• Une déclaration d'amour au fleuve Saint-Laurent. Le Saint-Laurent a fait de nous ce que nous sommes. Aveuglés l'hiver, apaisés l'été par sa lumière. Peuple avec les humeurs du fleuve à sa fenêtre. Peuple en dents de scie telle une tempête sur la pointe extrême d'Anticosti, des vagues déchaînées sur les côtes de Mont-Louis ou de Sept-Îles. Peuple prompt aux réjouissances, passant de candeur à nostalgie comme une mer étale succède aux grains et aux blizzards. Fleuve fou au goût de liberté. Fleuve amer. Fleuve inlassable. L'immense chemin d'eau, qui s'évase en cornemuse, a accompagné nos victoires et nos défaites et tracé son lit dans nos imaginaires, nos âmes et notre être collectif.

  • Adèle, visiteuse dans un service d'enfants malades, assiste aux derniers instants de Mario, huit ans, atteint d'un cancer. Avant de mourir, il lui souffle : " Consolation existe, tu sais. " Intriguée, Adèle essaye de comprendre le sens de cette phrase. El

  • C'est de l'absence de confiance, de bonheur et d'amour que souffrent les hommes et les femmes d'aujourd'hui. C'est une crise existentielle qui paralyse le monde occidental contemporain. Où est l'espérance ? Que signifie-t-elle pour notre temps ? Comment la faire ressurgir au plus intime des êtres ? Au coeur de la misère humaine qui règne dans ces lieux de tourments que sont les hôpitaux psychiatriques, les prisons mais aussi les maisons de retraite, Monique Durand-Wood met au jour ce trésor et cette grâce que sont la force d'une vie toujours à l'oeuvre. Pourtant, de la parole des prophètes, comme Job, à la bonne nouvelle des apôtres, dont Paul, l'espérance n'est pas une utopie mais une conviction. Corps de la promesse du monde à venir. Une grande méditation pour redécouvrir la merveille de l'existence.

empty