Fayard

  • Principia moralia

    Michel Meyer

    La morale est devenue une exigence fondamentale de la société actuelle. On attend des hommes politiques, des patrons d'entreprise, des collègues, mais aussi de nos proches, qu'ils respectent les règles éthiques, et cela d'autant plus que les temps sont troubles. Mais de quelle morale peut-on se prévaloir aujourd'hui? Sans jamais jargonner, Michel Meyer montre non ce qu'il faudrait faire, mais ce qu'est effectivement la morale dans notre monde, comme jugement, comme motivation, en s'appuyant sur la notion de distance entre les êtres. La morale a toujours fait l'objet de réflexions philosophiques qui se sont combattues ou remplacées au fil du temps : le stoïcisme, la morale de la vertu, le recours à la loi morale ou l'utilitarisme, font toujours partie de nos façons de penser. Mais laquelle de ces visions morales choisir, et pour quelle raison ? A faible distance entre les êtres, là où le corps est directement impliqué, on sera davantage stoïcien ou épicurien, qu'à grande distance, où on ne peut s'appuyer que sur des principes généraux pour trancher entre ce qui est bien et ce qui est mal. Ainsi, toutes les grandes théories morales, s'inscrivent dans un espace de validité qui les sauvegarde, si on veut bien voir que loin de valoir de manière absolue, elles ne s'appliquent qu'en fonction de la distance, faible ou forte, qui lie et parfois oppose, les êtres. Michel Meyer instaure une authentique révolution dans la pensée, celle qui prend appui sur le questionnement (la problématologie), et qui fait partie des grandes philosophies de l'après-guerre. Sa théorie morale reprend les éthiques qui l'ont précédée, pour les intégrer dans une vision générale nouvelle.

  • La rhétorique connaît aujourd'hui un incroyable renouveau. De la séduction à la publicité, de la vie politique aux sciences humaines, elle se retrouve partout. Comment faire la synthèse de toutes ces orientations ? 
    L'ambition de ces Principia Rhetorica est précisément d'offrir une théorie générale de l'argumentation qui tienne compte de toutes les approches existantes. Le fondement adopté est le questionnement, car on discute de questions qui sont plus ou moins problématiques, comme on négocie des points de vue qui s'opposent, incarnant des alternatives entre lesquelles il va bien falloir choisir. Cette conception, qui systématise la force et l'impact du problématique, est entièrement nouvelle en rhétorique. Ses hypothèses sont minimales, et sa fécondité vérifiée dans des publications savantes antérieures. Elle permet d'articuler aussi bien la théorie littéraire que l'argumentation utilisée dans la vie de tous les jours, au tribunal ou dans les médias. 
    Cet ouvrage développe également de nombreuses analyses qui nous replongent dans la rhétorique des temps passés ou plus récents, à la rencontre de Platon, d'Aristote, de Cicéron, de Vico, de Fontanier, de Perelman, de Burke ou de Habermas. 
    Michel Meyer nous offre ainsi une synthèse inégalée sur la rhétorique, la première depuis celle de Perelman parue il y a maintenant un demi-siècle.

empty