• 1920, île de Ré. Léon vit seul avec sa mère depuis que son père est parti à la guerre et n'en est pas revenu. Il pêche, ramasse des coquillages et s'invente des aventures, assis sur le dos d'une carcasse de baleine. Un matin, après une tempête, Léon trouve un homme inanimé sur la plage. Tierno, c'est son nom, raconte alors comment il a été arraché à sa famille au Sénégal six ans plus tôt pour combattre comme tirailleur dans les rangs de l'Armée française et comment son navire a coulé alors qu'il allait enfin rentrer dans son pays.

    Nicolas Michel est journaliste pour Jeune Afrique où il traite essentiellement des questions culturelles. En 1999, il a reçu le Prix Goncourt du premier roman pour Un revenant, publié chez Gallimard. Depuis, il a écrit d'autres romans parus chez Gallimard et Buchet Chastel. Il est également l'auteur de carnets de voyage chez Casterman.Chez Talents Hauts, il a publié Quand le monstre naîtra (coll. "Les Héroïques") sélectionné pour de nombreux prix et qui a reçu le Prix Saint Exupéry en 2017.

  • 1939. Malgré la guerre, Lucile, fille unique espiègle et insoumise, coule des jours heureux dans un petit village de Haute-Provence. Elle se lie d'amitié avec Elsa et Emmanuel, le jeune couple que ses parents hébergent dans une ferme.Mais l'univers et les certitudes de Lucile s'effondrent lorsque Elsa et Emmanuel sont chassés et que ses parents lui annoncent la naissance prochaine d'un frère ou d'une soeur. Désormais, cet enfant sera pour elle « le monstre ».

    En 1999, Nicolas Michel a reçu le Prix Goncourt du premier roman pour Un revenant, publié chez Gallimard. Depuis, il a écrit quatre autres romans parus chez Gallimard et Buchet Chastel. Il est également l'auteur de carnets de voyage chez Casterman.Aujourd'hui, il travaille au journal Jeune Afrique où il traite essentiellement des questions culturelles.

  • BnF collection ebooks - "Parmi les écrivains qui appartiennent, par leur naissance, à quelqu'une des localités formant actuellement le département du Gard, il en est quelques-uns qui ont joué un rôle important dans les grands événements de la Révolution française ; presque tous ont péri victimes des excès de cette époque de rénovation, soit qu'ils aient professé les principes constitutionnels, soit qu'ils aient tenu au parti royaliste."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Nîmes a eu, sous la domination romaine, des écoles assez florissantes pour former quelques-uns des hommes qui ont joué un rôle important à cette époque. Au Moyen Âge, elle a produit des troubadours, des théologiens, des juristes, des médecins, dont les noms sont passés à la postérité. Au moment de la renaissance des lettres, elle a pris une part active au mouvement général et elle a contribué à la restauration des littératures grecque et latines".BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • BnF collection ebooks - "Parmi les nombreux écrivains dont la révocation de l'édit de Nantes priva la France, plusieurs appartiennent, par leur naissance et leur éducation, à des localités qui font actuellement partie du département du Gard. Quelques-uns d'entre eux, par exemple, Des Vignoles, Chauvin, Saurin, Bourguet, doivent être mis au nombre des hommes les plus remarquables de la fin du dix-septième siècle et du commencement du dix-huitième."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Ils sont journaliste, écolier, esclave, militant...
    Ils ont lutté contre les nazis, la pauvreté, ou pour les droits des femmes et des enfants.
    Ils se sont faits les porte-parole des opprimés, des oubliés, de ceux que l'on n'entend pas.
    Leurs combats étaient essentiels, et ils ont changé le monde.

  • Cet ouvrage prépare au concours très sélectif d’ingénieurs et techniciens de recherche et de formation, en proposant :toutes les informations pour l’inscription ;l’intégralité de la méthodologie ;des conseils et une analyse des attentes du jury ;tout sur « l’esprit » des concours ITRF.

  • Cet ouvrage est à jour des dernières évolutions légales, réglementaires et jurisprudentielles du droit bancaire. Il a pour intérêt de présenter, le plus clairement possible et de façon pédagogique, cette matière a priori technique. Il couvre l'ensemble des questions se posant en 2019 avec cette branche du droit, notamment les questions relatives aux taux d'intérêt, de la fraude à la carte bancaire, et des crypto-monnaies.



  • Cette nouvelle édition de l'ouvrage « ORL de l'enfant » rend compte des multiples avancées qui ont transformé la pratique clinique en ORL pédiatrique ces dix dernières années, qu'il s'agisse de pathologies courantes ou de tumeurs ou malformations rares.
    Les progrès en imagerie, en explorations fonctionnelles, en génétique ont transformé les évaluations diagnostiques chez l'enfant. Les progrès technologiques autour de la chirurgie, de l'endoscopie thérapeutique, des implants auditifs et dans certains domaines la découverte de nouvelles thérapeutiques pharmacologiques ont transformé le pronostic fonctionnel, cosmétique et parfois vital des pathologies ORL. Notamment cela a été le cas de manière tout à fait spectaculaire avec la mise en évidence de l'effet curatif des bêta-bloquants sur lesangiomes du nourrisson et en particulier dans le domaine ORL des localisations laryngotrachéales et faciales de ces angiomes, qui nécessitaient auparavant souvent une trachéotomie ou des traitements chirurgicaux lourds.
    L'ouvrage comprend deux nouvelles sections détaillant de façon très pratique les urgences et les techniques chirurgicales courantes. Chaque chapitre est richement illustré et s'accompagne d'un encart résumant les principaux messages. Ce livre est l'outil indispensable de l'ORL, du pédiatre et des internes en formation.

  • Conçus pour faciliter aussi bien l´apprentissage que la révision, les Mini Manuels proposent un cours concis et richement illustré pour vous accompagner jusqu´à l´examen. Des exemples sous forme d´encarts, des mises en garde et des méthodes pour éviter les pièges et connaître les astuces, enfin des exercices, tous corrigés, complètent le cours.
    Ce Mini Manuel de Mécanique du point présente l´essentiel à comprendre et à savoir en Mécanique du point pour tout étudiant en L1/L2 de Sciences de la Matière, Sciences Physiques et en Sciences pour l´Ingénieur.
    Cette nouvelle édition, actualisée, a été enrichie d´un nouveau chapitre d´introduction à la mécanique du solide.

  • Nous avons un besoin absolu d'Europe. Le " Brexit " illustre la défiance des peuples à l'égard d'une Union européenne dont ils dénoncent l'autoritarisme technocratique. Attisé par la victoire de Trump, le repli nationaliste pourrait bien l'emporter. En prenant pour point de départ la question de la démocratie, cet essai développe des propositions concrètes pour surmonter la crise européenne en commençant par rendre aux citoyens le pouvoir de se prononcer sur les grandes options économiques. La méthode des petits pas est révolue. Le contexte historique actuel appelle un nouvel acte fondateur, comme le furent l'institution du marché commun ou la création de l'euro. Cet acte, les auteurs le situent dans un budget européen, avec sa double dimension d'élément constitutif d'un ordre politique et de fonction d'investisseur en dernier ressort pour recouvrer une croissance soutenable. Seul l'avènement d'une véritable puissance publique européenne peut permettre la revitalisation des démocraties nationales en desserrant l'étau réglementaire de l'UE. En concevant la possibilité d'un partage des responsabilités politiques entre ces deux niveaux, les auteurs envisagent la figure inédite d'une double démocratie. Michel Aglietta est professeur émérite à l'université Paris-Ouest et conseiller au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) et à France Stratégie. Nicolas Leron, chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po, est président du think tank EuroCité et président du site de critiques Nonfiction.

  • Mahomet caricaturé, tombes profanées, Marseillaise sifflée. De quoi la transgression est-elle le nom ?
    Comment définir cette notion qui envahit l'actualité, mobilise la réflexion des philosophes, des sociologues, des juristes, bouscule nos systèmes de représentations et interroge en profondeur les conditions du vivre-ensemble ? Voici le premier ouvrage de fond sur un sujet trop souvent réduit aux lieux communs, la somme de référence sur un concept d'une extraordinaire richesse pour les sciences humaines.
    La transgression s'apparente-elle à la désobéissance ? Que nous dit-elle sur la faute, le désir, le péché, l'ordre et la règle ? Sur la notion d'interdit et sur celle de déviance ? Sur la puissance des tabous et la force du refoulé ? Des pamphlets de l'Ancien Régime aux transgressions de l'art contemporain, de la sexualité à la profanation, de Sade à Freud en passant par Bataille et Caillois, cette réflexion plurielle sur un sujet majeur invite à repenser les limites du tolérable et la force des interdits.

  • Vécue et éprouvée, pensée et mise en mouvement par ceux qui l'habitent, la ville, en tant qu'espace citadin, communautaire, municipal, est l'enjeu de symboliques nationales, de processus concurrents d'appropriations, de dynamiques sociales. À travers des exemples pris à Londres, Paris, Strasbourg. Mulhouse. Édimbourg aux xixe et xxe siècles, dans lesquels la géographie culturelle et l'histoire de la sensibilité à l'environnement urbain sont prises en considération, il est ici question des enjeux de ces mises en scènes en termes de contrôle social et d'identités collectives. Que ce soit par le biais de parcours imaginés ou bien par celui d'appropriations « illicites », comment les individus et les groupes sociaux réagissent-ils vis-à-vis des mises en scène(s) proposées et comment les identités spatialisées sont-elles intériorisées ? L'ouvrage s'organise en trois parties, qui correspondent aux trois axes de cette question. Délimiter des territoires, à savoir fixer et circonscrire l'inscription dans l'espace urbain de comportements constitués comme déviants (par exemple l'ivrognerie et la défécation). Préserver des lieux, c'est-à-dire constituer des espaces singuliers soustraits au paysage urbain, à ses règles communes et à ses contraintes, créer des espaces de liberté, de sociabilité ou tout simplement d'intimité. Disputer l'espace, au sens de composer avec les projections symboliques des groupes dominants et du pouvoir d'État, processus dans lequel résistances et esquives des citadins s'exercent subtilement, contre le « marquage » des lieux, et cherchent à faire vivre de nouvelles territorialités.

  • Dans ce numéro : une longue entrevue de Nicolas Gendron avec Xavier Dolan sur Mommy (6 pages), sans doute LE film québécois de l'année 2014; un dossier exclusif de 18 pages sur le rayonnement international du cinéma québécois (un article sur les rôles de la SODEC et de Téléfilm Canada; un entretien de 6 pages de Michel Coulombe avec Anick Poirier de Séville International sur la vente des films québécois à l'étranger; un texte de 9 pages de Nicolas Gendron sur les expériences de cinéastes dans les festivals internationaux avec la participation de Denis Côté, Bernard Émond, Stéphane Lafleur, Anaïs Barbeau-Lavalette, Philippe Falardeau et Anne Émond; le point de vue des programmateurs de Sundance et de Tribeca sur le cinéma québécois récent). Dans la chronique Histoires de cinéma, Jean-François Hamel redit l'importance du film L'Avventura de Michelangelo Antonioni (6 pages). Et Christian Nadeau signe le texte « L'universel et le singulier » en abordant les 3 Histoires d'Indiens sous l'angle du Cinéma et philosophie. Également, un texte sur l'exposition Image x Image - Le cinéma d'animation à l'ONF et des critiques des films Le Mystère MacPherson, My Sweet Pepper Land, Bidonville..., Yves Saint-Laurent et plusieurs autres.

  • Le nouveau film de Maxime Giroux, Félix et Meira, trône en page couverture de ce numéro de Ciné-Bulles. Avec une virtuosité et une sensibilité semblables à celles du réalisateur, le critique Luc Laporte-Rainville présente ce grand film, qui met en scène une histoire d'amour non conventionnelle entre un héritier francophone excentrique et une jeune mère juive hassidique. De plus, pour marquer la sortie de Deux jours, une nuit, le 9 janvier, on trace le portrait du cinéma des frères Dardenne; on découvre l'exposition Stanley Kubrick: The Exhibition; et on commente plusieurs films à venir sur les écrans, dont The Price We Pay d'Harold Crooks.

  • À l'image du caractère insaisissable de son sujet, énigmatique à souhait, la couverture de ce numéro de Ciné-Bulles est consacrée au Profil Anima, documentaire de Sophie Deraspe. Une oeuvre « au diapason de la politique internationale et de nos obsessions virtuelles qui génèrent un mystère abyssal, vertigineux, sans fin », selon Zoé Protat qui a analysé le film pour nous. Un entretien de Nicolas Gendron avec la réalisatrice nous convainc de toute la pertinence de ce film. Des entrevues avec Mathieu Denis, réalisateur de Corbo, puis avec Rafaël Ouellet pour son 6e opus, Gurov et Anna, sont aussi au sommaire de cette édition, chacune étant suivies d'un texte critique. Finalement, la chronique « Histoires de cinéma » se penche sur le cinéma de Godard, plus spécifiquement sur Sauve qui peut (la vie), 35 ans après sa sortie.

  • Contrairement aux cinématographies américaine et française, le cinéma québécois s'est rarement intéressé à la comédie politique. Pour son plus récent film, Guibord s'en va-t'en guerre (en couverture), le cinéaste Philippe Falardeau se livre à cet exercice pour le moins nouveau, mêlant la satire et l'ironie à des préoccupations sociales. Ciné-Bulles a rencontré pour nous le réalisateur à l'humour fin qui réussit son pari d'équilibriste dans ce créneau casse-cou du rire réfléchi. Le dossier de ce numéro se consacre au documentaire, recueillant les témoignages de quatre cinéastes et s'intéressant au cycle complet de ce genre de cinéma, de la formation à la diffusion en passant par le financement. Côté critiques, la revue analyse entre autres le film-choc The Tribe de Myroslav Slaboshpytskiy et le deuxième long métrage de Mélanie Laurent, le poignant Respire.

  • Il y a rarement eu plus bel automne cinématographique québécois que celui de 2015. C'est le constat de Ciné-Bulles, qui emplit ses pages d'entrevues et de critiques de films réalisés par des talents d'ici. En couverture, le remarquable Garagiste, un projet dans lequel la scénariste du Ring (2007), Renée Beaulieu, s'est totalement investie. Porté par de magnifiques interprétations, cet émouvant récit confirme la belle entrée en scène d'une cinéaste. Dans un entretien avec Charles-Olivier Michaud, nous découvrons le parcours prolifique de ce cinéaste qui livre avec Anna, en salle fin octobre, son film le plus abouti. Ailleurs dans la revue, la chronique Du livre au film se consacre à Paul à Québec, Zoé Protat livre sa critique du nouveau Anne Émond, Les Êtres chers, et Frédéric Bouchard rencontre Philippe Lesage qui fait un premier saut en fiction avec Les Démons.

  • Dans ce numéro de Ciné-Bulles, un entretien en primeur avec Mina Shum qui signe le documentaire Ninth Floor sur les événements méconnus survenus à l'Université Concordia en 1969 (autrefois Sir George Williams) alors que des étudiants noirs accusaient un de leurs professeurs de racisme. OEuvre de mémoire qui fait la une de ce numéro. Également au sommaire de cette édition, des entretiens avec les réputés directeurs de la photographie André Turpin et Michel La Veaux qui ont réalisé, respectivement, le long métrage Endorphine et le documentaire Hôtel La Louisiane. Aussi, un retour, sous forme de portrait, sur le cinéma de Paolo Sorrentino, à l'occasion de la sortie de Youth. Et la chronique Histoires de cinéma raconte l'héritage à plusieurs égards du classique The Godfather de Francis Ford Coppola.

  • En couverture de ce numéro, Avant les rues, premier long métrage de Chloé Leriche, qui jette un regard sur la culture méconnue des Atikamekws. Ciné-Bulles propose un entretien en primeur avec la réalisatrice. La sortie de la biographie de Claude Jutra par Yves Lever a créé tout un émoi au Québec. Une entrevue avec l'auteur, la plus exhaustive publiée jusqu'à présent, permet d'en apprendre davantage sur les intentions de Lever ainsi que son immense travail de recherche. Aussi au sommaire de ce numéro, des hommages aux réalisateurs Ettore Scola et Jacques Rivette ainsi qu'à David Bowie, tous trois disparus en janvier dernier, un entretien avec Louis Bélanger pour son nouveau film Les Mauvaises Herbes et la chronique Histoires de cinéma sur le grand classique du comique de Jacques Tati, Playtime.

  • Ce numéro de Ciné-Bulles propose en couverture Elle de Paul Verhoeven, un film mettant en vedette la magistrale Isabelle Huppert qui a connu un grand succès à Cannes en mai dernier, et en profite pour revenir sur la filmographie hétéroclite du cinéaste hollandais. Les entretiens de cette édition donnent la parole aux cinéastes Steve Patry (Waseskun), Kim Nguyen (Two Lovers and a Bear) et Vincent Biron (Prank). De plus, le sommaire est riche en documentaires : des textes mettent en lumière les excellents Fuocoammare, par-delà Lampedusa, We Can't Make the Same Mistake Twice et Sur les traces d'Arthur. Un hommage est rendu au cinéaste Abbas Kiarostami disparu au cours de l'été et une réflexion est proposée sur l'érotisme au cinéma. Des critiques des films 1:54, The Girl King, Les Innocentes et Le Peuple interdit, entre autres, sont aussi publiées dans cette livraison.

  • Les cinéastes mécontents du travail des distributeurs veulent « ouvrir » les VOD (video on demand). Les distributeurs cherchent des salles et les salles tiennent à préserver l'exclusivité de leur première fenêtre ou manquent de films, faute d'acquisitions. Et les cinéphiles amoureux du grand écran, déplorent son accès limité et se replient sur la VOD... La diffusion du cinéma d'auteur se transforme. Pour tenter d'y voir plus clair, Ciné-Bulles donne la parole à une foule d'acteurs de ce milieu, des créateurs aux télédiffuseurs en passant par les distributeurs et les exploitants, sans oublier les cinéphiles! Un dossier riche en points de vue qui offre un inspirant tour d'horizon. Hors dossier, deux textes sur Juste la fin du monde de Xavier Dolan (en couverture), un hommage à Andrej Zulawski, décédé récemment, et les critiques de Love (Gaspar Noé), High-Rise (Ben Wheatley) et de Mia Madre (Nanni Morretti), entre autres.

  • Nous avons un besoin absolu d'Europe. Le " Brexit " illustre la défiance des peuples à l'égard d'une Union européenne dont ils dénoncent l'autoritarisme technocratique. Attisé par la victoire de Trump, le repli nationaliste pourrait bien l'emporter. En prenant pour point de départ la question de la démocratie, cet essai développe des propositions concrètes pour surmonter la crise européenne en commençant par rendre aux citoyens le pouvoir de se prononcer sur les grandes options économiques. La méthode des petits pas est révolue. Le contexte historique actuel appelle un nouvel acte fondateur, comme le furent l'institution du marché commun ou la création de l'euro. Cet acte, les auteurs le situent dans un budget européen, avec sa double dimension d'élément constitutif d'un ordre politique et de fonction d'investisseur en dernier ressort pour recouvrer une croissance soutenable. Seul l'avènement d'une véritable puissance publique européenne peut permettre la revitalisation des démocraties nationales en desserrant l'étau réglementaire de l'UE. En concevant la possibilité d'un partage des responsabilités politiques entre ces deux niveaux, les auteurs envisagent la figure inédite d'une double démocratie. Michel Aglietta est professeur émérite à l'université Paris-Ouest et conseiller au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) et à France Stratégie. Nicolas Leron, chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po, est président du think tank EuroCité et président du site de critiques Nonfiction.

  • « Sujets casse-gueule, paris réussis », c'est non seulement le titre du mot de la rédaction qui ouvre l'édition automnale de Ciné-bulles, mais aussi un excellent résumé des films couverts dans ce numéro. En effet, Barbara de Mathieu Amalric, un biopic pas comme les autres sur une chanteuse du même acabit et le documentaire DPJ de Guillaume Sylvestre, incursion en douceur dans une institution où le quotidien des travailleurs est fait de moments déchirants, constamment sur la corde raide, relèvent avec brio les défis que leur sujet pose. Destierros d'Hubert Caron-Guay, documentaire sur les migrants d'Amérique du Sud qui, passant par le Mexique, cherchent à atteindre les États-Unis ou le Canada, est de la même trempe. Le numéro propose aussi, entre autres, une critique du film 120 battements par minute de Robin Campillo, de Lucky de John Carroll Lynch et un article de fond sur Stalker d'Andreï Tarkovski.

empty