• Louis xv

    Michel Antoine

    • Fayard
    • 11 Octobre 1989

    En bien des domaines, l'"amabilité" du XVIIIe siècle relève un peu du mythe, car à la façade brillante des Lumières répond un envers du décor surprenant de dureté et d'âpreté. Le roi lui-même en fut victime: s'il a le plus souvent choisi de grands ministres, s'il a pu garder à la France son rôle d'arbitre européen, s'il a voulu, et dans l'ensemble a su, assurer le bonheur de ses peuples, Louis XV - l'un des souverains les plus intelligents, les plus artistes, les plus cultivés, les mieux informés que nous ayons connus - a échoué à pacifier les esprits et à sauver l'Etat de la paralysie.

    Fêté dans les premières années de son règne comme un véritable prince charmant, le Bien-Aimé a vite dû se résigner à régner sous les clameurs d'une opinion manipulée par quelques groupes de pression, essentiellement des jansénistes et ces " Messieurs des parlements " (c'étaient d'ailleurs les mêmes).

    Dans cette lutte acharnée, il eût fallu à Louis XV l'habileté d'Henri IV, la brutalité de Richelieu, l'orgueil de Louis XIV - ou même les trois à la fois !
    Or, bien qu'il les égalât au moins par l'intelligence, Louis XV était un homme secret, solitaire, introverti, doutant éternellement de soi. Et les femmes ne lui furent d'aucun secours: la Pompadour a flatté ses faiblesses plutôt qu'elle ne les a contrecarrées, la Du Barry s'est laissé entraîner dans des cabales qui la dépassaient... Ainsi s'explique que les réformes, les actes d'autorité aient mis si longtemps à venir - trop tard - et que la défaveur du roi auprès des Français ait perduré presque jusqu'à nos jours...

    Seul un historien possédant une érudition infaillible sur le fonctionnement de l'Etat et du gouvernement de l'ancienne France pouvait faire justice de tant de préjugés, et montrer que le long règne de Louis XV - 59 ans ! -, s'il fut difficile, doit pourtant compter parmi les grandes époques de notre histoire.

    Spécialiste de l'histoire de l'Etat sous l'Ancien Régime, Michel Antoine, après avoir été conservateur aux Archives nationales, maître de recherche au CNRS et professeur à l'université de Caen, est aujourd'hui directeur d'études à l'Ecole pratique des Hautes Etudes (IVe section).

  • En mettant sur pied les secrétariats d'État en 1547 et l'administration suprême des finances en 1552, Henri II a été le fondateur des institutions ministérielles de la monarchie d'Ancien Régime. Celles-ci, dans leurs croissances respectives, se sont développées selon des processus différents.
    Les secrétariats d'État, en effet, ne formèrent jamais qu'un seul département, alors que, pour créer, recueillir, compter et employer les ressources de l'État, les finances recoururent à un mode de travail collégial, se subdivisant en plusieurs départements, confiés chacun à un intendant des finances.
    Dépendant du surintendant, puis, à partir de 1665, du contrôleur général, les intendants des finances furent ses associés autant que ses subordonnés, car, de par leurs statuts, ils faisaient tous partie du Conseil du Roi. Cette commune appartenance au Conseil les poussait à se considérer comme formant ensemble un Conseil, et ainsi à concurrencer les séances ordinaires de ceux du Roi.
    Marquée par la recherche du statut convenant le mieux aux plus hautes charges d'un État moderne et par les initiatives prises à cette fin par Sully, Colbert, Pontchartrain et Desmaretz, l'administration centrale des finances a atteint son apogée sous Louis XV, avant d'être perturbée vers la fin de son règne, puis, sous Louis XVI, piétinée par Necker et ensuite remise sans cesse en chantier.

