• Ni guide touristique, ni précis d'histoire parisienne, ni recueil de bonnes adresses, ce livre est l'herbier subjectif d'un Paris qui n'appartient qu'à l'auteur. Au fil de la grande Histoire, s'entremêlent ici un chapelet d'anecdotes et mille petits souvenirs intimes.
    "Depuis Accordéon jusqu'à Zucca, on s'enfonce dans les catacombes ; on fait la nuance entre café, brasserie et cabaret ; on va avec Truffaut au Gaumont Palace ; on marche sur les traces d'Hardellet ou de Marcel Aymé ; on guette les derniers vestiges de la campagne sous le bitume ; on fait la tournée des églises et des grandes tables ; on flâne au Palais Royal ou sur la ligne de Petite Ceinture ; on contemple l'Apocalypse et les grandes décapitations ; on s'indigne de tant de vandalisme mais l'on s'enjôle de tant de merveilles cachées ; on retrouve la trace des enceintes successives et du parcours de la Bièvre ; on va parfois au cinéma, au zoo, et souvent à l'opéra ; on se méfie des lieux consacrés ; on prend le métro, le bus, mais pas la trottinette ; on s'abrite dans les passages ; on découvre des perspectives ; on va se faire mousser à la piscine ; on comprend qu'on a souvent échappé au pire ; et puis on lit. Beaucoup ! Mon Paris n'est pas le vôtre. Il est le mien, avec ses petitesses et ses grandeurs, ses beautés et ses faiblesses, son mauvais gout et ses lubies, son amateurisme et ses engouements." N. d'E.-d'O.

  • Souvenirs denfance et rages du moment ; visites dans des restaurants fameux ou oubliés ; odes à landouillette, la nèfle, le sablé à la confiture, la figue, les vins du Rhône, les Haribo ; tête de veau et Kinder ; déjeuners de conféries aussi secrètes que savoureuses ; critiques gastronomiques plus ou moins fréquentables, ogres, poètes et cannibales Il y a tout cela, et bien plus, dans larborescence mémorielle et gourmande de Nicolas dEstienne dOrves. Le tout saupoudré de colère, de coups de sang, dimages parfois lointaines, dune foi qui sait être mauvaise et dun amour sincère, réel, jamais repu, pour les joies de la gueule. Si la gourmandise est universelle, le goût est singulier. Aujourdhui, celui de « NEO » vous invite à sa table et vous souhaite bon appétit.

    Né en 1974, Nicolas dEstienne dOrves est écrivain et critique dopéra. En vingt ans, il a publié une trentaine de livres : romans (Les Fidélités successives), thrillers (Les Orphelins du mal), nouvelles (Narcisse et moi), récits (Je pars à lentracte), biographies (Jacques Offenbach, Marthe Richard) Passionné par Paris, il lui a consacré un guide de promenades et un Dictionnaire amoureux. Lorsquil nécrit pas, il mange. Sans doute trop.

  • Drôles, cruelles ou iconoclastes, ces fictions permettent de rencontrer un monde extravagant peuplé d'enfants bizarres, de monstres, de fous, de nazis... ! Frôlant parfois avec le fantastique, ces nouvelles constituent un recueil qui dérange, pousse le lecteur dans ses retranchements, en même temps qu'il cultive une ironie et une ouverture d'esprit bienvenues. Un régal !
    Nicolas d'Estienne d'Orves est critique musical et journaliste culturel (Figaro magazine, Spectacle du Monde, Classica). Il est l'auteur de nombreux livres à succès dont Les Orphelins du mal (XO), Les Fidélités successives (Albin Michel), ou encore le Dictionnaire amoureux de Paris (Plon, 2015).
    « Nicolas d'Estienne d'Orves est un drôle d'oiseau. Avec son allure d'aristo clown désinvolte, ses essais hyper pointus sur la musique classique et ses romans remarquables et bizarres, il est toujours à contretemps, à contrevérité, à contre-pensée. À chaque sortie de livre, il étonne, c'est devenu une (bonne) habitude. » - Le Point
    « Ceux qui ont eu la chance d'approcher Nicolas d'Estienne d'Orves, dit NéO, savent que ce garçon charmant, qui manifeste en matière vestimentaire un goût certain pour les tenues voyantes, a du talent à revendre. » - Le Figaro

  • Que s'est-il passé la nuit du 13 au 14 juin 2012, à 5 h 51 du matin ?
    Pourquoi les Parisiens vivent-ils sous la lueur immuable d'un soleil levant ? Pourquoi la France est-elle dirigée par un collège de scientifiques, avec, à leur tête, le mystérieux Othon Athanaric Sempronius, personnalité crainte autant que révérée par le peuple ? Pourquoi Étienne Bressoud, nègre d'édition, doit-il écrire la première biographie d'Othon Athanaric Sempronius ?
    Autant de questions dans ce roman d'anticipation où lequel Nicolas d'Estienne d'Orves joue sur les variations du genre, pour nous entraîner avec maestria vers un monde iconoclaste et foisonnant.

empty