• " La question que nous posons est une question de principe. Est-il possible à l'homme d'entendre dans le langage qui est le sien une parole qui parlerait dans un autre langage, qui serait celle de Dieu, très exactement de son Verbe ? [...] Nous prendrons pour guide de notre réflexion les paroles même du Christ. Car ce sont elles sans aucun doute qui contiennent la réponse. De même en effet que toute assertion scientifique et au fond toute affirmation humaine portent en elles une prétention à la vérité, de même la parole du Christ se distingue par une prétention démesurée aux yeux et aux oreilles de beaucoup d'hommes de ce temps. Sa prétention n'est pas seulement de transmettre une révélation divine mais d'être en elle-même, purement et simplement, cette Révélation, la Parole de Dieu lui-même. En suivant pas à pas l'enchaînement de ces paroles nous nous efforcerons de voir si elles sont capables de légitimer une telle prétention : proférer la Parole de ce dieu que le Christ dit être lui-même. "
    M. H.

  • Elucider l'«incarnation», l'existence dans la chair, l'«être-chair», tel est le propos de ce livre. La chair n'est pas le corps. Car c'est la chair qui, s'éprouvant, se souffrant, se subissant et se supportant soi-même, jouissant de soi selon des impressions toujours renaissantes, est capable de sentir le corps qui lui est extérieur, de le toucher aussi bien que d'être touchée par lui. La chair seule nous permet en fin de compte de connaître le corps.

    Mais l'élucidation de la chair rencontre nécessairement l'affirmation fondamentale qu'on trouve dans le Prologue de l'Evangile de Jean : «Et le Verbe s'est fait chair.» Thèse invraisemblable, sur laquelle se joue pourtant le sort du christianisme à travers les âges. Elle affirme à la fois que la chair du Christ est semblable à la nôtre, que l'homme «est chair», que l'unité du Verbe et de la chair est possible et se réalise dans le Christ. Mais que doit être la chair pour être révélation ? Et que doit être la révélation pour s'accomplir comme chair ?

    Ce sont quelques-unes parmi les questions que Michel Henry aborde dans cette analyse de notre condition incarnée. Il prolonge et approfondit la méditation de la Vie qui faisait l'objet de ses précédents livres, en particulier de C'est moi la Vérité. Et c'est aussi une magnifique relecture critique de la tradition phénoménologique, de Husserl à Merleau-Ponty.

  • La question du phénomène précède de beaucoup la phénoménologie, elle s'ouvre avec la philosophie et l'accompagne tout au long de son histoire. Mais ce préalable incontournable - car être veut dire apparaître - est surdéterminé par une présupposition irréfléchie. De la Grèce à Heidegger, dans les problématiques classsiques de la conscience et de la représentation, dans leurs critiques, dans la phénoménologie de l'intentionnalité et dans ses prolongements, « phénomène » désigne ce qui se montre à l'intérieur d'un horizon de visibilisation, l'Ek-stase d'un Dehors.
    La mise en cause de ce monisme ontologique établit que l'Ek-stase ne subsiste que sur le Fond de son anti-essence : immanence si radicale qu'elle ne se tient jamais à distance, incapable de se voir, âme sans Idée, vie dépourvue d'archétype mais liée à soi invinciblement, s'éprouvant dans le subir, le souffrir et le jouir de son propre pathos. Parce que, avant que ne se lève le monde, une Affectivité transcendantale accomplit en nous son Archi-Révélation en même temps qu'elle engendre notre ipséité, ce sont d'autres catégories, d'autres penseurs, une nouvelle phénoménologie qui sont requis si nous voulons parvenir, enfin, à l'intelligence de ce que nous sommes.

  • « Le concept d'inconscient a fait son apparition dans la culture moderne en même temps que celui de conscience et comme son exacte conséquence : dès que l'essence originelle de la phénoménalité, révélée et occultée à la fois par Descartes dans le cogito, a été réduite à la représentation.
    Pour autant que Freud emprunte explicitement son concept de conscience à cette tradition philosophique, l'affirmation que le Fond de la Psyché échappe à la phénoménalité ainsi entendue revêt une portée immense : elle pose, après Schopenhauer et Nietzsche, que la vie ne s'exhibe jamais dans l'Ek-stase où la pensée, depuis la Grèce, la cherche. Et si, faute de moyens appropriés, le f'reudisme fut contraint de rejeter dans un arrière-monde les formes élémentaires de l'expérience, si l'affect fut ramené à la pulsion, et la pulsion à un système énergétique conforme aux schémas scientifiques de l'époque, il reste possible de reconnaître, derrière ces constructions spéculatives, à travers ces emboîtements d'hypothèses à l'infini, la figure même de cette vie - la nôtre. » (M. Henry)

