• La crise financière que nous vivons ne remet pas seulement en cause le système économique mondial : elle invite à repenser le modèle de profit sur lequel reposent nos sociétés occidentales. Alors que les initiatives d'économies dites " solidaires ", " durables " se multiplient (microcrédit, commerce équitable...), la notion de profit altruiste semble une alternative aussi crédible que nécessaire.L'argent est une énergie puissante qu'il faut " réenchanter " : elle contribuera ainsi au bien-être de tous. L'auteur invite le lecteur à modifier son rapport à l'argent : il peut faire le bonheur à condition qu'il ne conditionne pas toutes nos actions. C'est en ayant conscience de nos vrais besoins, de vraies sources de satisfaction qui ne sont pas matérielles, que l'on peut sortir de notre prison mentale et dépasser la souffrance liée à l'argent - ou au manque d';argent.Michel Pascal propose une méthode méditative, inspirée des Pères du Désert et du bouddhisme, pour développer notre système immunitaire mental, afin de mieux faire face aux crises que nous sommes amenés à rencontrer.

  • Dans les années 1970, une nouvelle génération de producteurs, dirigeants, agents, artistes et comédiens accède au pouvoir et se lance dans des aventures pleines de fureur, de passion et de démesure. Ce sont Patrick Dewaere et Gérard Depardieu, Jean-Pierre Rassam et les frères Seydoux, Bertrand Blier, Alain Sarde, Isabelle Huppert et Daniel Toscan du Plantier...
    Des Valseuses à Loulou en passant par Don Giovanni, des films exceptionnels vont marquer cette époque. Mais dans les années 1980, l'irruption des télévisions privées fracasse les nouveaux équilibres. Succès, drames, faillites, morts, naturelles ou brutales : tout est raconté ici.
    Pendant trois ans, Michel Pascal, chroniqueur et journaliste, a recueilli les confidences inédites des plus grands noms de la profession, mais aussi celles des patrons et des hommes politiques. Aucun scénariste n'aurait osé imaginer les complots, les pièges, les hasards qui ont forgé les individus, les films et les compagnies pendant cet âge d'or du cinéma français où tout était encore possible...
    " Les Seydoux sont milliardaires depuis 1715. Tu crois que je vais réussir à les ruiner ? " Claude Berri.
    " L'affaire Gaumont ? Il y a de l'amour, de l'amitié, des trahisons, de l'argent, des films et peut-être, au bout, la mort... C'est un condensé de tout le cinéma. " Gilles Jacob.
    " Qui a bien pu tuer Gérard Lebovici, l'homme invisible du cinéma français ? "Libération.

    " Le cinéma et la politique se ressemblent: ils sont tous les deux affaires de spectacle. " Jérôme Clément.

  • Les plus belles phrases Zen (Thich Nhat Hanh, Lao Tseu, etc.), mises en image par Michel Pascal, nous emmènent à la source d'un quotidien où chaque instant se goûte en pleine conscience. La cérémonie du thé, les rituels des moines, les paysages ressemblant à des estampes, l'évanescence des cerisiers, des parfums, des encens, la pureté des matières nobles, les jardins reflétant l'équilibre, la grâce absolue de la pureté, la photo revisitée comme art pictural... Cet album nous invite à entrer dans l'éternité vue du Japon, par la porte de la beauté.

  • « L'économie néolibérale n'a plus qu'un critère de réussite : l'argent. C'est une violence dans les esprits. » Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon

    Monique Pinçon-Charlot & Michel Pinçon sont sociologues, directeurs de recherche au CNRS. Ils dialoguent dans cet ouvrage avec Émile, alors collégien. Pascal Lemaître est illustrateur dans l'édition et dans la presse internationale.