    Spécialiste de l'histoire de l'État sous l'Ancien Régime, Michel Antoine, après avoir été conservateur aux Archives nationales, maître de recherches au CNRS et professeur à l'université de Caen, a été directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études (IVe section). Il est l'auteur de nombreux ouvrages très novateurs sur l'Ancien Régime, en particulierLe Conseil du roi sous Louis XV (1971) et une exceptionnelle biographie deLouis XV(Fayard, 1989).

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En 1766, Louis XV déclarait que le caractère propre de sa puissance souveraine était « l´esprit de conseil, de justice et de raison ». L´importance du rôle tenu par le Conseil du roi s´impose avec une obsédante évidence à quiconque étudie le fonctionnement des institutions de l´Ancien Régime. Le temps et les hommes purent modifier la composition et la structure du Conseil ; ils n´en altérèrent jamais l´essence. Car cet esprit de conseil et de délibération a profondément imprégné les institutions de l´ancienne France.
    Dans cette étude devenue un classique, tableau exemplaire des rouages gouvernementaux de l´Ancien Régime, Michel Antoine analyse les institutions complexes que furent les différents Conseils de gouvernement, de justice et d´administration (Conseil d´En haut, Conseil royal des Finances, Conseil royal de Commerce, Conseil de Conscience, Conseil des Dépêches, Conseil privé) et expose l´étendue et l´évolution de leurs compétences respectives.
    Inséparable de la personne du souverain, n´ayant aucune autorité propre, le Conseil ne peut promulguer ou publier d´arrêts : ce n´est jamais lui qui décide, c´est toujours le Roi. Faute de conserver cette notion présente à l´esprit, il serait difficile de saisir comment le Conseil a pu exister et fonctionner, comment le Roi a pu s´en servir pour gouverner et administrer l´Etat, comment son action suscita des difficultés qui tendirent à mettre en cause son existence et donc celle de la monarchie. Car le Conseil était par excellence l´organe où le souverain exerçait son droit inaltérable de supériorité sur tous les sujets et tous les corps constitués.

  • Histoire politique des institutions et de l'Administration dans l'ancienne monarchie française.

  • Vous paniquez et courez chez le médecin au moindre bobo ? Pire, vous stressez quand vous n'avez rien, persuadé que votre corps vous cache quelque chose  ? Vous faites certainement partie des 8,5 millions d'hypocondriaques en France  !
    Il faut dire que depuis dix ans la santé est partout. Articles de presse, sites spécialisés, conseils nutritifs, campagnes de prévention... La société nous pousse à veiller à notre hygiène de vie au risque d'attraper tout et n'importe quoi.
    Fruit d'une collaboration entre un psychologue et une journaliste hypocondriaque,  ce livre  fait le point sur l'hypocondrie, ce qu'elle est
    et ce qu'elle n'est pas, d'où elle vient, pourquoi elle se manifeste,
    et  offre des solutions concrètes  pour mieux vivre avec.

  • La violence terroriste djihadiste telle que nous la connaissons aujourd'hui diffère de la guerre et du crime car non seulement elle viole les lois nationales et les lois de la guerre, mais elle brutalise aussi un accord partagé sur le monde. L'attentat fait voler en éclats l'unité phénoménologique du monde et génère ainsi le défi nouveau d'une hétérogénéité radicale et le sentiment inédit d'une perte de confiance généralisée. Pourtant, c'est en référence à des formes juridiques antérieures que l'on continue de la penser. De là, l'enjeu de forger des concepts appropriés : à la dialectique de la guerre et de l'état d'exception, nous proposons de substituer celle d'une épreuve démocratique qui met sous pression (stress) la Constitution et les institutions. Les armes à opposer au terrorisme ne sont donc pas seulement guerrières, policières ou procédurales. Elles résident aussi dans notre capacité à résister et à cultiver une vertu démocratique : la sérénité, qui n'a pas les mêmes implications pour les institutions et pour les personnes.

  • Pour la première fois, un dictionnaire raconte et explore l'intégralité des Amériques - du Sud, centrale et du Nord - en montrant ce qui fait à la fois leur unité et leur grande diversité. Du Labrador à la Patagonie, de Valparaiso à Montréal, du Machu Picchu à Hollywood, des Mayas et des Amérindiens aux Noirs et aux Latinos, de George Washington à Martin Luther King et Barack Obama, de Juan Perón à Fidel Castro... Conçu en deux tomes (de l'époque précolombienne à 1830 et de 1830 à nos jours) par une équipe de 140 chercheurs français et étrangers, cet ouvrage d'une ampleur sans équivalent parcourt l'ensemble de ce continent séparé par la géographie mais uni par une même expérience d'adaptation à un environnement inconnu et souvent hostile, les luttes pour l'indépendance, des institutions semblables et un socle de valeurs communes. Il traite aussi bien des questions archéologiques et politiques que des sujets économiques et culturels. Il aborde ainsi tous les grands thèmes qui permettent de saisir l'évolution de ces civilisations successives rattachées à un même espace : empire aztèque, conquêtes coloniales, Eldorado, esclavage, Jésuites, Mayflower, guerre de Sécession, rêve américain, mouvements révolutionnaires, prohibition, ségrégation, favelas... On voit ici comment le Nouveau Monde a engendré un monde nouveau : Amérique rouge, blanche, noire et jaune ; Amérique riche et Amérique pauvre ; Amérique de tous les possibles et de tous les mélanges où se dessine, d'un bout à l'autre, du Chili au Canada, le visage d'une mondialisation à vocation réellement universelle.

  • Ce manuel de cours avec exercices corrigés fournit les notions de base de la physique du globe et de la géophysique fondamentale et appliquée : étude des séismes et de la propagation des ondes dans le globe terrestre, étude du champ de gravité terrestre et des anomalies gravimétriques, étude du champ magnétique terrestre et du paléomagnétisme. Des compléments sont également fournis sur la prospection électrique, sur les méthodes sismique pour la propspection et sur toute la géophysique liée à l'utilisation du radar. Quelques nouvelles études de cas sur l'utilisation de certaines techniques de géophysique dans le domaine de la géotechnique ont été ajoutées et les exercices ont été renouvelés.

  • Quand on parle de mémoire, on pense presque toujours aux souvenirs, ceux qui font de chacun de nous des êtres singuliers. Personne n'a en effet la même vie, la même histoire... Mais il existe une autre mémoire, tout aussi essentielle, et qui ne contient aucun souvenir conscient. C'est elle qui organise, à notre insu, nos habitudes, nos comportements, nos relations, tout en étant très liée à notre vie émotionnelle. Quels sont les mécanismes auxquels obéit cette force souterraine qui peut tout autant, et sans que nous le sachions, nous donner le goût de vivre que nous enfermer dans la routine ? Que devient notamment cette mémoire « implicite » quand on vieillit ou qu'on développe une maladie neurodégénérative ? Faut-il y voir un nouvel inconscient ? C'est en tout cas ce que propose de montrer cet ouvrage. Un voyage au coeur d'une mémoire mal connue et qui, pourtant, gouverne une grande part de notre existence à notre insu. Antoine Lejeune est neurologue. Ancien responsable d'une consultation mémoire au centre Saint-Thomas à Aix-en-Provence, il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le vieillissement et la résilience. Michel Delage est psychiatre. Ancien professeur du service de santé des armées, ancien chef de service à l'Hôpital d'instruction des armées Sainte-Anne à Toulon, il est thérapeute familial. Il a notamment publié La Résilience familiale, La Vie des émotions et l'attachement dans la famille ainsi que Famille et résilience (codirigé avec Boris Cyrulnik). 

  • Comment concilier technicité des soins et prise en considération de l'individu et de ses proches ? Comment aborder la mort en respectant le malade et ses croyances ? Sur qui prendre appui dans cette démarche ? Autant de questions que sont amenés à se poser les professionnels du soin et auxquelles les auteurs de ce livre tentent d'apporter des réponses.Tout en tenant compte des ressentis du soignant, cet ouvrage réinvestit le « prendre soin » d'une dimension humaine, qui concerne à la fois le malade et son entourage. Cette démarche systémique, multidisciplinaire et collaborative participe à la résilience chez le patient et le soignant tout à la fois. Illustré par de nombreux exemples cliniques, ce livre permet d'aborder dans leur ensemble les questions de souffrance, de perspectives d'avenir et d'impact sur les proches, notamment dans le cas de handicaps sévères, de séjours en réanimation, de maladie touchant les enfants...Les réflexions développées ici concernent tous les professionnels du soin, qu'ils soient infirmiers, médecins ou psychologues : la lecture enrichira tant leur pratique individuelle que le travail en équipe.

  • Pour la première fois, un dictionnaire raconte et explore l'intégralité des Amériques - du Sud, centrale et du Nord - en montrant ce qui fait à la fois leur unité et leur grande diversité. Du Labrador à la Patagonie, de Valparaiso à Montréal, du Machu Picchu à Hollywood, des Mayas et des Amérindiens aux Noirs et aux Latinos, de George Washington à Martin Luther King et Barack Obama, de Juan Perón à Fidel Castro... Conçu en deux tomes (de l'époque précolombienne à 1830 et de 1830 à nos jours) par une équipe de 140 chercheurs français et étrangers, cet ouvrage d'une ampleur sans équivalent parcourt l'ensemble de ce continent séparé par la géographie mais uni par une même expérience d'adaptation à un environnement inconnu et souvent hostile, les luttes pour l'indépendance, des institutions semblables et un socle de valeurs communes. Il traite aussi bien des questions archéologiques et politiques que des sujets économiques et culturels. Il aborde ainsi tous les grands thèmes qui permettent de saisir l'évolution de ces civilisations successives rattachées à un même espace : empire aztèque, conquêtes coloniales, Eldorado, esclavage, Jésuites, Mayflower, guerre de Sécession, rêve américain, mouvements révolutionnaires, prohibition, ségrégation, favelas... On voit ici comment le Nouveau Monde a engendré un monde nouveau : Amérique rouge, blanche, noire et jaune ; Amérique riche et Amérique pauvre ; Amérique de tous les possibles et de tous les mélanges où se dessine, d'un bout à l'autre, du Chili au Canada, le visage d'une mondialisation à vocation réellement universelle.

  • Que se serait-il passé si Lénine avait trouvé la mort le 9 avril 1917 dans un accident de train ? Dans cette uchronie épique, deux plumes savantes et acérées font dérailler l´Histoire, et de belle manière.Une sotte erreur d´aiguillage... aux conséquences démesurées. Avec la mort de Lénine, le bolchévisme demeure un petit courant minoritaire à Petrograd et la révolution d´Octobre n´a pas lieu. Trotski s´exile, certes, mais à Paris où il devient un écrivain adulé de Montparnasse, tandis qu´Hitler ne perce pas dans sa voie de peintre paysagiste. Malraux, à la tête des Brigades internationales de la puissante SDN, chasse Franco d´Espagne dès 1937. La Russie et l´Allemagne, chantres de la social-démocratie, signent en 1939 le pacte germano-russe de marché unique et développent dans la foulée un ambitieux programme spatial commun.

    Bref, le XXe siècle se trouve tout retourné. M. Kalachnikov construit des voitures à bas coût, Berlin est le nouvel Hollywood et Albert Einstein n´invente pas la bombe atomique. Le 11 septembre 2001 a certes bien lieu : le milliardaire Oussama ben Laden lance deux avions sur le Welt Kommerz Zentrum de Berlin et un troisième sur le palais de l´Ermitage à Petrograd. Pour la première fois depuis 1918, l´Europe connaît la guerre.

  • Il est maintenant possible de construire une représentation globale et cohérente des troubles psychiques. Eclairés par les plus récentes données scientifiques, cet ouvrage permet de mieux intégrer le poids de la génétique et de la biologie, la part des relations précoces parent-enfant et celle des traumatismes de l'enfance dans ces troubles. Il clarifie les relations entre les émotions et les cognitions et détaille les mécanismes d'adaptation de l'homme aux difficultés ou traumatismes auxquels il est confronté. Il permet également au lecteur de mieux connaître les médicaments psychotropes et de mieux appréhender les modalités de leur consommation et l'importance qu'ils prennent dans les dépenses de santé. Enfin, ce livre aide à mieux comprendre l'intérêt et les particularités des différentes psychothérapies afin de répondre, au plus près, aux demandes et aux besoins de chaque consultant.
    Michel Reynaud est psychiatre et psychothérapeute, professeur des Universités et chef de service au CHU de Clermont-Ferrand. Rédacteur en chef de la revue Synapse, il est conseiller technique au ministère de la Santé depuis 1989.
    Jacques-Antoine Malarewicz est psychiatre et thérapeute familial. Il dirige aux Editions ESF, la collection Communication et complexité.

  • Au centre des préoccupations scientifiques et sociales, l'empathie interroge la capacité à reconnaître le semblable au-delà du différent. Définie comme la capacité de se mettre à la place de l'autre, cette notion suscite un intérêt renouvelé, au carrefour de la philosophie, des neurosciences, de la psychologie cognitive et de la psychanalyse.

    Ce que l'empathie incarne, c'est l'ambiguïté même de la notion d'esprit.

    Des intervenants prestigieux, d'horizons différents, se sont réunis lors du Colloque de Cerisy, afin de débattre sur ce sujet. Ils se sont appuyés sur ce que pouvait apporter la diversité des modèles théoriques de ces différentes disciplines à ce concept source de polémique.

    L'empathie est ainsi évoquée dans de nombreuses situations chez l'homme, pour la création d'instruments de transmission de l'émotion ou du sens, pour la reconnaissance et le soulagement de la souffrance de l'autre, la compréhension de ce qui fait communauté sociale pour la transmission des valeurs, l'influence sur les individus ou les collectifs.

    La découverte récente des neurones miroirs et les nombreuses recherches qui lui ont succédé en neurosciences ont ouvert une nouvelle voie dans l'explication du « fossé de la transmission » entre soi et autrui.
    L'empathie offrirait-elle une piste pour comprendre la complexité de l'humain à partir de l'exploitation cognitive et psychique de la mécanique cérébrale ?

    Cet ouvrage intéressera les psychiatres, les psychologues, les thérapeutes, les philosophes mais aussi les chercheurs en neurosciences et sciences humaines.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Devenir père pour la première fois à l'âge d'être grand-père, quelle aventure ! Pourquoi avoir tant attendu pour faire un enfant ? Drôles de sentiments, drôle de conversion. Michel-Antoine Burnier s'explique : Simone de Beauvoir, le MLF, les journaux, les nuits blanches, la politique, autant d'arguments pour prolonger une adolescence. Il raconte aussi à Ève, sa fille de trois ans, tout un monde - des années 40 aux années 80 - qu'elle ne connaîtra pas. Ève n'entendra jamais le bruit d'une 2 CV qui démarre, elle ne jouera pas en classe avec des hannetons, elle n'accompagnera pas aux champs des paysans avec deux vaches et une chèvre, elle ne prendra pas le communisme pour la jeunesse du monde, elle ne se promènera pas dans la forêt de Brocéliande, celle de Merlin l'Enchanteur, qui a brûlé il y a trois ans. Pourra-t-elle imaginer que son père bébé a vécu dans une ville occupée, bombardée, libérée, une ville en ruines - Chambéry aujourd'hui si paisible ? Michel-Antoine Burnier n'est pas un nouveau père. Il craint le caca, les couches culottes, mais découvre dans sa fille l'extraordinaire naissance d'une liberté, la recomposition de l'histoire des hommes. Il s'amuse, il s'étonne, s'interroge beaucoup. Une époque, une tendresse, une morale. Un gros morceau de demi-siècle.

  • Devenir père pour la première fois à l'âge d'être grand-père, quelle aventure ! Pourquoi avoir tant attendu pour faire un enfant ? Drôles de sentiments, drôle de conversion. Michel-Antoine Burnier s'explique : Simone de Beauvoir, le MLF, les journaux, les nuits blanches, la politique, autant d'arguments pour prolonger une adolescence. Il raconte aussi à Ève, sa fille de trois ans, tout un monde - des années 40 aux années 80 - qu'elle ne connaîtra pas. Ève n'entendra jamais le bruit d'une 2 CV qui démarre, elle ne jouera pas en classe avec des hannetons, elle n'accompagnera pas aux champs des paysans avec deux vaches et une chèvre, elle ne prendra pas le communisme pour la jeunesse du monde, elle ne se promènera pas dans la forêt de Brocéliande, celle de Merlin l'Enchanteur, qui a brûlé il y a trois ans. Pourra-t-elle imaginer que son père bébé a vécu dans une ville occupée, bombardée, libérée, une ville en ruines - Chambéry aujourd'hui si paisible ? Michel-Antoine Burnier n'est pas un nouveau père. Il craint le caca, les couches culottes, mais découvre dans sa fille l'extraordinaire naissance d'une liberté, la recomposition de l'histoire des hommes. Il s'amuse, il s'étonne, s'interroge beaucoup. Une époque, une tendresse, une morale. Un gros morceau de demi-siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • «Nous nous abstiendrons de parler ici de ce grand homme, dont les actions feront assez l'éloge, et nous prévenons les lecteurs que, pour les faits historiques empruntés à Plutarque, à Polybe, à Diodore de Sicile, nous nous sommes servis, sans nous astreindre à les reproduire littéralement, des traductions de Ricard, de Buchon, de Ferdinand Hoefer, et de la traduction latine de Strabon par Joannes Philippus Siebenkées, imprimée à Leipsik, en 1806, et continuée, depuis le septième livre, par Carolus Henricus Tzschuké. Tout ce qui, dans notre ouvrage, n'est pas appuyé sur des notes est tiré des Commentaires, et principalement du septième livre; on peut donc facilement vérifier les faits.» (M.-A. Girard)
    Vercingétorix incarne une figure mythique et nationale de tout premier ordre pour la France. Mais au-delà du mythe du grand chef guerrier qu'il fut, et en ne s'appuyant que sur des faits rigoureusement démontrés, ce sont d'abord ses actions et exploits que nous raconte l'historien et journalise Girard Michel-Antoine dans cet ouvrage de référence qui revient aux fondements de l'histoire de France, telle qu'elle fût enseignée à des générations d'écoliers. De l'histoire de la conquête des Gaules par César, des dernières batailles de l'armée coalisée avec Vercingétorix comme chef jusqu'à la bataille d'Alésia, l'auteur y fait preuve d'une grande érudition dans les descriptions.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • Tragédie qui se déroule à l'Elysée à la veille des élections présidentielles de 1974.

  • La farce des choses de Simone de Beauvoir / Aer voulez de Per Jakez Hélias / Mirot chinois mon amour de Marguerite Duras / Comme un vol de pavés de Louis Aragon / Les culottes courtes d'Henry de Montherlant / Deux roues et cycloversalité de G. Deleuze et F. Guattari / Le chien des limbes d'André Malraux / Le retour de Godot de Samuel Beckett / Emmanuelle dans l'autorail d'Emmanuelle Arsan / Madame Bovary de B. Vian, F. Mallet-Joris, Ph. Sollers / Le tronc et l'écorce de François Mitterrand / Le niveau zéro de Roland Barthes / Retour à l'envoyeur d'André Breton / Un navire dans tes yeux de Françoise Sagan / Satan est satan, par satan ! de Maurice Clavel / SAS, la tigresse de Pékin de Gérard de Villiers / Vers la cime de Charles de Gaulle

empty