• Caligula fut le troisième empereur romain, à la suite d'Auguste et de Tibère, et régna de 37 à 41. Une présentation objective du personnage est difficile, en raison du rejet politique qui mena à son assassinat, puis du portrait à charge que les écrivains romains livrèrent à la postérité. Fils d'une petite-fille d'Auguste et d'un général promis à devenir empereur, le jeune Caligula subit une série de drames familiaux : la mort soudaine de son père, puis la disgrâce et l'élimination de sa mère et de ses frères aînés. A la mort de Tibère, il accède pourtant au pouvoir suprême, à l'âge de 25 ans. Après quelques mois de bon gouvernement, Caligula aurait basculé dans la folie et imposé aux Romains une tyrannie violente. En réalité, il entendit assumer totalement son rôle de monarque, sans la modération cultivée par Auguste. Il rompit de ce fait avec l'aristocratie romaine avant d'être assassiné par des officiers de la garde impériale.

  • Entre le début de notre ère et les années 260, l´appartenance à une association professionnelle, cultuelle ou funéraire a présidé à la définition du rang social de nombreux habitants de l´Italie et des Gaules romaines. Aussi ce livre porte-t-il au jour la place que les membres des associations romaines, les collegiati, occupaient dans leurs sociétés. L'appartenance à un collège faisait naître un sentiment de respectabilité, et permettait parfois d'acquérir un réel prestige. Cette respectabilité et ce prestige résultaient de l´insertion des associations dans les cités : le rang de collegiatus était de nature civique. L´association correspondait à l'un des groupes dans lesquels les collegiati nouaient des relations interpersonnelles, et l'interaction de ces multiples appartenances déterminait leur position sociale. Toutefois, le rang des collegiati, tel qu´il apparaît dans les sources disponibles, n'est pas une donnée objective. Il est au centre d'un discours épigraphique construit par les collegiati eux-mêmes. Les membres des associations se plaisaient à décrire leurs destinées comme des réussites. Cependant, leurs discours comportent des omissions, et des pans bien choisis du réel côtoient fréquemment l'exagération, la métaphore ou le fantasme.

  • Les Presses Universitaires de France et Frémeaux & Associés proposent cette biographie de Caligula par Nicolas Tran, professeur à l'université de Poitiers et spécialiste de l'Empire romain aux premiers siècles de notre ère.
    Caligula est un empereur romain tristement célèbre. Il incarne un modèle de tyran, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.
    Il est intéressant d'analyser la violence attribuée à cet empereur comme un révélateur de tensions politiques et institutionnelles propres au régime impérial durant le premier siècle de son histoire. Car une biographie véritablement historique s'attache non pas à juger mais à replacer une personnalité et une oeuvre singulières dans leur contexte historique. Malgré la rareté et la complexité des sources historiques, Nicolas Tran retrace le parcours de Caligula, du prince au monstre, de l'empereur à la légende noire.
    Claude Colombini Frémeaux

  • Le sergent Christophe Tran Van Can nous fait vivre de l'intérieur ses joies et ses peines, nous fait patrouiller à ses côtés dans les vallées d'Alasay et de Berdraou. Il nous fait aussi découvrir, qu'avant tout, la guerre n'a rien de virtuel et que derrière le soldat se cache un mari et un père.
    Un document exceptionnel né d'une expérience unique.

    Christophe Tran Van Can a 28 ans. Il est sergent et chef d'un groupe de combat de l'armée française à Fréjus dans le Var. il a passé six mois en Afghanistan.
    Nicolas Mingasson est photographe et auteur. Il a déjà publié aux éditions Di SciulloTerre des Pôles(2008) etSentinelles de l'Arctique(2009).

empty