• La modernité laïque voudrait que seules la biomédecine et les diverses méthodes "scientifiques" de thérapie psychologique s'occupent de la santé des humains. Pourtant, même au coeur de l'Occident contemporain, les "religions de guérison" ont encore des adeptes. L'interpénétration du religieux et du médical est un phénomène universel, et en Afrique, la thérapie joue abondamment sur les zones de contact, de superposition et de fusion entre les domaines du religieux et du médical.

  • Selon l'histoire officielle du Burundi, la hiérarchie des castes aurait été abolie. Dans une série d'articles primitivement destinés à divers revues et journaux, l'auteur conteste cette «version des vainqueurs» et affirme qu'au Burundi, le pouvoir est encore fondé sur un système de castes. Par «caste», il entend ce que d'autres appellent «ethnie» - c'est-à-dire les Tutsi qui forment la minorité dominante (10%), les serfs Hutu (85%) et les parias Twa ou pygmoïdes (1 %). Le mot «ethnie» cache le fait que depuis des siècles, ces trois couches du «peuple des mille collines» ont en commun une histoire, une langue et un territoire. Seule la volonté de maintenir à tout prix ce système sociopolitique irréformable peut expliquer l'exil forcé d'au moins un Burundais sur dix et le génocide récurrent des Hutu par l'armée exclusivement Tutsi depuis trois décennie. Pour que les «dos courbés» se redressent, pour sortir le pays de la barbarie, il faut bien plus que des réformes cosmétiques : il faut abattre la hiérarchie des castes. La parole et la critique sont ici l'arme de l'exilé pour conjurer la guerre civile. L'argumentaire et le style sont convainquants, mais est-il encore temps ?

  • Habile métissage entre l´«africanité» et la «canadianité», «Les morts ne sont pas morts» raconte le choc des cultures à travers le destin de Terama, un Africain à cheval sur deux mondes que tout sépare. / Immigrant bien intégré au Canada, Terama trime dur pendant des années pour faire sa marque dans son pays d´accueil. Une nuit pareille aux autres, il entend la voix de Tongo, son père, qui l´interpelle d´outre-tombe. Ne croyant ni à Dieu ni à diable, Terama est persuadé qu´il est victime d´une hallucination ridicule. Il ignore la voix, qui revient pourtant incessamment. Jusqu´au jour où Terama admet l´inavouable, l´existence du culte primitif des ancêtres. Dans la chambre secrète qu´il aménage dans son logis à la manière des huttes votives, Terama renoue avec Tongo puis avec Makwaya. / Au fil de ces palabres nocturnes, Terama se rapprochera de son pays et de sa culture d´origine et sera amené à faire des choix douloureux pour lui et sa famille. En bout de ligne, parviendra-t-il à se réconcilier avec cette conviction profonde que la mort est inévitablement dans la vie ?

  • Cet ouvrage cherche à comprendre le jihad à partir de son front africain constitué par Al-Shabaab en Somalie, AQMI et ses avatars en Afrique de l'Ouest, Boko Haram au Nigéria, et plus récemment, les groupes qui, en Lybie, Egypte et Tunisie, ont fait allégeance à l'État islamique. Même si l'objet de l'ouvrage est le jihad contemporain, il convoquera l'histoire lointaine pour saisir la nature de cette idéologie jihadiste qui revendique le retour à la pureté de l'islam des origines.

  • Poussé par un terrible secret, le jeune Mupagassi entraîne son frère Gassongati sur les chemins de l'exil, fuyant leur pays alors que celui-ci est à la veille d'être ravagé par la violence ethnique. Au camp de réfugiés situé quelque part en Afrique des Grands Lacs, chacun effectuera un choix déterminant : l'un embrassera la lutte armée dans un effort de reconquérir le pays d'origine, alors que l'autre, convaincu qu'il n'y a pas de retour possible, s'établira au Canada où il poursuivra ses études puis fondera une famille. Pour lui, l'exil est définitif.

    Mais les circonstances feront mentir les pronostics et les deux frères seront réunis, après plusieurs années, autour des négociations devant rétablir la paix dans leur pays tourmenté.
    />
    Dans ce récit contemporain aux accents universels, l'amitié, l'amour et la loyauté s'avéreront les derniers remparts d'un monde où le mal et la vertu n'ont ni camp ni parti.

    Depuis près de vingt ans, Melchior Mbonimpa révèle ses talents de conteur et sa connaissance profonde des peuples de l'Afrique des Grands lacs. Dans son septième roman, il explore un de ses thèmes de prédilection, le métissage des cultures, tout en édifiant une passerelle au-dessus de l'Atlantique en vue de concilier mémoire des origines africaines et réalité canadienne contemporaine.