  • Le burn-out, syndrome d'épuisement professionnel, affecte l'ensemble des catégories sociales. Dépisté trop tardivement, ce syndrome peut déboucher sur une dépression sévère, parfois accompagnée de répercussions physiques sérieuses.
    Confronté quotidiennement au vécu de ses patients, Michel Delbrouck dresse dans cet ouvrage un panorama exhaustif et détaillé de la prise en charge du burn-out. Une analyse fouillée des causes et répercussions neurophysiologiques et épigénétiques permet de mieux comprendre l'intensité et la durée de la symptomatologie des formes graves de burn-out. Certains patients à la symptomatologie légère, modérée ou sévère, peuvent vivre des phénomènes de dissociation. Ces mécanismes de défense destinés à éviter au patient un trop grand impact émotionnel peuvent devenir chroniques. Des phénomènes d'amnésie et/ou d'anesthésie psychique et/ou d'état dépressif majeur dominent parfois la clinique.
    Suivant un modèle évolutif, Comment traiter le burn-out ? propose un traitement efficace en dix phases : dix étapes à ne pas brûler dans lesquelles médecine préventive, médecine curative, psychothérapie, coaching et acteurs de la sphère du travail collaboreront autant dans une optique de prévention que de dépistage ou de traitement du burn-out.

  • La Révolution française est ici revisitée à la lumière des recherches novatrices qui ont vu le jour depuis vingt ans. L'ouvrage est ordonné selon un plan qui, tout en respectant le récit chronologique, insiste sur certains aspects thématiques. Deux approches ont été particulièrement privilégiées : d'une part, la Révolution est saisie comme une rupture politique majeure, fondamentale pour la construction de la démocratie en France ; d'autre part, elle est replacée dans son environnement international à travers ses singularités et ses influences dans le monde de la fin du XVIIIe siècle.
    Cet ouvrage, panorama clair et complet, donne à voir et à comprendre l'un des événements majeurs de l'histoire universelle.

  • Un tout en un montessorien, au format ePub, sur le français et l'expression orale ou écrite, à utiliser à la suite ou indépendamment du 3-6 ans.
    Ce livre détaille le travail montessorien en grammaire, orthographe et conjugaison, mais aussi en expression écrite et orale. Il couvre l'équivalent du programme de l'Education nationale jusqu'à la cinquième incluse.
    Il souligne aussi les intentions pédagogiques sous-jacentes et met en évidence l'apport particulier de chaque activité pour aider l'enfant à découvrir des contenus scolaires tout en favorisant le développement de sa personnalité.
    Cet ouvrage propose aussi de nombreuses pistes pour les enfants de 6 ans qui n'auraient pas bénéficié jusque-là d'un parcours montessorien.
    Il s'adresse enfin aux enfants qui semblent à l'aise en lecture-écriture, mais qui sont en réalité assez fragiles. Bien souvent, les notions de base n'ont été que mémorisées, ni comprises ni assimilées. Le livre propose des activités pour vérifier où en sont les enfants et, le cas échéant, leur faire revisiter certaines notions.

  • "Un jour, je découvris dans la galerie parisienne l'oeuvre de Silvia Bächli. Je montrai la reproduction à mon chef pâtissier, et ensemble nous entreprîmes une composition : différentes couches alternant meringue et feuilletage extrêmement fins - au point que le sucre était à peine perceptible - aux tons pastel - afin de respecter les propriétés de l'aquarelle -, entre lesquelles étaient disposées différentes matières (mousses, etc.) qui assuraient à l'ensemble moelleux mais aussi hauteur. Quant à la forme finale, nous optâmes pour celle d'un papillon, que le maître d'hôtel découpait délicatement au centre avec le dos du couteau, faisant alors remonter les extrémités, telles des ailes. L'ensemble, d'une grande légèreté, semblait flotter dans l'air. Tout comme l'oeuvre de Silvia Bächli."
    /> Michel Troisgros

    Ce livre se lit comme la gourmande déclaration d'amour à l'art et à la nature de l'un de nos plus grands chefs.


    Michel Troisgros est cuisinier.
    Denis Lafay est journaliste.
    Pascal Lemaître est auteur-dessinateur.

