Langue française

  • « Pour un lapin, tu es vilain », lui répète sa soeur la chatonne Caramelle. « Et t'es pas ça non plus pour un chat » ajoute son frère le lapineau Mozart. C'est que Friou est à la fois l'un et l'autre : un lapin-chat unique de son espèce. Un monstre, en somme, que sa mère elle-même trouve très laid, mais très drôle. Aussi apprend-il vite à cacher sous son corps de lapin blanc sa longue queue de chat et son visage de chat aux yeux verts sous ses longues oreilles de lapin. « Ainsi, ton petit monstre a l'air d'un lapin ordinaire carambistouille », dit la demoiselle à sa chatte Rosemousse, que cela arrange bien, parce qu'elle ne veut pas révéler son mariage secret avec le père de Friou. Et cela arrange encore plus sa maîtresse qui n'aime que les belles choses et redoute les scandales. Mais il n'est pas facile de paraître toute la journée un lapin quand on est un lapin-chat. Et c'est encore plus difficile quand on se trouve exposé dans une vitrine au milieu de figurines de porcelaine qui vous observent. Que deviendra Friou si ces figurines et les passants découvrent ce qu'il est réellement ? « Je suppose que même les monstres peuvent se faire des amis qui les consolent d'être un monstre » se dit-il pour se rassurer. Qui voudra être l'ami du petit monstre dans la vitrine ? Toi, peut-être ?

empty