  • Il y a moins d'un siècle, en plein coeur de l'Afrique des Grands Lacs, vivait un roi qui réglait la circulation des nuages. « Le Dernier Roi faiseur de pluie » recrée la vie de celui qui clôtura la lignée de ces monarques bantous qui dégonflent les nuages afin que la pluie féconde la terre, ou qui déchaînent les vents pour nettoyer le ciel quand les eaux menacent les récoltes. Pendant le règne de Dagano, le Kibondo ne connaît pas la famine. Mais le royaume est victime d'un nouveau fléau, les Faces roses, ces « albinos » invincibles venus du bout du monde. Conscient de leur toute-puissance, Dagano choisit de leur opposer une résistance spirituelle. À la manière d'un conteur, Melchior Mbonimpa nous amène à vivre les derniers moments de cet univers, à suivre Dagano dans son parcours initiatique, ses amours, son ascension au trône du Kibondo et sa lutte pour empêcher tout son univers de basculer.

  • Dans les collines verdoyantes de l'Afrique des Grands Lacs, le système des castes impose à des humains autrefois libres une vie de servitude. Réduits au rang de serfs ou de parias, agriculteurs et chasseurs sont résignés à leur sort. Mais sur son lit de mort, Karanda ordonne à ses fils de se disperser sur des terres lointaines, puis leur lègue un totem, le sanglier, et un interdit : il faudra désormais refuser les cadeaux empoisonnés des pasteurs. Pendant des siècles, le testament de Karanda est transmis par le biais du poème généalogique, jusqu'au jour où le totem devient le signe de ralliement d'une fraternité déterminée à en finir avec la guerre des castes et à instaurer une paix durable.

    /> Dans «Le totem des Baranda», les voix des générations successives se répondent, chacune formulant un appel à transgresser les lois et les traditions de son époque tout en perpétuant la lignée. Un roman où l'obsession de la liberté se nourrit du mythe, de la mémoire, de l'utopie, mais aussi de bouleversantes histoires d'amour.

  • Ce recueil rassemble des textes brefs décrivant des situations concrètes qui nécessitent une réflexion de nature éthique. Il s´agit de remédier à une situation de pénurie car, du côté anglophone les manuels d´études de cas ne manquent pas et ils constituent une précieuse ressource pédagogique. L´objectif est donc de mettre un outil à la disposition des professeurs et des étudiants francophones dans des cours d´éthique appliquée. Chaque texte est suivi de questions ou de prises de position destinées à alimenter des discussions en classe. Le recueil constitue donc un réservoir de cas pour la pédagogie en matière d´éthique. Grâce aux situations variées, il permet de montrer l´importance d´une réflexion au quotidien sur des dilemmes et des défis relevant effectivement de l´éthique. Les pistes de réflexion et d´analyse proposées sont très diversifiées. L´intérêt du recueil réside dans cette multiplicité de situations réalistes proposées par les auteurs. C´est ce qui lui donne une réelle pertinence comme mise en circulation, dans la francophonie, de questionnements touchant les défis éthiques du monde contemporain.

  • Teta, une Africaine immigrée au Canada, espère se guérir de sa folie en racontant sa vie au père Robert. Mère de trois garçons, elle confie à ce vieux missionnaire qu´elle a rencontré en Afrique, son enfance, ses exils, le meurtre de son mari et sa fuite vers le Canada. Cette terre d´exil représente le paradis terrestre pour de nombreux Africains. Mais est-ce que ce pays qui devait être un endroit si merveilleux pour les réfugiés, le sera pour cette femme monoparentale? Pourra-t-elle, un jour, se libérer du souvenir des atrocités qu´elle a vécues pour enfin mener une vie calme et connaître la paix de l´âme ?

  • Au XVe siècle, dans l'Afrique des Grands Lacs, une multitude de royaumes se font la guerre. Les habitants, sous la gouverne impitoyable de leurs rois et devins, meurent sans espoir de rédemption sur les champs de bataille, car la vie après la mort à laquelle ils ont droit, courte et faite de misère, ne les mène qu'au néant.

    Survient alors un homme insoumis, esprit libre et rebelle, dont la pensée et les actions feront trembler les puissants. Diangombé, fondateur de la secte secrète des Immortels, conduira ses adeptes à rejeter la guerre, les tabous sexuels et les bonnes manières. Il leur offrira surtout cette idée inédite : l'espérance de l'immortalité individuelle et d'une vie heureuse outre-tombe.

    Roman basé sur des faits historiques (la secte des Immortels existe toujours aujourd'hui), conte initiatique également, baigné par le mystère, «Diangombé, l'Immortel» donne successivement la parole aux acteurs d'une révolution en marche.

  • Alors que Zamba reçoit, finalement, les documents lui permettant dentrer au Canada comme immigrant reçu, il apprend que sa belle, Assia, est enceinte. Les amoureux, qui entretenaient une relation clandestine, promettent de se retrouver en terre daccueil une fois le bébé né. Avant la réalisation de leur projet, cependant, Assia meurt. Profondément affecté, Zamba saccrochera dès lors à une mission : léducation de son fils Manéno. Mais des circonstances viendront infléchir son destin, dont la rencontre accidentelle de la jeune Mélanie, que Zamba aidera à sortir de la détresse. De cette rencontre naîtra une nouvelle famille.

    Au fil des ans, et grâce à linvestissement généreux et soutenu des membres de la famille élargie, tant au Canada quau Kenya, une oeuvre humanitaire prend forme. La solidarité de « la tribu de Sangwa » établie sur deux continents contribuera à relever les défis associés à ce projet denvergure.

empty