  • Le christianisme bouleverse notre conception de l'homme parce qu'il refuse la manière dont celui-ci se comprend depuis toujours : à partir du monde, de sa vérité et de ses lois.
    Selon le christianisme, l'homme ne procède pas du monde mais de Dieu : il est son " Fils ". Or Dieu est Vie, Vie qui ne se montre en aucun monde, qui s'éprouve elle-même dans son intériorité invisible. L'autorévélation de la Vie est l'essence de Dieu. Cette épreuve de soi de la Vie fonde tout Soi et tout Moi, toute l'individualité et tout individu – tout " homme " concevable.
    L'opposition de la Vérité de la vie et de la vérité du monde permet, d'autre part, de savoir que jésus est le Christ. Dans le monde, Jésus à l'apparence d'un homme. C'est seulement en se plaçant à l'intérieur du mouvement de la Vie qu'on peut saisir comment celle-ci génère en elle un Premier Vivant et, en lui, tout vivant possible.
    Ce livre ne demande donc pas si le christianisme est vrai ou faux. Il met à nu le genre de Vérité que le christianisme professe et propose aux hommes. A partir d'une phénoménologie radicale du concept de " Vie ", il donne une idée extrêmement neuve, originale et forte de la vérité du christianisme.

  • Massilia foot system

    Michel Henry

    • Marabout
    • 16 Janvier 2019

    À Marseille comme à Naples, le football est une religion. «  À jamais les premiers  » à avoir remporté sous l'ère Tapie la fameuse Ligue des champions, l'OM a fait vibrer la ville cette saison se hissant jusqu'en finale d'Europa League. Dans cette chronique écrite pour le site Les Jours et complétée par des chapitres inédits, Michel Henry, journaliste, ancien de Libé et résident à Marseille décrit à merveille les coulisses du clubs marseillais et le poids de l'institution OM dans le coeur des marseillais. Ainsi il est allé à la rencontre des clubs locaux, des groupes de supporters, de la presse web ou papier et raconte ainsi avec verve et profondeur les coulisses du club phocéen depuis le rachat par Franck McCourt jusqu'au prémisses de la saison 2018-2019

  • Dans la région PACA, où elle a été élue députée, tout le monde ou presque l'appelle " Marion ". Plus simple, plus humain, plus mignon que Maréchal ou Le Pen. C'est pourtant la " pire des Le Pen " affirment ses opposants. Elle insufflerait au Front national un positionnement " plus identitaire, plus radical, plus catholique, plus pétainiste ". Quoi qu'il en soit, le phénomène ne laisse personne indifférent. Michel Henry a longuement enquêté, chez ses détracteurs comme dans son proche entourage, pour en percer les mystères, les convictions et les mensonges, les cohérences et les aberrations. Sachant qu'en 2022, elle n'aura que 32 ans, ses supporters l'imaginent comme une Jeanne d'Arc candidate à une future présidentielle. Or, l'ascendance familiale la rendant dépositaire du passé du Front, elle s'y voit un futur prometteur, mais n'en maîtrise pas l'appareil, tenu par sa tante. Il lui faut donc se montrer patiente, dans l'attente d'une circonstance propice qui verrait le seul parti à pratiquer le droit du sang - celui des Le Pen -, appliquer cette équation : à Jean-Marie le passé, à Marine le présent, à Marion l'avenir. Mais c'est quand, l'avenir ? Journaliste indépendant, Michel Henry a longtemps travaillé à Libération comme correspondant à Marseille, où il a suivi le développement du Front en région PACA. Il a ainsi eu accès à des sources de premier ordre, qui permettent de démonter les rouages de ce " laboratoire FN " et de son égérie.

