Langue française

  • Chacun peut être amené, au moins une fois dans sa vie, à traverser des épreuves plus ou moins graves. La maladie, qu'elle soit physique ou psychique, reste une inconnue douloureuse, sans doute la plus fréquente, peut-être celle qui rapproche le plus. Atteinte de la sclérose en plaques, Patricia Blondiaux a souhaité s'adresser à tous ceux qui, comme elle, souffrent de cette pathologie encore peu comprise. Comment composer avec son entourage, dont le regard change ? Doit-on faire le deuil de la personne que l'on était ? Faut-il apprendre à canaliser ses émotions, ou au contraire les extérioriser ? En s'appuyant sur les témoignages d'autres sépiens et sur sa propre expérience, Patricia Blondiaux délivre ses messages résolument positifs autour de thèmes égrainés comme autant de conseils à suivre, pour toujours rester « responsable du sourire des autres ». Et si on utilisait la maladie pour mieux vivre en acte comme en pensée ? Et si on se servait de la maladie pour avancer ? « Savoir faire face et tenir tête, non pas contre la maladie, mais avec elle. Le plus difficile est de se décider à agir - le reste n'est que ténacité. »

  • J'ai ressenti ce besoin presque vital de mettre des mots sur mes maux.
    Cette attente pesante précédant le diagnostic et la mauvaise découverte de l'inconnu qui m'attendait et qui allait bouleverser ma vie ainsi que celle de mes proches. Comment expliquer que la sclérose en plaques allait devenir cette compagne de vie indésirable qu'il fallait impérativement accepter !
    Comment admettre que je restais avant tout une femme ! Comment reprendre l'envie de continuer une vie différente mais vivre tout de même. Tant de questions et si peu de réponses. Tant de doutes face à l'incertitude d'un avenir serein. La "SEP" fait peur car elle est incomprise et difficile à cerner par les personnes atteintes, par le corps médical, par l'entourage mais encore plus par tous ceux qui ne sont pas concernés.
    J'ai voulu par ces écrits informer simplement avec mon ressenti, mes émotions, mes peurs. "Plus jamais moi " m'a permis de me libérer et de penser plus que jamais que la vie est belle même si..........
    Patricia Blondiaux:
    Je suis née à Nice avec du sang Corse du côté paternel qui renforce mon côté battante. Je suis mariée depuis vingt ans avec de grands enfants. J'ai eu une enfance très heureuse et je suis la petite dernière de la famille.
    Ma passion pour la mode, la coiffure et l'esthétique m'ont dirigé vers mon avenir professionnel.
    Cet univers je l'ai côtoyé jusqu'au jour où la sclérose en plaques a fait son apparition dans ma vie. De nature plutôt joyeuse, je garde le sourire malgré tout. Je suis de nature curieuse et je vais au bout des mes convictions ce qui m'aide beaucoup aujourd'hui.

empty