence des grands lignages urbains en milieu rural.

  • Barbastro est à l'Espagne médiévale ce qu'est la bataille de Poitiers à l'histoire de France : un fait d'armes - une défaite non décisive de troupes musulmanes - qui, au fil des siècles, fut sublimé par un récit national en une date majeure des Croisades et de la Reconquête.

    Au printemps 1064, une armée de guerriers franchit les Pyrénées, animés, a-t-on dit, par le désir d'en découdre avec l'Autre, à savoir le musulman. Celui-ci a mérité d'être puni puisque, non seulement hérétique, il vient d'occire le souverain aragonais avec lequel plusieurs lignages nobiliaires d'outre-monts ont tissé des liens d'amitié. Les cavaliers fondent sur une petite cité musulmane de la vallée de l'Ebre appelée Barbastro, qu'ils enlèvent avant de la perdre à nouveau l'année suivante.
    Il ne s'agit plus d'entreprises individuelles et d'une portée limitée, mais d'une expédition de plusieurs milliers d'hommes venus du nord et rejoints par des guerriers normands d'Italie et des contingents catalans. Ces troupes se seraient mobilisées à l'appel du pape : pour nombre d'historiens c'est ici, au pied des Pyrénées, que serait née la "Croisade".
    Sans doute quelques puissants, sous l'influence d'abbés ou d'évêques, se sentent-ils porteurs d'une mission chrétienne, mais quelques décennies plus tôt encore, des comtes s'étaient entendus avec des Arabes pour attaquer Compostelle, le haut-lieu de la chrétienté hispanique ; quant aux habitants qui peuplent les campagnes ou les bourgades naissantes, ils n'ont qu'une maigre idée de l'Islam et des musulmans. C'est tout autant l'envie de combattre, de vaincre et de conquérir et le désir de s'emparer d'un butin qui animent les combattants.
    À la manière de Georges Duby dans Le Dimanche de Bouvines, les auteurs déploient toute la richesse de l'histoire événementielle, tant cette bataille sert de révélateur des structures, des cultures et des sensibilités. Bien que peu éclairé par les sources, qu'elles soient arabes ou latines, l'épisode de Barbastro fut gravé dans les mentalités pour devenir, à la manière de Bouvines, "un lieu de mémoire".

  • Situé à une trentaine de kilomètres au sud-est de la petite ville aragonaise de Huesca, le site de Las Sillas à Marcén a fait l'objet depuis de nombreuses années de recherches archéologiques. Ce livre regroupe l'ensemble des découvertes réalisées tout en mettant en relation cet habitat avec les autres établissements musulmans de cette partie de l'ancienne Marche Supérieure d'al-Andalus. Les recherches ont permis d'y mettre au jour un vaste habitat rural occupé tout au long des xe-xie siècles, avant qu'il ne soit abandonné après la conquête des lieux par les troupes du roi Pierre Ier d'Aragon (1094-1104). Établi dans l'ancien district castral de Gabarda et associé à une mosquée, le site fut occupé par une communauté rurale et sa fondation témoigne de l'empreinte de la ville dans ces campagnes. Constitué par de nombreuses céramiques, des meules, des objets métalliques et des monnaies, le mobilier découvert s'est avéré à la fois abondant et varié, en particulier pour l'époque de la taifa hudide de Saragosse. Il constitue ainsi un reflet de la vie des populations rurales et de leurs activités, tout en révélant leur faible militarisation.

  • Entre l´Antiquité romaine et l´époque moderne, les siècles qui virent se développer l´islamisation, le califat fatimide et les empires berbères sont mal connus. Cette synthèse inédite offre un outil complet et pédagogique pour découvrir le Maghreb médiéval : des présentations événementielles, des textes et des documents iconographiques traitent tous les aspects, politiques, économiques, sociétaux et culturels de ces régions. Une chronologie, une liste des principaux auteurs médiévaux et une bibliographie complètent l'ensemble.

    Philippe Sénac est Professeur à l´université de Paris IV-Sorbonne.
    Patrice Cressier est chargé de recherche au CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon).

  • Le présent volume consacré à l'habitat pyrénéen au cours des périodes médiévale et moderne est le fruit de la collaboration de plusieurs universités espagnoles (universités du Pays Basque - UPV, publique de Navarre - UPN, de Saragosse, de Gérone) et françaises (universités de Perpignan Via domitia, de Toulouse-Le Mirail, de Pau et des pays de l'Adour). C'est en effet au sein de RESOPYR, un réseau d'universités franco-espagnoles réunies autour d'un projet commun élaboré dans le cadre de la communauté de travail des Pyrénées, qu'il a été préparé. Il regroupe une vingtaine de contributions concernant la montagne pyrénéenne et son piémont, de l'Atlantique à la Méditerranée, depuis le moyen-âge jusqu'à nos jours. Ce volume aborde les problèmes de l'habitat et s'organise autour de trois cadres principaux ; certains articles traitent de la naissance et de la mise en place des villages ; d'autres envisagent les différents modes de hiérarchisation et de fonctionnement de l'habitat dans un modèle communautaire qui n'est jamais égalitaire ; enfin, les derniers analysent la remise en cause de ce modèle communautaire et sa rupture définitive au profit d'un accaparement individuel.

empty