  • L'extraordinaire philosophie du corps développée par Maine de Biran dans les premières années du XIXe siècle est tributaire d'un travail phénoménologique préalable : si le corps est subjectif, sa nature dépend de celle de la subjectivité. Tant que cette dernière reste prise dans les postulats de la pensée classique, qui seront encore ceux de la phénoménologie contemporaine, tant que la « conscience » se résout dans la représentation, dans l´intentionnalité ou dans la Transcendance de l´Être, alors le corps lui-même est traversé par cette déhiscence où se défait son pouvoir : celui d´agir, d´être une force.
    À partir d´une conception entièrement neuve - non grecque - de la phénoménalité du corps, Maine de Biran a produit des descriptions admirables de sa constitution comme de sa représentation dans le corps objectif - descriptions qui renvoient toutes cependant à un Corps originel, non constitué, qui s´identifie en nous à l´essence de la vie. Unique héritier du cogito perdu de Descartes, Maine de Biran n´est pas un précurseur de la phénoménologie historique : il proposait un autre programme dont il nous est donné aujourd´hui d´apercevoir enfin la pertinence et la fécondité.
    - Michel Henry -

  • Les différents textes, écrits, conférences, articles, de Michel Henry sont rassemblés dans ces volumes sous le titre général : Phénoménologie de la vie. Ce troisième volume développe deux des conséquences essentielles de la Phénoménologie de la vie, à savoir que, comme l'intersubjectivité, la politique et l'économie ne doivent pas se penser à partir des structures sociales, mais à partir de l'immanence à soi de la vie, suivant en cela une interprétation révolutionnaire de Marx. D'autre part l'art, en particulier la peinture abstraite, ne représente rien du monde, parce qu'il ne présente que le pathos originel de l'invisible, de l'auto-affection.

  • Découverte et mise au point par Michel Henry en 1988, la Méthode de déblocage des chocs émotionnels du passé consiste, à l'aide d'un pendule, à détecter et localiser les chocs psychologiques et émotionnels dans la vie d'une personne puis les enlever. Outre d'en mesurer l'efficacité auprès des per­sonnes venues le consulter depuis vingt ans, l'auteur a pu vérifier son intérêt puisque des confrères l'utilisent désormais dans le cadre de leur pratique.
    En fait, d'une grande simplicité, la méthode s'adresse à un large public car elle ne demande pas de connaissances approfondies en radiesthésie : il suffit seulement de savoir manier un pendule...
    Véritable guide pratique, les principes, le fonctionnement et les différents domaines d'utilisation de la méthode sont décrits en détail, avec toujours la même préoccupation d'être simple dans les explications.
    Si les radiesthésistes professionnels ou les amateurs éclairés pourront rapidement l'utiliser, les néophytes passionnés ou curieux trouveront, en annexe, les rudiments du maniement du pendule et de la convention mentale. Cet ouvrage entend aussi montrer en quoi la radiesthésie n'est pas uniquement un don mais un art véritable et vivant, à la portée de tous. À cet effet, l'auteur suggère de nouvelles pistes de recherche qui font également de sa méthode un outil dont chacun peut se saisir pour l'améliorer et lui trouver des prolongements.

  • Philosophe de renom, romancier, Michel Henry poursuit son oeuvre de Cassandre de la barbarie culturelle moderne. Le totalitarisme communiste s'écroule parce qu'il a voulu nier la réalité au profit d'abstractions et de principes faussement universels. Mais, de Prague ou de Bucarest, ceux qui se précipitent à l'Ouest ne savent pas encore que les attend le nivellement des valeurs et des individualités. Un plaidoyer contre tout ce qui porte atteinte à l'individu vivant, dans son corps, ses émotions, ses créations.

  • En reposant la question fondamentale de la phénoménologie, et de la philosophie - la question de la donation -, en interprétant celle-ci non plus seulement, selon la pensée traditionnelle de l'Occident, comme apparition dans un monde mais comme l'étreinte invisible de la vie en son propre pathos, la phénoménologie matérielle soulève des problèmes nouveaux et paradoxaux.
    Trois d'entre eux font l'objet des présentes études :
    1 / La matière de la conscience, l'Impression, n'est plus un contenu opaque attendant l'éclaircissement de la forme intentionnelle, ne s'exhibant que dans l'Ek-stase du Temps : elle accomplit la Révélation en elle-même, dans sa chair affective. Au lieu de définir une discipline mineure, vite oubliée, la phénoménologie hylétique - matérielle - dessine la tâche de l'avenir.
    2 / La possibilité de connaître la vie invisible donne son sens au problème de la méthode phénoménologique et exige que celle-ci soit repensée entièrement.
    3 / La relation à autrui change elle-même de nature si, avant de pouvoir être reconnue au milieu du monde, elle prend corps dans la vie où naissent tous les vivants, l'autre aussi bien que moi-même - si elle est un « pathos-avec ».