  • Trois chercheurs - un paléo-anthropologue, un neurobiologiste et un philosophe - réunis, pour tenter de répondre à une même question, plus que jamais d'actualité: «qu'est-ce que l'humain? ». Le paléo-anthropologue, Pascal Picq, considère l'homme à l'intérieur du monde vivant, en insistant plus sur les continuités que sur les ruptures. Selon lui, comment ne pas faire descendre l'homme de son piédestal d' « animal doué de raison », quand on sait que les primates ont développé des techniques relevant de la culture? Le neurobiologiste Jean-Didier Vincent, interroge quant à lui le «miracle» de la sélection génétique qui a fait qu'à un moment de l'évolution quelques gènes se sont mis soit à fonctionner plus longtemps soit à se dupliquer et à s'exprimer là où ils ne devaient pas l'être, dans le cerveau." Enfin, pour nouer nature et culture, la philosophie, en la personne de Michel Serres, relaie les savoirs scientifiques en méditant sur le temps. Nous savons aujourd'hui évaluer la durée gigantesque requise par la formation de l'univers inerte, des vivants et de l'homme. Comment définir ce dernier, sinon comme un vivant parti à la conquête de ce temps ? Comme "le premier vivant en voie d'auto-évolution"?

  • Dans les années 2000/2003, l'incantation au soutien à la parentalité a côtoyé les discours sur l'insécurité, les "défauts" de la parentalité étant mis largement sur le devant de la scène médiatique et politique comme causes de dysfonctionnements sociaux. L'originalité de cet ouvrage est de porter un regard critique sur le terme même de parentalité et sur le contexte dans lequel il a émergé. Il favorisera une analyse plus lucide des enjeux de cette mise en exergue de la parentalité.

  • Cet ouvrage est le fruit d'un dialogue entamé par une vingtaine de chercheurs d'horizons géographiques différents (Belgique, Canada, France et Suisse), et de domaines de recherche variés (philosophie, sciences du langage, ergonomie, psychologie, didactique...), lors d'un séminaire d'automne organisé en octobre 2015 par le laboratoire LiDILEM : « Regards croisés de philosophes, linguistes, didacticiens, psychologues, ergonomes ... sur une discussion à visée philosophique : « pourquoi on dit : c'est pas juste » ». La démarche de séminaire était de proposer aux chercheurs d'analyser une Discussion à Visée Démocratique et Philosophique (DVDP) animée par Michel TOZZI auprès d'un public de CM2 lors des journées mondiales de la philosophie organisées par l'UNESCO en novembre 2014. Un appel à contribution a donc été lancé auprès de chercheurs de différents champs disciplinaires : philosophie, psychologie, sciences de l'éducation, sciences du langage... À l'issue de ce séminaire M. Tozzi revenant sur les modèles et les analyses présentés, a posé un certain nombre de pistes de recherche formulant un ensemble de questions et suggérant « que chacun explicite en quoi le modèle qu'il convoque lui semble pertinent pour répondre à telle ou telle question... » ce qui a donné les grandes lignes de cette publication collective. Nous avons tenu à ce que le corpus soit présenté dans la partie introductive de l'ouvrage afin que le lecteur (praticien ou formateur) puisse confronter son regard aux analyses présentées. Nous mettons également à disposition de tout chercheur qui souhaite faire une analyse de ce corpus plusieurs transcriptions de cette séance (format texte, mais aussi balisé XML - avec ELAN© notamment) ainsi que de la vidéo.

  • Demain, un monde sans livres ? Le livre, considéré comme objet, contenu, symbole, mais aussi comme rapport à ses lecteurs, et relation entre eux, vit une révolution. L'essor de la numérisation le remet en cause, ou, en tout cas en question. Cet ouvrage propose des réflexions interrogeant le statut du livre dans notre société, des supports numériques qui se substituent à lui, ou le complètent, ainsi qu'au devenir de l'écriture et de la lecture à l'ère d'Internet.

