• En octobre 1922, la marche sur Rome permettait à Mussolini et au Parti national fasciste d'accéder au pouvoir. Pendant deux décennies, le ventennio fasciste, le régime n'a cessé de combiner affirmations idéologiques et opportunisme pour aboutir progressivement à l'instauration d'une dictature : un système à l'ambition totalitaire, dont la politique de puissance aboutira à l'engagement dans le second conflit mondial. Hostile à l'Anschluss avant de s'y rallier, peu enclin à l'antisémitisme avant d'adopter des mesures de discrimination préparant la déportation et l'extermination conduites par le IIIe Reich à partir de 1943, le fascisme n'a cessé d'évoluer, tout en bénéficiant d'un incontestable soutien populaire.
    De A comme Académie d'Italie à Z comme Zone d'occupation italienne en France, en passant par Calcio, Émigration, Homme nouveau, Rome, ce dictionnaire embrasse tous les aspects, économiques, sociaux et culturels du régime politique qui a dominé l'Italie de 1922 à la Seconde Guerre mondiale.

  • L'Italie entretient avec l'Antiquité un lien tout particulier. Les civilisations étrusque, grecque, romaine ont marqué la Péninsule. De nombreux artistes, écrivains, historiens, promeneurs ont été fascinés, influencés, plus rarement rebutés par le prestigieux héritage. Les contributions réunies dans ce volume présentent des aperçus de la manière d'appréhender l'Antiquité en Italie. De Montesquieu à Mussolini, en passant par Vico, Leopardi, Verdi, Carducci, D'Annunzio, des archéologues tel Albert Grenier mais aussi des sites comme Pompéi, comment la culture antique a-t-elle influencé l'histoire politique, littéraire, artistique de l'Italie depuis le Siècle des lumières jusqu'à l'époque fasciste ? Les auteurs souhaitent apporter des réponses à cette interrogation et ouvrir des pistes afin de favoriser la compréhension de cette donnée majeure de l'histoire culturelle de l'Italie et de l'Europe.

  • Suite aux bouleversements de la Grande Guerre, la jeune démocratie libérale italienne ne parvient pas à résoudre une série de crises qui créent les conditions de l'accession au pouvoir du mouvement fasciste, constitué au lendemain du conflit. Son chef, Benito Mussolini, parvient, à partir de 1925, à établir une dictature à vocation totalitaire. Le fascisme italien, loin d'être un simple régime autoritaire, souhaite mettre en place un modèle totalitaire au travers d'une nouvelle conception de l'État et d'un encadrement de plus en plus étroit de la société. Au-delà des objectifs intérieurs, le pouvoir fasciste a également l'ambition de faire de l'Italie une grande puissance, destinée à imprimer sa marque sur les relations internationales, un véritable programme impérial. Alliée de l'Allemagne nazie dans le second conflit mondial, l'Italie fasciste s'écroule face à une guerre qui dépasse ses capacités. La chute du régime, en juillet 1943, ouvre, pour l'Italie, sa période la plus sombre depuis l'Unité mais crée, également, les conditions de l'instauration de la démocratie. L'ouvrage souhaite présenter aux lecteurs une synthèse sur le Ventennio fascista qui prenne en compte les travaux les plus récents sur l'histoire de l'Italie au cours de cette période.

  • Le présent ouvrage propose une analyse des diverses transitions connues par l'Italie : transition entre la dictature fasciste et la démocratie républicaine ; transitions économiques et sociales depuis les années 1950, marquées par le "miracle" économique italien et les profondes transformations sociales et culturelles qui s'en suivirent ; transition des années 1990 qui bouleversa le paysage politique suite à l'affaire Mani pulite (Mains propres), provoquant l'effondrement des partis traditionnels, une importante recomposition politique et l'émergence du phénomène Berlusconi.

empty