    - Michel Henry -

  • De nombreux responsables de la lutte antidrogue l'affirment : cette guerre est irrémédiablement perdue. Les drogues sont aujourd'hui moins chères et plus faciles à trouver. La prohibition n'a qu'un bénéficiaire incontestable : le trafiquant, dont elle est l'alliée objective.
    Alors, faut-il légaliser les drogues? Et si oui, à quelles conditions?
    Ce livre apporte une réponse très documentée, lucide, sans polémique ni provocation.

  • Carotid Angioplasty and Stenting (CAS) is a new approach to treat a carotid stenosis. This new book provides interventional cardiologists, both as beginners or fully experienced, with a reference on all aspects of angioplasty and stenting of the carotid and supra-aortic trunks.Focusing on both the entire range of angioplasty and stenting treatment options for the surgeon treating patients on the operating table, and the range of radiological techniques used for the cardiologist to diagnose carotid artery stenosis (CAS) and associated conditions, this important book describes the best indications, the different techniques, the results, and also the limitations of CAS based on randomized studies and particularly the last published data (CREST study).Suitable for both novice and experienced interventionalists, italso addressesdiagnosis of a carotid stenosis and complications from CAS and how to manage them.

  • Quand la Niçoise Agnès Le Roux, 29 ans, disparaît en 1977, son amant Maurice Agnelet devient le principal suspect. La justice n'établit rien de concret contre lui, l'enquête bégaie : il est inculpé, écroué, puis béné?cie d'un non-lieu en 1985. On croit l'affaire terminée, elle redémarre. Il est à nouveau accusé en 2000, puis acquitté en 2006 au béné?ce du doute. Et puis, tout se retourne contre lui : en 2007, il est condamné en appel à vingt ans de réclusion criminelle. Le voilà reconnu coupable de l'assassinat d'Agnès. Trente ans après. Et pourtant, pas d'éléments objectifs incontestables : l'enquête a été dé?ciente, il manque un cadavre, les circonstances du crime supposé ne sont pas connues. La condamnation ne repose que sur sa réputation sulfureuse, sa personnalité, son comportement curieux, ses contradictions. Maurice Agnelet, 70 ans, a remis son sort entre les mains de la Cour de cassation, qui doit examiner son pourvoi. Condamne-t-on un homme sur l'impression qu'il donne ? À travers cette affaire, sur fond de casinos et d'intrigues locales, retracée ici à la manière d'un film de Claude Chabrol, c'est aussi la justice qui est en question...Journaliste à Libération depuis 1985, Michel Henry a toujours été spécialisé dans les affaires judiciaires et les procès. Il est aujourd'hui correspondant régional à Marseille et pour la région PACA.

  • Il était le trésorier occulte d'un parti politique, spécialiste du blanchiment d'argent et de la fausse facture. Son cadavre, nu, a été découvert dans un hôtel où il n'avait rien à faire. Étrange, aucune enquête officielle n'a été menée. Paradoxalement, les principaux intéressés par cette disparition sont les assassins. Ils ont chargé un détective de découvrir la vérité sur leur victime. Mais ne cherchent-ils pas plutôt à savoir... ce que l'on pourrait bien connaître d'eux ? C'est l'enquêteur lui-même, Johannes Michel, qui nous relate ses investigations. Narrateur lucide et désabusé, il démêle peu à peu les fils de la machination. Au rythme d'une langue syncopée, nous découvrons, terrifiés, les dimensions de cette « omerta » qui permet aux puissants de détourner à leur profit les lois de la démocratie. Le Cadavre indiscret : un conte philosophique sous les traits d'un roman policier inspiré des « affaires », qui s'interroge sur les questions, lancinantes, de la Justice et de la Vérité.

  • Méthode de recherche d'emploi fondée sur l'enseignement du marketing. Cet ouvrage répond à la nécessité actuelle de professionnalisation du chercheur d'emploi.

  • Comment aller à l'essentiel, comprendre les méthodes et les démarches avant de les mettre en application ?
    Conçus pour faciliter l'apprentissage des notions essentielles, les Mini Manuels proposent :
    o un cours concis et richement illustré pour vous accompagner jusqu'à l'examen ;
    o des exemples sous forme d'encarts ;
    o des mises en garde et des méthodes pour éviter les pièges et connaître les astuces ;
    o des exercices corrigés pour tester vos connaissances.
    Cette nouvelle édition actualisée comporte un nouveau chapitre sur les condensateurs.