  • « Vers la fin du mois de janvier 2010, peu après la mort d'Éric Rohmer, Claude Chabrol a enfin accepté un projet qu'il reportait d'année en année : se pencher sur sa vie et réfléchir sur lui-même, sur son travail, revenir sur une existence tout entière consacrée à une passion presque exclusive, le cinéma. À quatre-vingts ans, il était temps pour lui de le faire, disait-il, même s'il avait en horreur les dates anniversaires et les chiffres ronds. Ont commencé, pendant un peu plus de six mois, une série de rencontres où ce géant de la Nouvelle Vague, à la modestie légendaire et étrange, a laissé s'ouvrir les tiroirs de son coeur et de sa mémoire pour évoquer pêle-mêle ses films et ses femmes, les polars et la politique, ses maladies d'enfance et ses béatitudes, mais aussi la vieillesse et la mort... Elle approchait sans qu'on le sache. Et la voix s'est tue brusquement quand Claude Chabrol a interrompu nos conversations pour courir vers un destin qui l'a emporté en quinze jours. À toute allure.
    Ainsi ce livre, qui restera une aventure unique, a changé de forme. D'un côté, le cinéaste se raconte, tel qu'il veut qu'on le voie. De l'autre, les siens, de Stéphane Audran à Mathieu Chabrol, son fils musicien, de Cécile Maistre-Chabrol, sa fille et première assistante, à Aurore Chabrol, sa troisième femme qui fut aussi sa script-girl, le dévoilent, tels qu'ils l'ont connu et aimé. Et les deux images s'accolent et se collent en tremblant, pour sculpter les deux visages d'un Chabrol bien plus complexe et secret qu'il ne le laissait paraître. 
    Pour ces confessions chuchotées, ces souvenirs impressionnistes, rédigés pendant les derniers mois de sa vie, Claude Chabrol a puisé dans ses souvenirs pour la première et la dernière fois, plongeant dans sa vie et ses films qui ne faisaient qu'un. Il parle de tout : de l'argent, des femmes, de l'amour et du sexe, de la jalousie, de la mort, de la politique, de ses bonheurs et de ses déceptions, de sa jeunesse et de sa vieillesse, sur un ton aussi feutré que sincère, où le rire n'est jamais loin, en livrant des clefs sur son cinéma et un éclairage inédit sur sa vie d'homme. » Michel Pascal

  • Quand l'aurochs ou le cheval à l'état sauvage se sont-ils éteints ? Quelle est l'histoire du lynx pardelle, l'une des nombreuses espèces disparues de notre territoire ? Depuis quand et comment l'oie cendrée et le loup gris sont-ils de retour en France ? Pourquoi considère-t-on la mouette rieuse et le renard roux comme des espèces à la fois autochtones et allochtones ("invasives") ?
    Une synthèse inédite des connaissances disponibles sur l'évolution de la faune des vertébrés de France métropolitaine au cours des derniers millénaires.
    Prix Auguste Chauveau 2008 de l'Académie vétérinaire de France.

  • Le bonheur est une question de regard. Mais aussi d'entraînement ! Ce manuel est destiné à nous exercer au bonheur à la fois comme une gymnastique et comme un état spirituel à développer. Sous forme de témoignages et de maîtres-mots, les auteurs aident le lecteur à se mettre en situation : faire en soi place au bien-être, considérer autrement les petites choses de la vie et s'ouvrir à sa dégustation. Le bonheur est à saisir au vol, il faut savoir le happer en savourant de nouveau les sensations, les petits détails du monde : la fraîcheur d'un verre d'eau, la beauté d'un lever de soleil, l'émotion de sentir le vent contre sa peau, etc. En démontant mille et une situations pénibles de la vie quotidienne, Michel et Djana Pascal nous guident pas à pas pour nous permettre d'appliquer cette précieuse vérité. Vous n'avez jamais réfléchi au fabuleux destin d'un métro bloqué ? Et pourtant... à la lecture de ces pages, on redécouvre ainsi la joie de faire la queue au supermarché, de manger dans un restaurant bondé ou de laver la vaisselle ! Autant de petites scènes de la vie de tous les jours décortiquées et qui, assorties de " trucs " pour savoir les apprécier, nous apprennent à nous évader de nos prisons mentales. En partant de situations concrètes, le livre nous mène peu à peu à une révolution de notre paysage intérieur. Chaque cas raconté donne lieu à un commentaire et à des conseils pratiques qui, en plusieurs étapes, sont destinés à nous réconcilier avec notre quotidien. Le stress étant l'ennemi du bien-être, l'idée est de savoir l'éliminer, le contourner, se construire des garde-fous. Sous cet angle, le bonheur est à portée de main. On apprend ainsi que le temps n'existe pas, et que l'épanouissement est une question de volonté. Alors, pourquoi s'en priver ?

  • En tout, le numéro de printemps des Cahiers de lecture propose trente recensions d'essais québécois parus récemment. Rédigées par des spécialistes, ces comptes-rendus critiques se divisent en trois thèmes, dont le premier s'intitule « L'expérience de la Conquête » et qui analyse entre autres les 2 tomes de Vivre la Conquête écrit par Gaston Deschênes et Denis Vaugeois. On trouvera aussi dans ce numéro la recension d'essais consacrés au pouvoir des images (Les images que nous sommes de Serge Bouchard) ainsi qu'à des ouvrages s'intéressant aux enjeux féministes actuels (Les filles en série de Martine Delvaux).

  • Écouter la voix de la Révolution, entrer en conversation avec nos pères, voilà ce que nous permet ce livre qui ne ressemble à aucun autre. Les archives des commissaires-enquêteurs au Châtelet de Paris ont été systématiquement exploitées par Michel Bloit et Pascal Payen-Appenzeller. Ils se sont intéressés à 1789, l'année du passage, et ont étudié les affaires publiques ou privées, importantes ou sans grande portée apparente, qui montrent comment le vent de l'histoire souffle dans les rues, les maisons, et sur la vie des communautés et des individus. À côté des révélations concernant les émeutes du faubourg Saint-Antoine, vous découvrirez les suites, macabres ou insolites, de la journée du 14 juillet, vous y verrez la démocratie à l'oeuvre, à Paris et en banlieue. Une galerie de caractères, de la saveur dans le langage et dans les gestes, un livre goûteux qui montre la Révolution à la fois dans ses aspects les plus concrets et les plus symboliques à travers une série d'enquêtes en forme de nouvelles, Les Mystères de Paris en l'an 1789 vous invitent au spectacle de l'histoire.

  • Le dossier de ce numéro d'automne est le premier d'une série de deux consacrée à l'essayiste André Belleau, cofondateur de la revue Liberté et professeur à l'UQAM. Cet incontournable de la vie savante québécoise des années 1960 à 1980 s'est enflammé sur des sujets aussi importants que le nationalisme, la recherche en littérature ou le rôle particulier de l'intellectuel dans la société. Ce premier volume porte précisément sur l'écriture de l'essayiste, pour découvrir « comment ses énoncés de savoir se collent à une subjectivité, à une manière, à un style ». Une dizaine d'auteurs s'attaquent, avec une surprenante méthode critique, à l'héritage de celui que l'on a parfois nommé le Barthes québécois. Évaluation esthétique de l'oeuvre, essais autoréférentiels, traque ludique de l'« essayiste fictif », culture et classes sociales, autant de thèmes abordés dans ce numéro de la revue Voix et images : « Tout le problème serait peut-être qu'André Belleau s'avoua toujours intellectuel, et ne put jamais vraiment, jamais totalement, être écrivain ».

  • Radio Frequency IDentification (RFID) is an automatic identification method, relying on storing and remotely retrieving data using devices called RFID tags or transponders. An RFID tag is a small object that can be attached to
    or incorporated into a product, animal or person. An RFID tag contains an antenna to enable it to receive and respond to Radio-Frequency (RF) queries from an RFID reader or interrogator. Passive tags require no internal power source, whereas active tags require a power source.
    As of today (2006), the concepts of ubiquitous computing and ambient intelligence are becoming widespread. In order for these to become a reality, a number of key technologies are required. In brief, these technologies need to be sensitive, responsive, interconnected, contextualised, transparent and intelligent. RFID, and in particular passive RFID tags, are such a technology. In order to deliver the necessary characteristics that could lead to ambient intelligence, however, there are some challenges that need to be addressed.
    Remote powering of the tags is probably the most important challenge. Issues concerning the antenna-tag interface and the rectifier design, that allow the RF signal to be converted to Direct Current (DC) are top priorities. Secondly, the communication link and the reader should be optimized. The RF signal that contains the tag data suffers from a power of four decay with the distance between tag and reader. As a result, both the reader sensitivity and the tag backscattered power efficiency have to be maximized. Long-range powering, as well as sufficient communication quality, are the guidelines of this work.
    This work proposes a linear two-port model for an N-stage modified-Greinacher full wave rectifier. It predicts the overall conversion efficiency at low power levels where the diodes are operating near their threshold voltage. The output electrical behavior of the rectifier is calculated as a function of the received power and the antenna parameters. Moreover, the two-port parameter values are computed for particular input voltages and output currents for the complete N-stage rectifier circuit, using only the measured I-V and C-V characteristics of a single diode.
    Also presented in this work is an experimental procedure to measure how the impedance modulation at the tag side affects the signal at the reader. The method allows the tag designer to efficiently predict the effect of a modulator design at the system level and gives a useful instrument to choose the most appropriate impedances.
    Finally, the design of a fully-integrated, remotely powered and addressable RFID tag working at 2.45GHz is described. The achieved operating range at a 4W Effective Isotropically Radiated Power (EIRP) reader transmit power is at most 12 m. The Integrated Circuit (IC) is implemented in a 0.5 um silicon-on-sapphire technology. A state-of-the-art rectifier design is embedded to supply energy to the transponder. Inductive matching and a folded-dipole antenna are key elements for achieving this performance.

  • On comprendra en lisant ce livre que l'idéologie innéiste de la sociobiologie humaine, aux accents inévitablement inégalitaires et racistes, est interdite par les sciences mêmes que cette « discipline » prétend intégrer. Mais disqualifier scientifiquement l'hypothèse centrale de cette théorie - l'aptitude des gènes à déterminer le jeu complexe des relations sociales, et à en fournir la clé - n'est assurément pas tout ce à quoi des scientifiques peuvent aujourd'hui aspirer. Il faut en outre, dès cette tache accomplie, en vulgariser l'explication, de manière à combattre l'emprise d'un fascisme théorique - celui, notamment, de la « nouvelle droite » - dont l'actuelle « sociobiologie », relayée par un certain journalisme, constitue, en remplacement du vieux « darwinisme social » et suivant la même stratégie, l'idéologie de soutien Première réfutation pluridisciplinaire des fondements de cette idéologie de crise, ce livre dont les enjeux contemporains sont considérables - l'interprétation du darwinisme, sa lecture marxiste hier et aujourd'hui, les rapports de la science et de l'idéologie, les limites de la génétique, les sciences de l'homme dans leurs relations aux sciences de la nature, le couple nature culture ou nature/société -, a choisi d'exister en vue de cette action.

  • Des contes merveilleux pour tous ceux qui aiment raconter ou se faire raconter de belles histoires.

  • L'édition automnale de la revue Circuit s'intéresse à l'usage de la microtonalité dans la musique moderne et contemporaine occidentale et ainsi au legs du compositeur russe et pionnier microtonal Ivan Wyschnegradsky. Philippe Leroux témoigne du rôle crucial joué par Wyschnegradsky dans l'éveil d'une génération de compositeurs à la question microtonale, tandis que la compositrice Pascale Criton, dans une entrevue avec la musicologue Sharon Kanach, illustre comment son propre langage est redevable à l'oeuvre du Russe. Dans un second entretien, le compositeur Michel Gonneville se confie à Jimmie LeBlanc au sujet de la place de la microtonalité dans son propre catalogue. La violoncelliste et compositrice Émilie Girard-Charest aborde ensuite la question de l'ergonomie de l'interprétation dans les oeuvres microtonales. Deux textes plus théoriques closent le numéro. Landon Morisson analyse Ein Schattenspiel de l'Autrichien Georg F. Haas et Paul Bazin démontre, pour sa part, comment Régime 11, Type A de Bruce Mather est profondément ancrée dans les principes théoriques de Wyschnegradsky.

  • La polysémie du mot "brousse" tient avant tout à la multiplicité des représentations. En Nouvelle Calédonie la brousse, du fait qu'elle correspond à des espaces précis, est devenue territoire et toponyme. La parole est ici donnée à divers spécialistes de la brousse et de la Brousse calédonienne, issus de différentes disciplines. Aujourd'hui la Brousse n'est elle pas en train de mourir ? Face à cette transformation irrémédiable, il importe que les valeurs qui lui sont attachées ne disparaissent pas.

  • La libre communication des pensées et des opinions ne serait pas effective si le public auquel s'adressent les moyens de communication audiovisuelle n'était pas à même de disposer, dans le cadre du secteur privé et public, de programmes qui garantissent l'expression de tendances de caractère différent. Ces principes sont désormais mis à l'épreuve de la révolution et de la convergence numériques. Aussi le présent ouvrage s'interroge-t-il sur l'équité concurrentielle entre les opérateurs dans ce nouveau contexte.

empty