  • Après quelques rappels mathématiques, cet ouvrage aborde l'ensemble de la «Mécanique du point» du programme de Licence et introduit les concepts d'énergie et de puissance. Des encadrés, des exemples d'application, des QCM et de nombreux exercices permettent à l'étudiant de parfaire son apprentissage. Dans cette nouvelle édition actualisée, le cours a été allégé et repris pour mieux correspondre à l'enseignement des deux premières années de Licence de Physique. Les exercices avec solution ont été renouvelés. Par ailleurs, l'étudiant trouvera à la fin de l'ouvrage des problèmes corrigés récents proposés aux partiels ou aux examens en 1re et 2e années de Licence.

  • Conçus pour faciliter aussi bien l´apprentissage que la révision, les Mini Manuels proposent un cours concis et richement illustré pour vous accompagner jusqu´à l´examen. Des exemples sous forme d´encarts, des mises en garde et des méthodes pour éviter les pièges et connaître les astuces, enfin des exercices, tous corrigés, complètent le cours.
    Ce Mini Manuel de Mécanique du point présente l´essentiel à comprendre et à savoir en Mécanique du point pour tout étudiant en L1/L2 de Sciences de la Matière, Sciences Physiques et en Sciences pour l´Ingénieur.
    Cette nouvelle édition, actualisée, a été enrichie d´un nouveau chapitre d´introduction à la mécanique du solide.

  • Dans le travail de Michel Henry, Spinoza occupe une place à part, qui s'explique sans doute par la genèse de la pensée de Michel Henry : il a en effet commencé à philosopher en compagnie de Spinoza, en lui consacrant son mémoire de fin d'études. Ce texte de jeunesse, intitulé Le bonheur de Spinoza, impressionna le jury. Dans ce mémoire se retrouvent déjà toutes les intuitions qui seront ensuite développées dans l'ensemble de son oeuvre.Ce mémoire n'est pas simplement un commentaire d'historien de la philosophie ; y est déjà soutenue la thèse qui ne quittera jamais plus Michel Henry : il s'agit de dénoncer tous les systèmes de pensée, philosophiques ou autres, qui ne parviennent pas à satisfaire aux exigences d'un bonheur indéfectible.Ce mémoire fondamental est suivi d'une analyse de Jean-Michel Longneaux, intitulée "Étude sur le spinozisme de Michel Henry"

  • Après quelques rappels mathématiques, cet ouvrage aborde l'ensemble de la «Mécanique du point» du programme de Licence et introduit les concepts d'énergie et de puissance. Des encadrés, des exemples d'application, des QCM et de nombreux exercices permettent à l'étudiant de parfaire son apprentissage. Dans cette nouvelle édition actualisée, le cours a été allégé et repris pour mieux correspondre à l'enseignement des deux premières années de Licence de Physique. Les exercices avec solution ont été renouvelés. Par ailleurs, l'étudiant trouvera à la fin de l'ouvrage des problèmes corrigés récents proposés aux partiels ou aux examens en 1ère et 2ème années de Licence.

  • Réflexion spectacle « évangélique » dans un univers d'absurdie, « L'escalier est un acide » met en scène le combat de l'homme, ou du poète, ce personnage déplacé, à la recherche d'une identité. Et ce théâtre de cruauté fait entendre le chant continu des « pourquoi » à travers une sorte de lamento de « noyé né ». Michel Monate et Henry Colombani ont poursuivi cette quête violente et rigoureuse comme l'aboutissement d'une rencontre. Ils ont voulu, et maintenu, leur dialogue - l'histoire singulière de leurs relations, mais aussi celle de leur questionnement poétique - sur le seul registre de la poésie. Echangeant à coups de textes, les protagonistes conservent d'abord leur écriture propre et heurtent sans indulgence leurs différences. Puis un scénario s'élabore ; les possibles identités d'un « je » éclaté et pluriel, cherchent à naître, à être, à créer. Les écritures fusionnent, les auteurs s'effacent. Un poème en prose affirme son autonomie comme un tout qui tient fortement. Une telle démarche s'inscrit à l'évidence dans la droite ligne de l'impératif selon lequel la poésie doit être faite par tous. À sa manière, elle en explore et assume l'un des risques les plus troublants : accepter l'irruption de la parole de l'autre - désirée et menaçante - jusqu'à la perte éventuelle de sa propre intégrité. Le prix et le péril, sans nul doute, de l'authentique traversée qu'il faut accomplir en soi pour, peut-être, approcher le territoire commun d'un éventuel partage. À l'issue de l'aventure, il n'y a pas de réponse ; seulement l'incontournable question qui ne peut être résolue que poétiquement.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty